Ghats occidentaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ghats occidentaux
Carte de localisation des Ghats occidentaux.
Carte de localisation des Ghats occidentaux.
Géographie
Altitude 2 695 m, Anamudi
Longueur 1 600 km
Largeur 100 km
Superficie 160 000 km2
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
États Gujarat, Maharashtra, Goa, Karnataka, Kerala, Tamil Nadu
Géologie
Âge Cénozoïque
Roches Basalte, latérite

Les Ghats occidentaux ou Sahyadrī sont une chaîne de montagne ; ils bordent le plateau du Deccan dans l'Ouest de l'Inde (à l'opposé des Ghats orientaux), et le séparent de l'étroite plaine côtière de la mer d'Arabie. De par sa richesse naturelle cette région est classée comme un point chaud de biodiversité par Conservation International.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vue satellite des Ghats occidentaux

Les Ghats occidentaux forment une chaîne de montagne d'environ 1 600 km de long qui se déroule le long de la mer d'Arabie à l'ouest et du plateau du Deccan à l'est. La superficie globale de l'espace est de 160 000 km2. Elle s'amorce au sud du fleuve Tapti près de la frontière entre le Gujarat et le Maharashtra. De là elle s'étire vers le sud en traversant les États du Maharashtra, de Goa, du Karnataka, du Kerala, et du Tamil Nadu, jusqu'à la pointe méridionale de la péninsule indienne, au cap Comorin.

Topographie[modifier | modifier le code]

Son altitude moyenne est de 1 000 mètres et ses sommets les plus élevés, dans la partie nord de la chaîne, au Maharashtra, sont le Kalsubai 1 646 m, le Mahabaleshwar 1 438 m et l'Harishchandragarh 1 424 m et dans la partie sud, le Kudremukh avec 1 862 m, dans le Karnataka. Paradoxalement c'est dans la partie sud qu'on trouve le plus haut sommet : Anamudi au Kerala avec ses 2 695 m. La trouée de Palghat (Palghat Gap), située entre les Nilgiri au nord et les Anaimalai au sud, large d'une trentaine de kilomètres, est la seule passe importante dans les Ghats occidentaux, elle permet de relier le Tamil Nadu au Kerala. Des chaînes de dimensions plus modestes, comme les Nilgiri au nord-ouest du Tamil Nadu et les Biligirirangan au sud-est du Karnataka près de Chennai, rejoignent les Shevaroy – ou chaîne des Servarayan – et la chaîne de Tirumalai, reliant les Ghats occidentaux aux Ghats orientaux. Elles servent de corridors importants pour la faune.

La partie septentrionale de la plaine côtière occidentale est appelée côte de Konkan ou simplement Konkan tandis que la partie méridionale se nomme la côte de Malabar. Le piémont oriental des Sahyadri dans le Maharashtra est connu sous le nom de Desh, alors que celui de l'état central de Karnataka est connu comme la région de Malnad. La ville principale au cœur des montagnes est Pune, dans le Desh à l'ouest de la chaîne.

Géologie[modifier | modifier le code]

Les Ghats occidentaux ne sont pas à proprement parler des montagnes issues du plissement de deux plaques tectoniques. Il s'agit en réalité d'un escarpement partant du plateau du Deccan et descendant jusqu'à la mer d'Arabie. Il est probable que cette chaîne de montagne se soit formée lors de l'éclatement du super-continent, Gondwana il y a environ 150 millions d'années. Les géophysiciens E.J Barron et C.G Harrison de l'Université de Miami pensent que cette zone était autrefois au contact de l'actuelle île de Madagascar et qu'en se séparant cela forma des falaises d'environ 1 000 mètres de hauteur. De là, la plaque indienne dériva sur le point chaud de La Réunion, une zone à forte activité volcanique. Les terres de l'Inde actuelle subirent alors d'intenses éruptions volcaniques il y a environ 65 millions d'années qui formèrent les trapps du Deccan, constitués d'un empilement successifs de laves basaltiques. Aujourd'hui, cette zone couvre une bonne partie du centre-ouest de l'Inde. L'activité volcanique provoqua un soulèvement de roches plus anciennes, comme dans les Nilgiri, où certaines roches datent de 200 millions d'années. Le basalte est donc la roche prédominante de cet espace mais on trouve aussi de la charnockite, du gneiss, de la khondalite et de la leptynite. Dans les montagnes du sud on trouve aussi de la latérite et de la bauxite résiduelles.

