Chartres-de-Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chartres.
Chartres-de-Bretagne
L'église Notre-Dame
L'église Notre-Dame
Blason de Chartres-de-Bretagne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Bruz
Intercommunalité Rennes Métropole
Maire
Mandat
Philippe Bonnin
2014-2020
Code postal 35131
Code commune 35066
Démographie
Gentilé Chartrains
Population
municipale
7 304 hab. (2011)
Densité 723 hab./km2
Population
aire urbaine
395 710 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 22″ N 1° 42′ 14″ O / 48.03940084, -1.7040236448° 02′ 22″ Nord 1° 42′ 14″ Ouest / 48.03940084, -1.70402364  
Altitude Min. 16 m – Max. 50 m
Superficie 10,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Chartres-de-Bretagne

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Chartres-de-Bretagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chartres-de-Bretagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chartres-de-Bretagne
Liens
Site web www.ville-chartresdebretagne.fr

Chartres-de-Bretagne est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chartres-de-Bretagne se situe à 5 kilomètres au sud-sud-ouest du centre de Rennes, la préfecture départementale et régionale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chartres-de-Bretagne
Saint-Jacques-de-la-Lande
Bruz Chartres-de-Bretagne Noyal-Châtillon-sur-Seiche
Pont-Péan

Géologie[modifier | modifier le code]

Située en plein cœur du bassin rennais, sur une structure de type « graben » issue d'un effondrement miocène, Chartres-de-Bretagne est une des rares communes bretonnes possédant des terrains calcaires, notamment des faluns.

Ceci en fait un site particulier du point de vue écologique, en Ille-et-Vilaine les plantes calcicoles sont rares et essentiellement concentrées à cet endroit.

Il y eut aussi présence de fours à chaux, ce qui là encore est unique en Haute-Bretagne. Les véhicules qui drainaient cette activité ont apporté des semences de plantes calcicoles plus méridionales comme les orchidées de Lormandière. Les fours à chaux représentent aujourd'hui une richesse écologique et pour le patrimoine industriel des XIXe et XXe siècles.

Enfin, les argiles produites par l'altération de la roche-mère font de Chartres-de-Bretagne un très ancien site de poteries et plus tardivement de briques, activités qui ont cessé dans les années 1920.

Un forage profond, piloté par le BRGM a été entrepris de juillet à septembre 2010 sur le territoire de la commune. Ce forage de 675 mètres visait deux objectifs :

  • améliorer la connaissance géologique du bassin rennais, le plus profond du Massif armoricain,
  • estimer le potentiel du bassin en matière de ressources en eau et de production d'énergie par géothermie.

Le BRGM a réalisé le suivi technique et scientifique de ce projet[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L’étang de Lormandière.

La Seiche constitue la frontière sud de la commune tandis qu’un de ses affluents, le ruisseau d’Orson, constitue une partie de la frontière est.

L’étang de Lormandière se situe au nord-ouest de la commune, entre le campus de Ker Lann (Bruz) et l’Usine PSA de Rennes (Chartres-de-Bretagne).

Transports[modifier | modifier le code]

Desservie par la voie express Rennes - Nantes (route nationale 137).

Desservie par les bus du réseau service des transports en commun de l'agglomération rennaise (STAR) de Rennes Métropole :

  • Ligne 72 Pont Péan (Bois Esnault) <> Chartres-de-Bretagne (Constant Merel) <> Rennes (Henri Fréville), tous les jours. Le dimanche et jour férié ainsi que les départ de Rennes (République) des vendredis et samedis soirs sont prolongés jusqu'à Laillé. À certaines heures aussi du lundi au samedi.
  • Ligne 172 express Chartres-de-Bretagne (Parc de Loisirs) <> Rennes (Henri Fréville), du lundi au vendredi en période scolaire
  • Ligne 91 Noyal-Chatillon sur Seiche <> Chartres de Bretagne <> Bruz (Pont Réan) ou Bruz (Cicé Blossac), du lundi au samedi.
  • Le quartier de la Croix aux Potiers est aussi desservi par la ligne 59 Bruz (Centre) <> Rennes (Henri Fréville <> Portugal <> La Poterie) <> Vern-sur-Seiche (Croix Malinge)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes attestées : Cartres (1152), Chartres (1170)[2].

