François Simon (critique gastronomique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François Simon.

François Simon est un critique gastronomique et animateur de télévision français, né le 22 mars 1953 à Saint-Nazaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Simon est né à Saint-Nazaire, le 22 mars 1953. Après des études de droit à Nantes (DEUG), il entre au quotidien Presse-Océan comme permanencier de nuit (1976-1980) avant de rejoindre Paris où il collabore au Matin de Paris (1980-1981). Christian Millau l’engage pour quatre années au magazine Gault et Millau et aux guides éponymes. En 1985, le groupe Marie Claire, le nomme à la rédaction en chef de Cuisine et Vins de France, poste qu’il occupera pendant deux ans. Philippe Villin fait appel à lui pour créer le Figaroscope (1987). Il en sera rédacteur en chef puis directeur de la rédaction (2000) avant d’être nommé grand reporter la même année, opérant ainsi et depuis, à Madame Figaro, au Figaro Magazine, au Figaro et à Figaroscope. Tout en même temps, il collabore à Paris Première aux côtés de Marjorie Alessandrini (1997), puis intègre l’équipe de Rive droite / Rive gauche, avec Thierry Ardisson. Paris Première lui confie alors un rendez vous gastronomique pendant cinq années. Ensuite, il passe à Direct 8 pour la chronique de François Simon (2009-2012).

François Simon profite de sa réputation de critique gastronomique pour collaborer au Financial Times (Angleterre), Gourmet, Departures (États-Unis), Brutus, Casa Brutus, Men (Japon). En France, il collabore à Air France Magazine, Vogue Paris, L'Officiel Hommes et GQ. François Simon écrit également sur les parfums, il a remporté le prix Jasmin pour le meilleur papier de l’année (2007). Il a également créé un blog (Simonsays) élu meilleur blog de l’année en 2008.

Il écrit de nombreux ouvrages et participe également à la réalisation de produits comme des confitures (avec Christine Ferber) commercialisées au Japon ; il enregistre des musiques (avec Jun Miyake, Jean Touitou, Marie France), créé des sandwiches (Velvet FS, avec Gontran Cherrier), des souliers (avec Georges Estivel aux États-Unis), participe à des vins (la cuvée Purple, depuis quinze ans) et a nommé chevalier des Arts et des Lettres (1997).

Il anime l'émission Paris Dernière sur Paris Première à partir d'octobre 2013[1] sans qu'on ne puisse voir son visage comme durant le reste de sa carrière[2].

Polémique[modifier | modifier le code]

En 2003, il est cité à de multiples reprises après le suicide du chef Bernard Loiseau. Le drame s'étant déroulé seulement quelques semaines après que François Simon ait reporté publiquement certaines informations fondées par la suite, concernant la probable dégradation de la note du restaurant de Bernard Loiseau par le guide Michelin. Plus de dix ans après, François-Régis Gaudry (un journaliste culinaire) publie un article dans le journal L'Express dans lequel il défend François Simon[3]. Cependant, cet article sera rapidement décrié par la famille Loiseau[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Paris vin, Du May, 1987
  • Guide des stations de sports d’hiver, Julliard, 1995.
  • Paris fine gueule (1997). Éditions du Levant 1994 1995
  • Guide des restaurants de paris, TF1 éditions, 1996.
  • 52 week ends en Europe, Assouline, 1999
  • Guide des restaurants d’affaires, éditions de l’Organisation 1999
  • Chairs de poules, 200 façons de cuisiner le poulet, Agnès Vienot,
  • La Provence d’Alain Ducasse, Assouline, 2000
  • Recettes de la cocotte, Staub, 2001.
  • Comment se faire passer pour un critique gastronomique sans rien y connaitre, Albin Michel, 2001.
  • Miam miaou, conseils et recettes pour chats modernes, Noesis, 2002.
  • Hôtels de Paris, Assouline, 2003.
  • Manger est un sentiment, Belfond, 2003.
  • Adresses choisies pour des amis qui ne le sont pas moins, hors commerce, 2004
  • François Simon, Toscane(s), Assouline,‎ mai 2004, 284 p. (ISBN 978-2843235795)
  • N’est pas gourmand qui veut, Robert Laffont, 2005.
  • Eden-Roc, Assouline, 2007.
  • Adresses pour clouer le bec… à ceux qui en connaissent trop, hors commerce, 2007.
  • Jean-Paul Hevin, Assouline, 2008.
  • Recettes de l’Eden-Roc, Assouline 2008.
  • Aux innocents la bouche pleine, Robert Laffont, 2008.
  • Pique assiette, Grasset, 2009
  • Les Artisans du paradis, Assouline 2009.
  • Hugo Desnoyer, tendre et saignant, Assouline 2010.
  • Bistro, avec Bertrand Auboyneau, Flammarion 2011
  • Dans ma bouche, Flammarion, 2012
  • Cuisine d’indulgence, Le Chêne, 2012
  • Radin chic, le Chêne 2013.

En collaboration[modifier | modifier le code]

  • Guide Gault et Millau, 1981, 1982,1983, 1984.
  • Vins et vignobles de France, Larousse, 1988.
  • Voyages d’ecrivains ; L.F. Celine à New York, Plon/leFigaro, 2002
  • Peopologie, avec Sebastien Le Fol, les Équateurs, 2002
  • Le sommeil, 48 heures au Lutetia, Scali 2004.
  • Guide des restaurants du Figaroscope, 2010, 2011, 2012, 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « François Simon: "Quel confort de vivre caché!" », L'Express, 17 octobre 2013.
  2. Fabrice Paineau (Courte interview de François Simon), « François Simon », L'Express Styles, Groupe Express, no 3250,‎ 16 octobre 2013, p. 98 (ISSN 0014-5270)

    « Être critique gastronomique incognito, c'est vivre dans une fiction, adopter une vie d'emprunt. Quel confort de vivre caché ! […] Heureusement, Paris Dernière, toujours tournée en caméra subjective, ne m'oblige pas à tomber le masque. »

  3. La vérité sur le suicide du chef Bernard Loiseau 22 janvier 2013 sur lexpress.fr
  4. Dominique Loiseau, les vraies raisons du suicide de mon mari sur lepoint.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]