Charvet Place Vendôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charvet.

Charvet Place Vendôme

Description de l'image  Charvet logo.png.
Création 1838
Fondateurs Christofle Charvet
Personnages clés Anne-Marie Colban, directrice générale, Jean-Claude Colban directeur général
Siège social Paris
Produits chemises, cravates et costumes sur mesure et prêts à porter
Site web http://www.charvet.com

Charvet Place Vendôme, également appelée Charvet, est une entreprise française de création et de confection de vêtements sur mesure et de prêt-à-porter, pour hommes et pour femmes, notamment le linge (chemises, chemisiers, pyjamas), les cravates et les costumes. Fondée en 1838, elle a été le premier chemisier à ouvrir un commerce spécialisé. Depuis le XIXe siècle, elle est spécialisée dans la fourniture de vêtements sur mesure aux rois, princes et chefs d'État. Son unique établissement est situé au 28, place Vendôme, à Paris.

Charvet a acquis une réputation internationale pour la haute qualité de ses produits et sa vaste palette de dessins et de coloris. Son nom, également connu pour les cravates, est devenu un terme générique pour désigner une certaine qualité de soie qui leur est destinée. En raison notamment de sa longévité, son histoire est liée à celle de la mode. Des romanciers ont utilisé son image de marque pour exprimer l'identité de leurs personnages. Les habitudes de certains ses clients sont perçues comme un trait caractéristique de leur personnalité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Portrait de Louise Charvet
Louise Charvet, lingère de Napoléon, vers 1813, Malmaison.

L' entreprise a été fondée en 1838[n. 1] par Joseph-Christophe Charvet[4], connu comme Christofle[1] Charvet (1806–1870)[5].

Son père Jean-Pierre, originaire de Strasbourg[6], avait été « conservateur de la garde-robe » de Napoléon Ier[7],[8],[9], une position créée au début de l'Empire. Le conservateur assistait le chambellan ou « maître de la garde-robe », censé être connaisseur en matière d'élégance[10], pour superviser tous les aspects de la garde-robe impériale, mettre à jour les inventaires, passer les commandes, payer les factures ou établir des règlements. Cette dernière fonction fut initialement exercée, de 1804 à 1811, par le comte Auguste Laurent de Rémusat. Quand les indélicatesses de ce dernier furent révélées en 1811[6], un inventaire fut demandé à Jean-Pierre Charvet et Rémusat fut remplacé par le comte Henri de Turenne d'Aynac[11]. L'oncle de Christofle Charvet, Étienne Charvet, fut le concierge du château de Malmaison puis du château de Saint-Cloud[6]. Louise Charvet (1791–1861), fille d'Étienne Charvet, épousa à l'âge de quatorze ans Constant, le valet de Napoléon. Le mariage fut arrangé par Napoléon lui-même qui apposa sa signature sur le contrat de mariage[6]. Louise devint en 1813 lingère au château de Saint-Cloud[6], par conséquent responsable de la confection des chemises impériales. Son portrait fut légué en 1929 par Édouard Charvet au musée de la Malmaison[12]. Constant et son épouse Louise ne suivirent pas Napoléon dans son exil à Elbe, une « faute énorme » selon le père de Christofle[6], mais partirent à Elbeuf où ils investirent dans une fabrique de tissu, créée par le frère de Louise, Jean-Pierre[6], et spécialisée dans les tissus de nouveauté pour pantalons et manteaux de dame[13].

Gravure de mode représentant 3 personnages masculins dont un avec une chemise à jabot et un autre avec une chemise à col retourné
Chemises Charvet, dont l'une avec un col retourné (1839)
Facsimilé de facture d'époque
Facture (1860) à Nicholas Destréhan, un planteur de Louisiane.

Christofle Charvet créa à Paris la première chemiserie, pour laquelle le mot nouveau de « chemisier » fut utilisé[14]. Précédemment, les chemises étaient généralement confectionnées à domicile par des lingères avec du tissu fourni par le client[15], mais dans ce magasin d'un nouveau genre, les mesures des clients, le choix des tissus et la fabrication des chemises étaient faits sur place[16]. Le développement de cette nouvelle spécialité[17] était favorisé par un changement de la mode masculine, en particulier l'importance nouvelle donnée au gilet et au col de chemise[18], qui entraîna des changements stylistiques et techniques du devant de la chemise. Auparavant, les chemises étaient coupées droit, en rectangles, par les lingères. Il n'y avait besoin ni de formes arrondies, ni de patrons. L'intérêt nouveau pour un vêtement plus ajusté entraîna l'incurvement de l'encolure et de l'emmanchure, ainsi que l'apparition de la pièce d'épaule[19], par application à la chemise des techniques du tailleur. Cette nouvelle chemise prit le nom de « chemise à pièce »[20]. Alan Flusser (en) attribue à Christofle Charvet la conception originale d'un col tenant, retourné et plié, très proche des cols du XXe siècle[21]. La conception du col détachable lui est également attribuée[22].

Publicité (mars 1839).
Publicité (mai 1839).

En 1839, Charvet avait déjà des imitateurs[n. 2], mais toujours « le meilleur assortiment »[24]. La même année, il était le chemisier officiel[16] du Jockey Club, un cercle prestigieux dirigé par le prince Napoléon Joseph Ney et inspiré par un célèbre dandy, le comte Alfred d'Orsay[25]. Il comptait environ 250 membres, pour la plupart des aristocrates plus intéressés par l'élégance que par les chevaux. Devenir membre du Jockey Club était une condition nécessaire pour être un « lion », le terme de l'époque pour un dandy[26]. Dans une publicité de mars 1839, Christofle Charvet, se présentant comme le chemisier du Club, annonce offrir « élégance, perfection, prix modérés »[27]. Peu après, la référence aux prix modérés est abandonnée[28].

Joseph-Édouard Charvet, plus connu comme Édouard Charvet, (1842–1928)[29] succéda à son père Christofle en 1868[1]. Il fut à son tour rejoint au début du XXe siècle par ses trois fils Étienne, Raymond et Paul[30].

Situation[modifier | modifier le code]

Photo d'époque du magasin vu de la rue
Charvet au 25, place Vendôme (1909).

Charvet était initialement situé au no 103 de la rue de Richelieu[31], puis au no 93 de la même rue[32].

Il s'installa au no 25 de la place Vendôme en 1877[33],[34]. Ce déplacement était lié à celui du centre de la vie élégante à Paris[35] et à l'importance croissante[26] du palais Garnier vis-à-vis du Théâtre-Italien, plus proche de l'ancienne adresse de Charvet. Bien que Charvet ait commencé à proposer des chemisiers et des costumes, les chemises d'homme demeuraient sa spécialité. Un correspondant du Chicago Tribune, visitant le magasin en 1909, notait qu'il y avait « des chemises de toutes les variétés et de presque toutes les couleurs[,] chacune assez artistique pour les faire désirer toutes et chacune de la plus belle exécution »[36]. Le magasin était connu pour ses étalages, comparés en 1906 aux représentations de Loïe Fuller[37], Charvet payant un « salaire immense » à son étalagiste qui présentait « chaque jour une nouvelle scène », produisant « de véritables œuvres d'art avec ses combinaisons harmonieuses d'écharpes, de mouchoirs et de bonneterie[38] ».

Détail d'un balcon de la place Vendôme (1718).
Garde corps type dessiné par Jules Hardouin-Mansart pour les balcons de la place Vendôme[39].

En 1921[40],[41], le magasin se déplaça au no 8 de la place Vendôme.

En 1982, il s'établit à son adresse actuelle, au no 28[42] de la place.

Charvet est aujourd'hui le plus ancien magasin de la place Vendôme[n. 3] et le soleil louisquatorzien qui figure sur sa marque[43],[44] est celui dessiné par Jules Hardouin-Mansart pour orner les garde-corps des balcons de la place, construite en l'honneur du Roi-soleil[39] .

Reconnaissance internationale[modifier | modifier le code]

Dessin de presse du col en question avec la légende « H.R.H. »
Dessin (1898) du col relevé et retourné conçu par Charvet pour le roi Édouard VII

En 1855 Charvet présenta des chemises, des caleçons et des gilets de flanelle[n. 4] à l'Exposition universelle[32]. Le jury releva la « suprématie indiscutable » des chemisiers parisiens[46],[n. 5]. À l'Exposition universelle de 1867, Charvet présenta des chemises, des caleçons, des gilets et des mouchoirs[49] et le jury nota que les chemises de luxe étaient un « monopole » parisien[50]. Quand le futur roi Édouard VII visita Paris pour l'Exposition, il se commanda des chemises parisiennes, comme de nombreux visiteurs étrangers[51] et resta un client fidèle de Charvet, l'honorant « pendant quarante ans d'une bienveillance particulière »[52]. En 1869, Charvet obtint un diplôme de fournisseur officiel (royal warrant) en tant que « chemisier in Paris » (en français dans le texte) du prince de Galles[53] et resta chemisier du roi, nommé en 1903 bonnetier et gantier à Paris (hosier and glovier in Paris)[54]. Ce patronage contribua beaucoup à la notoriété de Charvet, Édouard VII ayant la réputation d'être un « arbitre des élégances masculines » et un « miroir de la mode » de son époque[55], mais alimenta des polémiques au Royaume-Uni, le prince étant « accusé de ne pas encourager suffisamment les industries nationales et d'acheter des centaines de paires de gants tous les ans sur le continent »[56]. Charvet créa[57] pour le prince de Galles un certain type de col de chemise, haut et retourné, parfois appelé « H.R.H. », qui devint très populaire à la fin du XIXe siècle[58].

En 1863, Charvet était considéré[59] comme le premier fabricant de chemises de luxe à Paris, affirmant une supériorité « pour le goût et l'élégance » en matière de finitions et de silhouette[59]. Son magasin était une destination « très importante » pour les visiteurs anglais à Paris[59]. Dans les années suivantes, Charvet développa sa spécialité de trousseaux royaux. En 1878, il gagna une médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1878, puis une médaille d'or à celle de 1889, pour laquelle Gustave Eiffel construisit sa célèbre tour[60]. À cette dernière occasion, le jury nota : « les chemises fines restent la propriété et la gloire de Paris. Pour s'en convaincre, il suffit de jeter un coup d'œil aux étalages des entreprises spécialisées dans les trousseaux royaux »[50]. D'autres illustres patronages vinrent confirmer cette spécialisation princière, tel celui d'Alphonse XII d'Espagne (1878), d'Antoine, duc de Montpensier (1879), de Philippe, comte de Paris (1893), et du sultan Abdülhamid II. Ce dernier, bien qu'il prêchât la « simplicité »[61] pour les vêtements de tous les jours, fut un « somptueux »[62] client de costumes pour Charvet. Il en commandait quelque quarante par an, se fiant à Charvet pour le choix des étoffes[63]. Charvet « osait à peine » envoyer ses factures au sultan[62]. Un gilet blanc monogrammé, fait par Charvet pour le sultan, est exposé au palais de Topkapi[64].

Paul Verlaine posant, cette écharpe enroulée autour du cou.
Verlaine avec sa « superbe »[65] écharpe de chez Charvet[66],[67]. Photo d'Otto Wegener (1893).

La clientèle de Charvet incluait aussi des artistes tels que Charles Baudelaire[68], qui donna une dimension métaphysique au dandysme[69], George Sand[15], dont l'amant Alfred de Musset ne réussit jamais à devenir membre du Jockey Club[26], Édouard Manet[70], surnommé le « dandy de la peinture[71] », ou Jacques Offenbach[16], compositeur de la La Vie Parisienne. En 1893, lorsqu'il tenta d'entrer à l'Académie française[66], Verlaine se fit photographier par Otto Wegener[65],[72], portant une « très belle écharpe de chez Charvet[73] », brodée avec des motifs japonisants[65],[74]. Un cadeau de 100 000 francs au « plus grand poète de notre temps, Verlaine » aurait été l'enjeu d'un pari entre Edmond de Polignac et Robert de Montesquiou. Ayant perdu le pari, Montesquiou garda « naturellement » les 100 000 francs mais donna à Verlaine une « très belle écharpe »[66],[73]. L'apprenant, Polignac rompit toute relation avec Montesquiou[66],[73]. Certains auteurs considèrent cependant l'histoire de ce pari comme une légende, dont Montesquou lui-même serait à l'origine, car aucun document n'en établit l'existence et Montesquiou fut quasiment le seul membre de l'élite élégante et cultivée à s'être occupé de Verlaine[75].

En 1894, selon un rapport administratif, Charvet « fournit la plus belle clientèle française et étrangère. Toujours à l'affût de hautes nouveautés, cette maison va constamment de l'avant, donnant le ton à ses nombreux confrères parisiens. Sa fabrication, conduite de père en fils par les chefs distingués de la maison, est irréprochable en tous points ; et son chiffre d'affaires, pour un établissement vendant presque exclusivement au détail, est considérable ». Le même rapport souligne « ses efforts, couronnés de succès, pour faire produire aux fabriques françaises les matières premières fournies de tout temps par l'Angleterre[76] ».

Caricature représentant Montesquoi qui s'exclame devant des caleçons. À droite, Charvet tient un gilet.
Caricature par Sem de Robert de Montesquiou essayant des caleçons et des gilets chez Charvet. (1903)

Après son portrait en 1897 par Giovanni Boldini, le dandysme de Montesquiou devint célèbre et fit de lui un sujet fréquent de caricatures[77]. En 1903, une revue satirique française illustrée d'une caricature de Sem, à laquelle Marcel Proust fait allusion dans une lettre à Montesquiou[78], brocardant Montesquiou, fait dire à ce dernier de Charvet : « Personne dans le monde n'a vu de telles choses ! Des roses, des bleus, des lilas, en soie et en toile d'araignée ! Charvet est le plus grand artiste de la création »[77].

Photographie du tableau de Jacques-Émile Blanche
Marcel Proust portait « de larges plastrons de soie de chez Charvet »[79]. Portrait par Jacques-Émile Blanche (1892) .

En 1905, Charvet, alors également établi à Londres, au 45 New Bond St[36], et dont la « rumeur » disait qu'il envisageait d'ouvrir un magasin à New York[80], était considéré comme « le chemisier de premier plan à Paris et Londres »[80]. Sa clientèle incluait non seulement des rois et des chefs d'État, tels Alphonse XIII d'Espagne (diplôme donné en 1913), Édouard VIII du Royaume-Uni ; le président Paul Deschanel, aux plastrons Charvet remarqués[81], mais aussi des membres de la haute société gravitant autour de dandys tels Robert de Montesquiou et Evander Berry Wall (en), ou des artistes tels Jean Cocteau, qui trouvait Charvet « magique »[82] et écrivait que l'arc-en-ciel y « prend ses idées »[83], et son ami Serge de Diaghilev[84]. Selon Proust, dont les chemises, les cravates et les gilets venaient de chez Charvet, ce dernier restait « le signe d'un certain monde, d'une certaine élégance »[85],[n. 6]. Proust passait de longs moments chez Charvet à la recherche de la couleur parfaite pour ses cravates, tel un « rose crémeux »[79]. Les marcels de Proust venaient aussi de Charvet[87]. Le narrateur de sa Recherche du temps perdu tue le temps avant son déjeuner chez Swann, « tout en resserrant de temps à autre le nœud d'une magnifique cravate de chez Charvet »[88]. En 1908, Charvet obtint un grand prix à l'exposition franco-britannique de Londres[60].