En 1920, le nom de la commune de Chartres a été modifié en Chartes-de-Bretagne.

Le nom breton de la commune est Karnod [2] et Chartr en gallo[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de Chartres-de-Bretagne viendrait de la tribu gauloise des Carnutes qui se serait installée sur le site

L’histoire de Chartres de Bretagne a été marqué par la présence, dès le Moyen Âge, d´artisans potiers.

Au XIIe et au XIIIe siècle, la paroisse s’appelait Fontenay et avait vraisemblablement pour église l’antique chapelle du château de ce nom. Chartres était une métairie possédée par l'abbaye de Saint-Melaine. Les Bénédictins y avaient toutefois une église ou chapelle, dont la possession leur fut confirmée en 1158 par Josse, archevêque de Tours, en 1170 par Étienne, évêque de Rennes, et en 1185 par le pape Luce III (cartulaire de l'abbaye de Saint-Melaine).

Le culte paroissial fut transféré vers la fin du XIIIe siècle ou au début du XIVe siècle, dans la chapelle de la Retenue ou de la métairie de Chartres (démolie vers 1860) qui dépendait de l'abbaye de Saint-Melaine de Rennes. Enfin vers 1860, le village de la Poterie, non loin de Fontenay, devint le centre paroissial et communal, et reçut dès lors le nom de Chartres.

Économie[modifier | modifier le code]

Depuis 1960, une usine Citroën, puis PSA (construction automobile, voir l'article la concernant) est installée sur la commune au lieu-dit La Janais.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Chartres-de-Bretagne
Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1919[6]  ?? Joubaire    
 ??  ??  ??    
 ?? 1956 Antoine Chatel (père)    
1956 1995 Antoine Chatel (fils) divers droite  
mars 1995 en cours Philippe Bonnin PS Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 7 304 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
719 757 810 620 737 757 768 770 780
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
748 791 867 846 875 945 952 1 056 1 070
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
984 901 845 718 771 763 764 895 1 005
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 770 1 579 3 100 4 869 5 543 6 467 6 889 7 006 7 304
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Deux monuments historiques sont présents sur la commune :

  • Les vieux fours à chaux, situés rue du Callouët, inscrits monument historique par arrêté du 21 mai 1987[13].
  • Le château de Fontenay, édifié du XIIe siècle, dont il ne reste que sa chapelle édifiée en trois périodes : XIIe, XIVe et XVIe-XVIIe siècle. Elle est inscrite monument historique par arrêté du 11 avril 1975[14].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La commune compte 24 monuments inventoriés dont :

  • l'église Saint-Martin (1868 – 1873 – milieu du XXe siècle), œuvre de l'architecte Arthur Regnault[15]. La flèche est érigée en 1886-1887 ;
  • la chapelle Notre-Dame-des-Potiers ou Notre-Dame-de-Bon-Secours (XIXe siècle)[16] ;
  • la croix de l'ancien cimetière (XVIe siècle) ;
  • l'ancien presbytère (1733), situé au lieu-dit la Retenue.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le site de Lormandière, espace naturel sensible du département d’Ille-et-Vilaine[17].

Dans le sud de la commune se trouve « Le parc des Loisirs ». Son contour, souvent pratiqué par les coureurs, mesure un kilomètre. Dans ce parc, paisible, très fleuri, nous pouvons pratiquer quelques jeux réalisés par des structures en bois. Il contient également deux lacs, le "Grand" et le "Petit". Le petit se trouve juste à côté d'une structure de jeux pour enfants. Quant au grand, il se trouve près d'un terrain de cross appelé par les habitants : Les Bosses.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chartres-de-Bretagne

Les armes de Chartres-de-Bretagne se blasonnent ainsi :

Écartelé, au premier et au quatrième d’argent aux trois jumelles en bande de gueules, au deuxième de sinople à un pot d’or, au troisième de sinople à une roue dentée d’argent.

Sports[modifier | modifier le code]

  • L'Espérance Chartres-de-Bretagne est une fédération de clubs sportifs et culturels. L'Espérance a été créée en 1941 (une époque où l'espérance comptait...) par Antoine Châtel (père), Albert Launay et Constant Mérel.
  • Chartres-de-Bretagne a un complexe sportif Rémy-Berranger qui est composé d'une piste d'athlétisme, de quatre terrains de football, dont un stabilisé, d'une salle de gymnastique, d'une salle de basket, d'une salle de judo, de tennis, de musculation. Une "Section Foot" est organisée le jeudi de 15 h à 16 h 30 pour les jeunes (collégiens).

