Paul Brunbrouck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Brunbrouck
Image illustrative de l'article Paul Brunbrouck

Naissance le 30 octobre 1926
Roubaix
Décès le 13 avril 1954 (à 28 ans)
la bataille de Dien Bien Phu
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Flag of France.svg Armée française
Arme Artillerie (troupes coloniale)
Grade Lieutenant
Années de service 1948 – 13 avril1954
Conflits Indochine
Commandement de la 4e batterie du 2/4e régiment d’artillerie coloniale
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur
Croix de guerre des TOE
Hommages La promotion Lieutenant Brunbrouck (2004-2007) de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr .Un rond-point de Roubaix, et une rue de Draguignan portent son nom.

Paul Brunbrouck (30 octobre 1926 à Roubaix - mort au combat le 13 avril 1954 à Dien Bien Phu) est un officier subalterne français qui s'est distingué lors de la bataille de Dien Bien Phu en 1954.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 30 octobre 1926, orphelin de mère à deux ans, issu d'une famille de onze enfants, Paul Brunbrouck fut scout et 1er C.P. de la Panthère à la 2e Wattrelos près de Lille, jusqu'en 1942. Il entre à Saint-Cyr en 1948 (promotion "Général Frère" 1948-1950).

Après l’École d'application de l'artillerie, il est affecté en Tunisie début janvier 1952. Promu lieutenant en octobre 1952, il part en Indochine fin 1952. Affecté au 2/4e RAC (2e bataillon du 4e régiment d’artillerie coloniale, au Tonkin, en janvier 1953, il est très vite distingué par son chef de corps. Il reçoit sa première citation en juin 1953 avec la Croix de guerre Théâtres d'Opérations Extérieures (TOE). Le poste d’officier de tir à la 4e batterie lui est donné en novembre. Sa batterie, restée dans le delta tonkinois quand le 2/4e RAC est aérotransporté à Diên Biên Phu vers Noël, rejoint le groupe en février 1954.

Ses faits d'armes[modifier | modifier le code]

Le lieutenant Paul Brunbrouck est un des grands soldats de la bataille de Dien Bien Phu. Dans la nuit du 30 mars 1954, sa batterie d'obusiers de 105, servie par des africains est en poste sur Dominique 4. Deux régiments Viet-Minh de la division 312 du Bô Dôi (environ 4 000 hommes) montent à l'assaut de la position. À deux reprises, Brunbrouck, refuse de détruire ses canons. Soutenue par la 12e compagnie (lieutenant Filaudeau) du 3e régiment de tirailleurs algériens, et une section de mitrailleuses quadruples de 12,7, sa batterie, tirant à tir direct, fait une effroyable boucherie de ses adversaires[1],[2].

Brunbrouck a aussi obligé Giap à refaire ses plans, à modifier ses attaques. Les assauts viêts du 30 mars devaient lui apporter une victoire totale. Ils ont coûté si cher que désormais, tout au long du mois d’avril, les viêts renonceront aux grandes offensives, leur substituant une guerre d’usure et de tranchées qui, finalement, aura raison des défenseurs épuisés.

Le 31 mars, en matinée, alors que les viêts pansent leurs blessures, Brunbrouck repliera sur ordre sa batterie sur une position plus centrale (Claudine). Le PC du camp retranché lui fait savoir qu’il est nommé Chevalier de la Légion d’honneur. Le 13 avril 1954, il est tué au combat d'un éclat d'obus.

Il aurait dit[3] : « Pour moi, France n'est pas un vain mot, et ce qui donne un sens à la vie donne un sens à la mort ».

Décorations[modifier | modifier le code]

insigne régimentaire du 4e R.A.C.
Legion Honneur Chevalier ribbon.svg Chevalier de la Légion d'honneur
Croix de Guerre des Theatres d'Operations Exterieurs ribbon.svg Croix de guerre des théâtres d'opérations extérieures avec palme et étoile d'argent
Medaille d'Outre-Mer (Coloniale) ribbon.svg Médaille coloniale
Medaille commemorative de la Campagne d'Indochine ribbon.svg Médaille commémorative de la campagne d'Indochine

Hommages posthumes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.dienbienphu.org/francais/heros/artillerie/bayard.htm
  2. Erwan Bergot "Les 170 jours de Dien Bien Phu" pages 211 à 216
  3. http://www.troupesdemarine.org/federation/ancre_dor/337/dossier.pdf page 20
  4. Allée située en face de l'École d'artillerie.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Erwan Bergot, les 170 jours de Dien Bien Phu, Presses de la Cité, Paris, 1979.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]