Dessin publicitaire représentant un monsieur en habit et une dame en robe de soirée, tenant les propos rapportés ci-contre.
Publicité pour la blanchisserie Charvet, ultérieurement reproduite sur des timbres[89], (1903) .

En 1901, Charvet ouvrit une blanchisserie au no 3, rue des Capucines, à côté de son magasin, qu'un journaliste américain affirme être la première à avoir été ouverte à Paris[90], ce fait ayant conduit certains auteurs à croire que l'activité de blanchisseur avait, pour Charvet, précédé celle de chemisier[91]. La publicité de la blanchisserie affirmait qu'y étaient appliqués les principes de Pasteur et de Grancher[92],[93]. En 1903, Charvet transféra sa « blanchisserie modèle »[94] place du Marché-Saint-Honoré, dans des locaux appartenant à la Ville de Paris, après accord de cette dernière eu égard à un procédé novateur à baze d'ozone[95], dont la licence fut ensuite donnée aux hôpitaux parisiens[96]. Le linge sale, enlevé chez le client par des « voitures spéciales »[97], était désinfecté et blanchi à l'ozone, puis essangé à l'eau froide dans des tambours mus à l'électricité[98], trempé dans une solution diastasique pour ôter l'amidon et blanchir le lin, lavé à la main à l'eau, rincé dans une solution d'ammoniaque pour ôter le savon, puis azuré, essoré, séché, empesé, repassé et éventuellement cylindré[99]. Le procédé était considéré comme « modèle », tant au point de vue de la qualité du résultat[100] que pour le soin de la santé des ouvrières[98]. Une quantité « surprenante » de linge était envoyée par des clients britanniques[94]. Comme de nombreux autres clients étrangers[101], William Halsted[102],[103] et William H. Welch (en)[104] envoyaient régulièrement leur linge à Charvet pour le blanchir[n. 7]. Des timbres publicitaires furent également produits pour la blanchisserie, qui devinrent ensuite recherchés des collectionneurs[89]. En 1906, une succursale de la blanchisserie fut ouverte au 1, rue du Colisée, près des Champs-Élysées[106]. Durant la Première Guerre mondiale, Charvet réduisit significativement ses tarifs de blanchisserie pour garder du travail à tous ses employés[107] En 1917, la pénurie de charbon réduisit significativement l'activité de blanchisserie de Charvet[n. 8], qui employait alors 400 personnes[110]. La « blanchisserie modèle » cessa son activité en 1933, lors de la restructuration de la place du marché Saint Honoré[111].

Petite annonce publiée dans un journal de la Nouvelle Orléans.
Publicité pour un arrivage de chemises Charvet à la Nouvelle Orléans, (1853).

Les chemises Charvet furent importées aux États-Unis dès 1853[112]. En 1860, le chiffre d'affaires de Charvet se répartissait à parts égales entre des chemises sur mesure vendues au détail à Paris et des chemises toutes faites vendues à l'exportation, notamment en Russie, en Grande-Bretagne et à Cuba[113]. Selon l'usage de l'époque[114],[115], les modèles de chemisiers étaient vendus à des magasins américains, avec le droit de les reproduire sur place[116],[117]. Au début du XXe siècle, le nom de Charvet était associé aux États-Unis avec des tissus de lin aux motifs « étonnamment floraux », utilisés pour les plastrons et les poignets des chemises[118]. Nonobstant, dans le magasin de la place Vendôme, Charvet ne vendait des chemises que sur mesure[n. 9].

Dessinhumoristique représentant la conquête des clients de Charvet par les costumes américains.
Dessin sur l'importation par E. Charvet de costumes fabriqués à Chicago, (1908).

En 1908, Charvet fut une des premières sociétés européennes à importer des costumes américains, faits à la main à Chicago[120],[121].

Publicité pour l'eau de toilette Charvet (1931).
Photo contemporaine de gilet d'époque sur cintre.
Gilet de velours bleu Charvet (1907).

Le nom Charvet devint si connu qu'on l'associa à un certain type de tissu de soie pour cravate appelé la soie charvet[122] (voir ci-dessous). Charvet était également connu pour d'autres éléments de la garde-robe, dont les chemises[123],[n. 10], les tissus de chemise[n. 11], les cravates, les gants[128], les costumes[n. 12], les gilets,[n. 13],[n. 14], les sous-vêtements[n. 15], les pochettes[135], ainsi que des ceintures pour femme[136] ou des corsages[137], portés avec des modèles particuliers de cravates pour femme, dont l'un, dénommé « le juge », était dérivé du volant en tissu que porte un juge[138]. Le Chicago Tribune rapportait en 1909 que Charvet montrait « des épingles à cravate de couleur coordonnée à toutes les couleurs de cravate et dont certaines avaient le même motif en émail. Il y avait aussi des boutons de gilet à porter avec certaines cravates et des ensembles de boutons de gilet, boutons de manchette et épingle à cravate parfaitement coordonnés »[139]. Charvet produisait également des draps de lit en soie, de couleur noir, vert, mauve ou violet[140].

Au début du XXe siècle, Charvet lança une eau de toilette, au flacon rectangulaire et biseauté. L'un des clients de ce parfum fut Boy Capel, l'amant de Gabrielle Chanel. En 1921, deux ans après la mort accidentelle de celui-ci, le flacon du célèbre parfum No 5 fut fabriqué à l'image de celui de Charvet[141].

Charvet, comme de nombreuses entreprises européennes, fut grandement affecté par la Première Guerre mondiale : « Nos métiers sont détruits, nos collections pillées, nos pochoirs brûlés. Néanmoins, nous continuons à envoyer des représentants aux États-Unis pour montrer des nouveautés » déclarait en 1915 Charvet à un journaliste américain[142].

Période Art déco[modifier | modifier le code]

Gouache préparatoire de Dufy pour le tissu réalisé par Bianchini-Férier.
Le coq de la victoire, carré de soie dessiné par Raoul Dufy pour Charvet, (1918).
Peignoir de plage en soie, doublé de tissu éponge (1921).

Après la Première Guerre mondiale, avec l'essor du style art déco, Charvet, comme d'autres créateurs de mode, tel Paul Poiret, confia des dessins textiles au peintre français Raoul Dufy, le « grand-père du chic moderne »[143], par l'intermédiaire du tisseur français Bianchini-Férier[144]. L'une de ces premières collaborations fut un foulard de soie imprimée célébrant la fin de la guerre, le Coq de la Victoire[145]. Cette collaboration fut suivie par d'autres foulards de soie imprimée, des tissus de soie jacquard pour des gilets[25], et des tissus de ramie imprimée pour des robes de chambre et des chemises[146]. Parmi les clients célèbres de l'époque, la créatrice de mode Coco Chanel[147] et le Maharadjah de Patiala (en), qui passa notamment une commande de 86 douzaines de chemises[148].

Photo de chemise à plat.
Chemise Charvet en laine rayée des années 30. Norsk Folkemuseum, Oslo.

À la fin des années 1920, Bruce Reynold considérait les cravates Charvet comme « les plus belles du monde[149] ». Leurs motifs étaient classiques ou plus innovants, par exemple des timbres-poste[150],[151]. Lors d'une exposition intitulée L'art de la soie, tenue au musée Galliera en 1927, Charvet exposa des robes de chambre et des cravates de mêmes motifs[152], ainsi que des pyjamas[153], des chemises et des mouchoirs[154]. Charvet créa à cette époque une collection de tissus imprimés pour cravate avec de grands motifs abstraits[155] qui eut un grand succès aux États-Unis[n. 16]. La société développa un procédé commercial ultérieurement appelé la « méthode Charvet », consistant à envoyer à ses clients américains des cravates pour accord, leur permettant d'en garder certaines ou pas et de retourner le reste[158]. « Leur chic provenait de leur allure dégagée et nonchalante. Pour le plus grand plaisir de leurs nombreux admirateurs, les placements espacés des cravates Charvet facilitaient leur assortiment à toutes sortes de costumes fantaisie […] Les motifs originaux de Charvet devinrent les premiers et malheureusement quasiment les derniers grands motifs de cravate à symboliser le goût de la classe dominante »[159],[n. 17]. Ces motifs, pour lesquels charvet devint un nom générique[161],[162], « anticipèrent les motifs flamboyants[163] » qui devinrent populaires après la Deuxième Guerre mondiale[164]. Charvet limitait alors sa production à 700 par dessin[165] la production de ses cravates, qui étaient considérées comme une marque de l'esprit français, « excentrique et brillant »[166].

Ce goût « flamboyant »[167] s'exprime également dans l'ornement de peignoirs de plage aux motifs de plus de quarante centimètres de large[168], qui connurent un grand succès à Palm Beach à la fin des années vingt[167]. Certains modèles sont inspirés de motifs traditionnels (voir illustration à gauche) ; d'autres, plus abstraits[169], évoquent Matisse[167].

Dans les années 1930, certains étalages du magasin de la place Vendôme furent faits par des peintres, tels André Derain ou Maurice de Vlaminck[170].

Depuis 1965[modifier | modifier le code]

Photo en noir et blanc du Général de Gaulle.
Charles de Gaulle portant ses habituelles[171] chemise blanche et cravate noire (1963).

En 1965, les héritiers de Charvet désiraient vendre l'entreprise. Ils furent contactés par un acheteur américain. L'apprenant, l'administration française, sachant que Charvet était depuis longtemps le chemisier du général de Gaulle,[n. 18] s'en inquiéta. Le ministère de l'Industrie demanda à Denis Colban, le principal fournisseur de Charvet, de chercher un acheteur français. Plutôt que de rechercher un investisseur, Denis Colban décida d'acquérir lui-même la société[147].

Jusqu'à cette date, Charvet avait été géré à peu près de la même manière depuis sa fondation : on ne montrait au client que ce qu'il demandait, souvent quelque chose de conservateur. Après l'acquisition de Denis Colban, les choses changèrent. Le changement commença lorsque le baron Guy de Rothschild vint au magasin et demanda à voir des tissus de chemise, dont un rose. Lorsque Denis Colban, suivant l'habitude de ses prédécesseurs, déconseilla cette couleur, le baron répondit : « Si ce n'est pas pour moi, c'est pour qui ? » Par la suite, quand Nelson Rockefeller demanda des échantillons de tissus de chemise, des rayures larges et des coloris inhabituels furent inclus dans la sélection envoyée à New York, et finalement choisis. Denis Colban avait ainsi changé la conception par Charvet de son rôle vis-à-vis du client[173]. Un grand choix de produits furent mis en présentation, transformant le magasin en « une véritable casbah »[21] de couleurs et de tissus. Denis Colban effectua également des changements importants dans l'aspect du magasin, faisant, par exemple, vernir en noir son vénérable mobilier[21]. Il créa de nouvelles lignes de produits et introduisit des chemises prêtes-à-porter de haute qualité pour hommes[148], puis pour femmes[174]. Quelques années plus tard, Charvet fut l'une des premières grandes marques européennes à être présente chez Bergdorf Goodman, avec des chemises prêtes-à-porter, des cravates et des accessoires[175]. Néanmoins, tout en développant ces nouvelles lignes de prêt-à-porter, Denis Colban insista toujours sur l'importance du sur mesure dans l'identité de l'entreprise[n. 19].

Denis Colban refusa de nombreuses offres d'achat de l'entreprise, maintenant un seul magasin à Paris et la tradition de l'entreprise familiale. Depuis son décès en 1994[177], l'entreprise est dirigée par ses deux enfants, Anne-Marie et Jean-Claude.

La clientèle moderne inclut les présidents français François Mitterrand[178] et Jacques Chirac[179], les présidents américains John F. Kennedy[n. 20] et Ronald Reagan[15], les acteurs français Catherine Deneuve[15] et Philippe Noiret[182], les stars américaines Sofia Coppola[183] et Bruce Willis[184], le couturier Yves Saint Laurent[185], le créateur de souliers Christian Louboutin[n. 21] ou le journaliste de mode André Leon Talley[n. 22] (Voir aussi : (en) List of Charvet customers.).

Activité contemporaine[modifier | modifier le code]

Charvet est le seul restant des cinq chemisiers français principaux du XXe siècle, Bouvin, Charvet, Poirier, Seelio, et Seymous[42],[n. 23]. C'est également le seul chemisier restant place Vendôme[34]. Selon Bertrand Fraysse, « dans le monde du luxe, Charvet est un anachronisme, une anomalie »[67] ; Thomas Lenthal considère Charvet comme une « exception » et un « refuge »[197] ; et Nick Foulkes, comme « un ordre spirituel qui se fait passer pour un chemisier »[198].

L'entreprise poursuit l'objectif de permettre à sa clientèle de faire réaliser sur mesure ou de personnaliser tout ce qu'elle commercialise[42], des cravates[199] et nœuds papillon[200] aux chaussettes[201]. Les pièces de tissu présentées dans tout le magasin peuvent être drapées sur la personne afin de se rendre compte effectivement du résultat[202]. Charvet crée des tissus exclusifs pour toutes ses collections[203] et s'attache à satisfaire les demandes particulières de clients, comme de refaire à la demande des cravates achetées plusieurs années auparavant[204] ou remplacer des cols et des poignets de chemise usés[205].

Le magasin[modifier | modifier le code]

Photo couleur de l'hôtel particulier occupé par Charvet, place Vendôme.
Le magasin au 28, place Vendôme.

Le magasin est situé dans l'hôtel Gaillard de la Bouëxière[67], un des hôtels particuliers de la place Vendôme, au no 28. L'immeuble, classé[206], a une façade à trois niveaux conçue par Jules Hardouin-Mansart, derrière laquelle Charvet occupe six étages[207], chaque occupant de la place ayant construit derrière la façade selon ses besoins. C'est le seul magasin géré directement par Charvet[208]

Conformément aux idées de Denis Colban en matière de présentation des produits, le rez-de chaussée présente un contraste entre le formalisme du mobilier et l'abondance[209] apparemment informelle[176] des accessoires en soie, des cravates et foulards[210] aux boutons de manchette en passementerie « distinctifs »[211] inventés par Charvet[n. 24]. Chaque modèle de cravate est développé en deux douzaines de coloris au moins et de nouveaux dessins sortent toutes les semaines[25].