Une seconde salle "la Halle des sports" - située derrière le collège de Fontenay (accès par la rue de la forge) - accueille le handball, le badminton et le twirling bâton. Cette halle des sports est également utilisée par le collège de Fontenay les jours d'école et son AS le mercredi après-midi. À cette halle des sports se trouve accolée une salle de tennis de table.

  • En gymnastique, en 2014, Chartres-de-Bretagne accueille le championnat de Bretagne de gymnastique

Les sports qu'accueillent l'Espérance Chartres-de-Bretagne :

  • Aïkido : Espérance Chartres-de-Bretagne Aïkido
  • Athlétisme : Espérance Chartres-de-Bretagne Athlétisme

Joue pour le Stade rennais (athlétisme) lors des compétitions d'athlétisme.

  • Badminton : Espérance Chartres-de-Bretagne Badminton
  • Basket-ball : Espérance Chartres-de-Bretagne Basket-ball

Le club comporte cinq équipes de Seniors Masculine et deux équipes Seniors Féminines

La Chorale se situe au Diapason.

  • Cinéma: Le Cinéma Espérance se situe à quelques mètres de la piscine de la Conterie, piscine la plus chaude de Bretagne.
  • Cyclotourisme
  • Fitness-musculation : Pour faire de la musculation, il faut évidemment avoir au moins 17 ans
  • Football : Le club comporte quatre équipes seniors. Ce club ne comporte pas d'équipe féminine.

Le club qui évolue en DSE (Div.7), en gagnant deux titres de champion de PH, en 1995 et de DSR en 2011. Lors de la saison 2007-2008, le club remporte la Coupe Maxime-Portier face à Pacé (club de PH) en gagnant 3-0 alors que le club évoluait en DHR (9e division) [18]! En 2010, le club accueille la Coupe de Bretagne, féminines comme masculins. L' AGP Plouvorn s'impose 2 buts à 0 face à Ploërmel. En 2011 lors de la Coupe de football Enterprise, le stade Rémy-Berranger accueille les huitièmes de finale avec les Municipaux de Rennes contre PSA Peugeot-Citroën. Les Municipaux s'impose 5-2. Il a atteint pour la première fois de l'histoire le 6e tour de la Coupe de France 2012-2013 en battant l'AS Retiers (club de DSR) à Rémy-Berranger 2-0 mais perd lors du 6e tour à St-Pol-de-Léon contre le Stade Léonard Kreisker 2-1. Le club a atteint le 7e tour de la Coupe de France 2013-2014 pour la première fois de leur histoire après avoir battu l'US Saint-Abraham (l'USSAC) 1-3 à La Chapelle-Caro. Ils ont été battu au complexe Rémy-Berranger 0-2 contre le Lannion FC (en), alors pensionnaire de CFA2.

  • Graines de talents: Ouvert de 9 mois à 4 ans, cela consiste à bouger ses muscles et apprendre les réflexes, cela s'appelle la motricité.
  • Gymnastique dynamique et plaisir
  • Gymnastique sportive
  • Handball: Espérance Chartres-de-Bretagne Handball

Le club a été créé en 1974 et a atteint le niveau régional.

Actuellement, il comprend cinq équipes de jeunes dont trois en entente et trois équipes de seniors dont deux en entente.

Les équipes de jeunes sont notamment encadrées par des seniors lors des matchs et les entraînements sont assurés par un entraîneur diplômé.

École de handball labellisée

Son école de handball est labellisée "école de hand - école de la vie" par la Fédération Française de Handball depuis la saison 2009 / 2010. Après le Label simple la 1re année et le Label de bronze pour les 2 saisons suivantes, le club vient d'obtenir le Label d'argent.

Le handball féminin

Depuis le début des années 2000, plusieurs équipes féminines se sont constituées en parallèle des équipes masculines. Plusieurs titres départementaux ont été gagnés par les jeunes filles de l'Espérance : saison 2007 / 2008 en F-16, saison 2008 / 2009 en F-14 et F-18, saison 2009 / 2010 en F-18, saison 2011 / 2012 en F-18 et saison 2012 / 2013 en F-18. En senior féminine, vainqueur de la Coupe du Conseil Général en 2011 et finaliste en 2012, demi-finaliste de la Coupe de Bretagne en 2013. En juin 2013, vainqueur du tournoi qualificatif pour accéder au championnat Honneur Régional.

