Étude de marché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une étude de marché est un travail d'exploration destiné à analyser, mesurer et comprendre le fonctionnement réel des forces à l'œuvre dans le cadre d'un marché. Il s'agit d'une activité typiquement mise en œuvre dans le cadre de la réflexion marketing. Concrètement, - une fois établi le périmètre à observer - cela recouvre l'étude des comportements, des appréciations, des besoins et des attentes des demandeurs et offreurs présents sur ce marché, ainsi que celles des conditions selon lesquelles ceux-ci agissent (ou non) pour réaliser les échanges correspondants à la satisfaction de leurs buts et intérêts.

Les études de marché utilisent des techniques quantitatives telles que le sondage, les panels, et des techniques qualitatives telles que les entretiens individualisés, les réunions de groupes. Les informations peuvent être recueillies :

  • soit directement auprès des personnes qui peuvent être consultées par l'intermédiaire d'enquêteurs (interviews en face à face à domicile ou en salle, téléphone, dans la rue ... ) ou de façon auto administrée ( soumission d'un questionnaire papier ou d'un questionnaire-formulaire par Internet).
  • soit par recherches documentaires compilation et analyse de toutes informations émanant de sources existantes et pertinentes ( sources primaires, publications légales et/ou financières, résultats de processus de veille ou d'intelligence économique, travaux académiques, etc.)

Enjeux des études de marché[modifier | modifier le code]

Les études de marché permettent de collecter et d'analyser l'ensemble de données chiffrées (sur les produits, les marques, les catégories, les besoins génériques) qui caractérisent un marché. Ces études permettent aussi d'analyser les facteurs influençant la vente (prescripteur, leaders d’opinion, bouche à oreille producteur, distributeur puis l’environnement institutionnel, technologique, culturel, démographique, économique et social). Enfin ces études analysent l'espace concurrentiel pertinent du positionnement (entre produits substituables et crédibles).

Il est toujours indispensable de mesurer un marché en volume et en valeur, c'est-à-dire par le total des sommes dépensées par les clients pour le produit ou le service considéré (car les évolutions peuvent être différentes). La taille du parc (produits à remplacer) peut aussi être utile. L’étude de marché doit correspondre à des sous-ensembles homogènes (segments) : critère géographique, caractéristique produit, nature de l’achat, producteur ou marque.

Typologie des études de marché[modifier | modifier le code]

  • Baromètre : étude réalisée périodiquement, afin de suivre les indicateurs d'un marché
  • Bottom-up : source « au niveau du terrain », constituée des remontées des services commerciaux, SAV, réclamations, etc.
  • Étude ad hoc : étude ponctuelle réalisée pour un seul demandeur. Souvent réalisée par une société de conseil.
  • Marché test : étude ponctuelle pour le compte d'un seul client. On enregistre des achats effectifs pendant une période dans une zone délimitée.
  • Étude multi-client : étude de marché sectorielle commercialisée simultanément auprès de plusieurs clients. Ces études permettent de disposer d'analyses sectorielles approfondies pour un budget modeste.
  • Omnibus : étude périodique, réalisée par une société de conseil pour plusieurs clients. Chaque client achète une ou plusieurs question(s). Le nombre de clients permet de diviser les coûts fixes, et l'étude leur revient donc moins cher.
  • Panel : échantillon permanent qui permet de suivre l'évolution du marché. Il peut s'agir d'un panel de consommateurs ou d'un panel distributeur.

Principaux instituts réalisant des études de marché[modifier | modifier le code]

Top 10 mondial des entreprises (Études de marché)

Rang Nom (Pays) CA en 2010 (million $US) Part de marché (%)
1 Nielsen Company (Pays Bas) 4958 15.9
2 Kantar Group (UK) 3183 10.2
3 Ipsos (incl. Synovate)[1] (FR) 2397 7.6
4 IMS Health (USA) 2211 7.1
5 GfK Group (ALL) 1716 5.5
6 SymphonyIRI (USA) 727 2.3
7 Westat (USA) 455 1.5
8 Intage (Japon) 416 1.3
9 Arbitron (USA) 395 1.3
10 The NPD Group (USA) 240 0.8

Source: Honomichl Global Top 25 Report 2011

Les étapes principales de l'étude de marché[modifier | modifier le code]

Étapes de l’étude de marché[modifier | modifier le code]

Réaliser une étude de marché implique une progression par étapes[2] :

  1. Formuler le problème de marketing : (contexte, objectifs, alternatives). Les problèmes de marketing concernent les décisions.
  2. Formuler le problème d’étude : Ce sont les problèmes d’étude des informations et méthodes de recherche (étude qualitative ou quantitative).
  3. Choisir le projet d’étude et un fournisseur : Déterminer le compromis délais et coût, cadrer le contexte général de la recherche, rappeler la définition précise de l’objectif de la recherche, recommander (en la justifiant) ou valider une Méthodologie, définir la structure de recherche, configurer l’échantillon à interroger, lister les prestations concrètes à assurer, contractualiser les rôles, engagements et livrables à fournir par chaque opérateur ou prestataire
  4. Suivre et contrôler la réalisation de l’étude.
  5. Analyser, interpréter et utiliser des résultats.

Les principales informations à recueillir[modifier | modifier le code]

L'étude de marché doit avoir pour finalité de recueillir certaines informations permettant d'optimiser l'action souhaitée (généralement la vente) vers une cible souhaitée ou à définir (généralement des clients).

De façon schématique, dans le cadre d'une entreprise développant et commercialisant un produit ou un service, les études de marché ou d'opinion (EMO) interviennent en amont durant les phases de recherche, pendant les phases de conception-développement, et durant la phase de commercialisation[3].