Les chemises pour homme prêtes à porter et les vêtements d'intérieur sont présentés au 3e étage, les chemisiers prêts à porter au 1er étage, les chemises pour enfant au rez-de-chaussée, mais le « centre de l'univers pour les aficionados de la chemise[217] » se situe au 2e étage, dédié à la chemiserie sur mesures, qui présente ce qui pourrait être le plus grand choix de tissus fins de chemise au monde[218], avec plus de 6 000 tissus différents[219], dont un « légendaire » « mur des Blancs »[220], composé de plus de 500 tissus blancs différents[67] dans une centaine de nuances de blanc[221],[222] et un autre, présentant 200 tissus unis bleus[185]. Les clients peuvent y « débattre non seulement de la nuance exacte d'un blanc, du choix d'un poignet, de l'angle, la longueur ou la proportion d'un col, mais aussi des différences de poids infinitésimales dans la triplure d'un col ou d'un poignet et de la manière dont ces détails peuvent et doivent être changés selon qu'il s'agit de chemises habillées, semi-habillées ou décontractées »[223]. Les tissus, colorés et exclusifs[224], sont présentés en pièces entières et non en échantillons[42]. La plupart sont conçus sur place par Charvet, pour son usage exclusif[225] et tissés dans des cotons de type gossypium barbadense[14], provenant du delta du Nil[226]. Environ un millier de nouveaux dessins sont introduits chaque année[227], tous déposés[225]. Les rayures Charvet sont souvent multicolores et asymétriques[228], plus fines que les rayures anglaises, et plus subtiles dans la combinaison des coloris[229],[225].

Le tailleur est au 5e étage, dans une ambiance de club pour hommes[176]. Environ 4 500 pièces de tissu sont présentées[202] et aux murs sont accrochées des illustrations de mode de Jean Choiselat, un dessinateur de mode du milieu du XXe siècle[25].

Produits[modifier | modifier le code]

Chemises[modifier | modifier le code]

Le soin « unique »[42] pour la précision et la symétrie[230] exprime, selon Gary Walthers, le classicisme français[231],[n. 25] et Marie-Claude Sicard le prend pour exemple du soin pour la qualité dans les produits de luxe[233]. En particulier, beaucoup de soin est donné à la régularité des piqûres et au raccordement des motifs[234]. Sur une chemise de prêt-à-porter, à l'opposé de la plupart des autres marques[235], la gorge est accordée avec le devant[229], l’extérieur du col avec l'intérieur, le dos du col et les manches avec l'empiècement, la manche avec la gorge de manche, et la couleur du fil des boutonnières avec celle de la rayure[236]. L'ensemble donne l'impression que la chemise est faite d'un seul tenant[231]. L'empiècement, incurvé, est fait d'une seule pièce. Le poignet gauche est plus large d'un centimètre que le droit pour tenir compte de la largeur de la montre. La précision est plus grande pour les chemises sur mesure, selon que le client veut que sa montre dépasse du poignet ou non[237]. Pour hommes, les pans de la chemise sont droits et fendus, pour un aspect plus net. Pour femmes, ils sont arrondis et renforcés par un gousset distinctif[235]. Le col, très net[238], est composé de six couches de tissu non thermocollées[239], pour un aspect élégant mais pas trop raide[42]. Un renfort non collé permet de donner plus de confort et une meilleure souplesse[240]. Les piqûres de col sont en général à quatre millimètres du bord[148]. Celles du dessus et des côtés sont précises et soigneusement préparées[235]. Les chemises sont rabattues par deux rangées de piqûres à simple aiguille, cousues séparément, pour réduire le plissement et améliorer l'aspect[241]. Il y a vingt piqûres par pouce[242]. La couleur des fils de boutonnière est assortie aux rayures de la chemise[239]. Les boutons sont faits de nacre australienne, choisie du côté intérieur de l'huître, pour une plus grande solidité et un plus bel aspect[42],[243]. Pour les chemises d'habit, les plastrons sont plissés à la main[244]. Bien que la silhouette traditionnelle de ses chemises prêtes à porter soit près du corps, la société a lancé en 2009 une ligne plus ajustée[245].

Selon la journaliste irlandaise Lara Marlowe (en), le soin apporté à la fabrication des chemises sur mesure exprime le perfectionnisme français[246]. La réalisation du patron, constitué d'une vingtaine d'éléménts[247], nécessite la prise d'au moins 28 mesures, et une version initiale est réalisée dans une toile de coton[248]. L'ajustement est « précis et confortable à la fois[249] ». La commande minimale est d'une chemise[250]. Cinquante lingères travaillent à l'atelier de Saint-Gaultier, une seule personne à la fois travaillant sur une chemise, qu'il s'agisse de sur mesure ou de prêt à porter[232]. Le délai de réalisation d'une chemise est de trente jours[251].

Pyjamas[modifier | modifier le code]

La veste, à trois poches, est formée de quatorze pièces, le pantalon de cinq[252]. Leur mode de fabrication est presque inchangé depuis les années 1950[253]. De même que les chemises, les motifs sont complètement raccordés ; selon leur complexité, la fabrication dure de sept à neuf heures[252]. Selon François Simon, qui évoque Romain Gary poussant « l'élégance jusqu'à s'acheter un pyjama et une robe de chambre rouge foncé afin de ne pas les tacher en se suicidant au revolver », les pyjamas Charvet sont des objets culte[252],[n. 26].

Cravates[modifier | modifier le code]

Griffes passe-pan de coloris assorti au tissu de la cravate.
Photo couleur d'une cravate Charvet posée sur une boîte de la marque
Cravate Charvet en soie jacquard de la collection 2013, boîte et bolduc.

Les cravates Charvet, classées comme les meilleures cravates de marque par le magazine Forbes[256], sont faites à la main[257], le plus souvent dans une soie brochée lourde et multicolore[258] de titrage élevé[226], où joue souvent une couleur cachée[259], pour produire un tissu dense[260], qui fait l'objet d'un finissage exclusif pour acquérir du lustre, de la fluidité et la résilience[234] nécessaire pour un bon nœud[226]. La société développe ses propres dessins et coloris exclusifs, lançant de 5 000[209] à 8 000[261] modèles nouveaux par an, tissés à façon en jacquard de soie pure ou mélangée à d'autres fils précieux, tel le cashmere[262] ou le poil de chameau, ou soie guipée de métaux précieux comme l'argent, l'or ou le platine[263],[264], selon une technique remontant au XIVe siècle, à l'époque où les papes résidaient à Avignon[265],[n. 27], qui fut également utilisée dans les années 1920 pour des gilets[264]. Riche d'une longue histoire de patrons brochés, utilisés d'abord au XIXe siècle pour des gilets puis pour des cravates[265], Charvet offre, selon Bernard Roetzel, le plus grand choix de cravates en jacquard au monde[267] La collection de cravates de Charvet, parfois « indéniablement voyantes »[226] ou « spirituelles et malicieuses »[190], souvent notées pour leur chatoiement et leur couleurs changeantes[42], emploie environ 5 000 nuances[265] dans plus de 100 000 combinaisons[268],[265].

Les cravates sont faites de trois pièces de soie coupée à 45 degrés[199]. Elles sont entièrement cousues à la main[218], avant d'être pliées à la main pour prendre leur forme[199]. Des cravates à sept plis sont également disponibles sur commande[261]. Jusqu'aux années 1960, presque toutes les cravates Charvet étaient à sept plis, la société ayant alors décidé qu'une triplure apporterait une amélioration, en contribuant à conserver la forme malgré la déformation liée à la traction, et conçu une triplure exclusive « qui aide la soie à garder sa résilience et son ressort sans constituer une gêne pour le nœud »[234].

Charvet a réalisé une série de cravates « politiques » pour la campagne présidentielle américaine de 2008[269],[n. 28].

Durant les années 1950, la société créa un modèle spécial de nœud papillon pour le duc de Windsor, d'une forme hybride entre les ailles d'une chauve-souris et celles d'un papillon[15], dénommé depuis la « forme Charvet »[272].

La forme éponyme no  30 dans le livre sur les 188 manières de nouer une cravate[273],[n. 29], est un nœud papillon porté par une femme, formé de trois rubans noués derrière le cou.

Costumes[modifier | modifier le code]

Conformément au processus traditionnel du sur mesure, les mesures sont prises, un patron réalisé, une toile bâtie ajustée sur le client, puis deux autres essayages réalisés. Le costume est cousu à la main[202], selon la tradition du métier, par des apiéceurs et des pompiers, travaillant respectivement à domicile et en atelier[275]. La plupart des draperies utilisées proviennent de Huddersfield[275].

Soie charvet[modifier | modifier le code]

Fond charvet avec motif en lancé.
Publicité américaine pour des cravates en « véritable soie charvet » (1921).

On appelle charvet une armure utilisée pour la soie ou l'acétate et caractérisée par une diagonale de chaîne, présentant l'aspect d'un twill inversé[276] avec un effet de double côte[277]. Ce tissu tire son nom de son usage fréquent [278] et « habile »[279] au XIXe siècle par Charvet. Il se caractérise par une main souple[280], un aspect brillant[281] et un bon drapé[282]. Les liages forment un effet de chevrons parallèles à la chaîne, ce qui rend cette armure appropriée pour créer des effets de discrète rayure diagonale, lorsque le tissu est coupé en biais pour des cravates. Les motifs sur ce fond sont fréquemment réalisés en lancé. Ce type de tissu est également utilisé pour des écharpes[276], des foulards[283] et des robes[284].

Ce tissu provient du tissu Régence, un genre de reps avec tout le flotté de trame à l'envers de l'étoffe[285], qui avait été populaire durant la régence de Philippe d'Orléans. Aux États-Unis, à la fin du XIXe siècle, le terme a été utilisé de manière plus large pour décrire des tissus raffinés soit dans leur construction, soit dans leur aspect[286] ou des tissus pour chemises en soie[287]. Depuis le début du XIXe siècle, cette armure est surtout trouvée dans des tissus unis, destinés à un usage semi-formel (en)[122].

Par extension, le terme est également utilisé en matière de maille, pour désigner un certain type de rayure diagonale, montant de gauche à droite[288].

Allusions littéraires et image de la marque[modifier | modifier le code]

« Sébatien entra - flanelle gris tourterelle, chemise de crêpe de Chine blanc, une cravate Charvet, ma cravate en fait, à motifs de timbres-poste. »

— Evelyn Waugh[150]

Les références à Charvet, en particulier dans la littérature anglaise, illustrent l'image de la marque : elles permettent de décrire socialement un personnage par son apparence, telle que l'élégance[150], la noblesse[289] la richesse[290] ou l'occupation[291]. L'« émotion de la marque »[292] ressort également de l'emploi littéraire de références à celle-ci pour dénoter le goût d'un personnage[293] ou d'autres traits psychologiques comme la gaité[294], le détachement[295], l'excentricité[296], la décadence[297] ou la malice[298].

Clients notoires[modifier | modifier le code]

Raymond Kelly en 2009, portant une cravate Charvet reproduite dans le Grand livre de la cravate[147].

Pour différentes raisons, certains clients sont « devenus synonymes de Charvet »[299], malgré la discrétion de la société vis-à-vis de ses clients[300], conforme à la tradition des maisons de couture parisiennes[n. 30].

