Le Château de Cagliostro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Le Château de Cagliostro

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

ルパン三世 カリオストロの城
(Rupan sansei: Kariosutoro no shiro)
Film d'animation japonais
Réalisateur
Producteur
Scénariste
Compositeur
Durée 100 min
Sortie

Le Château de Cagliostro (ルパン三世 カリオストロの城, Rupan sansei: Kariosutoro no shiro?) est un film d'animation japonais de Hayao Miyazaki sorti en 1979, récompensé par le prix Mainichi Noburō Ōfuji 1979. C'est le premier long métrage réalisé par Miyazaki.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans les années 60, le célèbre gentleman cambrioleur Edgar de la Cambriole[note 1], petit-fils d’Arsène Lupin (Gaspard de la Cabriole), parvient à dérober le contenu du coffre-fort du casino de Monte-Carlo à bord d'une Fiat 500, accompagné de son compère Jigen. L'euphorie des deux amis face à cette réussite laisse place au désarroi lorsqu'ils réalisent que l’argent est de la « goat monnaie », de faux billets particulièrement bien imités. Edgar décide de mettre le nez dans les affaires du comte de Cagliostro, régent de la principauté du même nom, qu’il soupçonne d’être à la tête du réseau de faux-monnayage. Alors qu'ils se sont infiltrés déguisés dans l’état, ils voient passer en trombe une demoiselle en robe de mariée, poursuivie par des hommes armés. Après une course-poursuite riche en péripéties, ils parviennent à mettre en déroute les poursuivants de la jeune fille, qu’Edgar sauve de justesse d’une chute dans un ravin. Assommé par une souche d’arbre, il ne peut empêcher sa protégée d’être enlevée par des marins, mais remarque qu’elle lui a laissé un gant, dans lequel est caché une chevalière mystérieuse.

En regardant le blason inscrit sur la bague, Edgar reconnaît celui de la famille princière, et emmène Jigen au palais, qui a été ravagé par un incendie ayant causé la mort du prince et de son épouse sept ans auparavant. Le jeune cambrioleur reste songeur, et son ami devine qu’il lui cache quelque chose ; Edgar l’emmène alors voir le château comtal à proximité, et lui montre le bateau sur lequel a été enlevé la jeune fille avant de lui expliquer qu’il est déjà venu à Cagliostro auparavant. Ils aperçoivent au loin le comte arriver en autogire et se poser en haut d’une tour ; l’aristocrate est accueilli par Jodor, son âme damnée, qui s’excuse d’avoir laissé s’échapper la demoiselle, et explique l’avoir droguée et isolée en haut d’une tour dont le seul accès est un pont coulissant. Après avoir ordonné que les étrangers qui ont interféré soient retrouvés et éliminés, le comte se rend dans la chambre de la jeune fille où il constate la disparition de la bague.

Les deux amis ont trouvé une auberge pour passer la nuit, et durant le repas dans la salle commune, Edgar examine la chevalière, sur laquelle il découvre une inscription en gothique (« De nouveau réunis, l’Ombre et la Lumière lui redonneront vie »), et une date en chiffres romains (1517). La serveuse leur apprend que le blason est celui de la princesse Clarisse rappelée la veille du couvant qui l’a accueillie après la mort de ses parents afin épouser le comte de Cagliostro ; le mariage doit avoir lieu d’ici quelques jours. Ayant remarqué le regard de la serveuse à la vue de la chevalière, ils se retirent dans leur chambre et restent en alerte ; tandis qu’Edgar moule une copie de la bague, Jigen, qui a deviné que son ami a déjà rencontré la princesse auparavant, réfléchit au sens de la phrase qui lui semble parler d’un trésor. Lorsque les sbires du comte arrivent, ils combattent et parviennent à rejoindre leur voiture pour les semer.

