Théâtre italien de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Watteau, Les Comédiens italiens (c. 1720)

Il y a eu à plusieurs reprises un Théâtre-Italien (ou Comédie-Italienne) à Paris. Suivant les époques, il produisit des pièces sans musique ou des opéras et son appellation varia.

Origines[modifier | modifier le code]

Départ des comédiens italiens en 1697, gravure de L. Jacob d'après Watteau.

La première troupe professionnelle, les Gelosi, occupe de 1600 à 1604 l'hôtel de Bourgogne, après deux tentatives malheureuses en 1577 et 1588. Ils sont suivis par plusieurs autres troupes dont celle des Comici fedeli entre 1610 et 1623 et celle de Giuseppe Bianchi qui s'installe en 1645 dans l'hôtel du Petit-Bourbon, salle qu'elle partage à partir de 1658 avec la troupe de Molière.

Placée sous la protection du roi, elle présente au public francophone des pièces de commedia dell'arte en langue maternelle avant de s'ouvrir aux plus grands dramaturges français de l'époque (Dufresny, Regnard, Houdar de La Motte, Nolant de Fatouville, Brugière de Barente, Évariste Gherardi, Jacques Losme de Monchesnay, Palaprat, Eustache Le Noble, Louis Biancolelli, Mongin ou Boisfranc).

À la destruction du Petit-Bourbon en 1660, les comédiens italiens sont transférés au Palais-Royal puis prennent possession en 1680 de l’hôtel de Bourgogne, rue Mauconseil. Ils s'y produisent avec succès jusqu'en 1697. L'annonce des représentations de La Fausse Prude, une pièce qui visait directement Madame de Maintenon[1], sert cette année-là de prétexte à Louis XIV pour chasser les comédiens impudents, qui doivent fermer leur théâtre le 4 mai. Dès lors, la troupe se disperse aux quatre vents et gagne la province.

Les comédiens italiens reviennent à Paris sous la Régence en 1716 et profitent de la protection du duc d'Orléans pour reprendre leurs représentations, sous la direction de Luigi Riccoboni, à l’hôtel de Bourgogne. La première pièce française de leur répertoire est Le Naufrage au Port-à-l'Anglois de Jacques Autreau. Pourvu d'une rente annuelle de 15 000 livres, ils enrichissent leur répertoire au fil des ans en abordant le répertoire lyrique, rivalisant dès lors avec la troupe de l'Opéra-Comique de Jean Monnet. Cette concurrence débouche sur une fusion des deux troupes en 1762 sous le nom de Comédie-Italienne ou Opéra-Comique-Italien. Mais à la suite d'un arrêté de 1779 interdisant les comédies en italien, l'appellation Opéra-Comique lui est substituée, les artistes français étaient désormais en majorité. Les derniers comédiens italiens sont quant à eux renvoyés chez eux.

À l'étroit rue Mauconseil, l'Opéra-Comique inaugure sa nouvelle salle construite par l'architecte Jean-François Heurtier sur l'emplacement de l'hôtel du duc de Choiseul (IIe arrondissement) le 28 avril 1783, baptisée théâtre Favart puis Opéra-Comique national.

Mais une nouvelle concurrence voit à nouveau le jour : le 26 janvier 1789 Léonard-Alexis Autié, coiffeur de la reine Marie-Antoinette, et le violoniste Giovanni Battista Viotti, débarqué de Turin à la tête d'une nouvelle compagnie italienne, obtiennent du roi Louis XVI le privilège d'exploiter à nouveau le répertoire des opéras-comiques français et italiens. La troupe, baptisée théâtre de Monsieur en raison de la protection qui lui était offerte par Monsieur, frère du roi (futur Louis XVIII), s'installa dans la salle des Machines du palais des Tuileries puis le 6 janvier 1791 au tout nouveau théâtre Feydeau, distant de seulement quelques mètres de la salle Favart, sous le nom de Théâtre Français et Italien de la rue Feydeau.

Une nouvelle fusion est inévitable : elle intervient le 26 juillet 1801, à nouveau sous le nom unique d'Opéra-Comique. La troupe hébergée au théâtre Feydeau regagne la salle Favart à la démolition de celui-ci en 1823.

Troupes de la Comédie-Italienne[modifier | modifier le code]

Le Théâtre-Italien[modifier | modifier le code]

L'amour au théâtre italien par Watteau

Les Italiens n'avaient pas pour autant dit leur dernier mot : Mlle Montansier, qui avait déjà fait édifier plusieurs théâtres, recrée dès 1801 une nouvelle troupe appelée Opera-Buffa, rapidement surnommée Italiens, au théâtre Olympique, rue de la Victoire pour jouer aussi bien rue de la Victoire (9e arr.). En 1802, Napoléon Bonaparte, alors premier consul, décide son transfert dans la salle Favart (qui vient d'être abandonnée par la troupe de l'Opéra-Comique après sa fusion avec celle du théâtre Feydeau), jugeant cette dernière plus prestigieuse. Elle n'y reste toutefois que deux ans, la quittant à son tour en 1804 à l'occasion de travaux de restauration, pour fusionner avec la troupe du théâtre Louvois sous la direction de Louis-Benoît Picard et devenir le théâtre de l'Impératrice. Leur subsistance est assurée en 1807 par un décret fixant le nombre de salles parisiennes à 8 (dont l'Opéra, l'Opéra-Comique, la Comédie-Française et le Théâtre de l'Impératrice, qui se voit attribuer pour l'occasion l'Odéon) mais ils ne peuvent plus représenter que des opéras-bouffes, un théâtre de cour privé créé par Napoléon ayant le privilège des opere serie aux Tuileries ou à Saint-Cloud.