  • Charvet fit l'objet d'un intérêt significatif[302] et parfois exagéré[303] de la presse irlandaise, quand il apparut que l'ancien taoiseach Charles Haughey, surnommé par la suite « Charvet Charlie »[304] avait détourné plus de la contrevaleur de 50 000 $ de fonds publics pendant qu'il était au gouvernement pour s'acheter des chemises et des robes de chambre chez Charvet, où le personnel l'appelait « votre excellence »[305] et s'être fait livrer ces achats par la valise diplomatique[306], à une époque où il exhortait ses concitoyens à se « serrer la ceinture ». Selon Haughey lui-même cet épisode est « entré dans le folklore »[307], ce qui eut pour conséquence de pousser de nombreux touristes irlandais à visiter le magasin parisien[248],[308],[309]. Selon le Boston Globe, ces touristes irlandais « posent pour des photos devant le vénérable magasin et parfois s'aventurent à l'intérieur, restant bouche bée devant les chandeliers en cristal, les panneaux de chêne, les tapis orientaux et les boutons de manchette dans des bols éparpillés dans le magasin. Et ils posent des questions indélicates sur leur ancien premier ministre »[310].
  • Raymond Kelly, né en 1941, commissaire de New York, a pour style vestimentaire idéal « des costumes sur mesure et des cravates Charvet »[311]. Portant souvent des cravates Charvet[312], il confesse une « faiblesse personnelle » pour elles[313], les jugeant « de haute qualité et du meilleur aspect »[314]. Il s'agit selon lui « d'une sorte d'affirmation »[290]. Il a présenté cette prédilection comme faisant partie de son comportement professionnel : « contrairement à ce qui a été suggéré, si le maire me remplace, je ne regretterai pas de ne plus porter une cravate Charvet »[315]. Il affirme pouvoir dire « de loin quand quelqu'un porte une cravate Charvet - même les couleurs sombres ressortent »[290]. Il a ainsi remarqué que le président Obama portait des cravates Charvet[290].
  • Bernard-Henri Lévy est décrit par Beth Arnold, chroniqueuse à Salon.com, comme un « provocateur » qui « pose volontiers à l'intellectuel engagé tout en portant des vêtements sur mesure de la maison française Charvet »[316]. Son style de chemise est devenu sa « signature »[317], mais, selon le New York Times, il dit n'avoir « pas d'intérêt à discuter de ce vêtement suavement déboutonné qui est devenu synonyme de son nom pour ses fans comme pour ses détracteurs »[318]. Pourtant, ses critiques estiment que sa chemise blanche déboutonnée « est un élément important de l'image télévisuelle et publique de BHL, qui en dit beaucoup sur l'homme. Si vous essayiez de faire la même chose avec votre propre chemise, le col s'affaisserait. Mais les chemises de BHL sont conçues spécialement par le fameux chemisier Charvet, avec des cols qui résistent au déboutonnage et ne disparaissent jamais sous le col de sa veste »[319], également faite par Charvet[320].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'année de fondation de Charvet ne fait pas l'objet d'un consensus. Selon la société même et la majorité des sources, il s'agit de 1838. Néanmoins, d'autres sources se réfèrent à 1836[1],[2],[3]
  2. Selon un journal britannique, en 1840, « une monomanie chemisière s'est récemment développée à Paris et quiconque descendrait la rue de Richelieu ou la rue Neuve Vivienne verrait en lettres géante Les Chemisiers de Paris, seulement « consacrés » à cet article très utile »[23].
  3. Le joaillier Boucheron s'installe place Vendôme en 1893, après que plusieurs joailliers se soient installés rue de la Paix, Meller le premier en 1815. Dans le secteur de la mode, Charles Frederick Worth ouvrit sa maison de couture rue de la Paix en 1858.
  4. Les gilets de flanelle étaient à l'époque, avec les chemises, les caleçons, les devants de chemise, les faux-cols, les manchettes et les plastrons, une spécialité de chemiserie[45].
  5. Tous les autres chemisiers qui contribuèrent à la « suprématie indiscutable » de la chemise parisienne, Longueville, Durousseau, Darnet and Moreau Frères[47] disparurent avant la fin du XIXe siècle, laissant le seul Charvet garder « l'éclat de son ancienne gloire qui n'a jamais faibli et reste égale à elle-même[48] »
  6. Cependant, Laurent Tailhade affirmait : « S'il faut inéluctablement frayer avec des mufles, souffrez que j'aime autant les « bourgeois ». Leurs cravates sortent de chez Charvet »[86]. Paul Morand ajoutait, résumant les changements de valeur du tournant du siècle en une question : « Pourquoi étaler des cravates de chez Charvet et avoir les pieds sales »[81] ?
  7. Dans sa relation de la correspondance imaginaire entre le pandit Motilal Nehru et une blanchisserie parisienne en 1903, S.J. Perelman spécule sur les complications de tels envois internationaux et la « garde-robe illimitée » qu'ils impliquent[105].
  8. Outre la pénurie de charbon, les blanchisseurs souffraient également de la pénurie d'amidon, qui contribua au développement des cols souples[108]. Charvet fut l'un des premiers chemisiers de prestige parisiens à les adopter, réservant les cols empesés pour les chemises de cérémonie[109].
  9. Au début de Gilles, de Drieu la Rochelle, en 1917, Charvet dit au héros éponyme qu'il ne vend pas de chemises prêtes à porter[119].
  10. Cette prédominance revendiquée imposait de constantes innovations, telle la chemise d'habit à « mille plis », qui en avait en fait 178 de chaque côté du devant[124] ou tel modèle de chemise agrémenté de trois larges rayures de couleur vive centrées sur les devants et les poignets[125].
  11. Au tournant du siècle, la publicité d'un confectionneur américain le comparait à Charvet, le « cerveau de la mode française en matière de tissus de chemise »[126] et sa réputation internationale ce créateur de tissus raffinés poussait des magasins américains à le copier[127].
  12. En 1909, selon le Chicago Tribune, Charvet et Poole (en) étaient des « autorités » et des « pionniers » en matière de mode masculine[129].
  13. Le peintre français Maurice Lobre (en) écrivait en 1903 à Robert de Montesquiou : « Charvet veut faire des merveilles pour vous […] Il s'exerce sur moi et a fait des gilets qui sont des chefs d'œuvre vus de derrière, de devant, du haut et du bas »[77].
  14. L'invention du gilet à châle roulé et bouffant, droit, à un rang de boutons, est attribué à Charvet[130], de La société lança les gilets gris perle pour le soir et ceux en satin noir[131]. Les gilets fantaisie Charvet furent introduits aux États-Unis vers la fin du XIXe siècle par Henry Clews et furent ensuite surnommés « Imandt Grand Prix »[132]. En 1903, le Washington Times décrit avec ironie le gilet réalisé par Charvet pour Montgomery Blair à la demande de son ami Clarence Moore (en) : le dos est d'un vert irlandais ; le devant est orné sur le cœur, d'un trèfle fait de galon noir, sur le côté droit, d'une harpe celtique dorée et, en diagonale à partir de l'épaule droite, d'une scène brodée représentant un chasseur à cheval au galop, précédé d'une meute de vingt chiens, à la poursuite d'un renard qui disparaît dans le gousset[133].
  15. Les sous-vêtements en laine et soir d'Henry Clay Frick étaient monogrammés et révélaient discrètement le nom de Charvet dans le motif du tissu[134].
  16. La notabilité de Charvet lui permit alors de se faire connaître de clients tels qu'Al Capone[156] et Lucky Luciano[157].
  17. Certaines de ces cravates Art déco ayant appartenu à John Ringling (en) sont exposées au musée Ringling (en)[160].
  18. Toutes les chemises de De Gaulle venaient de chez Charvet. C'était toujours sa femme qui les achetait[172].
  19. Selon Denis Colban, insistant sur la prédominance du sur mesure pour Charvet, « ce qu'il y a de plus important et de plus difficile à réaliser à notre époque de pseudo solutions rapides et faciles, c'est une atmosphère de « oui » au client et surtout un respect de cet engagement »[176].
  20. Kennedy portait des mouchoirs en lin de Charvet[180], passait commande chez Charvet sous le faux nom de John Tierney[67], et faisait ôter les étiquettes de ses chemises[42], pour éviter toute attitude de classe supérieure[180]. Une de ses chemises Charvet est exposée au musée de Checkpoint Charlie[181].
  21. Christian Louboutin porte des chemises Charvet[186] et collectionne les cravates Charvet, en possédant des centaines[187] qu'il considère comme « la partie la plus chérie » de sa garde-robe et « une source constante d'inspiration »[188], quand bien même il ne les porte pas[189]. Une de ses collections de chaussures utilisait des « motifs spitituels et malicieux faits de soie à cravate Charvet »[190].
  22. André Léon Talley porte de chez Charvet des chemises, des cravates, des chaussettes et des caleçons[191],[192], expliquant admirer la perfection dans les petits détails[193]. Dans le numéro de janvier 2008 du magazine américain Vogue, André Léon Talley écrivait que sa résolution en matière de mode pour la nouvelle année était de se commander chez Charvet « des chaussures de tennis sur mesure en piqué et des chaussettes montantes couleur crème fraîche »[194]. Dans une scène du documentaire The September Issue, il dit ne porter ses chemises de nuit Charvet qu'en vacances chez Karl Lagerfeld[195].
  23. Dans son édition de 1896, le guide Paris-Parisien recommande, outre Charvet, les maisons Doucet, Doucet jeune, Tremlett, Classens et Spiers Brothers, toutes disparues[196].
  24. Avant que ses boutons de manchette en passementerie, lancés en 1904[212], n'acquièrent une notoriété[213],[214], Charvet avait développé au XIXe siècle, avec son voisin, le joaillier Pierre Cartier (en), vers 1860, des « boutons hongrois » à l'époque fameux[215]. À la fin du XXe siècle, Charvet introduisit une version en or de ses « fameux boutons de manchette en passementerie »[216].
  25. Selon Jean-Louis Dumas, un ancien président d'Hermès, « Charvet est profondément fidèle à l'âme de la France »[232].
  26. Dans Pluie de Cendres (Rain of Ashes, 1947) de James Neugass, le personnage principal veut être « enterré dans son pyjama Charvet monogrammé »[254]. Patrick Leigh Fermor, un auteur voyageur britannique, emportait lors de ses voyages dans les Andes, « des pyjamas Charvet et quatorze bouteilles de whisky d'aéroport »[255].
  27. La papauté d'Avignon est à l'origine de l'introduction du tissage de la soie en France[266].
  28. Durant cette campagne, le budget consacré par le parti républicain à la garde robe de Sarah Palin était de 150 000 dollars[270], dont une partie pour l'acquisition de cravates Charvet pour son mari, Todd Palin[271].
  29. Malgré son titre, ce livre ne présente pas une liste exhaustive des nœuds de cravate possibles, dont il a été démontré qu'ils ne sont que 85[274].
  30. À la fin du XIXe siècle, Édouard Charvet se donnait pour règle de ne jamais saluer le premier une cliente dans la rue[301].

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c La ville lumière. Anecdotes et Documents historiques, ethnographiques, littéraires, artistiques, commerciaux et encyclopédiques, Paris, 25, rue Louis-le-Grand,‎ 1909, p. 99 :

    « La maison Charvet a été fondée en 1836 par M. Christofle Charvet, auquel a succédé en 1868 son fils M. Édouard Charvet, qui est encore aujourd'hui le chef de la maison avec ses trois fils comme collaborateurs. »

  2. Principaux Secteurs Économiques: Couture et mode: Quelques dates, Quid (lire en ligne), p. 1 :

    « 1836: Christophe Charvet fonde une maison de chemises sur mesure. »

  3. Jérôme Hanover, « Charvet, une chemise qui se hausse du col. », Madame Figaro,‎ 5 août 2007 (lire en ligne) :

    « En 1836, comme tous les artisans, Christophe Charvet se déplace chez le client pour proposer ses échantillons de tissus. Mais au bout de deux ans, à l‘époque où le dandysme fait rage, il réalise que si ce même client vient à lui, il peut lui offrir un choix bien plus grand. La première boutique de chemise naît en 1838, rue de Richelieu. »

  4. Annuaire des notables commerçants de la Ville de Paris, Paris, Techener,‎ 1867 (lire en ligne), p. 37
  5. (en) Alexis Gregory, Paris deluxe: Place Vendôme, New York, Rizzoli,‎ 1997 (ISBN 9780847820610), p. 76
  6. a, b, c, d, e, f et g Louis Constant Wairy et Maurice Dernelle, Mémoires intimes de Napoléon Ier par Constant son valet de chambre, vol. 1, Paris, Mercure de France,‎ 2000 (ISBN 9782715222137), p. 521, 559, 20, 28
  7. Louis-Joseph-Narcisse Marchand, Mémoires de Marchand, premier valet de chambre et exécuteur testamentaire de l'empereur, vol. 1, Paris, Plon,‎ 1955, p. 233
  8. (en) Frédéric Masson, Napoleon at Home: The Daily Life of the Emperor at the Tuileries, Londres, H. Grevel and co,‎ 1894
  9. Recueil des traités et accords de la France, vol. 2, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1864 (lire en ligne), p. 408
  10. Anne-Marie Kleinert, Le « Journal des Dames et des Modes » ou la conquête de l'Europe féminine (1797-1839), Stuttgart, Thorbecke,‎ 2001 (lire en ligne), p. 86 :

    « Les maîtres de sa garde-robe étaient des connaisseurs en matière d'élégance. »

  11. (en) Charles Otto Zieseniss et Katell Le Bourhis, The Age of Napoleon: costume from Revolution to Empire, 1789-1815, New York, Metropolitan Museum of Art,‎ 1989 (ISBN 9780870995705)
  12. « Madame Constant, née Louise-Caroline-Catherine Charvet (1791-1861), femme du valet de chambre de Napoléon Ier », Réunion des musées nationaux (consulté le 20 juin 2010)
  13. Exposition des produits de l'industrie française en 1839. Rapport du jury central, vol. 1, Paris, Librairie Bouchard-Huzard,‎ 1839 (lire en ligne), p. 72
  14. a et b (en) Robert Murphy, « Shirt Tales », Man around Town, Londres,‎ Printemps/Été 2010
  15. a, b, c, d et e (en) Mary Lisa Gavenas, Encyclopedia of Menswear, New York, Fairchild Publications,‎ 2008 (ISBN 9781563674655), p. 86
  16. a, b et c (it) Guido Vergani, Franco Belli et Cristina Brigidini, Dizionario della moda, Milan, Baldini & Castoldi,‎ 1999 (ISBN 8880895850), p. 152 :

    « Christophe Charvet, nel 1838, apre in rue de Richelieu un negozio dove prende le misure, propone le stoffe. Nel retro, si tagliano e si cuciono le camicie. È il primo negozio del genere. »

  17. Complément du Dictionnaire de l'Académie française, Paris, Académie française,‎ 1842, xii
  18. Jacques Ruppert, Le costume français, Paris, Flammarion,‎ 1996 (ISBN 2081207893), p. 257–258
  19. (en) R.L. Shep et Gail Cariou, Shirts & Men's Haberdashery 1840s to 1920s, Mendocino, R.L. Shep,‎ 1999 (ISBN 0914046276), p. 4–5
  20. Longueville, Les mystères de la chemise, Bruxelles,‎ 1844
  21. a, b et c (en) Alan Flusser, « The Shirt Maker », TWA Ambassador, New York,‎ octobre 1982
  22. (en) Jill Fairchild Melhado et Gerri Gallagher, Where to Wear:Paris, Where to Wear II/Global,‎ 2002 (ISBN 9780971544642), p. 34
  23. (en) Thomas Byerly et John Timbs, The Mirror of literature, amusement, and instruction, vol. 35, Londres,‎ 1840, p. 62 :

    « A Shirt-making monomania has lately sprung up in Paris, and whoever will walk down the Rue Richelieu, and the Rue Neuve Vivienne, will see in gigantic letters, « Les Chemisiers de Paris », solely « consecrated » to that very useful article. »

  24. The Court magazine & monthly critic and lady's magazine, & museum of the belles lettres, music, fine arts, drama, fashions, &c, vol. 3, Londres, Dobbs & Co,‎ 1839, p. 682 :

    « La maison […] la mieux fournie en ce genre si important, aujourd'hui que les chemises sont l'objet d'une si excessive recherche. »

  25. a, b, c et d (en) Marilise Gavenas, « On the Right Bank; at the Storied House of Charvet, Luxury comes in Superabundance. », Daily News Record, New York,‎ 12 février 2007 (lire en ligne [accès payant])
  26. a, b et c Anne Martin-Fugier, La vie élégante, ou, La formation du Tout-Paris, 1815-1848, Paris, Fayard,‎ 1990, p. 335
  27. « Annonce », La Presse, Paris,‎ 10 mars 1839 (lire en ligne)
  28. « Annonce », La Presse, Paris,‎ 6 mai 1839 (lire en ligne)
  29. « Deuil », Le Figaro, Paris,‎ 1928 (lire en ligne)
  30. « Souscription pour un fonds de secours immédiat aux veuves, aux enfants et aux mères des aviateurs militaires », Le Figaro, Paris,‎ 25 mars 1912 (lire en ligne)
  31. Sébastien Bottin, Almanach-Bottin du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde, Paris, Bureau de l'Almanach du commerce,‎ 1839 (lire en ligne), p. 208 :

    « Charvet, brev. chemisier du Jockey-Club, maison spéciale pour chemises et mouchoirs de batiste, r. Richelieu, 103. »

  32. a et b Natalis Rondot, Catalogue officiel: Exposition des produits de l'industrie de toutes les nations, 1855, Paris, E. Panis,‎ 1855
  33. « Petite Gazette », Le Figaro, Paris,‎ 29 octobre 1876 (lire en ligne)
  34. a et b Thierry Sarmant et Luce Gaume, La Place Vendôme: art, pouvoir et fortune, Paris, Action artistique de la ville de Paris,‎ 2003, p. 250
  35. Philippe Perrot, Les dessus et les dessous de la bourgeoisie, Bruxelles, Éditions Complexe,‎ 1984 (ISBN 2870271379), p. 41
  36. a et b (en) « Paris Fashions shows Luxury in New Shirs for Men », Chicago Tribune, Chicago,‎ 29 septembre 1909 (lire en ligne [accès payant]) :

    « There were shirts of every variety and almost every color[,] artistic enough to make one long for them all, and each and every one most beautifully made. »

