Vseslav de Kiev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vseslav de Polotsk
Vseslav de Polotsk (peint par Joseph Drozdovitch, 1923)
Vseslav de Polotsk (peint par Joseph Drozdovitch, 1923)
Titre
Grand-prince de Kiev[1]
septembre 1068avril 1069
Prédécesseur Iziaslav Ier
Successeur Iziaslav Ier
Biographie
Dynastie Riourikides
Nom de naissance Vseslav Briatcheslavitch[2]
Date de naissance 1039[3]
Lieu de naissance Polotsk
Date de décès [4]
Lieu de décès Polotsk (Rus' de Kiev)
Père Briatcheslav de Polotsk
Enfant(s) Roman (?-1114/16)
Gleb (?-1119)
Rogvolod (?-1128)
David
Sviatoslav
Rostislav
Religion Christianisme orthodoxe

Vseslav Briatcheslavitch (en russe : Всеслав Брячиславич, en ukrainien : Всеслав Брячиславич et en biélorusse : Усяслаў Брачыславіч), dit Vseslav de Kiev ou encore Vseslav de Polotsk, est un prince du Rus' de Kiev de la dynastie des Riourikides (né vers 1039 à Polotsk et mort le dans la même ville), qui régna de 1068 à 1069.

Fils de Briatcheslav de Polotsk et d'une femme inconnue, il est parfois appelé le « prince sans terre », Vseslav le sorcier ou encore Vseslav le clairvoyant. Il est également Prince de Polotsk de 1044 à 1101.
Il reste dans les mémoires de l'époque pour avoir tenté avec son cousin Rostislav Vladimirovitch de Tmoutarakan et le voïvode Vyshata de former une coalition contre la branche cousine du triumvirat Iaroslavitch.

Biographie[modifier | modifier le code]

Prince de Polotsk[modifier | modifier le code]

La légende raconte que son père, Briatcheslav, n'arrivant pas à avoir d'enfant, fit appel à des mages pour que sa femme lui donne enfin un héritier.

En 1044, il prend la tête de la principauté de Polotsk après la mort de son père et, en tant qu'arrière petit-fils du Grand-prince de Novgorod puis de Kiev Vladimir le Grand, il entre en concurrence avec ses cousins, étant lui-même le seul prince riourikide important non-descendant direct de Iaroslav le Sage (qui est le frère de son grand-père Iziaslav et donc l'oncle de son père Briatcheslav), donc exclu de la succession au trône de Kiev, même si au départ, Polotsk était fidèle à Kiev.

En 1054 à la mort de son grand-oncle Iaroslav le Sage, son testament écarte Vseslav[5] ainsi que Rostislav Vladimirovitch de Novgorod (petit-fils de Iaroslav), accentuant toujours un peu plus leurs frustrations.

Les sources sont très peu nombreuses concernant ses quinze premières années de règne, peut-être parce que l'influence de Vseslav ne dépasse au départ pas les alentours de Polotsk.

N'arrivant pas à mettre la main sur Kiev, ville tenue par les trois fils de Iaroslav (Iziaslav, Sviatoslav et Vsevolod), Vseslav se met alors à piller les territoires du nord de la Rus'. En 1065, il assiège sans succès la ville de Pskov, puis pille et brûle Novgorod durant l'hiver 1066/1067 (où il prit les cloches et de nombreux objets religieux de la Cathédrale Sainte-Sophie pour les amener dans sa propre cathédrale à Polotsk). Ces raids et attaques des troupes de Vseslav eurent de graves répercussions sur l'économie de la Rus', stoppant le commerce avec la Scandinavie et les pays baltes entre autres, sans compter le trou démographique causé par les massacres. L'attaque de Novgorod força également le jeune prince de la ville Mstislav à fuir ses terres pour retourner chez son père Iziaslav Ier à Kiev.

Les Iaroslavitch unirent donc leurs forces et marchèrent vers le nord. La ville de Minsk (sous le contrôle de Polotsk) est tout d'abord mise à sac, et Vseslav finit par être écrasé le à la bataille de la rivière Nemiga (bien qu'il y eut de très lourdes pertes des deux côtés). Vseslav parvient à s'enfuir et Iziaslav Ier (le cousin de Vseslav) n'attaque pas Polotsk, mais l'invite quelques mois plus tard à négocier en se présentant à lui avec la garantie qu'aucun mal ne lui sera fait. Vseslav accepte en juin, et, à peine sa barque ayant franchie l'autre rive du Dniepr à Orcha pour rejoindre les pourparlers de paix, il est traitreusement capturé, Iziaslav Ier rompant son serment. Il finit emprisonné à Kiev avec deux de ses fils pendant plus de quatorze mois.