Au château, la gouvernante affectée au service de la princesse espionne le comte qui a une entrevue avec son imprimeur à propos de faux billets de goat monnaie. Jodor survient et s‘excuse pour son échec dans l’auberge, et ils découvrent dans son dos un autocollant où Edgar annonce qu’il viendra ravir Clarisse. Le lendemain, de nouveaux protagonistes arrivent à Cagliostro ; les compères ont appelé en renfort un ami iaidōka, Goemon, et l’inspecteur Zenigata d’Interpol débarque avec ses hommes pour traquer sa cible favorite, ayant eu vent du message adressé au comte. Celui-ci reçoit l’inspecteur, et décide de faire renvoyer et utilisant ses relations, estimant sa garde suffisante et la présence d’un policier gênante ; Zenigata est dubitatif en découvrant que le château est surprotégé par un système très perfectionné de radars et de lasers puissants.

Edgar et Jigen échafaudent des plans pour pénétrer dans le château via l’aqueduc qui l’alimente en eau, afin d’éviter les radars. Lors de leur tentative, ils se retrouvent séparés à cause du courant ; après avoir manqué de mourir écrasé dans les rouages géants d’une horloge, le jeune cambrioleur parvient dans l’enceinte du château et manque de se faire découvrir par Zenigata, dont l’attention est détournée lorsqu’il apprend que ses supérieurs lui demandent de quitter Cagliostro. Appelant Interpol, l’inspecteur est notifié que le comte a demandé son éviction, et cherche à s’expliquer avec ce dernier, mais est repoussé par les sentinelles. Edgar, déguisé en inspecteur, en profite pour faire diversion en lançant les gardes sur les traces de Zenigata, leur faisant croire que ce dernier est le voleur ayant menacé le comte. Une confrontation entre les policiers et la garde du château permet au cambrioleur de pénétrer dans les appartements de l’aristocrate ; il détecte une trappe, mais l’inspecteur, qui s’est extrait de la mêlée et rué derrière lui la déclenche et tombe dans les oubliettes ; Edgar parvient à déjouer le piège pour le retourner contre Jodor et le majordome, qui manquent d’y tomber également.

Fujiko, la femme qui espionne les activités du comte, continue ses investigations ; elle est surprise par Edgar qui s’avère être un de ses amis, concurrent et ancien amant ; elle lui explique où Clarisse a été enfermée. Pour tenter d’atteindre la tour, le cambrioleur escalade le mur château, et monte sur le faîte du toit, s’aidant de son grappin. Alors qu’il tente de rejoindre la tour en envoyant une fusée pour tendre un câble, il fait tomber son matériel et dévale le toit en courant sans pouvoir s’arrêter ; en s’en servant comme tremplin, il saute et s’accroche de justesse à la tour, puis parvient à rejoindre la chambre de Clarisse. Il lui remet la fausse bague, et la charme en faisant apparaître une rose, lui promettant de se battre pour la libérer, mais les hommes de main du comte l’encerclent, et il est envoyé dans les oubliettes par ce dernier, qui raconte à la princesse que les comtes ont toujours été dans l’ombre au service des princes de Cagliostro, s’occupant de leurs basses besognes. Selon lui, « l’Ombre et la Lumière » représentent les deux maisons aristocratiques de la principauté, qui vont être réunies avec leur mariage, dévoilant le trésor perdu depuis plus de quatre siècles. Alors que la princesse est désespérée par ce qu’elle apprend sur sa famille et par le sort d’Edgar, celui-ci, qui a installé un micro et un haut-parleur dans la fausse chevalière, comprend les intentions de son ennemi et le nargue, avant de promettre à Clarisse de revenir pour l’enlever. Comprenant que la bague est fausse, le comte entre dans une grande colère et ordonne à Jodor d’aller récupérer le véritable bijou.

En explorant les oubliettes remplies de squelettes, Edgar retrouve Zenigata qui se demande quel secret le château cache pour justifier autant de morts. Au petit matin, des plongeurs arrivent dans les oubliettes pour récupérer la bague, mais ils tombent dans un piège ; en poursuivant un fuyard sous l’eau, le jeune cambrioleur parvient à trouver la sortie, et quitte les oubliettes avec l’inspecteur. Ils arrivent dans la salle ou les faux billets de monnaies de nombreux pays sont imprimés et stockés, et Edgar explique à l’inspecteur que la principauté est à l’origine la goat monnaie, à la base de magouilles financières depuis le Moyen Âge, et dont tous ceux qui ont enquêté dessus ont disparu sans laisser de traces. Les deux nouveaux alliés font un pacte le temps de s’échapper du château et de confondre le comte.