  37. Sem, « Les modes masculines », Je sais tout, Paris,‎ 20 octobre 1906 (lire en ligne)
  38. (en) « Shopping in Paris », The Sydney Morning Herald, Sydney,‎ 20 septembre 1905 (lire en ligne)
  39. a et b Alexandre Gady, « La seconde place : l'architecture », dans Thierry Sarmant, Luce Gaume, La place Vendôme. Art, pouvoir, et fortune, Paris, Action artististique de la ville de Paris,‎ 2002 (ISBN 2-913246-41-9), p. 84-85
    « Très luxueuse, cette grille dont le modèle a été scrupuleusement suivi est peinte en bleu et or, les couleurs royales, et son dessin s'organise autour d'un soleil louisquatorzien. »
  40. « Entre nous », Le Figaro, Paris,‎ 31 août 1921 (lire en ligne)
  41. (en) Maxine Arnold Vogely, A Proust Dictionary, Albany, Whitston Pub. Co,‎ 1981 (ISBN 0878752056), p. 144
  42. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) William Kissel, « Style: Paris Match », Robb Report, Malibu,‎ décembre 2004 (lire en ligne)
  43. « Date de la déclaration de renouvellement : 30 novembre 2006 », Bullein officiel de la propriété industrielle, Paris, no 47-2,‎ 23 novembre 2007, p. 194 (lire en ligne)
  44. (en)« Charvet by Charvet Place Vendôme SA », sur Trademarkia (consulté le 3 janvier 2013)
  45. Joseph Barberet, Monographies professionnelles, t. 4, Berger-Levrault,‎ 1887, p. 6
  46. Exposition universelle de 1855 : Rapports du jury mixte international, vol. 2, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1856 (lire en ligne), p. 500
  47. Henri Édouard Tresca, Visite à l'exposition universelle de Paris, en 1855, Paris, Hachette,‎ 1855 (lire en ligne), p. 741
  48. Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international Group XII, class 86, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1902 (lire en ligne), p. 605
  49. Exposition universelle de 1867, Catalogue général, vol. I, Paris, E. Dentu,‎ 1867 (lire en ligne), p. 72
  50. a et b Exposition universelle internationale de 1889 à Paris. Rapports du jury international. Groupe IV, classe 35, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1890 (lire en ligne), p. 329, 356
  51. Exposition universelle internationale de 1878 à Paris. Rapports du jury international. Groupe IV, classe 37, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1880 (lire en ligne), p. 124, 167
  52. « Les décorés des expositions », Le Figaro, Paris,‎ 26 mai 1910 (lire en ligne)
  53. (en) Federal Supplement. First Series., vol. 568, Federal Supplement,‎ 1983, p. 471
  54. (en) « List of Tradesmen who hold Warrants of Appointment from the Keeper of the Privy Purse, with Authority to use the Royal Arms », London Gazette, Londres, no 27512,‎ 2 janvier 1903, p. 13 (lire en ligne)
  55. (en) Elizabeth Bergner Hurlock, The psychology of dress: an analysis of fashion and its motive, Manchester, Ayer publishing,‎ 1976 (ISBN 9780405086441), p. 109
  56. (en) The Private Life of King Edward VII (Prince of Wales, 1841-1901) by a Member of the Royal Household, Charleston, Bibliobazaar LLC,‎ 2008 (ISBN 9780559422164), p. 249 :

    « Accused of not sufficiently encouraging home industries and of purchasing annually hundreds of pairs of gloves on the continent. »

  57. (en) « Try our "98'Curzons!" A few fashion hints for men », Otago Witness, Dunedin,‎ 3 novembre 1898 (lire en ligne) :

    « It was actually the Prince of Wales who introduced this shape. He got them originally about eight years ago from a manufacturer called Charvet, in Paris. »

  58. (en) Sarah Levitt, Fashion in photographs 1880-1900, Londres, Batsford,‎ 1991 (ISBN 0713461209), p. 81
  59. a, b et c (de) Bericht der volkswirtschaftlichen Commission der württembergischen Kammer der Abgeordneten über den preußisch-französischen Handelsvertrag und die in Zusammenhang damit abgeschlossenen internen Verträge,‎ 1863 (lire en ligne), p. 575 :

    « Die Arbeiterinnen des ersten Fabrikanten, Herrn Charvet, zu Paris, welcher die ausgezeichnetsten Waaren liefert […] "Unsere Hemden" — sagten sie — "sind den ausländischen überlegen an Geschmack und Eleganz." Allein nicht nur der vordere Einsaß und die Manchetten, welche man sieht, sind eleganter, sondern das französische Hemd paßt – nach der Erklärung der Pariser Fabrikanten – auch viel besser an den Leib […] Herr Charvet treibt einen sehr bedeutenden handel mit blosen vorderren einsässen fûr hemden (devants de chemise); "die Engländer" — sagte er — "kommen häufig nach Frankreich um" Einkäufe davon zu machen. »

  60. a et b « Notice signalétique », Base de données des dossiers des titulaires de l'Ordre de la Légion d'Honneur (consulté le 12 septembre 2011)
  61. Ali Vahbi bey, Avant la débâcle de la Turquie. Pensées et souvenirs de l'ex-Sultan Abdul-Hamid, Paris and Neufchatel, Altinger Frères, p. 35–36 :

    « [Les pachas] ne se soucient absolument pas de la simplicité […] je donne moi-même l'exemple sous ce rapport. »

  62. a et b (tr) Hülya Tezcan, A late 19th Century Tailor's Order-Book, Istanboul, Türkiye Turing ve Otomobil Kurumu,‎ 1984, p. 53 :

    « … Yil bile "notunu" göndermekten çekinmeyen Charvet bana bir keresinde söyle demisti : "Bu sahane müsteriden öyle kazandim ki son faturayi gönderme … »

  63. (tr) Müfid Ekdal, Kadiköy konaklari, Istanboul, Sadberk Hanim Müzesi,‎ 1992 (ISBN 97595473x[à vérifier : isbn invalide]), p. 39
  64. (en) Hülya Tezcan, Tailors to the court: M. Palma - D. Lena - P. Parma, Istanboul, Sadberk Hanim Müzesi,‎ 2008 (ISBN 9789756959275) :

    « In the Topkapi Palace collection there is only a single white waistcoat that bears the label of Charvet (13/692). Inside one of the bands that emerges from the side seams to buckle in the back, Abdülhamid's initials, 'A' and 'H', are embroidered side by side in red silk thread. »

  65. a, b et c Rimbaud, Verlaine, Mallarmé & leurs amis. Vente du 15 décembre 2010, Paris, Sotheby's,‎ 2010, extrait consulté sur le site Arthur Rimbaud - Mag4.net : Biographie et poésie (lire en ligne) :

    « L'un des plus célèbres portraits de Verlaine : de trois quarts, la main droite dans le gilet, le candidat à l'Académie française pose pour la postérité. La superbe écharpe brodée de chez Charvet lui avait été offerte par Robert de Montesquiou. Le dessin de l'écharpe rappelle les motifs japonisants alors en vogue. La photographie est reproduite notamment dans le numéro spécial de La Plume consacré à Verlaine en 1896. »

  66. a, b, c et d Antoine Bertrand, Les curiosités esthétiques de Robert de Montesquiou, Genève, Librairie Droz,‎ 1996 (ISBN 9782600001076), p. 518 :

    « Une photographie de 1893 […] représente en effet Verlaine en candidat à l'Académie française, arborant une superbe écharpe avec le négligé qui sied. »

  67. a, b, c, d et e Bertrand Fraysse, « Sous toutes les coutures », Challenges, Paris, no 323,‎ 29 novembre 2012, p. 92 à 94 (ISSN 0751-4417, lire en ligne)
  68. (en) Alicia Drake, A Shopper's Guide to Paris Fashion, Northamptom, Interlink Pub. Group,‎ 2001 (ISBN 156656378X), p. 30
  69. Daniel Salvatore Schiffer, Philosophie du dandysme, Paris, Presses universitaires de France,‎ 2008 (ISBN 9782130566649), p. 5
  70. (en) Iris Nowell, Generation Deluxe: Consumerism and Philanthropy of the New Super-rich, Toronto, Dundurn Press,‎ 2004 (ISBN 1550025031), p. 137
  71. (de) Hans Korner, Dandy, Flaneur, Maler, Münich, Wilhelm Fink Verlag,‎ 1996 (ISBN 3770529316)
  72. « Paul Verlaine d'après la photographie Otto (1893) », La Plume, no 161,‎ 1er janvier 1896 (lire en ligne)
  73. a, b et c (en) Sylvia Kahan, In Search of New Scales: Prince Edmond de Polignac, Octatonic Explorer, Rochester, University of Rochester Press,‎ 2009 (ISBN 9781580463058), p. 79
  74. Alexandre Devaux, « Illuminations aux enchères », Artnet,‎ 15 décembre 2010 (lire en ligne [2e photo du diaporama])
  75. Pierre Brunel, Paul Verlaine, Paris, Presses de l'Université Paris-Sorbonne,‎ 2004 (ISBN 9782840503651), p. 30 :

    « Si aucun document ne fait état des cent mille francs ou de la destination qui leur fut assignée, les lettres de Verlaine attestent en revanche les secours que le gentilhomme lui fit parvenir. »

  76. Exposition internationale de Chicago en 1893., vol. 26, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1894 (lire en ligne), p. 102
  77. a, b et c (en) Edgar Munhall, Whistler and Montesquiou. The Butterfly and the Bat., Paris, Flammarion,‎ 1995 (ISBN 9782080135773), p. 142–145
  78. Bulletin de la Société des amis de Marcel Proust et des amis de Combray, vol. 11, Combray, Société des amis de Marcel Proust et des amis de Combray,‎ 1957, p. 294
  79. a et b Léon Pierre-Quint, Marcel Proust: sa vie, son œuvre, Paris, Éditions du Sagittaire,‎ 1925, p. 52 :

    « Il avait la recherche d'un dandy, mêlé déjà à un certain débraillé de vieux savant du Moyen Âge […] Sous le col rabattu, il portait des cravates mal nouées ou de larges plastrons de soie de chez Charvet, d'un rose crémeux, dont il avait longuement cherché le ton. »

  80. a et b (en) Men's Wear, vol. 18,‎ 1905, p. 50, 101–102 :

    « The foremost haberdashery of Paris and London. »

  81. a et b Paul Morand, 1900, Paris, Les éditions de France,‎ 1931
  82. (en) Francis Steegmuller, Cocteau, a biography, Little, Brown,‎ 1970, p. 47
  83. Jean Cocteau, La danse de Sophocle, Paris, Mercure de France,‎ 1912, p. 133 :

    « Charvet où l'arc-en-ciel prend ses idées. »

  84. (en) Charles Spencer, Philip Dyer et Martin Battersby, The World of Serge Diaghilev, Washington, Regnery Publishing,‎ 1974 (ISBN 0809283050), p. 21
  85. (en) Céleste Albaret, Monsieur Proust, New York, New York Review Books,‎ 2003 (ISBN 1590170598), p. 286
  86. Gilles Picq, Laurent Tailhade ou de la provocation considérée comme un art de vivre, Paris, Maisonneuve et Larose,‎ 2001 (ISBN 9782706815263), p. 506
  87. Jean Clausel, Le marcel de Proust, Rome, Portaparole,‎ 2009 (ISBN 9788889421727, lire en ligne), p. 72–73 :

    « Il pointa l’index sur la tranche où était écrit en grandes anglaises : ‘M. Proust’ (…) Il souleva le carton : une pile de trois ou quatre maillots de corps à bretelles, en mailles de soie. »

  88. Marcel Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleur, vol. 1 (lire en ligne)
  89. a et b Bulletin de la société archéologique, historique et artistique, vol. 2, Paris, Lefebvre-Ducrocq,‎ 1905, p. 552 :

    « Les timbres Charvet, longs et étroits, figurant un monsieur en habit: « Je me fais blanchir chez Charvet », et une dame en robe de soirée : « Et moi aussi ». »

  90. (en) O.O. McIntyre, « A New Yorker in Paris », Rochester Evening Journal and Post Express, Rochester,‎ 24 mars 1925 (lire en ligne) :

    « Not so many years ago France sent its laundry weekly across the channel to London. Very little laundry work was done in Paris. The first laundry was built by Charvet, a fashionable haberdasher. »

  91. (en) « The Lion's Fight », The Miami News,‎ 8 octobre 1936 (lire en ligne) :

    « Swank Englishmen years ago used to send their laundry across the channel to Paris. Out of this laundry business grew the famous haberdashery salon of Charvet in the Place Vendome. The fist Charvet was a washer-man. »

  92. « Publicité », Le Figaro, Paris,‎ 26 octobre 1901 (lire en ligne)
  93. « Blanchisserie modèle de la Maison Charvet », L'Illustration, Paris,‎ 25 mai 1901
  94. a et b « La presse anglaise et les échos de la récente visite des blanchisseurs anglais à leurs confrères parisiens », Le Figaro, Paris,‎ 28 septembre 1906 (lire en ligne) :

    « Daily Telegraph : « Les délégués anglais ont admiré la perfection technique de la Blanchisserie modèle de la maison Charvet ». Daily News: « Les délégués ont été très surpris de la quantité de paniers de linge blanchi prêts à être expédiés en Angleterre qu'ils ont vus dans cette maison ». »

  95. « À travers Paris », Le Figaro, Paris,‎ 24 décembre 1902 (lire en ligne)
  96. Marius Otto, « Les progrès récents réalisés dans l'industrie de l'ozone », Mémoires et compte-rendu des travaux de la Société des ingénieurs civils, Paris, vol. 81,‎ 1903, p. 567-569 (lire en ligne) :

    « Grâce à l'initiative courageuse d'un grand industriel parisien, M. Charvet, une blanchisserie modèle, à l'ozone, vient d'être installée au Marché Saint-Honoré. Le Conseil municipal de Paris a autorisé cette création dans les locaux appartenant à la Ville […] Une licence des procédés employés par M. Charvet a été concédée aux établissements hospitaliers de la capitale. L'ozone est employé dans la blanchisserie Charvet, pour la désinfection et pour le blanchiment proprement dit. »

  97. « Petites histoires », Le Figaro, Paris,‎ 19 octobre 1903 (lire en ligne)
  98. a et b (en) Thomas Oliver, Diseases of occupation from the legislative, social, and medical points of view, Londres, Methuen & Co,‎ 1908, p. 392
  99. R. Wurtz et L. Tanon, « Note au sujet du décret relatif aux précautions édictées pour la manipulation du linge sale dans le blanchissage du linge », Revue d'hygiène et de police sanitaire, Paris, vol. 27,‎ 1905, p. 573-574 (lire en ligne) :

    « Au sortir du cuvier où il a été coulé, le linge est lavé, puis rincé à l'eau pure ou à l'eau additionnée d'eau de javelle, puis azuré ; enfin essoré, séché, empesé, repassé, cylindré. »

