7e régiment de tirailleurs algériens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
7e régiment de tirailleurs algériens
Insigne régimentaire du 7e RTA (Type 3 Fabrication Drago PARIS,25 rue Béranger III )
Insigne régimentaire du 7e RTA (Type 3 Fabrication Drago PARIS,25 rue Béranger III )

Période 19131964
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de tirailleurs
Rôle Infanterie
Garnison constantine
(détachements à Batna
et à Guelma)
Sétif (1941)
Metz (1946-1950)
Trèves (1950-1951)
Coblence (1951-1953)
Indochine (1953-1955)
Barika (1960)
Épinal (1962-1964).
Ancienne dénomination 7e régiment de marche de tirailleurs
Devise La victoire ou la mort
Inscriptions
sur l’emblème
Artois 1915
Champagne 1915
Verdun 1915
Soissonnais 1918
Picardie 1918
L'Aisne 1918
Levant 1920-1921
Maroc 1925-1926
Fondouk El Okbi 1943
Rome 1944
marseille 1944
Vosges 1944
Indochine 1947-1954
AFN 1952-1962
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Batailles Bataille de la Marne
Bataille des Flandres
Bataille de la Somme
Bataille de Verdun
Fourragères a la couleur du ruban de la Croix de la Légion d'honneur
Décorations Légion d'honneur
Croix de guerre 1914-1918
6 palmes
1 étoile de vermeil
Croix de guerre 1939-1945
3 palmes
Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs
Mérite Militaire Chérifien.

Le 7e régiment de tirailleurs algériens, ou 7e RTA, est un régiment d'infanterie de l’armée de terre française qui appartenait à l'Armée d'Afrique.

En activité entre 1913 et 1964, il est l'un des régiments les plus décorés de l'armée française. Il se distingue particulièrement lors de la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il est cité six fois à l'ordre de l'Armée et son drapeau décoré de la Légion d'honneur, puis lors de la Seconde Guerre mondiale, au sein de la 3e division d'infanterie algérienne, tout d'abord lors de la campagne d'Italie du corps expéditionnaire français du général Juin puis lors de la campagne de France; il est à nouveau cité trois fois à l'ordre de l'Armée.

Dissous en 1964 il devient le 170e RI.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1913 : création du 7e régiment de marche de tirailleurs.
  • 1919 : devient le 7e régiment de tirailleurs algériens.
  • 1962 : devient le 7e régiment de tirailleurs.
  • 1964 : dissous le premier juillet il forme le 170e régiment d'infanterie.

Historique des garnisons, campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Campagnes[modifier | modifier le code]

Garnisons[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 2e bataillon du 7e R.M.T est resté en Afrique du nord.
Le régiment fait partie de la division marocaine et combat aux côtés des RMLE, 4e RTT ainsi que du 8e RMZ.

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

  • 17 avril : Mont-sans-Nom, Auberive
  • Verdun

1918[modifier | modifier le code]

  • 26 avril : Villers-Bretonneux, Bois du Hangard
  • 29 mai - 1er juin : Montagne de Paris, Missy-aux-Bois, Chaudun
  • 12 juin : Amblémy
  • Saint-Pierre-l'Aigle, Daumiers
  • 18 juillet : Chaudun
  • 28 août - 17 septembre : Tunnel de Vauxaillon, Neuville-sous-Marginal

Pertes[modifier | modifier le code]

De 1914 à 1918, les pertes du 7e RMT s'élèvent à 2 326 morts ou disparus (97 officiers, 232 sous-officiers, 260 caporaux et 1 737 soldats)[1].

Aucours de la campagne le 7e RMT a obtenu 31 citations collectives et 464 médailles militaires.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1928 le 7e R.T.A. prend le numéro 11 et le 11e R.T.A. le prend le numéro 7.
En 1936 le 7e R.T.A. est basé à Constantine.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition du régiment[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, un régiment de tirailleurs nord-africains comporte un peu plus de 3 000 hommes (dont près de 500 officiers et sous-officiers) et 200 véhicules. La proportion de Maghrébins atteint 69 % pour le régiment, 74 % pour le bataillon, 79 % pour la compagnie de fusiliers-voltigeurs, 52 % pour la compagnie antichar et 36 % pour la compagnie de canons d'infanterie[2].

