Gévezé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gévezé
La mairie.
La mairie.
Blason de Gévezé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Rennes-Nord-Ouest
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Rennes Métropole
Maire
Mandat
Jean-Claude Rouault
2014-2020
Code postal 35850
Code commune 35120
Démographie
Gentilé Gévezéen
Population
municipale
4 282 hab. (2011)
Densité 155 hab./km2
Population
aire urbaine
395 710 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 09″ N 1° 47′ 17″ O / 48.21929492, -1.7879801648° 13′ 09″ Nord 1° 47′ 17″ Ouest / 48.21929492, -1.78798016  
Altitude Min. 38 m – Max. 109 m
Superficie 27,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Gévezé

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Gévezé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gévezé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gévezé
Liens
Site web www.ville-geveze.fr

Gévezé est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Gévezé
Langan Langouët Vignoc
Romillé / Parthenay-de-Bretagne Gévezé La Mézière
Saint-Gilles Pacé

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Flûme est la rivière principale. Elle a pour affluent de nombreux ruisseaux :

  • du Foiraux ;
  • de la Chaussée ;
  • du pont du Biardel ;
  • de la fontaine ;
  • de la Cotardière ;
  • du pont des Basses-Mardelles ;
  • de l'étang du Saut-Bois ;
  • de la Planche-Maignée ou de la Pérouze.

Transports[modifier | modifier le code]

Desservie par les bus du réseau service des transports en commun de l'agglomération rennaise (STAR) de Rennes Métropole :

  • Ligne 68 Gévezé (Cheval Blanc) <> Rennes (Villejean Université) du lundi au samedi.
  • Ligne 52 Rennes République > Villejean Université > Montgermont > La Chapelle des Fougeretz > Gévezé les vendredis et samedis soirs.
  • Ligne 52 Gévezé (Cheval Blanc) <> La Chapelle des Fougeretz <> Montgermont <> Rennes (Villejean Université) les dimanches & jours fériés.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes attestées : Gevriseio (1136), Gerveize (1180)[1].

Le nom breton de la commune est Gevrezeg[1]. Le nom s’écrit Jebze (écriture MOGA)[2], Jaebezae[3] ou Gëbzë, prononcé Geubzeu ou plus couramment Geuvzeu[réf. souhaitée] en gallo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Leslie Fischer, sergent mitrailleur américain dont le bombardier B 24 touché par un chasseur allemand et la DCA allemande de la Belle-Epine à Vezins-le-Coquet (Ille-et-Vilaine, saute sur Gévezé le 12 juin 1944. Il tombe près de la ferme du Casnuel où est recueilli par Justine Rué qui prévient aussitôt le boulanger de Gévezé Denis Morel.

Celui-ci en compagnie de Roger Rouault et de M. Demay (un représentant de commerce qui sert de traducteur) se rend aussitôt à la ferme du Casnuel, pour récupérer l'aviateur. Alors M. Rouault d'après les souvenirs de Leslie Fischer, va convoyer l'aviateur par des chemins détournées depuis la ferme du Casnuel jusqu'au bourg de Gévezé.

Il est caché pendant 52 jours, rue du Luth, dans la réserve à grain du boulanger Morel, où habitent M. Roger Rouault et sa femme Yvonne, coiffeuse à Rennes qui va lui préparer des repas, financé par le boulanger.

Promené la nuit dans la campagne gévezéenne par Roger Rouault et Denis Morel, Leslie Fischer sort de sa cachette à l'arrivée des troupes américaines le 3 août 1944. Il est alors fêté par la population gévezéenne et les nombreux réfugiés présents dans le bourg.

Le lendemain 4 août 1944 il se rend à Rennes pour prendre contact avec les autorités américaines. Dirigé aussitôt vers l'Angleterre, sans pouvoir revenir à Gévezé, il rejoint les États-Unis où il est immédiatement démobilisé. Il va effectuer alors pendant 35 ans, une carrière de facteur à Marlin au Texas.

Un rond point inauguré à Gévezé le 9 mai 2010, porte son nom.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
17 mai 1945 1965 Julien Lebreton    
26 mars 1965 1983 Léon Huchet (fils)    
18 mars 1983 2001 Jean Pinel    
16 mars 2001 15 mars 2008 Paul Cordonnier    
15 mars 2008 en cours[réf. nécessaire] Jean-Claude Rouault[6] Divers droite Retraité de la Gendarmerie

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune de Gévezé comptait 4282 habitants. À partir du XXIe siècle siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres chiffres sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 929 1 763 1 954 1 806 1 894 1 943 1 820 1 808 1 854
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 902 1 930 1 946 1 995 2 012 1 939 1 983 1 939 1 796
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 730 1 737 1 689 1 567 1 590 1 547 1 521 1 451 1 439
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 343 1 327 1 650 1 983 2 434 2 759 3 190 3 393 3 945
2011 - - - - - - - -
4 282 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Beauvais.
L’église Sainte-Justine.

