Riourik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riourik (homonymie).
Riourik
Riourik dans le Tsarsky Titulyarnik, 1672
Riourik dans le Tsarsky Titulyarnik, 1672
Titre
Prince de Novgorod
864879
Successeur Oleg le Sage
Biographie
Dynastie Riourikides
Nom de naissance Riourik
Date de naissance vers 830
Date de décès 879
Conjoint Ingrid d'Urman[1]
Enfant(s) Igor de Kiev (?-945)
Religion Paganisme

Riourik (en russe et en ukrainien : Рюрик, en vieux russe : Рю́рикъ et en vieux norrois : Rørik), parfois également appelé Riurik, Rurik ou encore Rourik (ce qui signifie Rodrigue), est un prince varègue du Rus' de Kiev (né aux environs de 830 et mort en 879), premier prince de Novgorod et fondateur de la dynastie riourikide (qui régnera sur la Rus' de Kiev jusqu'en 1240), qui lui, régna de 864 à 879.

Une origine incertaine[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs théories concernant l'origine de ce personnage. Quatre d'entre elles particulièrement retiennent l'attention des chercheurs.

La théorie danoise[modifier | modifier le code]

L'un des hommes qui ait pu être le Riourik, prince de Novgorod, est Riourik de Jutland, également appelé Riourik de Frise. Il est le frère (ou le cousin) du roi danois Harald Klak. Le nom de Riourik est mentionné pour la première fois en 845, où il mène des groupes des pillards à l'assaut de la Frise ainsi que d'autres villes du Rhin. Le roi Lothaire Ier est obligé de lui céder Dorestad en échange de quoi il se fait baptiser. Il participe en 855 à une expédition malchanceuse dans le Jutland afin de s'emparer du trône vacant après la mort du roi Horik Ier. On retrouve une note de 882 concernant le don de la Frise à Gotfrid, ce qui laisse supposer la mort ou le départ de Riourik.

Cependant il n'existe aucune archive sur des voyages éventuels de Riourik à l'est de la Baltique, son lien avec Riourik de Novgorod est essentiellement linguistique : ses possessions se situant dans la province de Rustr (actuellement Rustringen à la frontière des Pays-Bas et de l'Allemagne) cela pourrait être une explication concernant le nom sous lequel ses hommes se présentèrent en Russie (Rustres, proche de Rus).

La théorie suédoise[modifier | modifier le code]

La théorie suédoise lie Riourik de Novgorod au danois Erik Emudarsson, roi de Uppsala en Suède. Un scalde (poète) islandais, Snorri Sturluson, cite ses nombreux voyages « en Estlande, Courlande, Finlande et Austerland où il eut de nombreuses terres ». L'Austerland était un nom fréquemment utilisé par les Scandinaves pour définir les terres à l'est de la Baltique, en Russie actuelle. Selon l'archéologue suédois Nermann Birger, les conquêtes de Erik à l'est eurent lieu en 850-860 et il mourut en 882, ce qui correspond aux dates supposées du règne de Riourik de Novgorod.

La théorie prusso-balte[modifier | modifier le code]

Cette théorie fut avancée par Gerbentschtein, ambassadeur de l'Autriche en Moscovie au XVIe siècle : il nota que certains peuples de Baltique, appelés Vénédes par leurs voisins germaniques et scandinaves, se qualifiaient eux-mêmes de Vagres. Il avança que les slaves de l'époque auraient plus facilement accepté d'être régis par un Vagre, proche linguistiquement et culturellement d'eux, que par un Varègue. Cette théorie fut également défendue par Lomonossov qui nota que les Slaves appelaient leurs voisins prusses « Rus », évoquant un Riourik issu du Niémen. Cette théorie est également reprise par L'histoire de Kazan dont l'authenticité est incertaine : « Les Novgorodiens, imprudents, firent appel à un Kniaz des terres prusses et lui offrirent leurs terres pour qu'il les dirige. »

La théorie finnoise-slave[modifier | modifier le code]

Cette théorie présente un Riourik varègue, fils d'un père inconnu, régnant sur quelques terres en Finlande. Son seul lien avec le Riourik de Novgorod est son mariage possible avec Umila, la fille de Gostomisl, un personnage étroitement lié à ce dernier.

Il est à noter qu'aucune des théories ne fait mention des hypothétiques frères de Riourik, Sineous et Trouvor. Selon certaines théories, ils auraient été ses compagnons d'armes plutôt que ses frères au sens biologique.

