Remastering

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le remastering, ou rematriçage[1], ou remasterisation désigne le processus de fabrication d'un nouveau mastering pour un album, un film, ou toute autre œuvre de création audiovisuelle. Le remastering peut désigner une étape du processus de conservation et restauration des films.
Dans le cas d'un remixage, la remasterisation en devient l'étape finale.

Historique[modifier | modifier le code]

Le remastering est un terme marketing devenu un jargon technique apparu depuis l'ère de l'audio numérique, bien que le processus de remasterisation existe depuis le début de l'enregistrement.

Il est surtout utilisé depuis l'apparition du CD audio pour désigner la remastérisation numérique de catalogues des disques vinyles, à commencer par les catalogues de musique classique tombés dans le Domaine public.

Processus[modifier | modifier le code]

Le remastering est une technique de post-production utilisée dans les industries musicales et cinématographiques. L'objectif premier est d'améliorer grâce à de nouvelles technologies la qualité d'enregistrements sonores vieillissants ou détériorés. Il consiste à effectuer un nouveau master de l'enregistrement ou du mixage original en partant des supports sources disponibles (mixage original), en vue d'une nouvelle et meilleure diffusion commerciale ou dans le but de conservation et de préservation patrimoniales.

Numérisation ➝ Restauration ➝ Remasterisation ➝ Transfert
Conversion A:D Traitements du signal mise en forme duplication
  • Un remastering peut aussi être l'occasion d'inclure des éléments sonores supplémentaires. Conséquence notable dans le cas d'une œuvre tombée dans le domaine public, le fait d'y ajouter de nouveaux éléments permet à son auteur ou à ceux ayant hérité des droits d'en récupérer les droits afférents.
  • Pour certains types de musique électronique, le terme remix, plus approprié techniquement que remaster, désigne alors un morceau modifié de façon substantielle, parfois jusqu'à en devenir méconnaissable.

Numérisation[modifier | modifier le code]

C'est la première étape dans le cas d'un original analogique, celle-ci consiste à convertir celui-ci en fichier numérique.

Vers les années 2010, apparaissent de nouvelles technologies à base d'informatique dont le but recherché est d'identifier puis de séparer sur plusieurs pistes les instruments d'un mixage musique afin de pouvoir retraiter chacun et de procéder à un nouveau mixage. Ces technologies sont notamment dérivées des recherches de l'IRCAM.

Restauration[modifier | modifier le code]

La boîte à outils du restaurateur lui permet de choisir ou de mélanger différentes approches:

  • Réduction du bruit de fond de l'original analogique (bruit de bande, bruit d'origine électronique).
  • Réduction par filtrage du hum ou du rumble (en) (bruit parasite d'origine électrique (secteur) ou acoustique (climatisation, etc.).
  • Réduction ou suppression des rayures (disque rayé ou poussiéreux qui, inévitablement, produit de plus en plus de craquements) inhérentes aux disques vinyles (quand la restauration a celui-ci pour seule source).
  • Suppression des « clics » (bruit numérique indésirable généré à l'occasion de ré-enregistrements numériques). Généralement un clic est généré par une désynchronisation du wordclock entre deux machines ou deux ordinateurs dans le transport du signal traité. Un clic numérique a une durée d'environ 1 à 2 millisecondes.
  • Restauration numérique.

Remasterisation[modifier | modifier le code]

L'étape suivant la restauration, identique ou proche de la masterisation.

Duplication[modifier | modifier le code]

Il y a duplication pour une diffusion utilisant un support physique (CD, DVD, etc.) non « dématérialisé ».

Techniques employées en postproduction[modifier | modifier le code]

Le remastering consiste à réemployer des enregistrements effectués par le passé, et à améliorer leur qualité par l'emploi de technologies de post-production numériques. Pour ce faire, il faut disposer au minimum du master original, ou des éléments source ayant servi en studio lors de l'enregistrement pour un morceau de musique, des éléments source (négatif image et mixage) ou de la pellicule originale pour un film.

Remastering en musique[modifier | modifier le code]

Avec l'apparition du CD audio au début des années 1980 pour le grand public, (la technologie, développée par plusieurs entreprises dont principalement Philips, datant en fait de 1979) il est apparu nécessaire de proposer un catalogue d'albums important, susceptible de pousser les consommateurs à évoluer vers ce nouveau média.

Le principal argument de vente de ce type de support était à l'époque sa qualité sonore incomparable. Lors de la sortie du CD audio en 1982, les deux autres supports disponibles sur le marché de la musique enregistrée étaient la cassette audio et le disque microsillon, tous deux lus par des dispositifs analogiques. Pour sa part, le CD audio lit de la musique encodée sous forme de données numériques, donc sans perte de qualité dans le temps, à moins bien sûr que l'intégrité physique du support ne soit elle-même compromise.

Peu de studios disposant alors de l'équipement numérique nécessaire à la production de CD en tout numérique, de l'enregistrement à la gravure, les labels se sont tournés vers leur important catalogue d'œuvres tombées dans le domaine public, composé quasi-exclusivement de musique classique. Il était ainsi possible d'éviter les frais engendrés par la réalisation de nouveaux enregistrements en numériques, ces derniers étant de facto réservés à la production d'artistes contemporains. Ces enregistrements de classique, pléthoriques au début des années 1980, ont donc fait partie des tout premiers remasters disponibles dans le commerce.

