Garðaríki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte montrant les établissements varègues ou Rus' (en rouge) et les emplacements des tribus slaves (en gris) au milieu du IXe siècle. L'aire d'influence des Khazars est entourée en bleu

Garðaríki ou Garðaveldi est un terme de vieux norrois utilisé au Moyen Âge pour désigner les États autour de Novgorod. Le terme raccourci, garðar fait référence au même pays tout comme le terme générique pour l'"Est", Austr et ses dérivés : Austrvegr ("La route orientale"), Austrlönd ("Les terres de l'Est") et Austrríki ("Le royaume de l'Est"). Un troisième jeu de mots consiste en Sviþjóð hin mikla ("La grande Suède") et Sviþjóð hin kalda[1] (no)[2] ("La Suède froide") qui font probablement référence au fait que la plupart des colons Viking de la région venait de l'est de la Scandinavie.

La signification du mot Garðaríki est généralement comprise comme "le royaume des villes" ou "le royaume des cités"[3], qui fait probablement référence aux forts norrois situés le long de la rivière Volkhov entre Lioubcha et Ladoga. Ces forts ayant à se défendre notamment contre le royaume des Khazars jusqu'à la fin du IXe siècle ont eu pour conséquence de donner naissance au premier État slave oriental, la Rus' de Kiev.

Gardar contient la même racine slave gord ("ville") (à rapprocher de l'anglais garden, "jardin"). Garðr fait référence aux fortifications mais finit par désigner ce que celles-ci contenaient. Pour l'étymologie germanique de ce dernier, on pourra se référer à l'article sur Reich.

Comme les Varègues ont principalement occupé les terres constituant le nord de l'actuelle Russie, leurs sagas considèrent la ville de Holmsgardr (Holmgarðr, Novgorod) comme la capitale de Garðaríki. D'autres villes de la région mentionnées dans les sagas sont Aldeigjuborg (Ladoga), Kœnugarðr (Kiev), Pallteskja (Polotsk), Smaleskja (Smolensk), Súrsdalar (Souzdal), Móramar (Mourom) et Ráðstofa (Rostov).

Rois légendaires de Garðaríki[modifier | modifier le code]

Lecture[modifier | modifier le code]

  • * Brandt, Dagmar: Gardariki. Ein Stufenbuch aus dem russischen Raum (Roman). 2 Volumes, Berlin 1943. Reprint Faksimile Verlag Bremen 1981.

Notes et références[modifier | modifier le code]