Place du Marché-Saint-Honoré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
1er arrt
Place du Marché-Saint-Honoré
Partie nord de la place.
Partie nord de la place.
Situation
Arrondissement 1er
Voies desservies Rue du Marché-Saint-Honoré, rue Gomboust, impasse Gomboust

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Place du Marché-Saint-Honoré

48° 52′ 01″ N 2° 19′ 55″ E / 48.866966, 2.331988

La place du Marché-Saint-Honoré est une voie du 1er arrondissement de Paris, en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1613, sur l’actuelle place du Marché Saint Honoré, Marie de Médicis inaugure un couvent monumental pour des dominicains dits « jacobins ». À la Révolution, le couvent est fermé, puis occupé par le club des Jacobins qui s'y réunit autour de Robespierre. Désaffecté depuis chute de Robespierre le 9 thermidor an II (27 juillet 1794), le couvent est démoli en 1807 pour permettre l'ouverture de la place[1].

En 1810 apparaît pour la première fois un marché[2]. En 1864, on y construit quatre pavillons destinés à accueillir le marché qu’orne une fontaine alimentée par la Pompe de Chaillot.

À partir du XIXe siècle, divers noms lui sont attribués (ou seulement proposés) : marché du Neuf Thermidor (non utilisé), place du Marché des Jacobins[1]. À la Libération, le Conseil municipal issu des élections du 29 avril 1945, comptant vingt-sept communistes, douze socialistes et quatre radicaux renomme de nombreuses voies de Paris du nom de figures de la Résistance et de la Révolution. Le 13 avril 1946, il renomme la place du Marché-Saint-Honoré, établie sur l’emplacement du club des Jacobins, « place Robespierre », décision approuvée par un arrêté préfectoral du 8 juin 1946[3]. Après la victoire du RPF lors du scrutin du 19 octobre 1947[4], un arrêté du 6 novembre 1950 lui rend son nom primitif[5],[6],[7].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1955[8], les quatre pavillons sont détruits pour faire place à un parking[1]. À la fin de la concession du parking, la mairie de Paris confie un nouveau projet à l'architecte espagnol Ricardo Bofill. Paribas saisit alors cette opportunité pour rationaliser son implantation dans le quartier de l’Opéra et s’associe au projet. En 1997 s’achève la construction d’un bâtiment de verre clair, renouant avec la tradition du XIXe siècle des passages couverts bordés de boutiques. Le passage est nommé passage des Jacobins[1]. En 2003, on y inaugure également un marché abritant des boulangers, des traiteurs, des commerces de primeurs et des vendeurs de bijoux et de vêtements[2]. Actuellement, le Marché Saint Honoré abrite également les bureaux de la Banque de Financement et d’Investissement (CIB) (en) de BNP Paribas.

Le passage est notamment connu pour être un « spot » de BMX freestyle flat « figures au sol », ceci du fait de son sol parfaitement plat se prêtant à la discipline[réf. nécessaire].

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d La place du Marché Saint Honoré : avant-après in Hôtel des Tuileries Paris (Consulté le 02/02/11).
  2. a et b Mairie de Paris (Consulté le 04/02/11)
  3. Alfred Fierro, Histoire et mémoire du nom des rues de Paris, Parigramme,‎ 1999, 430 p., p. 95.
  4. Philippe Nivet, Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977, Publications de la Sorbonne,‎ 1994, 397 p. (lire en ligne), p. 81-84.
  5. René Rémond, La Vie politique en France: 1789-1848, Armand Colin,‎ 1986, 423 p., p. 219.
  6. « Robespierre l'indésirable », L'Histoire, no 367,‎ septembre 2011, p. 18.
  7. Éric Hazan, « De Mac-Mahon aux lavandières », Le Monde diplomatique,‎ juin 2010 (lire en ligne).
  8. En 1954 selon le site de la Mairie de Paris (Consulté le 04/02/11)