Horus, prince du Soleil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Horus (homonymie) et prince du Soleil.

Horus, Prince du Soleil (太陽の王子 ホルスの大冒険, Taiyo no oji : Horusu no daiboken?) est un film d'animation japonais réalisé par Isao Takahata pour le studio Toei et sorti en 1968.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Grunwald, un être aux pouvoirs maléfiques, s'est juré de se débarrasser des hommes. Il les combat notamment en leur envoyant des loups.

Horus est un garçon vivant isolé avec son père, qui avait fui après l'attaque de leur village. Juste avant de mourir, le père lui révèle l'existence des autres humains et conseille à Horus d'aller rejoindre les siens.

Les habitants du village sont affamés car un monstre, envoyé par Grunwald, les prive du poisson dont ils ont l'habitude de se nourrir. Horus va aider les villageois à combattre. Il rencontre aussi une mystérieuse jeune fille au chant envoûtant, Hilda et Moog, l'homme-rocher, qui a une épée plantée dans le haut du bras. Horus arrive à la retirer, et Moog lui en fait cadeau. Il lui apprend que cette épée est la fameuse épée du Soleil et que le jour où il arrivera à la maîtriser il sera devenu le prince du Soleil.

Réalisation[modifier | modifier le code]

Commencé en 1965, ce film n'a été achevé qu'en 1968, suite à de nombreux conflits entre l'équipe de création (Takahata mais aussi Hayao Miyazaki, ...) et les dirigeants du studio Toei et à des problèmes budgétaires.

Même s'il n'est pas au même niveau de qualité que les films réalisés dans les années 1980-90 par les deux réalisateurs du studio Ghibli, ce film marque le point de départ de la prise du pouvoir décisionnel des créateurs (scénaristes, réalisateurs) au niveau de la direction du film, aux dépens des dirigeants du studio.

Le studio (la Toei) voulait faire des films à destination exclusive des enfants, mais l'équipe qui a réalisé le film souhaitait créer un film qu'elle aurait envie de voir, et était exigeante sur le niveau de qualité à atteindre.

Ce fut le premier film à réunir Isao Takahata, Hayao Miyazaki et Yoichi Kotabe, ils quittèrent ensuite le studio Toei pour former un autre studio, indépendant, où il créerent notamment Panda Petit Panda.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Lors d'une intervention pour la sortie de ce film en France, Isao Takahata a signalé qu'il remarquait des similitudes dans le contexte politique des deux époques : dans les années 1960, c'était l'intervention américaine au Viêt Nam, et en 2003-4 c'est en Irak. Dans les deux cas les Japonais se sont retrouvés dans une position inconfortable, partagés entre leur volonté de soutenir leurs alliés américains, et le fait de ne pas être vraiment d'accord (en tout cas au niveau de l'opinion publique) à propos de ces interventions.

Le personnage vraiment intéressant du film, c'est Hilda, à la personnalité complexe, car elle se retrouve en fait dans la même situation que le Japon à l'époque. Mais les créateurs se sont aussi interrogés sur les sentiments que pouvait ressentir un soldat américain au Viêt Nam afin d'enrichir la psychologie de ce personnage.

L'époque était également marquée par une forte croissance économique. Mais l'époque, c'est aussi celle où le Japon était frappé par l'affaire de la pollution de la baie de Minamata, due aux rejets toxiques illégaux d'une compagnie industrielle, Chisso. Cela montre la fin du respect de la nature, qui (d'après le réalisateur) était auparavant un aspect essentiel de la culture japonaise.

L'industrialisation à grande échelle provoque également un affaiblissement des rapports humains, la disparition de l'idée de communauté villageoise.

Les auteurs avaient toutes ces préoccupations en tête lorsqu'ils ont réalisé ce film, et on peut donc y trouver quelques échos.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]