Pour la saison 2013 / 2014, le club a conclu une entente avec l'équipe voisine de la JA Bruz. Ce qui a permis d'engager une équipe 1 dans le championnat Honneur Régional et une équipe 2 dans le Prérégional.

Une entente a également été conclue au niveau des jeunes filles (F-17) avec Rennes Métropole Handball, afin d'offrir à ses plus jeunes joueuses la possibilités d'évoluer au plus haut niveau régional.

Une équipe F-16 / -14 est engagée dans le championnat départementale d'excellence et le club accueille les plus jeunes dans son équipe mixte. Le club référencé "handball féminin" accueille des jeunes filles de tout le canton, voire au-delà.

Le handball masculin

L'équipe masculine senior - qui avait à 2 époques différentes évolué au niveau régional - a été reconstituée au début de la saison 2011 / 2012 par d'anciens joueurs formés au club et revenus au pays. Ils ont profité de l'émulation créée autour des féminines.

Vainqueurs de leur championnat de promotion d'honneur en 2012 puis en 2013, l'équipe évolue en excellence départementale. Finaliste de la Coupe du Conseil Général et 1/4 finaliste de la Coupe de Bretagne en 2013.

Une équipe G-16 est engagée dans le championnat départementale et le club accueille les plus jeunes dans son équipe mixte.

Pour la saison 2013 / 2014, le club a conclu 2 équipes d'entente avec le club voisin de la JA Bruz chez les M-14 et M-12 / 10 ainsi qu'un partenariat pour l'accueil du mini hand.

       * La danse : la danse : recherche du beau, de l'esthétique, de l'harmonie tout en maniant le bâton
       * La gymnastique : recherche du risque, de la virtuosité par des mouvements gymniques adaptés au Twirling
       * Le maniement du bâton : développement de la dextérité

Comporte aussi le théâtre et une activité Arts Plastiques et de musique. Le théâtre se déroule parfois au Diapason

Galeries[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vidéo explicative sur le site Dailymotion.
  2. a et b « Résultats concernant « Chartres-de-Bretagne » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le 6 juin 2012).
  3. Noms de lieudits et de personnes à Rennes (35), Bèrtran Ôbrée et Mathieu Guitton, Chubri, p. 16.
  4. « Fiche descriptive de la ville de Chartres-de-Bretagne », sur Geobreizh (consulté le 6 juin 2012).
  5. http://www.francegenweb.org/mairesgenweb/resultcommune.php?id=23033 source partielle
  6. Les élections des maires : arrondissement de Rennes, L'Ouest-Éclair du 11 décembre 1919, no 7269 (lire en ligne).
  7. a, b, c et d « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 11 janvier 2013).
  8. http://www.net1901.org/association/COMITE-DU-JUMELAGE-CHARTRES-DE-BRETAGNE-SAINT-ANTHEME,209939.html
  9. La commune de Călăraşi avec laquelle Chartres de Bretagne est jumelée depuis 2000 n'est pas le chef-lieu du département homonyme, mais un petit village au bord du Danube près de Bechet et Dabuleni dans le Judet de Dolj.
  10. Site officiel du comité de jumelage Chartres-de-Bretagne-Hassmersheim (France-Allemagne)
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  13. « Notice no PA00090524 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Notice no PA00090523 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Notice no IA00008057 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Notice no IA00131032 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Fiche de l’ENS de la Lormandière sur le site du conseil général d'Ille-et-Vilaine.
  18. [1] La finale en vidéo

Bibliographie[modifier | modifier le code]

L’ouvrage collectif Chartres en Bretagne publié en 1996 présente une synthèse assez complète sur la commune.

Chaque semaine, le journal intitulé Chartres Hebdo informe les habitants des évènements à venir sur la commune. Des rencontres sportives aux informations culturelles et numéros d'urgences.

Chaque mois, la municipalité édite Le Chartrain, journal d'informations municipales. Le Chartrain comporte huit pages avec les rubriques suivantes : actualités de la commune, informations municipales et intercommunales, culture, enfance jeunesse, afin de tout saisir de la vie de la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]