William Halsted

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

William Stewart Halsted

Description de cette image, également commentée ci-après

Halsted en 1922
par John H. Stocksdale
Naissance 23 septembre 1852
New York (États-Unis)
Décès 7 septembre 1922 (à 69 ans)
Baltimore (États-Unis)
Domicile États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Champs Médecine
Chirurgie
Institutions Hôpital Johns-Hopkins
Diplôme Yale College
Université Columbia
Renommé pour Anesthésie Asepsie
Mastectomie
Institution de la résidence en médecine
Fondation de l'hôpital Johns-Hopkins

William Stewart Halsted est un chirurgien américain, né en 1852 et mort en 1922, surtout connu comme l'un des pionniers de l’asepsie et de l'anesthésie chirurgicales et pour avoir mis au point plusieurs procédés opératoires, parmi lesquels la mastectomie radicale appliquée au cancer du sein. Avec William Osler, Howard Kelly (en) et William Welch (en), Halsted fut un des « Big Four », un des « quatre grands » médecins fondateurs de l'hôpital Johns-Hopkins[1].

Premières années et formation[modifier | modifier le code]

William Stewart Halsted est né à New York, le 23 septembre 1852, de William Mills Halsted, Jr. et de Mary Louisa, née Haines. Jusqu'à l'âge de dix ans, il reçoit à la maison l'enseignement de précepteurs. Il est ensuite envoyé en pension à Monson (en), dans le Massachusetts, où il se déplaît au point de fuguer. On l'inscrit alors à l'académie Phillips, à Andover. Il obtient son diplôme en 1869 et entre l'année suivante au collège de Yale, où il devient capitaine de l'équipe de football, tout en se distinguant au baseball et à l'aviron. Diplômé en 1874, il s'inscrit à la faculté de médecine et de chirurgie (en) de l'université Columbia et il obtient son doctorat en médecine en 1877.

Carrière[modifier | modifier le code]

William Halsted, à Yale, en 1874
photographie de G. K. Warren

Muni de son diplôme, Halsted entre comme médecin stagiaire (house physician) à l'hôpital presbytérien de New York. Il y introduit l'usage de la feuille de suivi où sont relevés la température, le pouls et le rythme respiratoire du patient. C'est à l'hôpital de New York qu'il rencontre William Welch, avec lequel il se liera d'une étroite amitié.

Il part alors pour l'Europe où il poursuit son apprentissage, principalement à Vienne, auprès de chirurgiens et de savants aussi renommés qu'Edoardo Bassini (it), Ernst von Bergmann (de), Theodor Billroth, Heinrich Braun, Hans Chiari (en), Friedrich von Esmarch (de), Albert von Kölliker, Jan Mikulicz-Radecki (pl), Max Schede (de), Adolph Stöhr (de), Richard von Volkmann, Anton Wölfler ou Emil Zuckerkandl (de).

Il revient à New York en 1880, et pendant les six années qui suivent, il mène une existence extraordinairement vigoureuse et énergique. Il opère dans plusieurs hôpitaux : Roosevelt, La Charité, Bellevue, Chambers Street, Verplanck, le collège de médecine et de chirurgie. Halsted est un professeur extrêmement populaire, inspirateur et charismatique. En 1882, il réussit une des premières opérations de la vésicule biliaire aux États-Unis : une cholécystectomie pratiquée sur sa propre mère, sur une table de cuisine à deux heures du matin. Il effectue aussi une des premières transfusions sanguines pratiquées aux États-Unis. Appelé pour visiter sa sœur qui vient d'accoucher, il la trouve en état d'hémorragie mortelle, et d'un seul mouvement, tire son propre sang et le transfuse à sa sœur, qu'il opère et dont il sauve ainsi la vie.

En 1884, Halsted lit un rapport de Carl Köller sur l'action anesthésiante de la cocaïne instillée dans l’œil[2]. Il comprend l'importance du phénomène. Avec ses étudiants et des collègues médecins, il expérimente la cocaïne selon la méthode apprise en Europe et finit par démontrer que, en injection, cette substance produit un effet anesthésique efficace et sûr. Expérimentant sur lui-même, Halsted s'intoxique à la cocaïne[3]'[4] et il doit suivre une cure au sanatorium Butler à Providence, dans Rhode Island. Là, on croit l'aider à se sevrer de la cocaïne en lui administrant de la morphine. Le remède se révèle pire que le mal : Halsted devient dépendant des deux drogues. Il continuera cependant d'exercer impeccablement, tant comme chirurgien que comme médecin, et il poursuivra une carrière remarquable. Sorti de Butler en 1886, il se rend à Baltimore, dans le Maryland, pour y rejoindre son ami William Welch à l'hôpital Johns-Hopkins sur le point d'ouvrir.

