Culture bretonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page de garde du livre la vie des bienheureux et des saints de Bretagne, pour tous les jours de l'année de Malo-Joseph de Garaby.

Par Culture bretonne, le présent article traite aussi bien de la culture dite "celtique", présente essentiellement en Basse-Bretagne (Bretagne occidentale), que de la culture des régions romanes de Haute-Bretagne (Bretagne orientale).

Organisme de référence sur la culture bretonne[modifier | modifier le code]

Depuis 1981, l'Institut culturel de Bretagne, issu d'une concertation entre l'État et les représentants des forces vives locales, financé majoritairement par l'État, puis, par la Région Bretagne, puis, devenu autonome, est le principal organisme multidisciplinaire pour ce qui concerne ce qu'on appelle la Matière de Bretagne.

Langues[modifier | modifier le code]

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Breton.

Le breton est une langue celtique qui, avec le cornique et le gallois, appartient au groupe des langues brittoniques encore parlées (les langues éteintes sont le gaulois et le cambrien). Le Breton a été importé en Armorique par des Britto-romains, lors des migrations du Ve siècle, alors qu'ils fuyaient la pression d'envahisseurs gaéliques et pictes sur l’actuel Pays de Galles[1] (voir les migrations des Britto-romains).

Langue gallèse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gallo.

Le gallo est une langue d'oïl dont les locuteurs se situent principalement en Haute-Bretagne.

Symboles[modifier | modifier le code]

Drapeaux[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Kroaz du et Gwenn ha du.

Le Kroaz du, littéralement « Croix noire » en breton, est l'un des drapeaux utilisés par les Bretons depuis le Moyen Âge. Avec les bannières ducales, c'est un des plus anciens drapeaux bretons connus.

Le Gwenn ha Du, littéralement « Blanc et Noir » en breton, est de facto le drapeau et le pavillon actuel de la région Bretagne et de la province historique de Bretagne.

Hymne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bro gozh ma zadoù.
Breton Traduction française

Ni Breizhiz a galon, karomp hon gwir Vro !
Brudet eo an Arvor dre ar Bed tro-dro !
Dispont e kreiz ar brezel, hon tadoù ken mad
A skuilhas eviti o gwad.

O Breizh ! Ma Bro ! Me 'gar ma Bro ;
Tra ma vo 'r mor 'vel mur 'n he zro,
Ra vezo digabestr ma Bro !

Breizh, douar a Sent kozh, douar ar Varzhed ;
N'eus Bro-all a garan kement 'barzh ar Bed ;
Pep menez, pep traonienn d'am c'halon 'zo ker ;
Enno 'kousk meur a Vreizhad ter !

Ar Vretoned a zo tud kalet ha kreñv ;
N'eus pobl ken kalonek a-zindan an neñv ;
Gwerz trist, son didius a ziwan eno ;
O ! Pegen kaer ez out, ma bro !

Mard eo bet trec'het Breizh er brezelioù bras,
He yezh a zo bepred ken bev ha biskoazh,
He c'halon a lamm c'hoazh 'n he c'hreiz,
Dihunet out bremañ, ma Breizh !

Nous Bretons de cœur, nous aimons notre vrai pays !
L'Arvor est renommée à travers le monde !
Sans peur, au cœur de la guerre, nos ancêtres si bons
Versèrent leur sang pour elle.

O Bretagne, mon pays, que j'aime mon pays ;
Tant que la mer comme un mur d'elle,
Sois libre mon pays !

Bretagne, terre des vieux Saints, et terre des Bardes ;
Il n'est d'autres pays au monde que j'aime autant ;
Chaque montagne, chaque vallée est chère dans mon cœur ;
En eux dorment plus d'un Breton héroïque !

Les Bretons sont des gens durs et forts ;
Aucun peuple, sous les cieux n'est aussi ardent ;
Complainte triste, aux sons harmonieux s'élèvent en eux
O ! Combien tu es belle, ma patrie !

Si autrefois Bretagne, tu as fléchi durant les guerres,
Ta langue est restée vivante à jamais,
Son cœur ardent tressaille encore pour elle,
Tu es réveillée maintenant ma Bretagne !

Littérature[modifier | modifier le code]

En breton[modifier | modifier le code]

Nous pouvons constater de nos jours beaucoup d'ouvrages en langue bretonne, que cela soit modéré ou non, avec des auteurs par exemple comme Glenmor, Erwan Evenou, Théodore Hersart de La Villemarqué

En français[modifier | modifier le code]

Contes et légendes[modifier | modifier le code]

Légendes locales ou grands thèmes communs à tous les pays bretons, tous nourrissent profondément l'imaginaire de gens. Nous pouvons par exemple citer toutes les créatures légendaires de Bretagne ( Korrigans, Morgans, Sirènes, Fées, Ankou ...), avec en plus des légendes plus connues comme les légendes arthuriennes, ces dernières assez connues content les aventures du Roi Arthur, des Chevaliers de la Table Ronde, Tristan et Iseult, Merlin ... Les plus anciennes traces littéraires sont dans les Lais de Marie de France, par exemple, « le lai du laostic » (parle d'un rossignol, breton moderne , eostig). En conte et légende de Bretagne nous pouvons citer par exemple:

Arts[modifier | modifier le code]

La Bretagne a inspiré de très nombreux artistes au cours des siècles, dont les plus célèbres appartiennent à la fameuse Ecole de Pont-Aven, comme Paul Gauguin, Emile Bernard, Paul Sérusier, Maxime Maufra ou encore les peintres impressionnistes comme Claude Monet qui réalisa de nombreuses toiles de Belle-Île-en-Mer au XIX siècle. Du XX siècle jusqu'à la période contemporaine, la Bretagne est aussi source d'inspiration pour des artistes renommés comme Bernard Buffet, Jean Carzou ou Émile Rocher. Les œuvres de ce dernier sont d'ailleurs visibles au Musée des Beaux-Arts de Brest, au Musée du Faouët et au Conseil Régional de Bretagne.

Musique et chant[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Musique bretonne et Chanson bretonne.

Une musique qui fait la fierté de toute la région, qu'elle soit de type classique (musique traditionnelle, musique celtique...) avec des bagadoù, des groupes de fest-noz et des chanteurs comme Alan Stivell, Tri Yann, Gilles Servat, Denez Prigent ou moderne (rock celtique, rap breton, pop celtique) comme par exemple Matmatah, Red Cardell, Manau, Gwennyn.

Danse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Danse bretonne.

Ce que l'on appelle aujourd'hui « danse bretonne » est constitué de l'ancienne danse traditionnelle pratiquée par les milieux paysans de Bretagne jusque dans l'entre-deux-guerres. Elles font l'objet, en Bretagne, d'une pratique de masse depuis 1970,elles sont mises en valeur, en Bretagne et au delà ,par l'existence de nombreux groupes amateurs spécialisés, dénommés le plus souvent cercles celtiques. Il existe aussi des ateliers de danses bretonnes dans des centres culturels.

La grande majorité des danses, surtout les plus anciennes, sont des danses de groupe, en rond ou en cortège. Cependant des danses-jeux existent ou ont été importées : galop nantais, jilgodenn, an-dro retourné, etc…

Cinéma[modifier | modifier le code]

Depuis l'invention du cinéma, 250 films ont été tournés en Bretagne. Le premier film a été projeté en 1896 : « les pêcheurs du port de Concarneau » par les frères Lumière. La commune du Locronan a accueilli notamment le tournage des Trois Mousquetaires en 1921, les Chouans de Philippe de Broca ou Tess de Roman Polanski, grâce à la partie historique de son village[2].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine bretonne.

La cuisine bretonne est très variée avec des origines diverses entre chaque plat (fruit de mer, viande, fruit.. ), et les crêpes bretonnes ont fait la renommée de toute la région.

Traditions[modifier | modifier le code]

Les Bretons ont beaucoup de traditions comme les pardons. Ce sont des événements de très grande importance en Bretagne. Cérémonies religieuses séculaires durant lesquelles les gens marchent en procession, vers l’Église ou la chapelle, pour demander pardon pour leurs fautes.

Pour les touristes, le plus attrayant dans les pardons sont les costumes. Ce sont des signes d'identification à des pays ou terroirs. Ces costumes ne sont plus portés qu'à l'occasion des fêtes publiques. Une des caractéristiques les plus remarquables est la variété des coiffes féminines, sortes de bonnets en dentelle destinés à retenir et à cacher les cheveux.

Les fest-noz, une fête de nuit de la culture bretonne où les amateurs de danses bretonnes se retrouvent, toutes générations confondues. Une ambiance unique à ne pas rater. Ils ont été classés par l'UNESCO comme patrimoine culturel immatériel breton, ils réunissent un ensemble d'éléments de la culture bretonne : le répertoire chanté, la pratique instrumentale, les danses et une dimension sociale liée à une convivialité partagée entre générations[3].

Attachement des Bretons à leur culture[modifier | modifier le code]

D'après un sondage réalisé en 2010[4], 69 % des Bretons se disent "très attachés" (28 %) ou "assez attachés" (41 %), tandis que 24 % se disent "peu attachés" et 7 % "pas du tout attachés". Pour les personnes sondées, la culture bretonne est majoritairement associée à la musique et aux chants (69 %), devant la langue (33 %), la danse (27 %) la cuisine (21 %) et la littérature (2 %).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léon Fleuriot, Les Origines de la Bretagne, Bibliothèque historique Payot, Paris, 1999, (ISBN 2-228-12711-6)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas les attaques des Angles et des Saxons qui ont déclenché les migrations bretonnes vers l'Armorique, voir Léon Fleuriot, Histoire de la Bretagne.
  2. Audrey Tamine, « Les décors bretons attirent les caméras », Ouest-France,‎ 23 août 2010 (consulté le 24 août 2010)
  3. Étude réalisée, en 2010, auprès d'un échantillon de 1002 personnes, âgée de 18 ans et plus, sur l'ensemble de la Bretagne (Loire-Atlantique comprise). article dans Ouest-France"
  4. Étude réalisée auprès d'un échantillon de 1002 personnes, âgée de 18 ans et plus, sur l'ensemble de la Bretagne (Loire-Atlantique comprise). article dans Ouest-France"