Fujiko révèle sa couverture à Clarisse, et s’apprête à quitter Cagliostro, mais un incendie allumé par Edgar et Zenigata dans l’atelier souterrain de fausse monnaie sème la panique dans le château. Le détective et le cambrioleur profitent de la confusion pour voler l’autogire, et tentent de venir chercher les deux jeunes femmes ; Fujiko retient le comte et ses sbires le temps que Clarisse monte sur toit de la tour, mais Edgar est blessé par Jodor qui touche également le moteur de l’appareil. Pendant que la princesse tente de négocier la vie du jeune cambrioleur contre la bague et sa bonne volonté pour le mariage, Zenigata, au commandes de l’autogire en feu, détourne un moment l’attention des malfrats, ce qui permet à Fujiko de récupérer Edgar et d’attraper le train d’atterrissage de l’engin. Clarisse détourne les tirs de Jodor, permettant aux trois autres de s’enfuir, avant de se séparer.

Zenigata parvient à rejoindre Interpol, mais ne peut convaincre ses supérieurs d’intervenir à Cagliostro, malgré les preuves qu’il a ramenées ; le comte s’est arrangé pour convaincre la presse et l’opinion publique qu’il a été victime d’une attaque, et bénéficie de puissants soutiens diplomatiques. Edgar, qui a été récupéré par ses associés, a trouvé refuge chez le vieux jardinier du château de la famille princière qui est resté fidèle à Clarisse. Soigné, mais en piteux état, le cambrioleur reste sans connaissance pendant trois jours avant de reprendre conscience. Affolé par le fait que le mariage a lieu le lendemain, Edgar mange à s’en rendre malade pour reprendre des forces, puis s’assoupit. Plus tard dans la soirée, il raconte au jardinier et à ses compagnons comment dix ans auparavant, il a été blessé dans sa quête pour s’emparer de la goat monnaie, a rencontré Clarisse qui lui a donné à boire, et remarqué sa bague. Ils apprennent par Fujiko qu’un archevêque va venir du Vatican pour célébrer le mariage.

Fujiko avertit Zenigata qu’Edgar va faire une apparition au mariage du comte, pour lui permettre de mener à nouveau une investigation sur place. Elle s’arrange pour être également sur place, en tant que journaliste de l‘équipe de télévision qui couvre le mariage, tandis qu’avec l’aide du jardinier, Edgar intercepte la voiture de l’archevêque et prend sa place. Le comte se rend à la cérémonie, avec Clarisse droguée à son bras ; au moment de l’échange des vœux, Jigen et Goemon surgissent, tenant un mannequin recouvert de bandages, duquel sort la voix du jeune cambrioleur, qui annonce son opposition à l’union et dénonce les méfaits de l’aristocrate. Les hommes de main du comte empalent le mannequin qui explose dans une pluie de faux billets, mais Edgar arrache sa fausse barbe, déclenche une série de feux d’artifice, et profite de la confusion pour s’enfuir avec Clarisse. Zenigata survient, et fait mine de poursuivre le cambrioleur, se dirigeant vers l’atelier souterrain, suivi par Fujiko qui diffuse ses images par satellite ; l’inspecteur expose ses preuves sous les yeux éberlués de ses supérieurs d’Interpol qui regardent l’émission.