Arrivée au pouvoir[modifier | modifier le code]

Riourik et ses frères arrivent au bord du lac Ladoga, Apollinary Vasnetsov, (1856-1933).

Les circonstances de l'arrivée de Riourik au pouvoir ne nous sont pas précisément connues. Selon les chroniques historiennes, il fut appelé à régner sur Novgorod et ses villes vassales, Staraya Ladoga, Beloozero et Izborsk, par une assemblée de chefs de tribus désirant recourir à un chef qui fût « vierge » de toutes les rancunes que les différentes familles se vouaient les unes aux autres, et admiratifs devant les savoirs des Vikings dans le domaine militaire et scientifique. L'idée de faire appel à un dirigeant étranger n'est pas choquante pour l'époque : il y a eu plusieurs cas similaires notamment en Pologne ou à Venise. Cependant, cette version a été remise en cause par de nombreux historiens :

  • Pour les historiens qui remettent en cause l'authenticité des chroniques, Riourik a pu tout simplement conquérir les différentes villes et s'autoproclamer prince sans le consentement des chefs slaves. De même sans remettre en cause l'ensemble des chroniques, certains historiens estiment que Nestor ait pu présenter la conquête de Riourik en appel afin d'effacer l'humiliation de la défaite.
  • Fortement politisée, l'approche des historiens de l'Allemagne nazie, qui présentait l'appel de Rurik au pouvoir comme une preuve évidente de l'incapacité des Slaves à se diriger seuls et à accepter la domination germanique, a provoqué une contre-réaction des historiens soviétiques, qui remettaient en cause l'existence même de Riourik, ou le présentaient comme un chef slave issu d'une assemblée, se basant sur le fait qu'aucun pays de l'époque n'accepterait un chef de langue, culture et religion différente à sa tête. Cependant cette théorie est invalidée par le fait que les Slaves du nord et les Varègues de l'est avaient de forts liens culturels, notamment au niveau de la religion (plusieurs dieux similaires comme Thor et Péroun), ainsi qu’au niveau culturel : les Varègues servant souvent de mercenaires dans les terres slaves, beaucoup étaient payés en terres, et finissaient par s'y sédentariser et se « slaviser ». De même, alors que les Varègues utilisent régulièrement le réseau fluvial slave pour joindre Constantinople, il n'est fait nulle part mention du fait qu'il y ait eu une incompréhension linguistique et, par ailleurs, les Slaves du nord utilisaient probablement un alphabet proche de l'alphabet runique scandinave. Ces faits invalident également les théories nazies qui présentent un Riourik allemand, ou fortement germanisé.

Les dates de son arrivée au pouvoir varient également selon les sources, entre 852 et 875.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Riourik sur le monument du millénaire à Novgorod, célébrant son arrivée dans la ville.

Une fois installé au pouvoir à Novgorod, Izborsk et Ladoga, Riourik entreprend d'unifier la Russie du nord et de l'est. Il s'empare de Mourom, de Polotsk et de Rostov, ainsi que d'autres villes moins importantes. Bien qu'il ne soit pas sûr qu'il en soit à l'origine, une réforme débute dans l'ensemble des villes slaves qui évoluent d'une société tribale vers une société féodale : les chefs de clans ne règnent plus uniquement sur leur famille mais s'entourent de « druzinas », nobles vassaux, servant de cavalerie lourde sur les champs de bataille. Sous l'influence des Varègues, une révolution technologique a également lieu, comme en navigation (création de « ladyas », navires similaires aux drakkars), et en métallurgie.

Il serait mort en 879 à Novgorod où son corps est brûlé selon les rites païens, en laissant au pouvoir son fils Igor âgé de neuf ans sous la tutelle du régent Oleg qui achèvera l'unification de la Rus' de Kiev.

Personnage ou symbole ?[modifier | modifier le code]

Il est clair que le débat autour de Riourik est largement supérieur aux faits accomplis par le personnage. Oublié par l'histoire pendant assez longtemps, il redevient un symbole en Moscovie où il est considéré comme un visionnaire visant à réunifier la Russie avant l'heure, ce qui le hisse au panthéon de dirigeants ayant les mêmes objectifs comme Ivan III. Arrivé au pouvoir à une époque où le système slave est en train d'évoluer pour devenir la puissance majeure que sera la Rus' de Kiev, il en récolte les bénéfices, alors que son implication est toujours débattue par les historiens. Cependant, qu'il ait été un réformateur de génie et un visionnaire ou un simple opportuniste, il n'en reste pas moins qu'il est un symbole majeur de la Russie ancienne.

Galeries[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Appelée également Efanda.