Campagnes[modifier | modifier le code]

Citations collectives[modifier | modifier le code]

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le 7e RTA a obtenu 10 citations collectives à l'ordre de l'Armée (3 pour le régiment, 4 pour les bataillons et 3 pour les compagnies)[3].

Bilan des pertes[modifier | modifier le code]

Le livre d'or de la 3e DIA dénombre 809 tués au 7e RTA de novembre 1942 à mai 1945 dont 614 Maghrébins (75%) et 195 Européens (25%)[4].

Guerre d'Indochine[modifier | modifier le code]

Quatre bataillons de marche seront constitués successivement pour combattre en Indochine. Le 5e bataillon de marche (V/7e RTA), du chef de bataillon de Mecquenem, va s’illustrer pendant la Bataille de Diên Biên Phu lors de la défense du centre de résistance Gabrielle.

Guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

Le 7e RTA combat en Algérie, au sein de la 21e division d'infanterie, dans le secteur Aurès Némenchas. Au cessez-le-feu du 19 Mars 1962, il constitue comme 91 autres régiments, une unité de la Force locale de l'ordre Algérienne, la 427 UFL-UFO composé de 10% de militaires métropolitains et de 90 % de militaires Musulmans a Barika, qui, pendant la période transitoire, devait être au service de l'exécutif provisoire Algérien jusqu'a l'indépendance de l'Algérie (Accords d'Evian du 18 Mars 1962). Il revient en France en 1962, s'installe à Épinal jusqu'en 1964 où il est dissous pour former le 170e RI

Traditions[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

La victoire ou la mort (Al nasr aou l mout)

Insigne[modifier | modifier le code]

Cf Site de l'Infanterie d'Afrique les différents modèles du 7e RTA

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[5],[6]:

drapeau du 7e RTA en 1917, les honneurs à ses braves à nos frères d'armes.
Fourragère à la couleur du ruban de la légion d'honneur

7e régiment de tirailleurs algériens - drapeau.svg

Le Drapeau du 7° RTA : infaf.free.f

Décorations[modifier | modifier le code]

Il a été le premier régiment indigène à recevoir la Fourragère à la couleur du ruban de la Croix de la Légion d'honneur (1914-1918)

Hommages[modifier | modifier le code]

Citations collectives à l'ordre de l'Armée[modifier | modifier le code]

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • Avril 1913 - Juillet 1914 : Colonel Mathieu

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • Juillet 1914 - Mars 1916 : Lt-Colonel Laurent
  • Mars 1916 - Avril 1916 : Lt-Colonel Demaris
  • Avril 1916 - Octobre 1916 : Lt-Colonel Delom
  • Octobre 1916 - Décembre 1917 : Cdt Pimont
  • Décembre 1917 - Janvier 1918 : Lt-Colonel Felici
  • Janvier 1918 - Mars 1918 : Cdt Conneau
  • Mars 1918 - Août 1918 : Lt-Colonel Vaissières
  • Août 1918 - Octobre 1918 : Colonel Fropo

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

  • Novembre 1918 - Avril 1919 : Colonel Lamiable
  • Avril 1919 - Février 1920 : Lt-Colonel Fadat
  • Février 1920 - Mars 1920 : Cdt de Font Reaulx
  • Mars 1920 - Mai 1920 : Cdt Diard
  • Mai 1920 - Juillet 1920 : Lt-Colonel Fadat
  • Juillet 1920 - Septembre 1920 : Cdt Diard
  • Septembre 1920 - Septembre 1920 : Cdt de Font Reaulx
  • Septembre 1920 - Juin 1924 : Colonel Lemaître
  • Juin 1924 - Juillet 1928 : Colonel Pidaud
  • Juillet 1928 - Juin 1930 : Colonel Pichon
  • Juin 1930 - Juillet 1933 : Colonel de Tassy de Montluc
  • Septembre 1933 - Mars 1937 : Colonel Watrin