  100. (en) « A Model Parisian Laundry », Scientific American, New York, vol. 57, no 1480,‎ 1904, p. 23716
  101. (en) Osbert Sitwell, Laughter in the next room, Westport, Greenwood Press,‎ 1972 (ISBN 978-0-8371-6042-9), p. 53 :

    « When they went back to Russia, [the Grand Dukes] would send their linen from St. Petersburg right across Europe, to be washed at Charvet's, the famous shirt maker in Paris. »

  102. (en) Terry Gross, « Re-Examining The Father Of Modern Surgery », National Public Radio,‎ 22 février 2010 (lire en ligne)
  103. (en) Gerald Imber, Genius on the Edge: The Bizarre Double Life of Dr. William Stewart Halsted, New York, Kaplan Publishing,‎ 2010 (ISBN 978-1-60714-627-8), p. 250
  104. (en) Donald Fleming, William H. Welch and the rise of modern medicine, New York, Little, Brown and Company,‎ 1954, p. 88
  105. (en) S.J. Perelman, « No starch in The Dhoti, S'il Vous Plait », The New Yorker, New York,‎ 12 février 1955 (lire en ligne)
  106. « La Blanchisserie modèle de la maison Charvet », Le Figaro, Paris,‎ 15 mai 1906 (lire en ligne) :

    « Sur un simple coup de fil des voitures spéciales viennent prendre à domicile pour le rendre dans la huitaine le linge d'hommes et de dames. »

  107. « Renseignements utiles », Le Gaulois, Paris,‎ août 1914 (lire en ligne)
  108. Shaun Cole, L’histoire des sous-vêtements masculins, Parkstone,‎ 2012 (ISBN 978-1859956236, lire en ligne), p. 58
  109. Farid Chenoune, Des modes et des hommes: deux siècles d'élégance masculine, Flammarion,‎ 1993 (ISBN 978-2080109200), p. 148
  110. (en) « Laundry troubles », The West Australian, Perth,‎ 19 février 1917 (lire en ligne)
  111. « Vieux Paris », Le Figaro, Paris,‎ 29 août 1933 (lire en ligne) :

    « C'est cette blanchisserie qui disparaît présentement. »

  112. (en) « Perfumeries and Gentlemen's Furnishing Goods », Times-Picayune, Nouvelle Orléans,‎ 29 mars 1853
  113. Traité de commerce avec l'Angleterre: enquête, Paris, Imprimerie Impériale,‎ 1861 (lire en ligne), p. 423–433
  114. « Didier Grumbach : "Paris est clairement la capitale de la création" », Le Monde, Paris,‎ 26 septembre 2012 (lire en ligne)
  115. (en) Nancy Green, Ready-to-Wear and Ready-to-Work: A Century of Industry and Immigrants in Paris and New York, Durham, [[Duke University Press|Duke University Press]],‎ 1997 (ISBN 0822318849), p. 120 :

    « Consistent disdain for confection in France, coupled with "indiscriminate" sales to foreign buyers, meant that the latest fashions could be reproduced thousands of times in the United States before the French ready-made manufacturers had seen them. »

  116. (en) « Making stock for charity », The Milwaukee Journal, Milwaukee,‎ 22 septembre 1897, p. 5 (lire en ligne) :

    « One young woman has sent over to Charvet, the swell shirt-maker of Paris, for some new patterns, and she intends selling hers, when copied. »

  117. (en) « Publicité », Detroit Free press, Detroit,‎ 27 mars 1898
  118. (en) « For the well dressed man : Clothes for the Evening, for Weddings, and Other Formal Occasions », Vanity Fair, New York,‎ mai 1920, p. 87 (lire en ligne)
  119. Pierre Drieu la Rochelle, Gilles, Paris, Gallimard,‎ 1939, p. 16-17 :

    « « Nous n'avons pas de chemises toutes faites, monsieur », répondit M. Charvet lui-même. »

  120. (en) « Paris wears Chicago clothes », Chicago Tribune, Chicago,‎ 26 mars 1908 (lire en ligne [accès payant])
  121. (en) « Do you blame us for boasting », Mt. Sterling Advocate, Mount Sterling,‎ 2 juin 1909 (lire en ligne)
  122. a et b (en) « Business World », The New York Times, New York,‎ 3 octobre 1914 (lire en ligne) :

    « The full dress tie made of charvet material is a favorite at the present time and ties of this fabric can be purchased in white, pearl and black for dinner and evening wear. »

  123. (en) « Second Empire effects are seen », The New York Times, New York,‎ 5 octobre 1913 (lire en ligne) :

    « Charvet always has the last word on shirts. »

  124. (en) Men's wear, vol. 24, New York,‎ 1907 (lire en ligne), p. 51
  125. (en) « Kerchief now in colors », The Caldwell watchman,‎ 19 décembre 1913 (lire en ligne) :

    « Three extra wide, brillantly colored stripes down the middle of the front and around the cuffs. »

  126. (en) Beaunash, « Publicité pour John David », The New York Times, New York,‎ 9 mars 1912 :

    « The master-mind of French modes in shirtings. »

  127. (en) publicité, « Men's Shirts to Order », The New York Times, New York,‎ 24 janvier 1900 :

    « Charvet of Paris leads the Old World in the charm of the fabrics he has woven. We have his weaver working for us as well. »

  128. (en) Farmers' Loan and Trust Company,‎ 1914 (lire en ligne), p. 13
  129. (en) « Again rumors of colored evening coats », Chicago Tribune, Chicago,‎ 29 septembre 1909 :

    « Authorities who not not only keep abraist of the times but may be called pioneers in the matters of fashions for men. »

  130. Maurice Praslières, « La mode masculine », Les Modes, Paris, no 31,‎ 1903, p. 23 (lire en ligne) :

    « C'est Charvet qui a inventé le gilet à châle roulé et bouffant, droit, à un rang de boutons. »

  131. (en) « Sombre shades for men », Baltimore Sun, Baltimore,‎ 25 février 1915 (lire en ligne)
  132. (en) Charles Wilbur de Lyon Nicholls, The ultra-fashionable peerage of America, Manchester, Ayer Publishing,‎ 1975 (ISBN 9780405069307), p. 37
  133. (en) « Hark ! What noise is that ? "Monty" Blair's waistcoat », The Washington Times,‎ 3 juillet 1903 (lire en ligne)
  134. (en) Kahren Jones Arbitman et Kahren Hellerstedtand, Clayton, the Pittsburgh home of Henry Clay Frick: art and furnishings, Pittsburgh, Frick Art Museum,‎ 1989 (ISBN 9780822969051), p. 61
  135. (en) Justus Miles Forman, Bianca's daughter, New York, Harper & Brothers,‎ 1910, p. 135 :

    « The pale tones of shirt and cravat and out-peeping pochette bespoke the genius of the well-known M. Charvet. »

  136. (en) « Advertising », The Philadelphia Recorder, Philadelphia,‎ 8 octobre 1902 (lire en ligne) :

    « The Charvet waist of moire with the new stock has taken women by storm we are copying it by dozens in pale colored moires. »

  137. (en) Katharine De Forest, « Our Paris letter », Harper's Bazar, New York,‎ 18 septembre 1897 :

    « The new Charvet shirt-waist […] will become standard so it is is worth while describing again. The under part of the waist is cut bias, and adjusted to button in front, like a tight waist. The blouse part is put into the collar separately. It is nothing but two loose fronts laid in side pleats, and blousing into the belt independently of the under part. »

  138. (en) Katharina De Forest, « Recent happenings in Paris », Harper's Bazar, New York,‎ 1er juillet 1902
  139. (en) « Man may go limit in handkerchiefs ans ties », Chicago Tribune, Chicago,‎ 29 septembre 1909 :

    « Scarf pins that match in color any scarf that may be bought and some have the same designs carried out in them done in enamel. There are also waistcoasts buttons to be worn with certain ties and there are sets of these, cufflinks, and pins, all of which exactly match. »

  140. Maurice de Waleffe, « Habillons nous de soie ! », La Soierie de Lyon,‎ octobre 1932 (lire en ligne)
  141. Patrice Bollon, Esprit d'époque: essai sur l'âme contemporaine et le conformisme naturel de nos sociétés, Paris, Le Seuil,‎ 2002 (ISBN 9782020133678), p. 57 :

    « L'adaptation d'un flacon d'eau de toilette pour hommes datant de l'avant-guerre du chemisier Charvet. »

  142. (en) « Paris Offers Ecru Shirts », Boston Daily Globe, Boston,‎ 17 janvier 1915 :

    « Our looms have been destroyed, our collections pillaged, our printing blocks burned. Nevertheless we continue to send representatives to the United States to show collections of novelties. »

  143. (en) « Slick Chic », Time, New York,‎ 8 novembre 1984 (lire en ligne)
  144. Anne Tourlonias, Raoul Dufy, l'œuvre en soie, Avignon, Barthelemy,‎ 1998 (ISBN 2879230942), p. 41 :

    « Le 1er mars 1912, Raoul Dufy et Charles Bianchini signent le contrat. »

  145. (en) Raoul Dufy: Paintings, Drawings, Illustrated Books, Mural Decorations, Aubusson Tapestries, Fabric Designs and Fabrics for Bianchini-Férier, Paul Poiret Dresses, Ceramics, Posters, Theatre Designs, Londres, Arts Council of Great Britain,‎ 1983, p. 106
  146. Jean-Michel Tuchscherer, Raoul Dufy, créateur d'étoffes, Mulhouse, Musée de l'impression sur étoffes,‎ 1973, p. 22 :

    « Ce tissu peu courant était fabriqué par un ami de Monsieur Bianchini et fourni en particulier à Charvet - chemisier place Vendôme - qui en faisait des chemises, robes de chambre, etc. »

  147. a, b et c François Chaille, La grande histoire de la cravate, Paris, Flammarion,‎ 1994 (ISBN 2080135686), p. 119
  148. a, b et c (en) Josh Pattner, « What's my line », The New York Times, New York,‎ 4 juin 2005 (lire en ligne)
  149. (en) Bruce Reynolds, Paris with the lid lifted, G. Scully,‎ 1927, p. 190
  150. a, b et c (en) Evelyn Waugh, Brideshead Revisited, Boston, Little, Brown and Company,‎ 1945 (ISBN 0316926345), p. 31
  151. (en) Elizabeth Taylor, A game of hide-and-seek, New York, Knopf,‎ 1951, p. 117
  152. « Chronique de l'art décoratif », L'art vivant, Paris,‎ 1927, p. 619-620 :

    « Charvet […] expose un patron complet : robes de chambre et cravates de belle qualité et aux heureux dessins, aux riches couleurs »

  153. « L'art moderne de la soie », La Renaissance de l'art français et des industries de luxe, Paris,‎ juillet 1927, p. 370 (lire en ligne)
  154. « L'art de la soie au musée Galliera », L'Opinion, Paris,‎ 1927, p. 39-40
  155. (en) 75 years of fashion, Fairchild Publications,‎ 1965 (lire en ligne), p. 123
  156. (en) Jimmy Breslin, Damon Runyon: A Life, Boston, Ticknor and Fields,‎ 1991 (ISBN 0899199844), p. 347
  157. (en) Martin A Gosch, The last testament of Lucky Luciano, New York, Macmillan Publishers,‎ 1975 (ISBN 0333177509), p. 74
  158. (en) Garson Kanin, Hollywood: stars and starlets, tycoons and flesh-peddlers, moviemakers and moneymakers, frauds and geniuses, hopefuls and has-beens, great lovers and sex symbols, New York, Viking Press,‎ 1967, p. 270 :

    « Charvet will send over, say, a dozen neckties.You may choose or or two or none and return the rest. »

  159. (en) Alan Flusser, Dressing the Man, New York, HarperCollins,‎ 2002 (ISBN 0060191449), p. 156 :

    « Its chic was in their unfussy, nonchalant bearing. To the delight of their many admirers, the Charvets' open settings facilitated blending with all kind of fancy suits […] The original Charvet prints became the first, and regrettably almost the last, bold figured necktie to symbolize upper-class taste. »

  160. (en) « Other estate happenings », Sarasota Magazine,‎ 1er avril 2007 (lire en ligne)
  161. (en) « Stylists Report Linen Shirts Are Favored for Men », St. Petersburg Times, St Petersburg,‎ 25 avril 1937 (lire en ligne)
  162. (en) « Ties Will Show Bolder Trend in Colors, Lines », The Washington Post, Washington,‎ 23 septembre 1936 :

    « The new trend in necktie fabrics shows a strong leaning towards bolder color combinations and designs, many of them inspired by the French school of modern design. Some houses report the importance of large charvet and school patterns, breaking away from the small neat patterns of past seasons. »

  163. (en) Sarah Gibbings, The Tie. Trends and Traditions, New York, Barron's,‎ 1990 (ISBN 0812061993), p. 100 :

    « … foreshadowed the brilliant … »

  164. (en) Edward Ruttenberg, The American male: his fashions and foibles, New York, Fairchild Publications,‎ 1948, p. 329 :

    « The former serviceman […] is rolling around in color and sparking up as he considers the possibilities of Charvet patterns vs. the conservative. The thirst for variety, caused by long abstinence while bearing arms, fins expression in colorful cravats. »

  165. (en) « Collects ties », The Australian Women's Weekly,‎ 17 novembre 1947 (lire en ligne)
  166. (en) James Cameron, « Vive la France! Patriotic call or SOS ? », News,‎ 29 janvier 1954 (lire en ligne) :

    « The simple thing is to consider the French as an erratic and brilliant people, dressed eithet in blue blouses and bertes or trick suits and Charvet ties, who have all the gifts except that of running their country. »

  167. a, b et c (en) Diane Maglio, « Peacocks in the sands: Flamboyant men’s beachwear 1920–30 », Critical studies in Men's Fashion, vol. 1, no 1,‎ 2013 (lien DOI?)
  168. (en) Merchaneer, « New Thoughts on Men’s Wear Merchandising: Palm Beach Styles », Men’s Wear,‎ 10 mars 1926, p. 67 :

    « Personally, if two years ago anyone had told me that regular two-fisted he-men would loll around on the beach in one of those ‘Charvet’ linen robes with big wall-paper-like figures two feet in diameter adorning them I would have said, ‘Crazy.’ But they are doing it [in Palm Beach]. »

  169. (en) « Robe : Charvet et Fils (French) », Metropolitan Museum of art (consulté le 10 décembre 2013)
  170. « Littérature et publicité », Le Figaro, Paris,‎ 26 avril 1932 (lire en ligne) :

    « Il est certes bien naturel que Vlaminck ou Derain composent des enseignes pour Charvet […] On ne voit pas de raison qu'un étalage de chemisier ne fasse pas une aussi bonne nature morte que des langoustes ou des citrouilles. »

  171. Philippe Labro, Je connais des gens de toutes sortes, Paris, Gallimard, p. 96 :

    « Il n'a plus désormais comme uniforme que le costume ample et croisé (sombre), la cravate noire, la chemise blanche. »

