Pendjab (Inde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

30° 44′ N 76° 47′ E / 30.73, 76.78

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pendjab.

30° 47′ 24″ N 76° 46′ 48″ E / 30.79, 76.78

Pendjab
ਪੰਜਾਬ
Sceau
Sceau
Localisation de l'État en Inde
Localisation de l'État en Inde
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
Capitale Chandigarh
Plus grande ville Ludhiana
Création 1er novembre 1966
Langue officielle Pendjabi
Gouverneur Shivraj Patil
Ministre en chef Parkash Singh Badal (SAD)
Démographie
Population 27 743 338 hab. (2011[1])
Densité 551 hab./km2
Rang 15e rang (2.37 %)
Géographie
Superficie 50 362 km2
Rang 19e rang (1.53 %)

Le Pendjab, Penjab ou Panjab (en pendjabi (gurmukhi) ਪੰਜਾਬ (pañjāb), en anglais Punjab), est un État du nord-ouest de l'Inde faisant partie de la région du Pendjab. Le Pendjab est bordé à l'est par l'Himachal Pradesh, au sud par l'Haryana, le Territoire de Chandigarh, au sud-ouest par le Rajasthan et à l'ouest par la province pakistanaise du Pendjab. La capitale de l'État est Chandigarh, un territoire et également la capitale de l'Haryana.

Lors de la Partition des Indes en 1947, la province du Pendjab de l'Empire des Indes a été divisée entre l'Union indienne et le Dominion du Pakistan. En 1966, le Pendjab indien a été de nouveau divisé en trois États : l'Himachal Pradesh et l'Haryana, hindiphones, et le Pendjab actuel, panjabiphone et à majorité sikhe. Ses villes principales sont Amritsar et Ludhiana.

L'agriculture est la principale industrie du Pendjab, il est le plus gros producteur de blé en Inde[2]. Un nombre considérable de Pendjabis ont émigré dans de nombreux pays, plus particulièrement au Royaume-Uni, au Canada, aux États-Unis et en Australie.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot Pendjab est une combinaison des mots indo-iraniens: پنج panj (cinq) et آب āb (eau). Pendjab signifie donc (pays des) cinq rivières. Ces cinq rivières sont la Beas, le Sutlej, le Ravi, la Chenab et la Jhelum. En anglais, le Pendjab est appelé Punjab ou the Punjab.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Pendjab est situé dans le nord-ouest de l'Inde et a une superficie de 50 362 km2. Il est bordé à l'ouest par le Pakistan, au nord par le Jammu-et-Cachemire, au nord-est par l'Himachal Pradesh et au sud par l'Haryana et le Rajasthan.

La majeure partie du Pendjab occupe une plaine alluviale fertile parcourue par de nombreuses rivières et un important réseau de camneaux d'irrigation[3]. Au nord-est de l'État se trouvent une rangée de collines qui forment les pieds de l'Himalaya. L'altitude moyenne est de 300 m, allant de 180 m au sud-ouest jusqu'à plus de 500 m à la frontière nord-est.

Le Pendjab est classé dans les zones sismiques II (faible risque) à IV (haut risque)[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Un champ au Pendjab pendant la mousson.

Le climat du Pendjab se caractérise par des températures extrêmement chaudes en été et froides en hiver : de 2°C à 40°C, mais pouvant atteindre 47°C au plus chaud de l'été et descendre jusqu'à 0°C en hiver.

La zone du nord-est de l'État, près des collines de l'Himalaya, reçoit de fortes chutes de pluie alors que le climat au sud-ouest est semi-aride, se mêlant en partie avec le désert du Thar. Les précipitations annuelles moyennes font de 960 mm dans les collines à 460 dans la plaine.

Le Pendjab compte trois saisons[3] :

  • l'été, d'avril à juin, quand les températures peuvent atteindre 40°C ;
  • la mousson, de juillet à septembre, où tombent la majorité des pluies ;
  • l'hiver, de décembre à février, quand les températures peuvent descendre jusqu'à 2°C.

Environnement[modifier | modifier le code]

Antilopes males et femelles.

Il n'y a pas de forêts naturelles dans les plaines du Pendjab. Les collines du nord-est sont la région la plus riche en termes de biodiversité[5]

Le Pendjab compte de nombreuses zones humides, zones protégées ou parcs zoologiques, notamment la Zone humide nationale de Hari-Ke-Pattan, la Réserve de faune sauvage de Harike, près de Tarn Taran Sahib, la Zone humide de Kanjli, la Zone humide de Kapurthala Sutlej, le Parc zoologique de Ropar[6].

Les rivières du Pendjab abritent des crocodiles et on trouve des chameaux dans les zones arides. Le cobra est un animal fréquent.

Le Pendjab a désigné l'autour à ailes grises[7], l'antilope cervicapre et le shesham comme oiseau, animal et arbre officiels de l'État[3].

Population[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le recensement de 2011, la population du Pendjab s'élève à 27 743 338 habitants, dont 14 639 465 hommes et 13 103 873 femmes[1]. Le taux d'alphabétisme est de 75 % (80,23 % pour les hommes, 68,36 % pour les femmes).