Halsted est le premier directeur du département de chirurgie de Johns-Hopkins à son ouverture en mai 1889. Il est nommé chirurgien en chef en 1890 et devient professeur de chirurgie, en 1892, quand s'ouvre la faculté de médecine (en) où il inaugure le système de la résidence. La résidence en chirurgie, telle qu'instituée par Halsted, commence par un internat de durée variable, se poursuit par six années d'assistanat et s'achève par deux ans de pratique opératoire. Le premier résident de Halsted, Frederick J. Brockway, commence en mai 1889, mais il abandonne dès octobre 1890 pour enseigner l'anatomie. Halsted aura pour résidents de nombreux chirurgiens, tels que Harvey Cushing, Walter Dandy ou Hugh Young (en), pionniers en neurochirurgie et en urologie.

Halsted est également connu pour de nombreux autres apports, tant en médecine qu'en chirurgie. Il est parmi les premiers à pratiquer l'hémostase. Il formule les « principes de Halsted », principes chirurgicaux modernes concernant le contrôle du saignement, la dissection anatomique, la stérilisation, la suture des plaies, la manipulation des tissus. Il effectue la première mastectomie radicale pour cancer du sein, maladie dont jusqu'alors le diagnostic était presque une sentence de mort. D'autres de ses apports concernent l'introduction des gants chirurgicaux en latex, ou bien la chirurgie de la thyroïde, de la vésicule biliaire, des hernies et des anévrismes intestinaux et artériels.

Hommage[modifier | modifier le code]

Henry Mencken considérait Halsted comme le plus grand de tous les praticiens de Johns-Hopkins et, dans son compte rendu de la biographie que William MacCallum venait de consacrer au chirurgien, il a tracé de lui cet élogieux portrait :

« Les contributions de Halsted à la chirurgie ont été nombreuses et diverses. Il a introduit l'usage des anesthésiques locaux et des gants de caoutchouc. Il a inventé un grand nombre de procédés opératoires importants. Mais son influence s'est exercée bien au-delà et elle est difficile à cerner. Il a amélioré les rapports avec le patient. Il a su attirer l'attention de ses collègues sur des réalités que le développement de l'asepsie et de l'antisepsie, apparues dans sa jeunesse, leur rendait étrangères. En effet, tout occupés qu'ils étaient par leur combat contre les germes, les chirurgiens avaient tendance à oublier la personne réelle et sensible du malade sur la table d'opération. Halsted a changé tout cela. Il a fait remarquer que ce n'est pas parce que les tissus se taisent quand on les manipule qu'ils ne souffrent ni ne meurent. Il a étudié le pouvoir de récupération naturelle du corps et montré comment on peut s'en servir pour aider le patient. Il a mis en garde contre les audaces téméraires et enseigné que le chirurgien ne doit au contraire s'avancer qu'avec circonspection. Bien que privé de foi comme la plupart de ses confrères, il a rendu son sens au mot ancien d'Ambroise Paré : « Je le pansay, Dieu le guarit[5]. » Et enfin, quoique n'ayant jamais enseigné dans les formes, Halsted a été un professeur remarquable. Au sortir de sa salle d'opération, les jeunes gens étaient merveilleusement formés, et ils appartiennent aujourd'hui à l'élite de la chirurgie américaine[6]. »

— H. L. Mencken, 1931.

Éponymie[modifier | modifier le code]