  172. Michel Tauriac, Vivre avec de Gaulle : les derniers témoins racontent l'homme, Paris, Plon,‎ 2008 (ISBN 9782259207218), p. 396
  173. (en) Alan Flusser, Making the man, New York, Wallaby books,‎ 1981 (ISBN 0671791478), p. 190
  174. (en) Eugenia Sheppard, « Shirtmaker Designs Collection for Women », Toledo Blade, Toledo,‎ 17 juillet 1978 (lire en ligne)
  175. (en) Ira Neimark, Crossing Fifth Avenue to Bergdorf Goodman, New York, Specialist Press International,‎ 2006 (ISBN 1561712086), p. 163
  176. a, b et c (en) Leon Harris, « Paris Shirtmaker Extraordinaire », Town and Country, New York,‎ août 1987
  177. « Denis Colban », Libération, Paris,‎ 7 janvier 1995 (lire en ligne)
  178. « Vente Mitterrand » (consulté le 3 octobre 2008)
  179. Jean-François Probst, Chirac, mon ami de trente ans, Paris, Denoël,‎ 2007 (ISBN 2207258246), chap. 6
  180. a et b (en) Neil A. Lewis, « Presidential Chic, From Jabots To Polyester », The New York Times, New York,‎ 19 janvier 1997 (lire en ligne)
  181. (en) Nick Foulkes, « Checkpoint Charvet », Finch's Quarterly Review, Londres,‎ 23 octobre 2009 (lire en ligne)
  182. Philippe Noiret, Mémoire cavalière, Paris, Robert Laffont,‎ 2007 (ISBN 2221107934), p. 7
  183. (en) Lynn Hirschberg, « Sofia Coppola's Paris », The New York Times, New York,‎ 24 septembre 2006 (lire en ligne)
  184. (de) Norbert Körzdörfer, « Ich umarme jeden Tag den Tod », Bild, Hambourg,‎ 18 juin 2007 (lire en ligne) :

    « Er trägt einen grauen "Charvet"-Maßanzug (nur 1 Knopf wie JFK, aufgeknöpftes Maßhemd). »

  185. a et b (en) Eileen Soltes, « Get shirty », Portfolio,‎ avril 2007 (lire en ligne)
  186. Astrid Taupin, « En privé avec… Christian Louboutin », Madame Figaro, Paris,‎ 20 novembre 2008 (lire en ligne)
  187. (en) Socha Miles, « Big Spenders », W,‎ mai 2010 :

    « He can scoop up a dozen at a time, he says, and probably has 400 in his collection. »

  188. (en) « Christian Louboutin on what makes a great shoe », The Times,‎ 13 octobre 2010
  189. (en)Désirée Stimmer, « Christian Louboutin Fast Facts », sur Shoes.about.com (consulté le 9 octobre 2008)
    « They have the most magnificent colored ties: it's like looking at a lovely garden. I have tons of them at home and I am perfectly happy not to wear them. »
  190. a et b (en) Dana Thomas, « Footwear: The Sole Of Sexiness », Newsweek, New York,‎ 23 février 2003 (lire en ligne) :

    « One of his line of lady shoes had "witty, wicked designs made of Charvet tie fabric". »

  191. (en) Tina Cassidy, « Andre Leon Talley. Urbane outfitter », The Boston Globe, Boston,‎ 18 mai 2006 (lire en ligne)
  192. (en) Tavis Smiley, « Interview: Andre Leon Talley discusses the fashion industry », National Public Radio,‎ 18 juin 2003 :

    « I have a wonderful white cotton shirt. I always love white cotton shirts. Pique collar and cuffs, from Paris. It wasn't imported from Paris; I went to Paris and had it fitted. I had fittings. I have fittings for my neckties. My neckties from Charvet. You have to have fittings for your tie … so it's the right length. My socks are from Charvet. I don't have fittings for those. »

  193. Christian Kämmerling, « Königsmacher:"Wir Schwarzen haben einfach ein Herz für modische Dinge." », Die Weltwoche, Zürich,‎ septembre 2003 :

    « Achten Sie auf die Naht, auf das Piqué. Diese Perfektion! Wer kann das heute noch? Nur Charvet in Paris, an der Place Vendôme. Alle meine Hemden sind massgeschneidert von Charvet. »

  194. (en)« Lowest Common Denominator: Vogue, January », Glossdover,‎ 11 janvier 2008 (consulté le 22 novembre 2008)
  195. (en) John Sciacca, « Quick Take: The last 10 films we've watched »,‎ 15 juin 2010 (consulté le 24 août 2010)
    « I have these custom nightshirts made at Charvet in Paris. I only wear them when I am at Mr. Karl Laggerfield's [sic] summer house vacationing. For if you pass Mr. Karl Laggerfield in the hallway, you must be appropriately attired at all times! »
  196. Paris-Parisien, Paris, Ollendorff,‎ 1896, p. 428
  197. Thomas Lenthal, « Charvet : franchir le seuil du 28, place Vendôme à Paris, c'est pénétrer dans un univers onirique et unique au monde. », L'Officiel hommes,‎ juin 2014 (lire en ligne) :

    « La seule (dernière ?) des grandes institutions parisiennes à voir le XXIe siècle et à témoigner, anachronique mais vivante, d'un âge révolu. »

  198. Nick Foulkes, « Swellboy on… Charvet’s buttonhole rosette », Financial Times,‎ 13 juillet 2013 (lire en ligne)
  199. a, b et c (en) « Charvet neckwear », sur Robb Report recommends (consulté le 7 avril 2011)
  200. (ru) Яна Максимова, « Полет бабочки », Departures, Moscou,‎ décembre 2010 :

    « Сейчас это единственный Дом во Франции, предлагающий своим клиентам галстуки-бабочки по индивидуальной выкройке – sur mesure. »

  201. (en) Tavis Smiley, « Interview: Andre Leon Talley discusses the fashion industry », NPR,‎ 18 juin 2003
  202. a, b et c (en) Mark Vandewalde, « Style: Paris for Men Only », Departures Magazine, New York,‎ mars 2007 (lire en ligne)
  203. Frédéric Martin-Bernard, « Charvet », L'Officiel Homme, Paris,‎ janvier January 2005 (lire en ligne)
  204. (en) Ahmed Imran, « How to reach second base online », lien périodique=Financial Times, Londres,‎ 9 février 2008 (lire en ligne)
  205. (en) Michèle Loyer, « Luxury Companies Focus on Service », International Herald Tribune, Paris,‎ 16 mars 1996 (lire en ligne)
  206. Aude Lasjaunias, « Des salons pour VIP », Le Monde,‎ 16 septembre 2013 (lire en ligne)
  207. (en) Georgia Hesse, The Penguin guide to France, Londres, Penguin Books,‎ 1989 (ISBN 978-0-14-019902-4), p. 146
  208. (en) « Charvet Frommer's review », Frommer's (consulté le 8 mai 2009)
  209. a et b Bertrand Fraysse, « Éloge de la cravate : le nœud de l'affaire », Challenges, no 329,‎ 24 janvier 2013 (résumé) :

    « Le plus grand choix du monde avec 5 000 nouveaux tissus par an. »

    Légende de la photo de « cravates à la boutique Charvet » dans l'édition papier de Challenges.
  210. (en) Tim Blanks, « Tim Blanks Finds Philosophy Via Charvet », Style.com,‎ 12 mars 2009 (lire en ligne)
  211. (en) Trish Donnally, « Crisp White Shirts A Fashion Must : They complement men's-wear styles. », San Francisco Chronicle, San Francisco,‎ 18 mars 1992
  212. (en) Patrick Corbett, Verdura: the life and work of a master jeweler, New York, Harry N. Abrams,‎ 2002 (ISBN 978-0-8109-3529-7), p. 120
  213. (en) « What new Autumn Blouses are like », The New York Times, New York,‎ 20 septembre 1908 (lire en ligne) :

    « Charvet [link] buttons of twisted braid are quite the style. »

  214. (de) Katrin Bachofen, « Grosses Comeback der kleinen Knöpfe », Handelzeitung,‎ 18 novembre 2009 :

    « Eine modische Alternative zu Manschettenknöpfen aus Edelmetall sind übrigens doppelte farbige Seidenknoten, die auf den Pariser Hemdenmacher Charvet zurückgehen und nach 1900 in Mode kamen. »

  215. (en) Hans Nadelhoffer, Cartier, San Francisco, Chronicle Books,‎ 2007 (ISBN 978-0-8118-6099-4), p. 25
  216. (en) Thomas Tryon, All that glitters, New York, Dell Publishing,‎ 1987 (ISBN 978-0-440-10111-6), p. 225
  217. (en) Charlote Williamson Davis, 101 Things to Buy Before You Die, Londres, New Holland Publishers,‎ 2007 (ISBN 978-1-84537-885-1), p. 31
  218. a et b (en) Bruce Boyer, « Charvet and the well-tailored man », Departures Magazine, New York,‎ février 2002 (lire en ligne)
  219. (en) « Charvet shirts », Robb Report (consulté le 17 septembre 2011)
  220. (en) Nicholas Foulkes, « Wide-eyed boys witness the legendary Wall of Whites », Financial Times, Londres,‎ 26 décembre 2010 (lire en ligne)
  221. (en) David Tang, « Panamas and paranoia », Financial Times, Londres,‎ 16 septembre 2011 (lire en ligne)
  222. Gabrielle de Montmorin, « Charvet, le royaume de la couleur », Le Point,‎ 6 janvier 2012 (lire en ligne)
  223. (en) Nick Foulkes, « The Measure of a Man », Newsweek, New York,‎ 31 janvier 2009 (lire en ligne) :

    « [Customers can] debate not just the shade of white, not just the choice of cuff, not just the angle, depth and proportion of the collar, but also the infinitesimal differences in the weight of the interlining in collar and cuff and how this can and should be varied between formal, semi-formal and casual shirts. »

  224. (en) Henri Gault et Christian Millau, THe Best of Paris, Crown Publishers & Knapp Press,‎ 1982 (ISBN 978-0-517-54775-5), p. 439
  225. a, b et c (en) Paula Park, « A Shirt's Tale », The Wall Street Journal, New York,‎ 15 janvier 2010 (lire en ligne)
  226. a, b, c et d (en) Michael Cannon, « Incomparably Charvet », Town & Country,‎ janvier 2002
  227. Josepha Anaya, « Maison Charvet: L'Etoffe d'une Légende », Balthazar, Paris,‎ avril 2009 :

    « Chaque année nous proposons environ mille nouvelles références. »

  228. Charlotte Brunel, « Obsession Les variations infinies de Charvet », Le Monde, Paris,‎ 8 octobre 2004 (lire en ligne)
  229. a et b (en) Nick Foulkes, « Luxury », GQ, Londres,‎ juin 2003
  230. (en) « 2009 Reader's Choice: First Picks », Robb Report,‎ 1er février 2009 (consulté le 3 juillet 2009) : « Each Charvet shirt is a study in symmetry. »
  231. a et b Gary Walther, « Shirt tales », Departures Magazine, New York,‎ mai 1999
  232. a et b (en) Alan Flusser, Style and the Man, New York, Harperstyle,‎ 1996 (ISBN 0-06-270155-X), p. 317 :

    « Charvet is profoundly faithful to the soul of France. »

  233. Marie-Claude Sicard, Luxe, mensonges et marketing, Paris, Pearson Education France,‎ 2010 (ISBN 978-2-7440-6456-2), p. 150 :

    « Dans le luxe on porte [à la qualité] une attention toute particulière et il faut en avoir fait l'expérience pour mesurer toute la distance qu'il peut y avoir entre une chemise sur mesure de chez Charvet et n'importe quelle chemise de confection courante, par exemple. »

  234. a, b et c (en) Wei Koh, « Shirt stories: a year in the life of a Charvet devotee », The Rake, Singapour,‎ février 2009 (lire en ligne [Reprint])
  235. a, b et c (en) David Page Coffin, Shirtmaking: Developing skills for fine sewing, Newton, The Taunton Press,‎ 1993 (ISBN 1-56158-015-5), p. 134
  236. (en) Nicholas Foulkes, « Getting Shirty », The Mail on Sunday, Londres,‎ février 2003
  237. Valérie Fromont, « L'affaire du poignet », Le Temps, Genève,‎ 25 mars 2009 (lire en ligne) :

    « Les mesures se prennent toujours avec la montre », explique-t-on chez le chemisier Charvet. « Nous faisons le poignet plus ou moins large, selon que la personne souhaite que sa montre retombe sur l'avant du poignet ou reste cachée à l'intérieur. Beaucoup de nos clients ont deux types de chemises: celles pour le soir, destinées à être portées avec une montre plate, et d'autres pour la journée, avec une montre plus grosse. » Dans cette maison parisienne, on calcule pour les chemises sur mesure une ampleur d'un centimètre entre la peau et le tissu. Mais dans le prêt-à-porter, cette ampleur est souvent plus large pour que les mesures puissent convenir à des poignets plus larges et à la taille inconnue d'une montre. »

  238. Bruce Boyer, « The Best Off-the-Rack Wardrobe », Cigar Aficionado, New York,‎ automne 1995 (lire en ligne)
  239. a et b Marine de La Horie, « Mythique. Depuis 1838, Charvet confectionne de divines chemises. Visite de cette institution parisienne », Le Point,‎ 19 septembre 2013
  240. (en) « The perfect white shirt », Luxury Now,‎ 27 juin 2006 (lire en ligne)
  241. (en) Cat Ong, « Show me the money », The Straits Times, Singapour,‎ 3 août 1997
  242. (en) Jill Fairchild et Gerri Gallagher, Where to Wear: Paris 2004, Where to Wear ll/Global,‎ 2003 (ISBN 978-0-9720215-2-4), p. 41
  243. Pascal Boyer, « Dans les coulisses de Charvet incomparable institution », Dandy, Paris, no 35,‎ avril 2011 (lire en ligne)
  244. (en) Mark Van De Walle, « Pure formality », Departures Magazine, New York,‎ novembre 2008 (lire en ligne)
  245. (en) Gillian Koenig, « Transatlantic Appeal », Daily News Record, New York,‎ 7 avril 2008
  246. (en) Lara Marlowe, « Why I love living in Paris ; Lara Marlowe and her cat Spike adore living in Paris - the pinnacle of civilisation, she says (and Spike, if he could speak, would agree) », The Irish Times, Dublin,‎ 19 décembre 2003 (lire en ligne)
  247. Mathieu Labonde, « La chemise dont vous êtes le héros », Le Parisien Magazine,‎ 1er novembre 2013 (lire en ligne [aaccès payant])
  248. a et b (en) Karl Treacy, « A few upscale brands are proud to ignore the vagaries of seasonal fashion », International Herald Tribune, Paris,‎ 5 mars 2004
  249. (en) Michael Hainey, « A great White », Departures Magazine, New York,‎ décembre 2003 (lire en ligne) :

    « Full and snug at the same time. »

