Musée national de Belgrade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Musée national de Belgrade
La façade principale du musée
La façade principale du musée
Informations géographiques
Pays Serbie Serbie
Ville Belgrade
Adresse Trg republike 1-a
Coordonnées 44° 49′ 00″ N 20° 27′ 36″ E / 44.816622, 20.45987144° 49′ 00″ Nord 20° 27′ 36″ Est / 44.816622, 20.459871  
Informations générales
Date d’inauguration 10 mai 1844
Protection Monument culturel de grande importance
Bien culturel de la Ville de Begrade
Informations visiteurs
Site web http://www.narodnimuzej.rs

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Musée national de Belgrade

Géolocalisation sur la carte : Serbie

(Voir situation sur carte : Serbie)
Musée national de Belgrade

Le Musée National (en serbe cyrillique : Народни музеј ; en serbe latin : Narodni Muzej) est un musée de Belgrade, la capitale de la Serbie. Il a été créé en 1844. Il est situé sur la Place de la République (Trg republike), dans la municipalité urbaine de Stari grad. Les collections du musée comportent plus de 400 000 objets et œuvres référencés[1] et notamment une importante collection de peintures. Le bâtiment actuel du musée a été construit en 1903 et il est aujourd'hui inscrit sur la liste des monuments culturels de grande importance de la République de Serbie[2] et sur la liste des biens culturels de la Ville de Belgrade[3].

Les collections permanentes sont actuellement[4] fermées au public en raison de travaux ; en revanche, le musée reste ouvert pour des expositions[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Musée National de Belgrade est le plus ancien musée de Serbie. Il a été fondé par un décret du ministre de l'éducation Jovan Sterija Popović le 10 mai 1844[1]. Dès 1843, le ministre affirmait : « Préservons l'héritage culturel, rassemblons-le dans un seul endroit : le musée ». En 1863, il est installé, avec la Bibliothèque nationale de Serbie, dans la résidence du capitaine Miša sur l'actuel Studentski trg (Place des Étudiants). En 1864, la princesse Julija Obrenović offre deux toiles au musée. En 1882, il accueille sa première exposition de sculptures modernes, avec des œuvres de Petar Ubavkić et, la même année, sa première exposition de peintures, avec des œuvres de Katarina Ivanović.

En 1892, le musée est transféré dans la maison des frères Velicković, qui abrite aujourd'hui la Faculté de philologie de l'université de Belgrade. La même année, il y reçoit un visiteur de marque, le physicien Nikola Tesla.

En 1901 est publiée la première liste des peintures exposées dans la galerie du musée et, en 1904, le musée ouvre au public des collections permanentes, avec un département d'archéologie, un département médiéval, un département de peintures ainsi qu'une section consacrée à Vuk Stefanović Karadžić[5].

Pendant la Première Guerre mondiale, des pièces de valeurs sont détruites ou volées. Le musée ne rouvrira qu'en 1923 dans un nouveau site, rue Miloša Velikog. Il déménagera encore en 1935 et rouvrira sous le nom de Musée du prince Paul. Il est installé dans les bâtiments de la Place de la République (Trg republike) en 1952.

En 1979, le musée Vuk et Dositej, créé en 1949, est rattaché au Musée National.

Depuis le 12 décembre 2003, le musée est en rénovation[5].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'actuel bâtiment du Musée national est situé sur la Place de la République, souvent considérée comme le centre névralgique de la capitale serbe. Il a été construit en 1903 à l'emplacement de l'ancienne kafana Dardaneli (« Les Dardanelles ») pour accueillir les fonds publics de la Banque hypothécaire ; il a été conçu par les architectes Nikola Nestorović et Andra Stevanović. Il a été agrandi en 1930, avec l'adjonction d'un atrium et d'une aile le long de la rue Laze Pačua, selon un projet de l'architecte Parović. Endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale, l'édifice a été aménagé en 1952 pour accueillir les collections du Musée national et, en 19641966, des travaux de restauration ont été réalisés d'après des plans d'Aleksandar Deroko, Petar Anagnosti et Zoran Petrović pour mieux l'adapter aux exigences d'un musée moderne[2],[3].

Le bâtiment est caractérisé par un style éclectique, avec une façade principale symétrique, à la manière du néoclassicisme architectural, et des éléments néorenaissance ; l'entrée principale, en avancée, est soutenue par des colonnes et surmontée d'un dôme néobaroque ; deux dômes, plus petits, surmontent les angles de la façade principale, constituée d'un rez-de-chaussée et de deux étages. Les décors de la façade ont été conçus par Franjo Valdman. La décoration intérieure est due à des artistes renommés de l'époque, Bora Kovačević et Andrija Domeniko[2],[3].

Devant la façade principale du musée se trouve le monument du prince Michel, érigé en 1882, classé comme le musée parmi les monuments culturels de grande importance de la République de Serbie[6].

