Edgard Maxence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Edgar Maxence)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maxence.

Edgard Maxence

Description de cette image, également commentée ci-après

Edgard Maxence, photographie anonyme non localisée.

Naissance 1871
Nantes
Décès 1954
La Bernerie-en-Retz
Nationalité française
Activités Peinture
Formation École des beaux-arts
Maîtres Jules-Élie Delaunay
Gustave Moreau
Mouvement artistique Symbolisme
Récompenses Officier de la Légion d'honneur

Œuvres réputées

L'âme de la forêt

Edgard Maxence[1] (parfois mal orthographié « Edgar Maxence »), né à Nantes en 1871 et mort à La Bernerie-en-Retz en 1954, est un peintre symboliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Signature d'Edgard Maxence dans la basilique Notre-Dame-du-Rosaire de Lourdes.

Élève de Jules-Élie Delaunay et de Gustave Moreau à l'École des beaux-arts de Paris, Edgard Maxence expose à partir de 1894 au Salon des artistes français. Après diverses mentions et une médaille d'or à l'Exposition universelle de 1900, il reçoit une médaille d'or en 1914.

Son goût pour les scènes médiévales idéalisées et leur esthétique symboliste lui valent d'être invité à exposer au Salon de la Rose-Croix de 1895 à 1897. Sa technique allie une pâte relativement épaisse et maçonnée à une certaine pureté des lignes. Comme Armand Point, il utilise la tempera (Les Fleurs du lac, 1900) ou les fonds d'or qui accentuent l'aspect primitif de scènes mystiques en dépit du traitement réalistes des visages (Concert d'anges, 1897, Beauvais, musée départemental de l'Oise), mais il utilise aussi la cire mélangée à l'huile[2]. Son succès l'incitera à multiplier les portraits et paysages d'inspiration symboliste bien après l'extinction de ce mouvement.

Chevalier de la Légion d'honneur en 1900, il est élevé au grade d'officier en 1927. Il est élu à l'Institut en 1924[3].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Paris, musée d'Orsay
    • Héraclès détruit les oiseaux de Stymphale, 1896, huile sur toile[4]
    • Femme à l'Orchidée, 1900, huile sur toile[5]
    • La Légende bretonne, 1906, huile sur toile[6]
    • Tête de jeune fille, 1932, huile sur bois d'acajou[7]
    • Fleurs des champs, ou Fleurs dans un vase, vers 1950, huile sur isorel[8]
    • Roses dans une tasse, huile sur isorel[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]