Climat[modifier | modifier le code]

Précipitations annuelles dans les Ghats occidentaux en cm

Globalement les Ghats occidentaux possèdent un climat de mousson tropical (Am) qui s'étire tout le long de la côte occidentale de l'Inde (à l'exception du nord-ouest). Cela sous-entend des températures minimales de 18 °C toute l'année et une saison sèche avec au moins 60 mm mensuels précipitations, mais le plus souvent au moins 100 mm. Dans la partie nord et centrale de l'aire on remarque des saisons plus marquées, qui s'atténuent fortement plus on descend dans le sud du des Ghats occidentaux. La partie orientale de cette région et certaines zones côtières tendent à être plus sèches et adoptent en partie un climat tropical de savane (Aw). On remarque donc des saisons sèche et humide bien marquées avec une pluviométrie inférieure à 60 mm mensuels lors des mois les plus secs.

Les Sahyadri forment une barrière pour les vents de mousson porteurs de pluie, provenant de l'ouest, qu'elles refroidissent tandis qu'ils montent le long de ses pentes montagneuses et qu'elles libèrent de leur humidité en pluie. Les forêts denses contribuent également aux précipitations dans le secteur en contribuant à la condensation des vents chargés d'humidité se levant de la mer, et en libérant une grande partie de l'humidité présente dans l'air par évapo-transpiration, humidité qui se condense à nouveau et retombe en pluie.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La façade occidentale reçoit beaucoup plus de pluie que la façade orientale et les Ghats occidentaux sont considérablement plus humides que le Deccan, plus sec, à l'est. Les Ghats occidentaux forme la ligne de partage des eaux la plus importante de la péninsule indienne, la pluie abondante engendrant de nombreux torrents, occasionnant de nombreuses chutes d'eau et donnant naissance tant aux courts fleuves côtiers de la façade occidentale qui se jettent dans la mer d'Arabie qu'aux grands fleuves, comme le Godavari, la Krishna, la Kaveri et leurs affluents, qui déroulent leurs eaux sur le plateau du Deccan et se jettent dans le golfe du Bengale. Plusieurs de ces torrents et fleuves sont menacés de pollution par l'industrie minière, l'agriculture, les eaux usées urbaines et autres activités humaines.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

L'ensemble Ghats occidentaux-Sri Lanka vu par Conservation International

Avec son climat humide, très différent des régions avoisinantes et sa topographie complexe les Ghats occidentaux forment un immense réservoir de biodiversité. Associés au Sri Lanka avec lequel ils partagent une flore et une faune sensiblement similaires, ils forment un hotspot de biodiversité appelés Ghats occidentaux-Sri Lanka.

Écorégions[modifier | modifier le code]

Autrefois, les Ghats occidentaux étaient recouverts par des forêts denses. Dans le sud, ils abritent toujours la seule forêt vierge de l'Inde méridionale. Ces forêts sont l'habitat d'une faune et d'une flore intéressantes et diverses, dont les espèces sont apparentées avec celles de l'Asie du Sud-Est, mais qui sont de plus en plus menacées par l'activité humaine.

Les biogéographes ont depuis longtemps reconnu la spécificité des flore et faune locales. Beaucoup d'espèces de cette région ne se trouvent ailleurs qu'en Inde du Nord-Est. Les Ghats occidentaux sont également l'habitat d'un grand nombre d'espèces endémiques, particulièrement dans le domaine de la faune amphibienne et reptilienne.