Le Pendjab est un État avant tout agricole et 66 % de sa population vit en zone rurale[réf. nécessaire].

Les Dalits représentent 28,3 % de la population, la plus haute proportion des États indiens[8].

Religions[modifier | modifier le code]

Le Temple d'Or à Amritsar est le principal lieu saint du sikhisme.

Le sikhisme est la religion majoritaire au Pendjab : 60 % des Pendjabis sont sikhs et on trouve une gurdwara dans pratiquement chaque ville et chaque village de l'État. Le principal lieu saint du sikhisme, Harmandir Sahib est situé à Amritsar. La ville abrite également le Shiromani Gurdwara Parbandhak Committee, la plus haute autorité religieuse sikhe, et l'Akal Takht, le siège temporel de la Khalsa, la communauté des sikhs baptisés.

L'hindouisme est la deuxième religion du Pendjab, pratiquée par 37 % de la population. Une grande partie des hindous pendjabis entretiennent des liens spirituels avec le sikhisme et visitent des gurdwaras aussi bien que des temples hindous.

Les autres principales religions du Pendjab sont l'islam (1,53 % de la population), le christianisme (1,21 %), le bouddhisme (0,17 %) et le jaïnisme (0,16 %).

Langues[modifier | modifier le code]

Le pendjabi, écrit en écriture gurmukhi, est la langue officielle de l'État[9]. Le pendjabi est parlé en Inde mais également au Pakistan, dans la province du Pendjab pakistanais, et dans le monde entier en raison de l'importante émigration de Pendjabis, notamment au Royaume-Uni, en Amérique du Nord et en Australie[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1947, la partition de l'Inde britannique découpe entre l'Inde et le Pakistan ce qui était précédemment la province du Pendjab. La partie occidentale, peuplée majoritairement de musulmans, revient au Pakistan et forme la province du Pendjab pakistanais, tandis que la partie orientale, majoritairement sikhe et hindoue, revient à l'Inde. Cette partition provoque d'importants déplacements de population et des massacres entre communautés.

Plusieurs petits États princiers, dont celui de Patiala, intègrent aussi l'Inde et en 1950, deux États pendjabis sont créés : le Pendjab proprement dit, sur le territoire de l'ancienne province, et le Patiala and East Punjab States Union (PEPSU) qui regroupe les anciens États princiers. En 1956, le PEPSU est réuni au Pendjab, tandis que plusieurs districts himalayens sont intégrés dans le nouvel État d'Himachal Pradesh. La capitale de l'ancienne province, Lahore, étant maintenant en territoire pakistanais, une nouvelle capitale, Chandigarh, est construite. Enfin, le 1er novembre 1966, la moitié sud-est, majoritairement hindoue et hindiphone, devient un État à part entière, l'Haryana. Ce qui reste du Pendjab est un État majoritairement sikh et panjabiphone. Chandigarh, qui se trouve maintenant à la frontière des deux États, accède au statut de territoire et sert de capitale aux deux États du Pendjab et de l'Haryana.

Pendant les années 1970, la Révolution verte accroit la productivité agricole du Pendjab, devenu l'un des plus riches de l'Inde. Dans les années 1980, des nationalistes sikhs réclament la création d'un État indépendant, appelé Khalistan mais le mouvement est militairement réprimé par le gouvernement d'Indira Gandhi (Operation Blue Star).

Gouvernement et politique[modifier | modifier le code]

Comme les autres États indiens, le Pendjab est gouverné par un chief minister et un gouvernement responsables devant l'Assemblée législative. Celle-ci compte 117 députés élus au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans.

La vie politique pendjabie est dominée par le Shiromani Akali Dal (SAD), un parti religieux sikh au pouvoir depuis 2004 en coalition avec le BJP, et le Congrès national indien, actuellement dans l'opposition. Le chief minister est Parkash Singh Badal (SAD).

Le gouverneur du Pendjab, nommé par le gouvernement central, est depuis 2010 Shivraj Patil.

La capitale du Pendjab est Chandigarh. Depuis la division de l'État en 1966 elle a la particularité de ne plus être située sur le territoire du Pendjab mais de constituer un territoire administré par le gouvernement central. Elle est également capitale de l'Haryana.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Carte des districts du Pendjab

Depuis juillet 2011, le Pendjab est divisé en 22 districtset 4 divisions:

Division Districts
Division de Firozpur Fazilka, Firozpur, Moga, Muktsar
Division de Faridkot Bathinda, Faridkot, Mansa
Division de Patiala Fatehgarh Sahib, Ludhiana, Rupnagar, Patiala, Sangrur, Barnala, Mohali
Division de Jalandhar Jalandhar, Hoshiarpur, Amritsar, Gurdaspur, Kapurthala, Shaheed Bhagat Singh Nagar, Pathankot, Tarn Taran


L'État compte 22 cités et 157 villes. Les agglomérations les plus importantes sont Ludhiana, Moga, Jalandhar, Nawanshahr, Amritsar, Patiala, Ajitgarh, Bathinda.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie pendjabie est avant tout agricole : il s'agit d'une des régions les plus fertiles au monde et l'État est souvent surnommé le « grenier de l'Inde »[11]. La principale production est celle du blé : le Pendjab produit 19,5 % du blé indien. Il produit également 10,3 % du coton et 11 % du riz du pays. Le Pendjab produit ainsi à lui seul 2 % du blé mondial, 1 % du riz et 1 % du cotton[11]. Les autres cultures concernent la canne à sucre, le millet, le maïs et l'orge.