Grand-prince de Kiev[modifier | modifier le code]

Durant l'insurrection de Kiev en 1068, provoquée par la défaite face aux nomades Polovtses sur la rivière Alta (ayant fait fuir plusieurs princes), et par le refus d'Iziaslav d'armer le veche pour que ses membres puissent faire face aux Polovtses une seconde fois, Vseslav fut libéré et appelé à régner par les Kiéviens, qui avaient fini par renverser leur prince Iziaslav Ier (ce dernier ayant fui pour la Pologne).

Après quelques mois de règne, il est redétrôné par son cousin le , aidé de renforts polonais. Il ne reste alors que prince de Polotsk en 1087, ses principaux ennemis restant durant ses trente dernières années de règne Vsevolod Ier de Kiev et son fils Vladimir II Monomaque (qui enverra plus tard la plupart des Vseslavitch, descendants de Vseslav, en exil à Byzance).

Il meurt en 1101, et est enterré à la Cathédrale Sainte-Sophie de Polotsk, achevée vers 1066, dont on doit la construction à Vseslav (inspirée de Sainte-Sophie de Constantinople, et qui reste encore actuellement l'un des plus vieux monuments de la Biélorussie moderne).

C'est sous son règne, exceptionnellement long (57 ans), que Polotsk connu son apogée, devenant un centre attractif commercial et culturel.

Galerie de la Chronique de Radziwiłł[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir


Vseslav dans la légende et la littérature[modifier | modifier le code]

Volga Sviatoslavitch, dit Volkh Vseslavitch, le bogatyr basé sur Vseslav de Polotsk (peint par Ivan Bilibine).

Vseslav eut tout au long de sa vie la réputation d'utiliser la magie. La Chronique de Nestor mentionne qu'il fut conçu par de la sorcellerie et qu'il était né avec un « voile » (né coiffé[6]), les sorciers déclarant alors à sa mère que ce voile était un signe de chance (il est d'ailleurs connu en Biélorussie sous le nom de « Vseslav le sorcier » ou encore en Russie sous le nom de « Vseslav le clairvoyant »).

Vseslav apparaît également dans l'œuvre littéraire du XIIe siècle du Dit de la campagne d'Igor, ainsi que dans plusieurs bylines et comtes populaires, où il est parfois dépeint comme un loup-garou. Dans Le Dit d'Igor, sa défaite à la bataille de la rivière Nemiga est montrée pour illustrer les rivalités inter-princières sur les terres russes, et il est également fait référence à son vol des cloches de la cathédrale de Novgorod pour les amener avec lui à Polotsk[7].

Famille[modifier | modifier le code]

Union et descendance[modifier | modifier le code]

Marié vers 1060, il eut :

  • Roman (mort vers 1114/16), prince de Droutsk.
  • Gleb (mort en 1119), prince de Minsk.
  • Rogvolod-Boris[8] (mort vers 1114/16), prince de Droutsk.
  • David, prince de Polotsk.
  • Sviatoslav, prince de Vitebsk.
  • Rostislav.

Certaine sources affirment que Sainte-Euphrosyne de Polotsk était la fille de Vseslav (bien qu'elle soit née en 1120), et d'autres affirment qu'elle était sa petite-fille, fille de Sviatoslav. Elle fonda de nombreux monastères à Polotsk et dans ses alentours, et est considéré comme un des saint-patrons de la Biélorussie.

Ancêtres[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Sviatoslav Ier
 
 
 
 
 
 
 
8. Vladimir Ier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Maloucha
 
 
 
 
 
 
 
4. Iziaslav de Polotsk
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Rogvolod
 
 
 
 
 
 
 
9. Rogneda de Polotsk
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Briatcheslav de Polotsk
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
5. Femme inconnue
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1. Vseslav de Polotsk
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Femme inconnue
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francis Dvornik, Les Slaves, histoire, civilisation de l'Antiquité aux débuts de l'Époque contemporaine. La Russie de Kiev, p. 171-228. Éditions du Seuil Paris (1970)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Principalement Prince de Polotsk.
  2. De son nom de baptême Vassili.
  3. 1029 selon d'autres sources.
  4. 14 avril selon d'autres sources.
  5. Joseph Fr. Michaud, Louis Gabriel Michaud Biographie universelle, ancienne et moderne, Volume 67 Michaud frères, 1840
  6. Naître coiffé signifie que le nouveau-né vient au monde entouré de tout ou juste une partie de la poche de liquide amniotique, cette membrane ne s'étant pas rompue naturellement ou artificiellement, considéré comme un bon présage au Moyen Âge en Europe.
  7. (en) Leonard Magus, "Tale of the Armament of Igor", Part II, Sacred Texts.com
  8. Les sources divergent quant à savoir si Vseslav eut six ou sept fils. L'historien Vassili Tatichtchev affirme que Boris était le nom de baptême de Rogvolod, tandis que certaines sources affirment que Rovgolod et Boris étaient deux personnes différentes.