Les Ghats occidentaux, écologiquement distincts des régions plus sèches du Nord et de l'Est, peuvent être encore divisés en quatre écorégions.

La partie septentrionale de la chaîne est généralement plus sèche que la partie méridionale, et ses basses couches composent l'écorégion North Western ghats moist deciduous forests ecoregion composée de forêts à feuilles caduques, principalement du teck (Tectona grandis) et des Diptérocarpacées. Au-dessus de 1 000 mètres, l'écorégion North Western ghats montane rain forests, plus fraîche et plus humide dont les forêts à feuilles persistantes sont caractérisées par des arbres de la famille des Lauracées.

Les forêts d'arbres à feuilles persistantes de la région du Wayanad au Kerala et au Tamil Nadu marquent la zone de transition entre les écorégions septentrionales et méridionales des Ghats occidentaux. Les écorégions méridionales sont généralement plus humides et possèdent une faune et une flore plus riches. Aux basses altitudes, on trouve l'écorégion South Western ghats moist deciduous forests, dont le Cullenia est l'arbre caractéristique, accompagné du teck, des Diptérocarpacées et d'autres essences. Ces forêts humides forment la transition avec l'écorégion plus sèche South Deccan Plateau dry deciduous forests, située à l'abri de la pluie par les montagnes.

Au-dessus de 1 000 mètres, on trouve l'écorégion South Western ghats montane rain forests, elle aussi plus fraîche et plus humide que les forêts des terres environnantes plus basses, une écorégion dominée par les arbres à feuilles persistantes, bien que quelques prairies de montagne et forêts au développement peu important puissent être trouvées à des altitudes élevées. Cette écorégion est la plus riche en espèces de la péninsule indienne, quatre-vingts pour cent des espèces de plantes à fleur des Ghats occidentaux sont dans cette écorégion, de même, 35 pour cent des plantes, 42 pour cent des poissons, 48 pour cent des reptiles et 75 pour cent des amphibiens qui vivent dans cette écorégion y sont endémiques[1].

De son côté le Sri Lanka possèdent deux écorégions : les Sri Lanka lowland rain forests et les Sri Lanka montane rain forests[2].

Flore[modifier | modifier le code]

La flore de cette région est très riche non seulement avec ses 5 916 espèces de plantes vasculaires mais en plus avec ses 3 049 espèces endémiques, soit 51,5 % d'endémisme.

Faune[modifier | modifier le code]

Tout comme la flore, la faune des Ghats occidentaux présentent un taux élevé d'endémisme[3] :

  • mammifères : 140 espèces dont 18 endémiques ;
  • oiseaux : 458 espèces dont 22 endémiques ;
  • reptiles : 267 espèces 174 endémiques ;
  • poissons d'eaux douce : 191 espèces 139 endémiques ;
  • amphibiens : 178 espèces 130 endémiques. La famille des Uropeltidae — les serpents à queue armée — comportant 44 espèces classés en 8 genres est presque entièrement limitée à cette région du monde. La grenouille Nasikabatrachus sahyadrensis — de Nasika, « nez » en sanskrit — découverte en 2003 par le scientifique belge Franky Bossuyt et dont les analyses génétiques ont démontré qu'elle se différenciait de toutes les espèces de grenouilles connues aujourd'hui, est considérée comme un fossile vivant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Menaces et conservation[modifier | modifier le code]

Devant l'incroyable pression démographique que connaît cette région et toute l'Inde en général, la menace qui pèse sur cette région est intense[réf. souhaitée]. Plusieurs parcs nationaux et secteurs protégés se trouvent dans la chaîne, mais on estime qu'aujourd'hui seule une infime fraction des Ghats occidentaux ressemble encore à son état primitif.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Biodiversity Hotspots - Ghats - Overview
  2. (en) World Wildlife Funds - Ecoregions
  3. (en) Biodiversity Hotspots - Ghats - Unique biodiversity

Sur les autres projets Wikimedia :