En raison de sa richesse agricole, le Pendjab est souvent considéré comme l'État indien proposant la meilleure qualité de vie[12]. Il est l'État le moins touché par la faim[13].

Le Pendjab dispose d'infrastructures développés par rapport au reste du pays[14],[15].

L'importance de la production agricole est toutefois une source de pollution[16]. Le riz et le blé sont cultivés sur les mêmes champs au Pendjab et les tiges de blé sont brulées sur des millions d'hectares avant de semer le blé. L'État consomme également 223,46 kg d'engrais par an et par hectare, contre 90 kg pour la moyenne indienne.

La productivité, traditionnellement très importante, est en chute en raison de la baisse de la fertilité du sol. La baisse du niveau des ressources en eau est également un sujet d'inquiétude[17],[18].

Culture[modifier | modifier le code]

En raison de la présence de communautés pendjabies émigrées à travers le monde, de nombreux éléments culturels du Pendjab sont souvent considérés en Occident comme représentatifs de la culture indienne en général.

Cuisine[modifier | modifier le code]

De nombreux plats présentés comme de la cuisine indienne à travers le monde sont en fait originaires du Pendjab. C'est par exemple le cas de la cuisine au tandoor (poulet tandoori) ou du paratha (pain plat), qui est au Pendjab souvent consommé fourré.

Le masala pendjabi est généralement fait à partir d'oignon, d'ail et de gingembre.

Bhangra[modifier | modifier le code]

Le bhangra (pendjabi : ਭੰਗੜਾ pɑ̀ŋɡɾɑ̀ː) est une forme de danse et de musique originaire du Pendjab[19].

À l'origine la danse bhangra est une danse populaire de fermiers pendjabis célébrant la saison des récoltes. Les mouvements spécifiques du bhangra reflètent la manière dont on cultive la terre. Cette danse a été popularisé par les communautés pendjabies au Royaume-Uni et aux États-Unis, où des compétitions sont organisées[20].

Aujourd'hui le bhangra existe à travers le monde sous différentes formes : de la musique pop, des bandes-originales de films ou des spectacles culturels.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Punjab Population Census data 2011 », Gouvernement de l'Inde (consulté le 16 août 2013)
  2. « Punjab », Overseas Indian Facilitation Centre (consulté le 8 september 2011)
  3. a, b et c « State Profile – About Punjab », Punjabgovt.nic.in (consulté le 2010-07-18)
  4. Pragati Infosoft Pvt. Ltd., « Punjab Geography, Geography of Punjab, Punjab Location, Punjab Climate », Punjabonline.in (consulté le 2010-07-18)
  5. Jerath, Neelima, Puja & Jatinder Chadha (Editors), 2006. Biodiversity in the Shivalik Ecosystem of Punjab. Punjab State Council for Science and Technology, Bishen Singh Mahendra Pal Singh, Dehradun.
  6. « Indian States : Punjab :: Flora And Fauna », India Travel Information (consulté le 2010-07-18)
  7. « Panjab Tourism, General Information » (consulté le 2010-11-09)
  8. « DATA HIGHLIGHTS : THE SCHEDULED CASTES », Govt of India, Census (consulté le 28 mars 2013)
  9. Punjabi Language, official Language of Punjab, Regional Languages of Punjab. Indiasite.com. Retrieved on 2012-01-18.
  10. Punjabi in North America. Apnaorg.com. Retrieved on 2012-01-18.
  11. a et b « Welcome to Official Web site of Punjab, India » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 3 juin 2013
  12. Arvind Chhabra, « Punjab: Progressive by nature: India Today », Indiatoday.intoday.in,‎ 2009-09-18 (consulté le 2010-07-18)
  13. (en) « India fares badly on global hunger index », Times of India,‎ 15 oct. 2008 (lire en ligne)
  14. « Welcome to Official Web site of Punjab, India » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 3 juin 2013
  15. « Welcome to Official Web site of Punjab, India » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-06-03
  16. « Fields on fire: making farming more sustainable in India – in pictures », The Guardian,‎ 7 décembre 2012 (lire en ligne)
  17. J. Carl Ganter, « Q&A: Upmanu Lall on India’s Nexus of Energy, Food and Water », Circle of Blue (consulté le 2010-06-04)
  18. Upmanu Lall, « Punjab: A tale of prosperity and decline », Columbia Water Center (consulté le 2009-09-11)
  19. Pakistan almanac, Volumes 2001–2002, Royal Book Company (lire en ligne) — Bhangra refers to both a traditional dance and a form of music invented in the 1980s. Bhangra, the punjabi folk dance that has become popular all over the world. Panjabi folk songs have been integral part of fertile provinces
  20. Bhangra History. Bhangra.org. Retrieved on 2012-01-18.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :