New Tang Dynasty Television

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image illustrative de l'article New Tang Dynasty Television

Création Décembre 2001
Langue Chinois
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Siège social New York
Site web NTD en français
Diffusion
Satellite Hot Bird 8 (Europe)
10971 H 27500 3/4
ADSL Bouygues Telecom : 704
Free : 684
SFR : 725
Web NTD Online
Aire Amérique, Asie, Australie, Europe
Diffusion Satellite, ADSL, Web

New Tang Dynasty (NTD) est une chaîne de télévision indépendante créée en 2001. Basée à New York, elle a des correspondants dans plus de soixante-dix villes à travers le monde. Sa mission officielle est d'apporter une information non censurée dans et hors de Chine continentale, de restaurer et de promouvoir la culture chinoise traditionnelle et de faciliter la compréhension mutuelle entre les sociétés chinoises et occidentales[1]. La société a été appelée NTDTV jusqu'à la mi-2010 et est désormais connue sous l'abréviation NTD.

Histoire[modifier | modifier le code]

NTD a été fondée en 2001 en tant que chaîne d'information de langue chinoise. Depuis sa création, NTD a élargi sa diffusion pour inclure des émissions en anglais, espagnol, japonais, français, russe, perse, hébreu et plusieurs autres langues. NTD a commencé la diffusion par satellite en Amérique du Nord en février 2002 et en Chine continentale en avril 2004. À l'heure actuelle, la couverture par satellite de la chaîne atteint l'Amérique du nord, l'Asie, l'Europe et l'Océanie, en plusieurs langues[2].

Organisation[modifier | modifier le code]

La chaine assure la promotion de la culture traditionnelle chinoise. Elle fournit également des nouvelles non censurées sur la Chine et en particulier sur la question des droits de l'homme et adopte souvent une position critique sur les abus de pouvoir du Parti communiste chinois[3].

En avril 2014, les membres du conseil d'administration de NTD sont Huayi Zhang (Président du conseil d’administration), Zhong Lee (Président de NTD), Samuel Zhou, Annan Ma et Yibing Shi[4].

L'activité de la chaîne est assurée par quatre-vingt personnes. En 2009, ses revenus se sont élevés à 5,3 millions de dollars[3].

Programmes[modifier | modifier le code]

Une journaliste de NTD à l'Académie royale de Stockholm, en Suède, à l'annonce du prix Nobel de littérature de Mo Yan en 2012

Son offre de contenu comprend des journaux d'informations, des analyses, des divertissements, des émissions sur l'art et la culture, le sport, les voyages, la santé, la vie quotidienne, la société et des émissions pour les plus jeunes[5].

NTD a notamment une pertinence reconnue dans le domaine de l'information[6]. Elle a par exemple annoncé l'épidémie de SRAS en 2003, trois semaines avant que le gouvernement chinois n'admette publiquement l'existence de l'épidémie[7].

Évènements culturels[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de sa mission de promotion de la culture chinoise traditionnelle, NTD organise et produit une variété de programmes culturels, y compris de danses classiques chinoises, d'arts martiaux et de concours culinaires. La chaîne propose ces activités afin de faire revivre les traditions culturelles chinoises mises à mal par le régime communiste.

De 2004 à 2006, NTD a produit et retransmis chaque année un spectacle du Nouvel An chinois mettant en vedette la danse et la musique classique chinoise. Les représentations de la série figurent danses ethniques et folkloriques, danses illustrant des contes et légendes chinoises, des interprétations musicales en solo. Ces spectacles ont depuis été repris par une compagnie dédiée qui se produit dans le monde entier, Shen Yun Performing Arts.

Depuis 2008, NTD organise des compétitions annuelles ouvertes à des participants d'origine chinoise dans les domaines de la danse classique chinoise, les arts martiaux, la conception de vêtements traditionnels, la peinture, la musique, la photographie et la cuisine chinoise[8].

Diffusion[modifier | modifier le code]

NTD est diffusée sur le câble, l'ADSL, le satellite et le Web. Les émissions de la chaîne sont vues chaque année par plusieurs dizaines de millions de personnes et peuvent, selon la chaîne, atteindre 200 millions de téléspectateurs[9]. La chaîne est diffusée sur le câble au États-Unis[10]. En France, elle est diffusée dans les bouquets ADSL de Bouygues, Free et SFR. La couverture par satellite de la chaine comprend l'Amérique du nord, l'Asie, l'Europe et l'Océanie[2]. En Asie, notamment en Chine continentale, la diffusion par satellite est assurée par l'opérateur taiwanais Chunghwa Telecom, malgré les tentatives de censure de Pékin[11]. NTD estime qu'un million de personnes de Chine continentale contournent chaque mois le Grand Firewall de Chine pour accéder au site web de la chaîne[3].