Vue d'ensemble des collections[modifier | modifier le code]

Département d'Archéologie[modifier | modifier le code]

Le Musée national conserve d'importants objets découverts lors des fouilles archéologiques effectuées près de Belgrade. La section préhistorique accueille ainsi plus de 15 000 pièces, appartenant notamment à la culture de Vinča (autour du Ve millénaire avant J.C.), à l'âge du bronze et à l'Âge du fer. La période celte est également représentée (IVe siècle-IIIe siècle siècles av. J.-C.). Parmi les pièces les plus importantes de ce département figure le chariot de Dupljaja (XVIe-XIIIe siècle av. J.-C.) ou le masque en or de Trebenište (VIe siècle av. J.-C.)[7].

La section romaine est enrichie des trouvailles faites sur les sites de Viminacium (Kostolac), Singidunum (Belgrade), Margum (Dubravica) ou sur celui du mont Kosmaj. Le Musée National conserve notamment une tête en bronze représentant l'empereur Trajan[7].

Ce département comporte aussi une section consacrée à l'épigraphie[7].

Département d'Art médiéval[modifier | modifier le code]

Ce département présente une collection de bijoux, d'armes, d'outils mais aussi de tissus et de livres, ainsi qu'une importante collection d'icônes[8].

À des fins de sauvegarde, il abrite également des fresques rapportées des monastères de Đurđevi Stupovi (XIIe siècle), de Gradac (XIIIe siècle) ou encore du Žiča ainsi que d'autres églises de Serbie.

Parmi les manuscrits anciens, il faut signaler l'Évangile de Miroslav (Miroslavljevo jevanđelje) qui date de 1180 et qui a été inscrit en 2005 sur la liste Mémoire du monde de l'UNESCO[8],[9].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Département d'Art post-médiéval et d'Art moderne[modifier | modifier le code]

La collection d'Art international comprend plus de 1 100 peintures et sculptures. La collection de dessins et de gravures comporte 2 446 œuvres et la collection d'Art yougoslave plus de 6 000 pièces, incluant 1 700 œuvres d'artistes serbes du XVIIIe siècle au XIXe siècle[10].

Département de Numismatique[modifier | modifier le code]

La collection de numismatique comporte plus de 300 000 pièces de monnaie, médailles, sceaux etc.

Elle offre notamment un ensemble de pièces de monnaie de l'époque de Philippe II de Macédoine (359 – 336 B.C.) et d'Alexandre le Grand (336 – 323 B.C.).

Parmi les objets rares de la collection, on peut signaler les sceaux de Stefan Nemanja et de Stefan Stracimir[11].

La collection d'Art français[modifier | modifier le code]

Renoir, Nu, 1910
'Degas, L'Homme au chapeau mou
Gauguin, 'Thahitienne'

La collection d'Art français comprend plus de 250 tableaux, du XVIe siècle au début du XXe siècle. Elle accueille des œuvres de Gauguin (2 tableaux, 2 gravures et 1 aquarelle), Renoir (18 tableaux, 28 gravures, 25 dessins et 5 pastels)[12], André Derain, Henri de Toulouse-Lautrec, Matisse, Monet, Ambroise Vollard, Sébastien Bourdon, Degas (15 œuvres), Charles-François Daubigny, Georges Dufrénoy, Jean-Baptiste-Camille Corot, Auguste Rodin, Eugène Boudin, Georges Rouault, Pierre Bonnard, Pissarro, Callot, Odilon Redon, Honoré Daumier, Paul Signac, Gustave Moreau, Honoré Daumier, Eugène Carrière, Maurice de Vlaminck, Édouard Vuillard, Hubert Robert, Maurice Utrillo, Raoul Dufy, Suzanne Valadon, Eugène Fromentin, Émile Bernard, Jean-Louis Forain, Jean Cocteau, Rosa Bonheur etc.

Une grande partie de cette collection provient de la collection du marchand d'art Ambroise Vollard (1866-1939) et de son admirateur et disciple yougoslave Erich Šlomović (1915?-1943?), qui fut tué par les Nazis au camp de concentration de Sajmište près de Belgrade. La succession d'Erich Slomović n'est toujours pas réglée[13].

La collection d'Art italien[modifier | modifier le code]

La collection d'art italien comprend plus de 230 œuvres du XIVe siècle au XVIIIe siècle. Parmi les maîtres italiens, on peut signaler : Le Titien, Le Tintoret, Domenico Veneziano, Véronèse, Palma le Vieux, Le Caravage, Canaletto, Alessandro Magnasco, Vittore Carpaccio, Francesco Solimena, Lorenzo di Credi, Spinello Aretino, Luca Cambiaso, Francesco Guardi, Bernardo Strozzi, Francesco Bassano le Jeune, Piranèse, Giovanni di Paolo, Giulio Carpioni, Girolamo Muziano, Amedeo Modigliani, etc.