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • Mai 1937 - Mars 1940 : Colonel Richard
  • Mars 1940 - Mai 1942 : Colonel Cortot
  • Mai 1942 - Juin 1943 : Colonel Regnault
  • Juin 1943 - Octobre 1944 : Colonel Chappuis
  • Octobre 1944 - Novembre 1944 : Lt-Colonel Pichot
  • Novembre 1944 - Avril 1945 : Colonel Goutard

Guerre d'Indochine[modifier | modifier le code]

  • Avril 1945 - Juin 1947 : Colonel Lardin
  • Juin 1947 - Novembre 1948 : Colonel Allard
  • Novembre 1948 - Octobre 1950 : Colonel Du Passage
  • Octobre 1950 - Août 1952 : Colonel Costantini
  • Août 1952 - Juillet 1954 : Colonel Derville

Guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

  • Juillet 1954 - Décembre 1956 : Colonel Arfouilloux
  • Décembre 1956 - Décembre 1958 : Colonel de Raffin de la Raffinie
  • Décembre 1958 - Décembre 1960 : Colonel Chevallier
  • Décembre 1960 - Octobre 1961 : Colonel Rafa[8]
  • Octobre 1961 : Colonel Breil

Chefs de corps du 7e rgt de marche de tirailleurs algériens[modifier | modifier le code]

  • Lt-Colonel Fellert : Août 1914 - Septembre 1914
  • Lt-Colonel Levêque : Octobre 1914 - Décembre 1914
  • Cdt Jacquot : Décembre 1914 - Janvier 1915
  • Lt-Colonel Demetz : Janvier 1915 - Février 1916
  • Lt-Colonel Schuhler : Février 1916 - Mai 1916
  • Lt-Colonel Schultz : Mai 1916 - Mai 1918
  • Lt-Colonel Mensier : Juin 1918

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

  • Combats du 9 mai 1915 en Artois.
  • Combats du 25 septembre 1915 en Champagne (ouvrage d’Ulm).
  • Combats du 20 août 1917 à Verdun (bois des Corbeaux, rive gauche).
  • Combats d’avril 1918 dans la Somme (Villers-Bretonneux).
  • Combats du 29 au 31 mai (Chaudun) et du 18 au 20 juillet (Chazelle) 1918 dans l’Aisne.
  • Combats du 2 au 16 septembre 1918 dans l’Aisne (Vauxaillon et Allemant).
  • Combats du 17 avril 1917 en Champagne (Mont sans Nom).

Personnalités ayant servi au sein du régiment[modifier | modifier le code]

  • Général Jacques Schmitt (1919-2005), engagé volontaire en 1941. 12 citations, commandeur de la Légion d'honneur, auteur du Journal d'un officier de Tirailleurs (1944).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Historique du 7e régiment de tirailleurs, Constantine, Lefter, p.37
  2. Paul Gaujac, Le Corps expéditionnaire français en Italie, Histoire et Collections, 2003, p.33
  3. Livre d'or de la 3e division d'infanterie algérienne, Imprimerie Nationale, 1948, pp.92-97
  4. Livre d'or de la 3e division d'infanterie algérienne, Imprimerie Nationale, 1948, pp.98-116
  5. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  6. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie
  7. Bulletin des lois de la République française, éd. Imprimerie royale, Paris, 1919, p. 2028
  8. Photo du colonel Rafa

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Africains, Historama, hors-série n° 10, 1970
  • Anthony Clayton, Histoire de l'Armée française en Afrique 1830-1962, Albin Michel, 1994
  • Robert Huré, L'Armée d'Afrique: 1830-1962, Charles-Lavauzelle, 1977
  • Jean Lapouge, De Sétif à Marseille, par Cassino, (Préface du Général Jean Delaunay - commentaires du Colonel Henri Ortholan) Editions Anovi 2007
  • Général Jacques Schmitt, Journal d'un officier de Tirailleurs (1944) (préface du colonel Ortholan), Editions Bernard Giovanangeli, 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]