Ilménite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ilménite
Catégorie IV : oxydes et hydroxydes[1]
Ilménite

Ilménite
Général
Numéro CAS 12168-52-4
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute FeO3TiFeTiO3
Identification
Masse formulaire[2] 151,71 ± 0,004 uma
Fe 36,81 %, O 31,64 %, Ti 31,55 %,
Couleur noir de fer, brun foncé, brun noir
Classe cristalline et groupe d'espace paratétartoédrie hexagonale ; R3
Système cristallin trigonal
Réseau de Bravais rhomboédrique R
Macle possibles sur {1011} et {0001}
Clivage aucun
Cassure conchoïdale ; irrégulière
Habitus massif, en rosette, grenu, micacé, compact, sable
Faciès Tabulaire selon {0001}
Échelle de Mohs 5 - 6
Trait noir-brun
Éclat submétallique
Propriétés optiques
Transparence opaque
Propriétés chimiques
Densité 4,72
Propriétés physiques
Magnétisme faible
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L’ilménite est une espèce minérale formée d'oxyde minéral de fer et de titane de formule chimique FeTiO3 avec des traces de magnésium, manganèse et vanadium. Elle peut former des cristaux jusqu'à 25 cm[3].

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

L'ilménite a été décrite par le minéralogiste Kupffer en 1827. Le nom dérive de la localité type.

Topotype[modifier | modifier le code]

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Axotomous Eisenerz (Mohs, 1824)[4]
  • Cibdelophane
  • Haplotypite
  • Mänaken Karsten (1808)
  • Mohsite (Levy, 1827)[5]
  • Para-ilménite
  • Titanioferrite (Chapman, 1843)

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Critères de détermination[modifier | modifier le code]

  • Ce minéral peut être facilement confondu avec les minéraux du groupe de la crichtonite mais aussi avec l'hématite.
  • L'ilménite est opaque, de couleur noire et d'éclat submétallique. Son trait varie entre le noir et le marron. Sa fracture est conchoïdale.
  • La couleur du trait permet de la distinguer de l'hématite ; le magnétisme faible la différencie de la magnétite.

Variétés[modifier | modifier le code]

  • Ferroilménite (ferro-ilménite) : variété ferrifère d'ilménite contenant 33 % de Fe2O3 de formule idéale (FeTi)2O3. Synonyme pour cette variété : hystatite (Breithaupt, 1830).
  • Guadarramite (Muñoz del Castillo, 1906) : variété contestée radioactive d'ilménite trouvée dans la Sierra de Guadarrama, Castille, Espagne[6].
  • Isérine (Klaproth, 1810) : variété cubique d'ilémnite, décrite initialement à Jizerská meadow (Iser meadow), Monts Jizerské (Monts Iser), Bohème, Tchéquie, qui a inspiré le nom[7]. Synonyme pour cette variété : isérite (Dana) ; à noter que le minéralogiste Janovsky a décrit une variété de rutile qu'il a nommée isérite.
  • Kibdelophane (von Kobell, 1832) : variété riche en titane d'ilménite[8].
  • Magnéto-ilménite (Ramdohr, 1926) : variété ferrifère d'ilménite[9].
  • Manacchanite : variété ferrifère d'ilménite décrite à Tregonwell Mill, Manaccan, Lizard Peninsula, Cornouaille Angleterre qui a inspiré le nom. Synonyme pour cette variété : grégorite (Paris)[10].
  • Manganilménite (Simpson, 1929) : variété manganésifère d'ilménite[11]
  • Picrocrichtonite (Lacroix, 1901) : variété manganésifère d'ilménite[12].
  • Picroilménite (Groth, 1898) : variété d'ilménite riche en magnésium[13].
  • Picrotitanite (Dana, 1868) : variété d'ilménite riche en magnésium[14].
  • Silicoilménite (Pilipenko, 1930) : mélange de silice et d'ilménite[15].
  • Washingtonite (Shepard, 1842) : variété ferrifère d'ilménite trouvée à Washington, Comté de Litchfield, Connecticut, États-Unis qui a inspiré le nom[16].

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

L’ilménite forme trois séries isomorphes avec la pyrophanite MnTiO3, la geikielite MgTiO3 et l'ecandrewsite. On trouve la même structure dans MgSiO3 à haute pression.

La structure de l'ilménite est essentiellement la même que celle de l'hématite, ce qui permet une solution solide complète à haute température ; la distribution des cations fer et titane dans l'hématite est ordonnée. Les atomes d'oxygène forment un empilement de type AB, les cations occupent deux tiers des cavités octaédriques ainsi formées. Puisque dans l’hématite, chaque troisième site octaédrique est vide : la séquence est -Fe-Ti-L-Ti-Fe-L-Fe-Ti- où L représente une lacune (site octaédrique vide). Les cations proches du site vacant sont toujours soit deux fer, soit deux titane.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

Structure de l'ilménite

L'ilménite appartient au système cristallin trigonal. Son réseau est rhomboédrique et son groupe d'espace est R3. Ses paramètres de maille sont, exprimés dans la base hexagonale, a = 5,088 Å et c = 14,088 Å (V = 315,84 Å3, Z = 6) et sa densité calculée est 4,79 g/cm3 à température ambiante[17].

Propriétés physiques[modifier | modifier le code]

À température ambiante, l’ilménite est paramagnétique, mais elle devient antiferromagnétique à environ 56 K[18].

