MSX

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
MSX Casio.

MSX est un standard de micro-ordinateurs à vocation domestique (grand public) d’origine japonaise, datant des années 1980. Contrairement à la plupart des ordinateurs de l’époque, les MSX ont été produits par divers fabricants. Ils étaient compatibles entre eux, aussi bien pour le matériel que pour les logiciels. Plusieurs versions du standard se sont succédé.

Description[modifier | modifier le code]

Logo du MSX.

Souvent interprété comme MicroSoft eXtension, le sigle MSX signifie Machines with Software eXchangeability selon Kazuhiko Nishi, initiateur du projet. Le standard fut créé en 1983 et produit par de nombreuses sociétés nippones comme Canon, Casio, Panasonic, Sanyo, Sony, Toshiba ou Yashica. Le japonais Yamaha a notamment produit des MSX à vocation musicale dont une version MSX1 avec un processeur sonore huit voies et des prises MIDI. En Europe, Philips ou Schneider ont été présents sur la scène MSX.

Le standard MSX fut inventé suite à un appel d’offre de la part du METI qui désirait que les ordinateurs soient compatibles entre eux, puisqu’à l’époque il était impossible d’utiliser des fichiers sur plusieurs ordinateurs. Microsoft a répondu présent à l’appel pour en développer les couches logicielles : langage de programmation interprété MSX-Basic intégré en standard dans une mémoire ROM et système d’exploitation MSX-DOS 1. Plus tard, le MSX-DOS 2 fut développé par ASCII, ajoutant entre autres les notions de répertoires (et sous-répertoires), de partitions de disques durs SCSI)...

Les MSX avaient des particulatités "nationales" : la version commercialisée au Japon était équipée d'un clavier QWERTY/Kanji. En France, la plupart possédait un clavier AZERTY. Une version supportant la langue arabe a été commercialisée par la société Al Alamia. Cette déclinaison portait le nom de Sakhr (roche en arabe).

Les MSX2 de Sony possédaient déjà une souris et un bureau (interface) graphique.

Il y eut quatre générations de MSX : les MSX (ou MSX1), les MSX2, les MSX2+ et les MSX turbo R. Ils furent très populaires au Japon et en Europe, surtout à l’époque du MSX1. Le MSX2+ fut commercialisé en Europe grâce à quelques rares importateurs en France, en Espagne et aux Pays-Bas. Le MSX turbo R fut encore plus rare en Europe, car produit uniquement par la firme Panasonic et réservé exclusivement au marché Japonais.

Les normes[modifier | modifier le code]

MSX 1[modifier | modifier le code]

Un MSX 1 fabriqué par Sony.

La norme MSX 1 fut définie à partir d’une machine existante, le Spectravideo 318 :

  • microprocesseur Z80 cadencé à 3,58 MHz
  • ROM : 32 Kio contenant MSX BASIC 1.0
  • mémoire vive : 8 à 64 Kio de Ram
  • mémoire vidéo : 16 Kio
    • texte en 40×24 ou 32×24, graphismes en 64×48 pixels ou 256×192 pixels
  • son sur 3 voies, 7 octaves

MSX 2[modifier | modifier le code]

Logo du MSX2

En 1985, la norme MSX-2 fut définie :

  • microprocesseur Z80 à 3,58 MHz
  • ROM : 48 Kio contenant MSX BASIC 2.0
  • RAM : 64 Kio minimum
  • processeur vidéo : Yamaha V9938
    • mémoire vidéo : 64 Kio minimum
    • graphismes jusqu’en 512×212 pixels, 16 ou 256 couleurs parmi 512
  • son sur 3 voies, 7 octaves

On peut citer comme célèbres MSX 2 : le Sony HB-F 700-F (deux cartouches et un lecteur de disquettes) ainsi que le Philips VG-8235 (deux cartouches et un lecteur de disquettes 360Ko).

NB : Il existait pour ce standard, une cartouche d’extension sonore à 8 canaux et une bibliothèque sonore, cette cartouche nommée FM-PAC était compatible avec plusieurs jeux MSX2 par plusieurs éditeurs de jeux différents. On peut également citer le Music Module de Philips, cartouche Midi et connecteurs Jack, pour laquelle un clavier externe (piano) était disponible en option.

MSX 2+[modifier | modifier le code]

Un MSX2+ FS-A1WSX

En 1988, la norme MSX2+ fut définie :

  • microprocesseur Z80 à 3,58 MHz (ainsi que des versions cadencées à 5,37 MHz)
  • ROM : 48 Kio contenant MSX BASIC 3.0
  • RAM : 64 Kio minimum
  • processeur vidéo : Yamaha V9958
    • mémoire vidéo : 128 Kio minimum
    • graphismes jusqu’en 512×212 pixels, 16 ou 256 couleurs parmi 512, et 256×212 (19 268 couleurs)
    • fonctions accélératrices matérielles intégrées de scrolling (défilement) vertical et horizontal, de copie et remplissage de zones, etc.
  • son sur 3 voies, 7 octaves via AY-3-8910 (PSG)

MSX turbo R[modifier | modifier le code]

En 1990, la norme MSX turbo R fut définie :

  • microprocesseur R800 à 7,16 MHz
  • microprocesseur Z80 à 3,58 MHz assurant la compatibilité avec les anciens logiciels
  • ROM ou BIOS : 96 Kio contenant MSX BASIC 4.0
  • RAM : 256 Kio (FS-A1ST) ou 512 Kio (FS-A1GT)
  • processeur vidéo : Yamaha V9958
    • mémoire vidéo : 128 Kio minimum
    • graphismes jusqu’en 512×212 pixels, 16 ou 256 couleurs parmi 512, et 256×212 (19 268 couleurs)
    • fonctions accélératrices matérielles intégrées de scrolling (défilement) vertical et horizontal, de copie et remplissage de zones, etc.
  • le son est pris en charge par plusieurs composants :
    • AY-3-8910 (PSG) offrant le son sur 3 voies, 7 octaves (présent pour des raisons de compatibilité)
    • Yamaha YM2413 (OPLL) (MSX-Music), offrant une extension à 9 canaux FM
    • PCM pour un son « MSX-Audio » mono-canal, 8 bits, à maximum 16 kHz
    • Microphone intégré

Quelques jeux célèbres[modifier | modifier le code]

Émulation[modifier | modifier le code]

Les ordinateurs MSX font partie des plates-formes les plus émulées aujourd’hui. Des versions existent sur la plupart des plates-formes, y compris les téléphones mobiles.[réf. nécessaire]

Une grande partie des émulateurs MSX est basée sur le code du pionnier fMSX[1], un émulateur portable créé par le russe Marat Fayzullin. La licence du code source de fMSX n’étant pas libre, de nombreux émulateurs ont supprimé dans leurs dernières versions le code qui émule le Z80 de Fayzullin pour éviter tout problème légal. Il existe également une version pour Mac[2].

BlueMSX est considéré comme le meilleur émulateur MSX pour plate-forme Windows par les sites spécialisés[3],[4]. Il est disponible sur le site blueMSX.

OpenMSX est un émulateur multiplateforme (Unix, Windows, Wii, Dingoo A320…) open-source. Sa rapidité, sa qualité d’émulation et ses possibilités de paramétrage le placent à un niveau équivalent à BlueMSX en termes de qualité. Son principal avantage est qu’il n’est pas lié à un système d’exploitation. Il est disponible sur le site officiel OpenMSX.

En 2001, Kazuhiko Nishi, inventeur du standard MSX, a initié une renaissance du MSX autour d’un émulateur officiel appelé MSXPLAYer. C’est le seul émulateur MSX officiel. Tous les droits sont maintenus par l’association MSX.

Nintendo Japon a annoncé en 2006 et confirmé en février 2007 que des jeux MSX seront disponibles sur la Console virtuelle de la Wii à partir de l’été 2007 au Japon.

En 2006, la société japonaise D4 Enterprise produit un ordinateur MSX très compact fonctionnant avec un FPGA qui émule le processeur d’origine (X80) de façon semi-matériel (un FPGA étant programmable) : le 1chipMSX.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. fMSX.
  2. version pour Mac.
  3. Rubrique émulateur du site PassionMSX.
  4. Rubrique émulateur MSX du site PlanetEmu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]