  250. (de) Capital, vol. 43, Cologne, Capital Verlagsgesellschaft,‎ 2004, p. 145 :

    « Bei Nobel-Chemisier Charvet in Paris kann man […] auch mit einem einzigen Hemd oder eine Bluse einfangen. »

  251. (en) Michael Cannon, « The colors of Charvet », Town and Country, New York,‎ 1er avril 2004 (lire en ligne)
  252. a, b et c François Simon, « Le pyjama à rayures Charvet : Chaque jour, un objet culte se raconte… », Le Figaro, Paris,‎ 18 août 2010 :

    « Entre sept et neuf heures de main-d’œuvre, suivant la complexité des raccords de rayures ou de carreaux. La veste est sans doute la partie la plus complexe avec le plus souvent un col tailleur, mais également trois poches avec revers, un autre au bas des manches, trois boutons de nacre et surtout la mise en place de quatorze éléments : un dos, deux devants, deux parementures, deux parties de col, quatre parties de manche, trois poches. [Le] pantalon est le plus souvent à cordelière avec un bouton de nacre sur la ceinture et un bouton de braguette, il se compose de cinq éléments : deux devants, deux dos et une cordelière. Il faut environ six mètres de tissu, sachant que le pyjama est toujours coupé dans le droit fil. »

  253. (en) Jeffrey Scott Marcus, « Splendor is the Night », Wall Street Journal,‎ 25 avril 2013 (lire en ligne)
  254. (en) James Neugass, Rain of Ashes, New York, Harper & Brothers,‎ 1947, p. 178 :

    « Buried in his monogrammed Charvet pyjamas. »

  255. (en) Barbara Brothers et Julia Marie Gergits, British travel writers, 1940–1997, Detroit, Gales Group,‎ 1999 (ISBN 0-7876-3098-5), p. 80 :

    « Charvet pyjamas and fourteen bottles of airport whiskey. »

  256. (en) Neal Santelmann, « The finest neckties », Forbes, New York,‎ 26 mai 2004 (lire en ligne)
  257. (en) Nicholas Storey, History of Men's Fashion: What the Well Dressed Man is Wearing, New York, Simon & Schuster,‎ 2008 (ISBN 978-1-84468-037-5), p. 27
  258. (en) David Colman, « The Details; Fabrics Fit to Be Ties », The New York Times,‎ 16 novembre 1997 (lire en ligne)
  259. (en)« Charvet » (consulté le 3 juillet 2009)
  260. (en)« Paris : Best Style Shops », Esquire,‎ 26 mars 2009 (consulté le 21 mai 2009)
  261. a et b « Fondée à Naples en 1914 par Eugenio Marinella, la maison Marinella est actuellement dirigée par son petit-fils Maurizio qui dessine lui-même les motifs des soieries, toujours imprimées en Angleterre. », Bilan,‎ 1er octobre 2008 (lire en ligne) :

    « Charvet, place Vendôme, produit 8 000 modèles de cravates par an et réalise des sept plis sur mesure pour les clients les plus exigeants. »

  262. (en) « The Style Guide », Esquire,‎ 1er novembre 2002 (lire en ligne)
  263. Hervé Gallet, « Renouer avec la cravate », mars 2009
  264. a et b (en) Susan Carey, « Not all that's gold glitters in a $14,000 pinstriped suit », The Wall Street Journal, New York,‎ 15 décembre 1999 (lire en ligne)
  265. a, b, c et d « All tied up », Daily Mail, Londres,‎ 12 janvier 2007 (lire en ligne)
  266. Philippe Demoule, « Canuserie » (consulté le 23 avril 2011)
  267. (en) Bernard Roetzel, Gentleman: a timeless fashion, Könneman,‎ 1999, p. 80
  268. (en) Morris Dye, « Choosing the Perfect Necktie », The Genuine Article (consulté le 2 novembre 2008)
  269. (en) Carol Tisch, « Donkey or Elephant? », Sarasota Magazine, Sarasota,‎ 5 septembre 2008 (lire en ligne)
  270. (en) Jenny Booth, « Republicans spent $150,000 on Sarah Palin's clothes », The Times, Londres,‎ 22 octobre 2008 (lire en ligne)
  271. (en) « Sarah Palin's $150,000 Shopping Spree », Vanity Fair, New York,‎ 17 novembre 2008 (lire en ligne)
  272. (en) « A Return to Tying the Knot; Bow Ties Are Finding Favor as Day-Wear Accoutrements ith a Younger Generation », Wall Street Journal Online,‎ 22 juillet 2011
  273. (it) Davide Mosconi et Riccardo Villarosa, 188 Nodi da Collo – Cravatte e collettti: technice, storia, immagini., Milan, Idea Libri,‎ 1984 (ISBN 88-7082-030-0), p. 35
  274. (it) Rudy d'Alembert, Alice Riddle, Piotr Rezierovic Silverbrahms, « Nodi di cravatta », sur Rudi Matematici, le Scienze,‎ 18 mai 2009
  275. a et b Claude Cérelles, « Charvet : Dans les règles de l'art », Dandy, Paris, no 42,‎ décembre 2012 :

    « Les costumes sont fabriqués sur place avec toutefois une spécificité notable : la répartition du travail, confiée à pompiers et des apiéceurs (qui travaillent respectivement en atelier et à domicile), comme cela se pratiquait régulièrement au XIXe et au début du XXe siècle. »

  276. a et b (en) Oscar E. Schoeffler, Esquire's Encyclopedia of 20th Century Men's Fashions, New York, McGraw-Hill,‎ 1973 (ISBN 0-07-055480-3), p. 651
  277. (en) Oscar E. Schoeffler, Esquire fashions for men, New York, Harper & Row,‎ 1966, p. 219
  278. (en) « Gimbels (publicité) », The New York Times, New York,‎ 14 novembre 1913 :

    « An effect used extensively by Charvet, the famous shirtmaker of Paris. »

  279. (it) Ettore Bianchi, Dizionario internazionale dei tessuti, Côme, Tessile di Como,‎ 1997, p. 344
  280. (en) Isabel Barnum Wingate, Textile Fabrics and Their Selection, New York, Prentice-Hall,‎ 1949
  281. (en) Phylis G. Tortora, Fairchild's Dictionary of Textiles, New York, Fairchild Publications,‎ 1996 (ISBN 0-87005-707-3), p. 466
  282. (en) American Fabrics Encyclopedia of Textiles, New York, Doric Publishing Company,‎ 1960, p. 598
  283. (en) « Gimbels (publicité) », The New York Times, New York,‎ 7 octobre 1913 :

    « There are scarfs of Charvet cloth, in a soft ribbed texture, which seems to come unwrinkled by itself after being mussed. »

  284. (en) « Wide variety of robes will suit all tastes », Chicago Tribune, Chicago,‎ 17 septembre 1952
  285. Elisabeth Hardouin-Figuier, Les Étoffes, dictionnaire historique, Paris, Éditions de l'amateur,‎ 1994 (ISBN 2-85917-175-4), p. 320
  286. (en) advertising, « Boggs & Buhl, Allegheny (publicité) », The Pittsburgh Press, Pittsburgh,‎ March 17, 1903 (lire en ligne) :

    « Of the same family as Silk Ginghams ans Swivel Silks. But more clearly representative of the advancement of American fabrics. They are extremely dainty in construction and effect. »

  287. « Boggs & Buhl, Allegheny (publicité) », The Pittsburgh Press, Piisburgh,‎ 30 juillet 1902 (lire en ligne)
  288. (en) « Sweater Workshop: The Charvet Pullover », Knitting daily (consulté le 15 décembre 2010)
  289. (en) Evelyn Waugh, The Razor's Edge, New York, Doubleday,‎ 1944 (ISBN 1-4000-3420-5), p. 138 :

    « We walked through the Place Vendôme and he asked if I would mind going in to Charvet's for a moment; he had ordered some things and wanted to know if they were ready. It appeared that he was having some vests made, and some drawers, and he was having his initials embroidered on them. The vests had not come in yet, but the drawers were there and the shop assistant asked Elliott if he would like to see them. 'I would', he said, and when the man had gone to fetch them added to me: 'I have them made to order on a pattern of my own'. They were brought, and to me, except that they were of silk, looked exactly like the drawers I had frequently bought for myself at Macy's; but what caught my eye was that above the intertwined E. T. of the initials was a count's crown. I did not say a word. 'Very nice, very nice' said Elliott. 'Well, when the undershirts are ready you'll send them along'. We left the shop and Elliott, as he walked away, turned to me with a smile. 'Did you notice the crown? To tell you the truth, I'd forgotten about it when I asked you to come in to Charvet's'. »

  290. a, b, c et d (en) Tom Wolfe, A Man in Full, New York, Bantam Books,‎ 1999 (ISBN 0-553-58093-0), p. 97 :

    « … the richest-looking ensemble he possessed: a navy hard-finished worsted suit with pinstripes, nipped at the waist, a tab-collared shirt with a white collar and spaced-out pale-blue stripes on the shirtfront, a solid French-blue crepe de chine silk necktie from Charvet in Paris. »

  291. (en) Robert Ludlum, The sigma protocol, New York, Macmillan,‎ 2001 (ISBN 0-312-98251-8), p. 145 :

    « In Liechtenstein, the plumage of an international business man - the Kiton double-breasted suit, the Hermes tie, and the Charvet shirt — was protective coloration, nothing more. »

  292. (en) Vytautas Janonis, Aiste Dovaliene, Regina Virvilaite, « Relationship of Brand Identity and Image » (consulté le 24 octobre 2008), p. 70
  293. (en) Somerset Maugham, Christmas holiday, New Hampton, Heinemann,‎ 1953, p. 303 :

    « I've brought you a tie from Charvet, Daddy." "Is it loud?" "Very." "Good." They were all so pleased with one another that they burst out laughing. »

  294. (en) Killer Dolphin, New York, St. Martin's Press,‎ 1998 (ISBN 0-312-97010-2), p. 25 :

    « Absently, he picked up a gayish tie that was laid out beside a heavy silk shirt. 'Charvet' said the label. Where had he read of Charvet ? »

  295. (en) Noel Barber, The Natives Were Friendly, So We Stayed the Night, Londres, Macmillan,‎ 1977 (ISBN 0-333-22558-9), p. 157 :

    « Of course I missed Titina and the children, but I had been granted an experience that more than compensated for the lack of a new Charvet tie. »

  296. (en) Shirley Conran, Lace, Londres, Penguin Group,‎ 1992 (ISBN 0-7139-0187-X), p. 39 :

    « Hocken in the village turned a white-dotted navy silk Charvet dressing gown into "a best dress" for Sunday. »

  297. (en) Nicholas Monsarrat, Smith and Jones,‎ 1963, p. 13 :

    « The batiste ties from Charvet in Paris […] bespoke a certain kind of decadent taste. »

  298. (en) John Banville, The Untouchable, New York, Vintage Books,‎ 1998 (ISBN 0-679-76747-9), p. 9 :

    « I dressed the part to perfection: old but good houndstooth jacket, Jermyn Street shirt and Charvet tie — red, just to be mischievous. »

  299. (en) Jason O'Brien, « Auction bidders buy some of that Haughey glitz », The Independent, Londres,‎ 24 juin 2009 (lire en ligne)
  300. (en) « What's hot », Women's Wear Daily, New York,‎ 6 décembre 1999 :

    « Part of our success comes from our discretion. »

  301. « Le salut des fournisseurs », Le Figaro, Paris,‎ 2 mars 1893 (lire en ligne)
  302. (en) « The lore of the land », The Irish Times, Dublin,‎ 13 mai 2006 (lire en ligne) :

    « Charlie Haughey's Charvet shirts have entered the milder realms of contemporary Irish folklore. »

  303. (en) « Getting shirty at Charvet », The Independent,‎ 9 octobre 1999 (lire en ligne)
  304. (en) Greg Hurst, « Comment: Frank Fitzgibbon: Fianna Fail has gone soft », The Sunday Times, Londres,‎ 26 février 2006 (lire en ligne)
  305. (en) « Charles Haughey », The Daily Telegraph, Londres,‎ 25 juillet 2006 (lire en ligne)
  306. (en) Jim Morahan, « Haughey's former secretary reveals shopping habit », Irish Examiner, Dublin,‎ 13 octobre 2001 (lire en ligne)
  307. (en) « Charvet shirts 'neither sinister nor important' », The Independent,‎ 25 mai 2001 (lire en ligne)
  308. (en) John Burns, « Haughey sparks a fashion wave », Sunday Times, Londres,‎ 13 janvier 2002
  309. (en) Paul Clarkson, « Haughey sets trend », The Mirror, Londres,‎ 14 janvier 2002
  310. (en) Kevin Cullen, « Tracking an Irish Pilgrimage to a French Shirtmaker », Boston Globe, Boston,‎ 30 juillet 2000
  311. (en) « Visionary Questionnaire. Commissioner Raymond Kelly undergoes interrogation », Men's Vogue, New York,‎ octobre 2008 (lire en ligne)
  312. (en) Azi Paybarah, « Kelly in Vogue », New York Observer, New York,‎ 8 octobre 2008 (lire en ligne)
  313. (en) Andrew Goldman, « Beware The Gift That Bites Back », The New York Times, New York,‎ 5 juin 2003 (lire en ligne)
  314. (en) Al Baker, « Many Splendid Ties, but Just One Knot », The New York Times, New York,‎ 30 août 2009
  315. (en) « The Future: Here Are Some Predictions For 2009 », sur NYPD Confidential,‎ 29 décembre 2008 (consulté le 9 mai 2009) : « Contrary to what was suggested,if the mayor replaces me, I will not miss wearing my […] Charvet tie. »
  316. (en) Beth Arnold, « Everything matters to everybody », sur Salon.com,‎ 20 octobre 2008 (consulté le 30 décembre 2012) : « Wears the mantle of polarizing intellectual quite happily along with made-to-measure clothing from French house Charvet. »
  317. (en) Sheelah Kolhatkar, « Croque Monsieur », New York Observer, New York,‎ April 17, 2005 (lire en ligne)
  318. (en) Caroline Weber, « Brains of the outfit », New York Times,‎ septembre 2008 (lire en ligne) :

    « He has no interest discussing the suavely unbuttoned garment that for his fans and his detractors alike has become synonymous with his name. »

  319. (en) Doug Ireland, « The lies of Bernard-Henry [sic] Lévy », In These Times,‎ 3 mars 2006 (lire en ligne) :

    « An important element of BHL's TV and public images and it tells a lot about the man. If you tried it with your own shirt, the collar would sag. But BHL's shirts are specially designed by the famous shirt-maker Charvet, with collars that withstand the unbuttoning and never disappear under his jacket. »

  320. (en) Katie Roiphe, « French Philosopher Bernard-Henri Lévy On Style and Why People Hate Him », Wall Street Journal, New York,‎ 25 février 2011 (lire en ligne)

Crédits[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]