André Ier Bogolioubski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir André Ier.
André Bogolioubski
André Ier Bogolioubski par Viktor Vasnetsov
André Ier Bogolioubski par Viktor Vasnetsov
Titre
Administrateur de Kiev
11691171
Prédécesseur Gleb Ier
Successeur Vladimir III
Biographie
Dynastie Riourikides
Nom de naissance André Iourievitch
Date de naissance 1111
Lieu de naissance Rostov
Date de décès 28 juin 1174
Lieu de décès Bogolioubovo (Rus' de Kiev)
Père Iouri Dolgorouki
Mère Princesse Polovtse
Conjoint Oulita Stepanovna Koutchka
Une autre femme
Enfant(s) Iziaslav (?-1165)
Mstislav
Iouri (1160/65-1194)
Religion Christianisme orthodoxe

Andreï ou André Iourievitch (en russe : Андрей Юрьевич et en ukrainien : Андрій Юрійович), dit André Ier ou plus couramment surnommé « André Bogolioubski[1] » (en russe : Андрей Боголюбский et en ukrainien : Андрій Боголюбський), est un dirigeant du Rus' de Kiev[2] de la dynastie des Riourikides (né en 1111[3] à Rostov et mort le 28 juin 1174), qui régna de 1169 à 1171.

Fils de Iouri Dolgorouki et d'une fille du Khan des Polovtses, Aëpa fille d'Osen, il est également prince de Vladimir de 1157 à 1174.

Son surnom de Bogolioubski (« aimé de Dieu ») lui venait de la ville de Bogolioubovo qu'il appréciait particulièrement, mais également de sa grande piété et de ses bonnes relations avec l'Église russe. Il était également surnommé à l'est le « César Scythe ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès l'enfance, il se montre très religieux et donne beaucoup aux pauvres autour de lui. Aux alentours de 1148 à 1151, lors de la guerre civile entre Iouri Dolgorouki et son neveu Iziaslav II, André est soutenu par son père. En 1155, André quitte la ville de Vychgorod (qu'il reçût de son père en 1149) pour s'installer à Vladimir, où il organise une bureaucratie fidèle et puissante.

À la mort de son père en 1157, il devint grand-prince de Vladimir-Souzdal, prenant ainsi le contrôle des villes de Vladimir, Rostov et Souzdal, au détriment de ses deux frères Michel Ier Iourievitch et Vsevolod III Vladimirski. À partir de 1159, il tente de soumettre avec plus ou moins de succès la principauté de Novgorod.

André Bogolioubski tenta d'unifier les terres russes sous son pouvoir. La rivalité avec Kiev atteint son apogée lorsqu'un vieil ennemi de son père, Mstislav II Chobry (cousin d'André), devient le nouveau grand-prince de la ville, venant s'ajouter à la ville de Novgorod qui demande l'aide de Mstislav, ouvrant alors la Rus' de Kiev à une nouvelle guerre civile sanglante. Les troupes d'André finirent par prendre Kiev et son trône après un siège entre le 8 et le 12 mars 1169, qu'il pille et détruit en partie[4] (par mépris pour les Kiévains qui ont tué son père), et fait administrer sans prendre le titre de Grand-prince, confiant la ville à Gleb Ier, le plus inexpérimenté de ses frères. Après avoir dérobé de nombreux objets religieux, il repart dans le nord-est de la Rus' avec ses troupes. Cet évènement mit fin de fait à la suprématie de la Rus' de Kiev où le titre de « Grand-prince de Kiev » ne fut ensuite disputé qu'entre de nombreux prétendants sans pouvoir réel, la nouvelle capitale de l'État russe étant désormais Vladimir. Après la mort en exil de Mstislav II Chobry en août 1170, André chasse son fils Roman Mstislavitch de la ville de Novgorod, et donne le pouvoir de la ville à un autre cousin, Rurik II.

À cette époque, la résidence préférée d'André Ier se trouvait dans la ville de Bogolioubovo (près de Vladimir, où il avait un château), qui lui donna son surnom. Ce fut André Bogolioubski qui ammena l'icône de Notre-Dame de Vladimir (une des plus vénérées en Russie et du monde orthodoxe en général) à Vladimir, ville qui s'agrandit considérablement et dont le pouvoir s'accentua considérablement. Durant le règne de Bogolioubski, il fait construire de nombreux monastères et églises (comme la Cathédrale de la Dormition de Vladimir), et la principauté de Vladimir devient progressivement la principauté la plus importante de la Rus', au détriment de Kiev. Le Patriarcat de Constantinople rejette pourtant la demande d'André Bogolioubski de faire de Vladimir le siège d'un nouveau Métropolite. En contrepartie, l'empereur byzantin régnant, Manuel Ier Comnène, accepte de recueillir quatre des frères d'André condamnés à l'exil (Michel, Vsevolod, David et Iaropolk) avec leur mère, Hélène, la seconde femme de Iouri Dolgorouki.

En 1164, il sort victorieux d'une guerre contre les bulgares (André pilla systématiquement les villes bulgares, dont Bolgar, pour défendre ses frontières orientales).

Mais son autorité princière entra en conflit avec de nombreux nobles, alimentant alors des complots contre lui. C'est à Bogolioubovo qu'il est assassiné dans la nuit du 29 juin 1174 par une vingtaine de conjurés conduits par le boyard Iakim Koutchkof, qui firent irruption dans sa chambre, le tuant dans son lit. Il est enterré dans la cathédrale de Vladimir. Après sa mort eurent lieu de nombreux conflits et machinations entre les boyards et habitants de Vladimir, Rostov et Souzdal, qui nommèrent différents successeurs respectifs.

Sa hache de guerre incrustée d'argent peut aujourd'hui être observée au Musée historique d'État de Moscou.

Famille[modifier | modifier le code]

Union et descendance[modifier | modifier le code]

Il se marie une première fois, d'une femme inconnue.

De son mariage avec une fille de boyard en 1135, Oulita Stepanovna Koutchka (né en 1113), fille de Stepan Ivanovitch Koutchka, il eut un fils :

Ancêtres[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Iaroslav le Sage
 
 
 
 
 
 
 
8. Vsevolod Ier de Kiev
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Ingigerd de Suède
 
 
 
 
 
 
 
4. Vladimir II Monomaque
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Constantin IX
 
 
 
 
 
 
 
9. Anastasia de Byzance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19. Pulchérie Skléraina
 
 
 
 
 
 
 
2. Iouri Dolgorouki
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
5. Eufimia
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1. André Ier Bogolioubski
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
6. Osen
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Aëpa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le saint[modifier | modifier le code]

Il est canonisé par l'Église russe orthodoxe autour de 1751. Il est fêté le 4 juillet (le 17 juillet pour le calendrier grégorien).

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir


Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francis Dvornik Les Slaves histoire, civilisation de l'Antiquité aux débuts de l'Époque contemporaine. La Russie de Kiev, pages 171 à 228. Éditions DU SEUIL Paris (1970)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parfois appelé André Vladimirski, de la ville de Vladimir.
  2. Il dirigea Kiev officiellement en tant qu'administrateur.
  3. 1110 selon certaines sources, bien que Vassili Tatichtchev affirme 1111 dans son Histoire de Russie.
  4. (en) "Andrey Yurievich Bogolyubsky", Russia the Great, consulté le 7 août 2007