La commune abrite un seul monument historique protégé : le château de Beauvais, construit au XVIIe siècle à l’emplacement d’un manoir du XVe. Il a été inscrit par arrêtés du 18 décembre 1956 et du 12 juin 2009[9].

L’église Sainte-Justine, comportant des éléments du XIe siècle. Elle a été remaniée aux XVIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe siècles. Son imposant porche sud du XVIe siècle est en mauvais état. Dans la nef, on trouve d'amusantes sablières sculptées et sa curieuse dédicace. La sacristie date du XVIIIe siècle[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Semen Ivanovitch Bielonogoff, né à Martinovskoï, district de Perm, en Sibérie en 1892 - Père chef de gare du transsibérien à Touloun - Trois années d'études médicales à Irkoutsk, puis école de Médecine de Rennes et Faculté de Médecine de Montpellier et Paris (voir article de Paul Hutin - Ouest France du 24 septembre 1963) - Adjudant et Médecin auxiliaire dans la légion russe venue participer en France en 1916 aux combats de la première guerre mondiale - A pour compagnon d'arme le futur Maréchal Malinowsky, par la suite chef de l'Armée rouge ; Médecin généraliste à Gévezé. Marié en première noce à Madame BAFFOU ; Marié en deuxième noce à Mademoiselle Chantepie de Fougères - Légion d'honneur le 6 février 1968 (Payé par le Conseil municipal de Gévezé par décision du 11 octobre 1968) . Vice-président de l'Union sportive Gévezéenne de 1963 à 1969. Le stade de Gévezé porte son nom (5 septembre 1982). Sa fille Simone épouse M. Robin Instituteur à Gévezé -
  • Bonabes Biet, Procureur Général Syndic au Parlement de Bretagne. Propriétaire du château de Beauvais en 1587.
  • Jean François Huchet (fils du précédent)né à Gévezé le 23 septembre 1795. Célèbre Curé Archiprêtre de la Cathédrale de St Malo où il a sa statue en marbre, grandeur nature).
  • L'abbé Julien Pierre Maréchal, Recteur de Gévezé de 1878 à 1895. Historien de la paroisse.

(sources A. VISSET et le C.D.H.L.A.E.)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur aux six billettes d’argent ordonnées 3, 2 et 1, au chef aussi d’azur chargé de trois targes aussi d’argent. Blason de la Famille de Lescu. Comte de Beauvais en Gévézé.

Gévezé dans les arts[modifier | modifier le code]

Gévezé est cité dans le poème d’Aragon, Le conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Julien Pierre Maréchal et successeurs, Livre de paroisse, 5 volumes; Archives Dép. d'I et V. Visible sur C.D. Rom
  • Charles-Tanguy Le Roux, Y. Lecerf, Découverte d'anneaux-disques à Gévezé, Annales de Bretagne, no 78, 1, 1971, p. 13–23.
  • Martial Labarre, L'Hermitage et Gévezé, deux chefs-lieux de canton pendant la Révolution, Rennes, 2001, (Archives d'I&V - Mémoire 2 J 792).
  • Alain Visset, L'église de Gévezé des gallo-romains au XXe siècle, H.A. Éditions 1992.
  • Alain Visset, Histoire de la seigneurie de Champagné en Gévezé, H.A. Éditions Gévezé - 1989
  • Collectif - Gévezé et son passé. Lecture et Loisirs. 1986
  • Alain Visset, Dans les événements de Mars 1793 en Ille et Vilaine - Gévezé, Édition Melesse à travers les âges. 1993.
  • Alain Visset, Histoire de la seigneurie de la Bourdonnaye - Dans Bulletin municipal de Gévezé no 29 à 32 - de Mars 1996 à septembre 1996
  • Archives : Visset - Ancien Club d'Archéologie et d'Histoire de Gévezé auquel a succédé le Centre de Documentation des Historiens Locaux de Gévezé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Résultats concernant « Gévezé » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le 6 juin 2012).
  2. Noms de lieudits et de personnes à Rennes (35), Bèrtran Ôbrée et Mathieu Guitton, Chubri, p. 16.
  3. « Fiche descriptive de la ville de Gévezé », sur Geobreizh (consulté le 6 juin 2012).
  4. Source Alain Visset
  5. Les élections des maires : arrondissement de Rennes, L'Ouest-Éclair du 11 décembre 1919, no 7269 (lire en ligne).
  6. « Les maires élu du 1er tour », Dimanche Ouest-France, no 534,‎ 15 mars 2008, p. 10-11 (ISSN 1285-7688)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  9. « Notice no PA00090582 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Notice no IA00130822 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375