Censure[modifier | modifier le code]

La ligne éditoriale indépendante et critique de NTD vis à vis des atteintes aux droits de l'homme en Chine provoque régulièrement la colère de la République populaire de Chine et de ses ambassades à l'étranger[12].

En janvier 2007, un théâtre de Séoul a annulé à la dernière minute le spectacle du Nouvel An sponsorisé par NTD. Les médias sud-coréens ont dénoncé les « génuflexions » de leur gouvernement devant les autorités chinoises[9].

En juin 2008, Reporters sans frontières (RSF) a accusé Eutelsat d'avoir abusivement interrompu la diffusion de NTD par son satellite W5 afin d'apaiser le gouvernement chinois. Selon RSF, « la suspension de NTDTV, une chaîne qui dérange le gouvernement de Pékin car elle peut être reçue librement par des dizaines de millions de foyers chinois, apparaît comme une faveur d'Eutelsat pour obtenir de nouveaux marchés[13] ». RSF a déclaré qu'ils étaient en possession d'un enregistrement d'une conversation avec un employé d'Eutelsat à Pékin confirmant les allégations[14]. Eutelsat a affirmé que l'arrêt était dû à une défaillance technique[15]. Le 30 juin 2010, la Cour d'appel de Paris a ordonné une mesure d’expertise visant à définir si oui ou non il y a eu coupure intentionnelle de NTD par Eutelsat[14].

En juin 2010, lors de la visite du président Hu Jintao au Canada, le cabinet du Premier ministre canadien a annulé une conférence de presse à laquelle NTD devait participer afin que Hu Jintao ne soit pas en contact avec les journalistes de la chaîne, à la demande du consulat chinois. Selon le Toronto Star, ces conférences de presse sont courantes pour les dirigeants étrangers en visite au Parlement, et l'annulation a été considérée comme une mesure extraordinaire pour maintenir NTD éloignée du président chinois[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « A propos de NTD », NTD (consulté le 31 mars 2014)
  2. a et b « Programmation », NTD (consulté le 2 avril 2014)
  3. a, b et c (en) Daniel Trotta, « TV channel trying to change China from New York », Reuters,‎ 17 mars 2011 (consulté le 3 avril 2014)
  4. « Conseil d'administration », NTD (consulté le 3 avril 2014)
  5. « Transmission télévisuelle », NTD (consulté le 3 avril 2014)
  6. « La FIJ condamne l’interdiction par Eutelsat d’une télévision chinoise: « censure et lâche abandon des principes » », Fédération Internationale des Journalistes,‎ 15 mars 2005 (consulté le 5 avril 2014) : « New Tang Dynasty TV (NTDTV) a été fondée en 2001 et a gagné une réputation mondiale pour sa couverture adéquate et objective de sujets politiques, économiques et culturels en chinois. »
  7. « Question écrite n° 4-2925 », Sénat de Belgique,‎ 2 février 2009 (consulté le 5 avril 2014) : « L'émetteur de télévision non-marchand New Tang Dynasty Television (NTDTV), le seul émetteur indépendant émettant en chinois vers la Chine depuis 2004, tente d'informer les citoyens chinois de manière non censurée concernant des sujets dont le gouvernement chinois veut les priver, comme les droits de l'homme et les dossiers environnementaux. Ainsi, NTDTV a diffusé des informations au sujet de l'apparition du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en Chine, trois semaines avant que les autorités chinoises n'en reconnaissent l'existence. »
  8. (en) « Global Competition Series », NTD,‎ 2013 (consulté le 3 avril 2014)
  9. a et b Antoine Garnier, « L’année du cochon et les colères du régime chinois », Agora Vox,‎ 12 février 2007 (lire en ligne)
  10. (en) « New Tang Dynasty TV Grows With EURO World Network », PRWeb,‎ 18 mars 2014 (consulté le 5 avril 2014)
  11. « Chunghwa Telecom continuera d’assurer la diffusion de New Tang Dynasty Asia Pacific », Reporters sans frontières,‎ 20 juin 2011 (consulté le 3 avril 2014)
  12. « La chaîne de télévision en chinois NTDTV harcelée par Pékin », Reporters sans frontières,‎ 25 mai 2004 (consulté le 3 avril 2014)
  13. Laura Marzouk, « Eutelsat stoppe la diffusion en Chine d'une chaîne de télévision indépendante », Le Monde,‎ 22 juillet 2008 (lire en ligne)
  14. a et b Thomas Dusseau, « Quand le bouquet Eutelsat fait une fleur à Pékin », Libération,‎ 8 juillet 2010 (lire en ligne)
  15. « Eutelsat réaffirme auprès des institutions européennes le caractère irréversible et purement technique de la panne ayant entraîné l’interruption de ses services de télédiffusion vers le grand public sur le satellite W5 », Eutelsat,‎ 15 janvier 2009 (consulté le 4 avril 2014)
  16. (en) Susan Delacourt, « Harper helps Hu keep critics away », Toronto Star,‎ 25 juin 2010 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]