  • Principes de Halsted : règles de pratique chirurgicale touchant essentiellement à l'asepsie, l'hémostase, et la manipulation des tissus.
  • Opération de Halsted : mastectomie radicale pour cancer du sein.
  • Procédé de Halsted : herniorraphie de la hernie inguinale.
  • Suture de Halsted : première suture sous-cutanée.
  • Pince « moustique » (mosquito forceps) de Halsted : pince hémostatique, courbe et très fine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1885 : « Comments on the Use and Abuse of Cocaine », dans The New York Medical Journal, vol. 42, pp. 294-295.
  • 1887 : « Circular Suture of the Intestine : An Experimental Study », dans The American Journal of the Medical Sciences, vol. 88, octobre, pp. 436-460 (DOI:10.1097/00000441-188710000-00010).
  • 1889 : « The Radical Cure of Hernia », dans The Johns Hopkins Hospital Bulletin, vol. 1, pp. 12-13.
  • 1891 : « The Treatment of Wounds with Especial Reference to the Value of the Blood Clot in the Management of Dead Spaces », dans The Johns Hopkins Hospital Reports, vol. 2, pp. 255-314 [Première mention de l'usage de gants de caoutchouc en salle d'opération.]
  • 1892 : « Ligation of the First Portion of the Left Subclavian Artery and Excision of a Subclavio-axillary Aneurism », dans The Johns Hopkins Hospital Bulletin, vol. 3, pp. 93-94.
  • 1894 : « The Results of Operations for the Cure of Cancer of the Breast Performed at the Johns Hopkins Hospital from June, 1889, to January, 1894 », dans The Johns Hopkins Hospital Reports, vol. 4, p. 297.
  • 1899 : « The Contribution to the Surgery of the Bile Passages, Especially of the Common Bile-duct », dans The Boston Medical and Surgical Journal, vol. 141, pp. 645-646.
  • 1909 : « Auto- and Isotransplantation, in Dogs, of the Parathyroid Glandules », dans J. Exp. Med., vol. 11, no 1, 9 janvier, pp. 175-199.
  • 1924 : Surgical Papers, Walter C. Burjet (éd.), 2 vol., Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Sur William Halsted[modifier | modifier le code]

  • (en) Fielding H. Garrison, « Halsted », dans The American Mercury, vol. 7, no 28, avril 1926, pp. 396-401.
  • (en) William George MacCallum (préf. William Henry Welch), Stewart Halsted, Surgeon, Kessinger Publishing,‎ 1er mars 2007 (1re éd. 1931) (ISBN 978-1-4304-8969-6).
  • (en) W. G. MacCallum, « Biographical Memoir of William Stewart Halsted 1852-1922 », dans Bibliographical Memoirs of the National Academy of Sciences, vol. 17, 7e mémoire, 1935. (Texte intégral. Consulté le 12 juin 2012.)
  • (en) Sherwin B. Nuland, Doctors : The Biography of Medicine, New York, Knopf, 1988 (ISBN 0-394-55130-3).
  • (en) John Cameron, « Williams Stewart Halsted : Our Surgical Heritage », dans Annals of Surgery, vol. 225, no 5, 1997, pp. 445-458DOI:10.1097/00000658-199705000-00002.
  • (en) Charles S. Bryan, « Caring Carefully : Sir William Osler on the Issue of Competence vs. Compassion in Medicine », dans Baylor University Medical Center Proceedings, vol. 12, no 4, 1999, pp. 277-284.
  • (en) Irving J. Sherman, Ryan M. Kretzer et Rafael J. Tamargo, « Personal Recollections of Walter E. Dandy and His Brain Team », dans Journal of Neurosurgery, vol. 105, no 3, septembre 2006, p. 487 DOI:10.3171/jns.2006.105.3.487.
  • (en) Gerald Imber, Genius on the Edge : The Bizarre Double Life of Dr. William Stewart Halsted[7], New York, Kaplan Publishing, 2010 (ISBN 978-1-60714-627-8) (OCLC 430842094).

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Johns Hopkins : The Four Founding Physicians », sur hopkinsmedicine.org (Lire en ligne. Consulté le 22 décembre 2012.)
  2. (de) Karl Köller, « Über die Verwendung des Cocain zur Anästhesierung am Auge », dans Wien. Med. Wochenschr., vol. 34, nos 43-44, 1884, pp. 1276-1278, 1309-1311.
  3. A. Cohen, « Le Grand Risque d'être son propre cobaye », 15 mars 2005, sur Jim.fr (Lire en ligne. Consulté le 12 juin 2012.)
  4. (en) Howard Markel, An Anatomy of Addiction : Sigmund Freud, William Halsted and the Miracle Drug Cocaïne, Pantheon Books, 2011 (ISBN 978-1-4000-7879-0).
  5. « Je l'ai soigné. Dieu l'a guéri. »
  6. Traduit de (en) H. L. Mencken, « A Great American Surgeon », dans The American Mercury, vol. 22, no 87, mars 1931, p. 383. [Compte rendu de William George MacCallum, William Stewart Halsted, surgeon, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1931.] (Texte intégral. Consulté le 9 juin 2012.)
  7. Gerald Imber. Interview. Re-Examining The Father Of Modern Surgery (radio). Fresh Air. WHYY. 22 février 2010. Accédé le 24 août 2013.