Jigo et Goemon retiennent les hommes de main du comte, tandis que Clarisse et Edgar s’enfuient le long de l’aqueduc en direction de la tour de l’horloge ; l’aristocrate les poursuit en bateau avec quelques marins. En voyant un blason gravé sur la tour le jeune cambrioleur comprend la signification de l’énigme du trésor ; en mettant les bagues face à face, une nouvelle inscription apparaît, qui s’avère être les vers d’un poème connu de Clarisse. Alors qu’Edgar comprend comment accéder au trésor, le comte surgit et les force à se réfugier dans la tour. Le cambrioleur est confronté aux marins dont les rouages en mouvement ont bientôt raison, puis engage un duel avec l’aristocrate. Ayant mis son adversaire en difficulté, ce dernier décide d’aller tuer Clarisse, qu’il poursuit sur les aiguilles de l’horloge, mais Edgar retient à temps son attention en déposant les bagues et en lui dévoilant le secret du trésor. Le comte utilise une arme cachée pour faire chuter le jeune cambrioleur qui s'accroche de justesse au mur ; alors qu’il s’apprête à l’achever, Clarisse l’entraîne avec elle dans le vide, et il plante de justesse son sabre entre les pierres pour ne pas tomber ; Edgar bondit pour rattraper la princesse, et plonge avec elle dans le lac en contrebas.

Alors qu’il enfonce les bagues dans les yeux du bas-relief en forme de bouc sur le cadran, le comte active un mécanisme, et est écrasé par les deux aiguilles qui le prennent en tenaille. La tour de l’horloge s’effondre, créant un trou dans le barrage, ce qui a pour effet de faire monter le niveau de l’eau autour du château comtal, dont les souterrains sont submergés ; face aux événements, les hommes de main et la garde se rendent. Edgar emmène Clarisse de l’autre côté du barrage, vers l’ancien palais du prince, où ils découvrent le trésor : une ancienne cité romaine auparavant engloutie. En voyant les avions d’Interpol arriver, le cambrioleur s’apprête à partir, mais la princesse exprime le souhait de l’accompagner, pour rester à ses côtés en devenant elle-même une cambrioleuse. Tenté, Edgar se raisonne, refusant le lui offrir une telle vie, et la confie au jardinier après l’avoir embrassée sur le front, non sans lui promettre de revenir lorsqu’elle aura besoin de lui ; récupéré par ses compères, il s’enfuit en voiture, tandis que Fujiko a récupéré les plaques de fausse monnaie. Zenigata survient et Clarisse défend Edgar qui n’a fait que se battre pour elle ; avant de repartir à la poursuite du jeune cambrioleur, l’inspecteur lui fait remarquer que ce dernier lui a ravi un trésor hors de prix : son cœur.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix japonaises originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises (1er doublage)[modifier | modifier le code]

Voix françaises (2e doublage)[modifier | modifier le code]

Voix françaises (3e doublage)[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Selon Helen McCarthy, le style du château du comte Cagliostro a été fortement inspiré par le film d'animation Le Roi et l'Oiseau, de Paul Grimault[1]. Le scénario même du film de Grimault a été partiellement emprunté par Le Château de Cagliostro, tels les échappées via les souterrains et via les airs, ou encore la prison de la princesse et son accès[réf. souhaitée].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le Château de Cagliostro est le second film centré sur le personnage d’Arsène Lupin III, après Edgar de la Cambriole : Le Secret de Mamo. La chanson du générique d'ouverture, Fire Treasure (炎のたからもの), est interprétée par Bobby[2],[3] sur des paroles écrites par Jun Hashimoto (橋本 淳, はしもと じゅん?)[4],[5].

Il existe trois adaptations en langue française différentes :

  • Vidocq contre Cagliostro publiée uniquement en VHS par Adès Vidéo dans la collection Lanterne Magique en 1983. Dans cette version, Lupin s'appelle Vidocq.
  • Le Château de Cagliostro doublé dans les années 1990 par Polygram sous le label Manga éditée également en VHS puis rééditée en DVD chez l'éditeur Pathé sous le même label. Dans cette version Lupin s'appelle Wolf.
  • Edgar de la Cambriole : Le Château de Cagliostro est un troisième doublage d'IDP édité en version standard et version collector. Lupin s'appelle Edgar comme dans la série animée des années 80, Edgar, le détective cambrioleur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour des problèmes de droits, Arsène Lupin III a été renommé Edgar de la Cambriole dans la version française.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]