Le 28 décembre 1814, profitant du changement de régime, la cantatrice Angelica Catalani obtient de Louis XVIII d'un nouveau privilège lui permettant d'exploiter le répertoire italien. Rebaptisée Théâtre royal italien, la troupe occupe la salle Favart en 1815 puis, en 1819, à nouveau le Louvois (qu'elle partage en 1820-1821 avec l'Opéra). Sa direction est assurée au cours des années par Spontini, Paër et Rossini (en 1824).

En 1825, les Italiens regagnent la salle Favart, rachetée pour eux par Charles X, sous l'appellation désormais populaire de Théâtre-Italien. Laurent, puis Robert et Severini obtiennent successivement le privilège mais l'incendie de la salle le 13 janvier 1838 les chasse à nouveau. Ils passent alors de la salle Ventadour à l'Odéon, où débute la mezzo Pauline Viardot (sœur de la Malibran), puis au théâtre de la Renaissance, pour revenir le 2 octobre 1841 salle Ventadour et ne plus la quitter.

Le 6 décembre 1856, la soprano italienne Marietta Piccolomini chante pour la première représentation de l'opéra de Giuseppe Verdi "La Traviata" au Théâtre-Italien. L'impératrice Eugénie, n'ayant pu assister à ce spectacle salué par les critiques et le public, ordonna à son directeur de l'époque, Calzado, de donner une représentation supplémentaire pour elle et son époux, Napoléon III[réf. nécessaire].

Mais le décret de 1864 rétablissant la liberté des théâtres relance une concurrence que les Italiens ne parviennent pas à endiguer. Après plus de 35 ans de bons services, le Théâtre-Italien disparait définitivement à la fermeture de la salle en 1878.

Répertoire[modifier | modifier le code]

Le Théâtre italien vers 1840 - Gravure de C. Mottram sur un dessin d'Eugène Lami

Les premiers opéras représentés à Paris étaient italiens ; si l'opéra italien est rapidement abandonné au profit d'un opéra français, comme en témoigne la création de l'Académie royale de musique, des troupes lyriques italiennes continuent à se produire à Paris tout au long du XVIIIe siècle. C'est ainsi que les représentations de La serva padrona de Giovanni Battista Pergolesi en 1752 donnent lieu à la Querelle des Bouffons.

Le Théâtre-Italien présente pour sa part des œuvres de Paër, Mozart ou Cimarosa, ainsi que les grands opéras de Rossini, venu s'installer à Paris en 1823. Ainsi le 19 juin 1825, Il viaggio a Reims (Le Voyage à Reims) y est créé avec une distribution exceptionnelle réunissant les plus grands chanteurs européens de l'époque en l'honneur du sacre de Charles X. Il monte par la suite les succès de Meyerbeer et de Verdi.

Dès 1864 et la perte de son privilège, les opéras italiens sont à l'affiche de nombreux théâtres parmi lesquels le théâtre de la Gaîté, le théâtre du Châtelet et surtout l'Opéra de Paris.

La Comédie-Italienne aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Il existe encore de nos jours une Comédie-Italienne à Paris. Fondée en 1974 rue du Maine sous le nom de Teatrino italiano par le metteur en scène Attilio Maggiulli et la comédienne Hélène Lestrade rue du Maine, elle s'installe rue de la Gaîté en 1980 et devient la Comédie-Italienne. Cette toute petite salle programme notamment des pièces d’auteurs italiens, classiques (de Ruzzante à Carlo Goldoni) et contemporains, jouées en français. Le théâtre comprend aussi une école de commedia dell'arte ouverte aux jeunes comédiens où sont enseignées les techniques du jeu masqué traditionnel, animalier, baroque et autres.

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine d'Origny, Annales du Théâtre italien, Paris, Veuve Duchesne, 1788, 3 vol. Réimpression Genève, Slatkine, 1970.
  • Castil-Blaze, L'Opéra italien de 1645 à 1855, Paris, Castil-Blaze, 1856.
  • Émile Campardon, Les Comédiens du roi de la troupe italienne, Paris, Berger-Levrault, 1880, 2 vol.
  • Albert Soubiès, Le Théâtre italien de 1801 à 1913, Paris, Fischbacher, 1913.
  • (it) Renzo Guardenti, Gli italiani a Parigi: La Comédie-Italienne (1660-1697). Storia, iconografia, pratica scenica, Roma, Bulzoni, 1990, 2 vol.
  • Philippe Chauveau, Les Théâtres parisiens disparus (1402-1986), Ed. de l'Amandier, Paris, 1999 (ISBN 2-907649-30-2)
  • Joël-Marie Fauquet (dir.), Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle, Fayard, Paris, 2003 (ISBN 2-213-59316-7)
  • Micheline Boudet, La Comédie Italienne, Marivaux et Silvia, Paris, Albin Michel, 2001.
  • Alessandro di Profio, L'Opéra italien au théâtre de Monsieur, 1789-1792, Paris, CNRS Éditions, 2003.
  • Jean Mongrédien, Le Théâtre-Italien de Paris (1801-1831), chronologie et documents, Lyon, Symétrie, 2008, 8 vol.
  • François Bronner, La Schiassetti. Jacquemont, Rossini, Stendhal… Une saison parisienne au Théâtre-Italien. 1824-1826, Éditions Hermann, 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Pasteur, La Princesse Palatine, Tallandier, 2001, p. 71.