Les études de marché et d'opinion dans le processus de R&D

Les données socio-démographiques[modifier | modifier le code]

  1. les caractéristiques externes des clients : l'âge, le sexe, le lieu de résidence, la catégorie socio-professionnelle
  2. leur éventuelle segmentation en fonction de critères à déterminer

Les comportements[modifier | modifier le code]

  1. comportements de consommation et d’utilisation,
  2. comportements d’achat ( fréquence, période, lieux etc. ),
  3. comportements de fréquentation des médias

Les opinions et attitudes[modifier | modifier le code]

  1. la notoriété : (spontanée de premier rang (top of mind), spontanée (fonction de la proximité à la pub), assistée (en cas de risque de confusion), sans notoriété)
  2. l’image : ensemble des représentations matérielles et immatérielles.
  3. le Jugement global, préférence, satisfaction : échelles qualitatives et notes numériques, rangs, intentions.

Le processus de décision et les critères de choix[modifier | modifier le code]

  1. les motivations et les freins : psychologiques (caractère hédoniste, rationnel, utilitaire, éthique), financiers (pouvoir d'achat, capacité d'endettement, élasticité de la demande par rapport aux prix ), techniques ou pratiques (capacité ou compétence à utiliser pleinement le produit) ;
  2. les critères de choix entre les marques : capacité d’identification et de pondération des critères.
  3. le degré d’implication des clients par rapport à l’achat d’un produit : conséquence de l’achat  ;
  4. le degré de préméditation de l’achat : intensité et durée de la réflexion avant l’achat ;
  5. les sources d’information et de conseil auxquelles ont recours les clients, incidence des prescripteurs.

Les caractéristiques des sondages[modifier | modifier le code]

Pour réaliser un sondage, il faut s'assurer d'avoir défini :

L’unité de sondage (nature des entités : individus, entreprises…) et le ou les profils à interroger : Par exemple un fabricant de jouets doit-il interroger l'enfant ? ( destinataire final du produit), ou ses parents ? ( acheteurs présumés du produit) , voire les deux ?
La taille de l’échantillon détermine un degré de précision (fonction de racine carré de la taille absolue de l’échantillon) mais aussi un coût de réalisation : Comment arbitrer entre ces notions contradictoires.
La procédure de sélection de l’échantillon : le constituer de manière aléatoire est en principe idéal mais coûteux. Si l'on agit par la méthodes des quotas quels critères doivent prévaloir ?
La probabilité et les conséquences d'erreurs d’échantillonnage doivent être connues et si possible mesurées ( risque d'un échantillon de taille trop faible, ou d'interrogation d'une population non caractéristique ou marginale vis-à-vis du marché étudié).
Les méthodes de saisie, de centralisation et de traitement des données représentent la face cachée du coût et du délai d'obtention des sondages et ne doivent pas être sous-estimées.

Les caractéristiques des questionnaires[modifier | modifier le code]

Avant de mettre en oeuvre le questionnaire, il faut particulièrement veiller à :

La réception du questionnement par l'interviewé : Jusqu'où ne pas aller en ce qui concerne sa longueur, sa durée, la compréhension des questions, et l'effort nécessaire pour y répondre ? Si des limites "raisonnables" sont franchies, l'interviewé pourra être tenté de répondre au plus vite pour se débarrasser d'un questionnement ressenti comme "abusif"...
Prendre garde à ce que le questionnaire n'influence pas les réponses des interviewés . L'ordre des questions ou le style employé doit être particulièrement étudié et testé : Les informations collectées ne sont pas identiques selon que l'on se situe dans une démarche directive, semi-directive ou non directive. les questions pouvant être rédigées en mode ouvert, fermé, préformé ( réaction à des propositions ou à des échelles d’attitude). Le mode d’administration du questionnaire est également à prendre en compte : Interview postal, Interview par téléphone, Interview en face à face, Interview réalisé par observation du questionné.

Les principales embûches et erreurs à éviter sont :

de poser des questions trop générales ou ambiguës qui se révéleront inutiles lors de leur exploitation.
de se focaliser uniquement sur un seul aspect ( par ex: les besoins du client) sans balayer suffisamment des aspects connexes où peuvent se cacher des facteurs pourtant importants
de poser des questions auxquelles les personnes ne peuvent ou ne savent pas répondre (ce qui peut conduire à une réinterprétation par l'opérateur chargé d'enregistrer les réponses), ou des questions trop brutales ou ressenties comme indiscrètes (induisant des réponses non sincères ).

D'une façon générale, on ne peut que recommander de tester le questionnaire avant son emploi à large échelle et à inclure des questions de vérification, judicieusement positionnées dans le questionnaire, pour vérifier la validité des réponses données par l'interviewé sur les points jugés critiques pour la signification de l'étude de marché concernée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les chiffres Ipsos et Synovate sont estimés sur base des années précédentes. Ipsos a acquis Synovate le 27 juillet 2011. Synovate sera inclus dans les comptes consolidés d'Ipsos dès octobre 2011
  2. Jacques Lendrevie, Julien Lévy et Denis Lindon, Mercator 8e édition, 2006 (Ed Dunod)
  3. Belz, Ludovic, Méthodologie des EMO (Market Insight).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Giannelloni et Éric Vernette, Études de marché, Paris, Vuibert, coll. « Gestion »,‎ novembre 2001 (réimpr. 2001, 2003), 587 p. (ISBN 2-7117-7696-4)
  • Jean-Marc Gandy, Fiabiliser vos études de marché et vos enquêtes de satisfaction, Paris, AFNOR éditions, coll. « Solutions pour »,‎ mai 2008 (ISBN 978-2-12-475595-0)