Domenico Veneziano, Vierge à l'enfant, vers 1445
Francesco Guardi, Vue de Saint-Marc

La collection d'Art hollandais et flamand[modifier | modifier le code]

Frans van Mieris l'Ancien, La leçon de musique

Le collection d'art allemand et flamand comporte plus de 120 tableaux. Y sont notamment représentés : l'atelier de Jérôme Bosch, Vincent van Gogh, Jan van Goyen, Rembrandt, Rubens, Piet Mondrian, Frans van Mieris l'Ancien, Joachim Wtewael, Willem Van Aelst, Jan Toorop, Aelbert Cuyp, Jan Brueghel le Jeune, Adriaen van Utrecht, Joos van Cleve, Johan Jongkind, Carel Willink, Kees van Dongen, Allart van Everdingen etc.

La collection d'Art japonais[modifier | modifier le code]

La collection d'art japonais du musée compte 82 œuvres, dont 36 estampes et peintures ; toutes les estampes appartiennent au genre Ukiyo-e, qui s'est développé au Japon du XVIIe au XIXe siècle. Les artistes représentés dans la collection sont Kunisada, Toyokuni, Keisai Eisen, Hiroshige, Utamaro, Ginko Adaci, Tsugouharu Foujita, Sosai Ikei, Yamamoto Tsuna et Sadahida Giokuran.

La collection d'Art yougoslave et serbe[modifier | modifier le code]

La collection yougoslave, créée en 1904[10], comprend plus de 6 000 œuvres du XVIIe siècle au XXe siècle. On y trouve des œuvres de Paja Jovanović, Stojan Aralica, Petar Lubarda, Milan Konjović, Uroš Predić, Đorđe Andrejević Kun, Nadežda Petrović, Petar Dobrović, Mića Popović, Sava Šumanović etc.

Nadežda Petrović, Autoportrait, 1907

La collection d'Art cubiste[modifier | modifier le code]

La collection d'Art cubiste présente des artistes comme Picasso, Cézanne, Alexander Archipenko, Marie Laurencin, Robert Delaunay etc.

Autres collections d'art[modifier | modifier le code]

Vladimir Borovikovski, Portrait de Đorđe Petrović, dit Karageorges, 1816

Les autres collections d'Art présentent des peintres comme El Greco, Vassily Kandinsky, Albrecht Dürer, Mary Cassatt, Charles Conder, Alfred Sisley, Gustav Klimt, El Lissitzky, Marc Chagall, Aegidius Sadeler, Vladimir Borovikovski, Burne Hogarth, Max Liebermann, Lovis Corinth, Max Slevogt etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « About the museum », sur http://www.narodnimuzej.rs, Site du Musée national de Belgrade (consulté le 6 septembre 2011)
  2. a, b et c (sr) « Zgrada Uprave fondova, Beograd », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 22 octobre 2012)
  3. a, b et c (sr)(en) « National Museum », sur http://beogradskonasledje.rs, Site de l'Institut pour la protection du patrimoine de la ville de Belgrade (consulté le 22 octobre 2012)
  4. Septembre 2011
  5. a et b (en) « Timeline », sur http://www.narodnimuzej.rs, Site du Musée national de Belgrade (consulté le 6 septembre 2011)
  6. (sr) « Spomenik knezu Mihailu, Beograd », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 6 septembre 2011)
  7. a, b et c (en) « The Department of Archaeology Collections », sur http://www.narodnimuzej.rs, Site du Musée national de Belgrade (consulté le 6 septembre 2011)
  8. a et b (en) « The Department of Mediaeval Art », sur http://www.narodnimuzej.rs, Site du Musée musée national de Belgrade (consulté le 6 septembre 2011)
  9. (fr) « L'Évangile de Miroslav - manuscrit datant de 1180 », sur http://www.unesco.org, Site de l'UNESCO (consulté le 6 septembre 2011) - Erreur sur le site : il s'agit d'un atrimoine documentaire soumis par la Serbie et non par l'Égypte
  10. a et b (en) « The Department of the Post-mediaeval and Modern Art », sur http://www.narodnimuzej.rs, Site du Musée national de Belgrade (consulté le 6 septembre 2011)
  11. (en) « The Department of the Numismatics », sur http://www.narodnimuzej.rs, Site du Musée national de Belgrade (consulté le 6 septembre 2011)
  12. (en) « Exhibition catalogs », sur http://www.narodnimuzej.rs, Site du Musée national de Belgrade (consulté le 6 septembre 2011) - Faire défiler la page
  13. (fr) Victor Perry, L'Art volé, Xenia, 2006
  14. (sr) « El Greko - u susret jubileju », sur http://www.novosti.rs, Večernje novosti,‎ 19 août 2011 (consulté le 6 septembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]