Pour les œuvres musicales, le master repart en studio de postproduction. Si possible, les pistes sont séparées puis numérisées indépendamment avant d'être mixées à nouveau. S'il s'agit d'un enregistrement dont les bandes studio sont perdues, on se contentera des pistes gauche et droite pour un enregistrement en stéréophonie, ou de la piste monophonique pour les enregistrements les plus anciens.

Les améliorations les plus courantes avant gravure sur support numérique sont :

  • La suppression du souffle, très présent sur les bandes analogiques vieillisantes et sur les disques microsillon ;
  • L'amélioration de la dynamique et du rapport signal/bruit, afin de pouvoir augmenter le volume de l'enregistrement sans souffrir des effets de distorsion ;
  • L'application d'une nouvelle égalisation, utilisée pour mettre en valeur certaines fréquences, donc certains instruments peu audibles, ou encore pour rendre un son plus harmonieux, « chaud » ou « rond ».

Une fois les améliorations apportées, les nouvelles pistes numériques obtenues sont resynchronisées et gravées sur un CD dit gold[2], qui sera utilisé par l'industriel chargé de la gravure en série de l'œuvre musicale.

Système distinctif spécifique au CD audio[modifier | modifier le code]

Lors du lancement du CD audio, en 1982, un système distinctif simple a été mis en place, permettant de reconnaître les différentes technologies utilisées lors de l'enregistrement, du mixage et du mastering du CD. Composé de trois lettres apposées dans un cadre rectangulaire sur le livret et/ou le disque lui-même, ce système fonctionne comme suit :

  • AAD : enregistrement et mixage réalisés sur matériels analogiques, mastering numérique ;
  • ADD : enregistrement sur matériel analogique, mixage et mastering numériques ;
  • DDD : enregistrement, mixage et mastering réalisés sur matériels numériques.

Le "A" signifiant "analog" ("analogique" en anglais), et le D "digital" ("numérique" en anglais). La troisième et dernière lettre est systématiquement un D, puisque le CD audio est en soi une technologie de mastering et de gravure numériques.

Remastering au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

C'est principalement le lancement du support DVD qui a été le vecteur de la généralisation du remastering des œuvres cinématographiques et des émissions de télévision enregistrées à l'époque en analogique. Cependant, le prix extrêmement élevé de la restauration d'un film sur support pellicule a fait primer, dans ce domaine, la qualité sur la quantité. La restauration des bandes vidéo des émissions de télévision, quant à elle moins onéreuse, explique la présence sur le marché de très nombreuses séries télévisées enregistrées ces trente dernières années et remasterisées récemment.

Dans le cas du cinéma et des enregistrements télévisuels, on séparera tout d'abord les pistes audio et les images (pellicule ou bande magnétique) afin de les traiter séparément. La partie audio profitera du même genre d'améliorations que celles appliquées aux autres types d'enregistrements sonores (voir ci-dessus). Pour la partie images, on utilise des stations de travail particulièrement puissantes et généralement réservées à un tel usage. Selon l'ancienneté de l'enregistrement, les améliorations et modifications diffèrent. Elles consistent principalement à :

  • Effacer les rayures physiquement présentes sur une pellicule[3] ;
  • Raviver les couleurs, délavées par de trop nombreuses expositions à l'intense lumière du projecteur ;
  • Améliorer le contraste[4] ;
  • Ajouter des scènes coupées lors du montage, ou tournées a posteriori, comme dans le cas de la trilogie originale de Star Wars de George Lucas.

Philosophie de la restauration[modifier | modifier le code]

Au début du numérique, les arguments marketing ont induit en erreur les restaurateurs et les techniciens chargés du remastering.

  • Augmentation de la dynamique: erreur, on ne peut pas écouter, avec une chaîne HI-FI, une symphonie (dont la dynamique acoustique, en salle de concert peut frôler les 110, 120 dB) au même niveau en écoute domestique.
  • Augmentation de la bande-passante: pour un disque vinyle, les fréquences aigües posent des problèmes d'énergie, La vraie bande-passante diminue avec le niveau de gravure et ne dépasse guère les 15 kHZ pour s'atténuer à partir de 10 à 12 kHz. Le CD ayant une bande passante plus large, bon nombre de remasterings ne se privèrent pas d'élargir et d'augmenter cette bande-passante. Le résultat escompté n'était pas toujours bénéfique, contrairement à ce qui était espéré par les théoriciens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Terme recommandé par L’Office québécois de la langue française (OQLF), par le Grand dictionnaire terminologique.
  2. Ce terme vient de l'aspect doré des tout premiers CD enregistrables disponibles pour les studios d'enregistrement. Bien que ce type de support n'ait plus cette couleur caractéristique, le terme gold est toujours en usage dans ce cas précis.
  3. ce type de traitement, nécessitant de retravailler chaque image séparément pour un résultat optimal, est très long. Ainsi, le remastering le plus récent de Metropolis a pris cinq années de travail.
  4. Cette valeur, exprimée sous la forme d'un ratio de type 1:1000, exprime la différence entre le noir et le blanc. Dans le cas de cet exemple, le blanc le plus brillant observable sur le support sera mille fois plus brillant que le noir le plus profond.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]