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

  • Minéral accessoire, commun, des roches magmatiques. Accompagnée de magnétite, l'ilménite constitue des masses importantes dans les gabbros, les diorites, les anorthosites. Avec la magnétite, le zircon, le rutile, etc. elle est un important minéral de placers. C'est d'ailleurs des placers d'Australie et autres lieux de l'hémisphère sud, que provient la plus grande part des minerais d'ilménite. On la trouve également dans des veines et filons pegmatitiques, et, dans sa localité type, dans la « miascite » et ses pegmatites
  • Présent dans les roches lunaires.
  • Présent dans météorite.

Gisements producteurs de spécimens remarquables[modifier | modifier le code]

Mine à ciel ouvert d'ilménite de Norvège
  • Algérie
Laouni, Hoggar, Province de Tamanghasset[19].
  • Belgique
La Helle, Ternell, Eupen, Province de Liège[20].
  • Canada
Madawaska Mine property, Faraday Township, Comté de Hastings, Ontario[21].
Mine Beattie, Duparquet, Abitibi-Ouest MRC, Abitibi-Témiscamingue, Québec[22].
Mine Tio, Havre-Saint-Pierre, Minganie MRC, Côte-Nord, Québec[23].
  • France
Mine d'Anglade, Salau, Seix, Cauflens, Ariège, Midi-Pyrénées[24].
  • Madagascar
Fort-Dauphin (site de Mandena).

Exploitation des gisements[modifier | modifier le code]

L’ilménite est un important minerai de titane et, dans une moindre mesure, de fer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. (en) John W. Anthony, Richard A. Bideaux, Kenneth W. Bladh et Monte C. Nichols, The Handbook of Mineralogy : Halides, Hydroxides, Oxides, vol. III, Mineral Data Publishing,‎ 1997.
  4. (en) B. K. Welch, The occurrence and paragenesis of the ores of titanium, vol. I, Durham University (thèse de doctorat),‎ 1958 (lire en ligne), p. 23.
  5. (en) A. Levy, « On a new mineral species », Philosophical Magazine, 2e série, vol. 1, no 3,‎ 1827, p. 221-223 (DOI 10.1080/14786442708674278).
  6. (es) José Muñoz del Castillo, « La «guadarramita»: propuesta de una nueva individualidad mineralógica radiactiva », Boletín de la Sociedad Española de Historia Natural, vol. 6,‎ 1906, p. 479-484 (lire en ligne).
  7. (de) Martin Heinrich Klaproth, « Chemische Untersuchung des Iserins », Beiträge zur chemischen Kenntniss der Mineralkörper, Berlin, Rottmann, vol. 5,‎ 1810, p. 206-209 (lire en ligne).
  8. (de) Franz Ritter von Kobell, « Analyse des Titaneisens von Egersund », Schweigger's Journal für Chemie und Physik,‎ 1832, p. 59-63 (lire en ligne).
  9. Ramdohr, Jb. Min. Beil., vol. 54, 1926, p. 345.
  10. (en) John Ayrton Paris, « Gregorite (Manaccanite) discovered at Lanarth », Transactions of the Royal Geological Society of Cornwall, vol. 1,‎ 1818, p. 226-227 (lire en ligne).
  11. (en) Edward Sydney Simpson (en), « Contributions to the mineralogy of Western Australia », Journal of the Royal Society of Western Australia, série IV, vol. 15,‎ 1929, p. 99-114.
  12. Alfred Lacroix, Minéralogie de la France et de ses colonies : Description physique et chimique des minéraux - Étude des conditions géologiques de leurs gisements, vol. 3, Béranger,‎ 1901, partie 1, p. 284.
  13. Mémoires du Bureau de recherches géologiques et minières. vol. 83, 1989, partie 1, p. 47-48.
  14. (en) Bulletin - United States Geological Survey, vol. 1113-1114,‎ 1960, p. 192.
  15. (no) P. P. Pilipenko, Mineralnoe Syre, vol. 5, 1930, p. 981.
  16. (en) Shepard, « On Washingtonite, a new mineral », American Journal of Science, vol. 43,‎ 1842, p. 364.
  17. ICSD No. 91 642 ; (en) Richard J. Harrison, Simon A.T. Redfern et Ron I. Smith, « In-situ study of the R3 to R3c phase transition in the ilmenite-hematite solid solution using time-of-flight neutron powder diffraction », American Mineralogist, vol. 85, no 1,‎ 2000, p. 194-205 (résumé).
  18. (en) John J. Stickler, S. Kern, A. Wold et G.S. Heller, « Magnetic Resonance and Susceptibility of Several Ilmenite Powders », Physical Review, vol. 164, no 2,‎ 1967, p. 765-767 (DOI 10.1103/PhysRev.164.765).
  19. J. P. Lorand et J. Y. Cottin, Bulletin de Minéralogie, vol. 110, 1987, p. 373-378.
  20. (en) D. A. Singer, V. I. Berger et B. C. Moring, Porph yry Copper Deposits of the World: Database And Grade and Tonnage Models, 2008 : US Geological Survey Open-File Report 2008-1155,‎ 2008 (lire en ligne).
  21. (en) George W. Robinson et Steven C. Chamberlain, « An Introduction to the Mineralogy of Ontario's Grenville Province », Mineralogical Record, vol. 13, no 2,‎ 1982, p. 71-86.
  22. (en) Ann P. Sabina, Rocks and minerals for the collector : Geological Survey of Canada, Miscellaneous Report 77: Kirkland Lake – Rouyn-Noranda – Val-d’Or, Ontario and Quebec,‎ 2003 (lire en ligne), p. 125-127.
  23. « Notre histoire », sur Rio Tinto, Fer et Titane (consulté le 27 août 2014).
  24. C. Derré, M. Fonteilles et L. Y. Nansot, « Le Gisement de Scheelite de Salau, Ariège - Pyrénées », Publications du 26è Congrès Géologique International, Paris,‎ 7-17 juillet 1980.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :