2e régiment étranger d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 2e REI)
Aller à : navigation, rechercher
2e régiment étranger d'infanterie
Insigne régimentaire
Insigne régimentaire

Période 1er avril 1841
Pays Drapeau de la France France
Branche armée de Terre
Légion étrangère
Type régiment d'infanterie
Rôle infanterie motorisée
Effectif 1 300 personnes
Fait partie de 6e BLB
Garnison Nîmes (Gard)
Surnom 2e Étranger
Couleurs vert et rouge
Devise Être prêt
Marche Anne-Marie du "2"
Mascotte Tapanar (mulet)
Inscriptions
sur l’emblème
Sébastopol 1855
Kabylie 1857
Magenta 1859
Camerone 1863
Extrême-Orient 1884-1885
Dahomey 1892
Madagascar 1898-1905
Maroc 1907-1913-1921-1934
Indochine 1946-1954
AFN 1952-1962
Koweït 1990-1991
Anniversaire Camerone (30 avril)
El-Moungar (2 septembre)
Équipement VAB - VBL
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
1re Guerre du Golfe
Batailles El-Moungar
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieures
Décorations Croix de guerre des TOE
3 palmes
Médaille d'or de la Ville de Milan
Commandant colonel Putz

Le 2e régiment étranger d'infanterie (2e REI) est l'un des deux régiments d'infanterie de la 6e brigade légère blindée. Deuxième des régiments étrangers, il a été créé en 1841.

Il est stationné au quartier colonel de Chabrières (ex quartier Vallongue) à Nîmes depuis son arrivée de Bonifacio en 1983.

Régiment d'infanterie blindée, il dispose de 135 VAB (véhicules de l'avant blindé) et de VBL (véhicules blindés légers) assurant la protection de tous les légionnaires du régiment lors des engagements.

Le 2e REI bénéficie d'une longue tradition de conflits et d'intervention. Ses derniers engagements, des Balkans à l'Afghanistan en passant par la Côte d'Ivoire et la République centrafricaine en font un régiment d'expérience.

En 2003, le régiment est un corps expérimentateur en matière de numérisation de l'espace de bataille (NEB). Cette nouvelle technologie consiste à équiper les véhicules, les postes de commandement ainsi que les unités débarquées, de terminaux tactiques (ordinateurs dédiés) reliés entre eux par radio. C'est un outil d'aide à la décision pour chaque échelon de commandement.

Depuis 2012, le régiment est équipé du système d'armes FELIN.

Création et dénominations[modifier | modifier le code]

Le 1er avril 1841, la Légion est scindée en deux. À partir des 4e et 5e bataillons du régiment étranger, le 2e étranger est créé. Il compte, comme les autres régiments d'infanterie de ligne de l'époque, 3 000 hommes.

Il s'établit dans la région de Constantine en Algérie, ses bataillons tenant garnison à Bône, Bougie et Djidjelli. Le colonel de Senilhes en est le premier chef de corps.

Le premier drapeau du régiment est remis en 1848 au colonel Carbuccia.

En 1854, Napoléon III décide la création d'une 2e Légion, composée uniquement de Suisses. Mais le recrutement n'étant pas suffisant, les deux unités, engagées en Crimée, sont licenciées à la fin du conflit et regroupées pour former le 2e régiment étranger, qui repart en Algérie en 1856.

Le 1er janvier 1862, les deux régiments étrangers fusionnent sous l'appellation de Régiment étranger.

Le 13 mars 1875, la réorganisation de l'armée d'Afrique contraint le régiment à prendre le nom de « Légion étrangère ». Son effectif est de 3 018 hommes.

Le 1erjanvier 1885, le 2e régiment étranger est officiellement recréé. Les 1er et 2e bataillons restent en Algérie. Le 3e est détaché au Tonkin et le 4e, envoyé à Formose en 1884 puis rejoint le Tonkin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du 2e régiment étranger.

Traditions[modifier | modifier le code]

La mascotte Tapanar

Si les animaux de compagnie ont toujours tenu une place particulière dans la vie des légionnaires, cette tradition est restée très vivace au 2e Étranger.

Celui-ci compte dans ses rangs un mulet, nommé Tapanar. Un caporal-chef est chargé de veiller sur lui. Il participe aux prises d'armes et autres cérémonies du régiment et représente les mules des anciennes compagnies montées.

Insigne[modifier | modifier le code]

Description

Rectangle d'argent bordé verticalement de part et d'autre de deux barres verticales verte et rouge ; au milieu, la grenade à sept flammes frappée du chiffre "2" sur un fer à mulet à sept trous.

Signification

Le fer à mulet à sept trous rappelle les compagnies montées du 2e Étranger au Maroc.

Création

L'insigne a été créé en 1957 par le colonel Goujon commandant le 2e REI.

Devise[modifier | modifier le code]

« Être prêt »

Chant Anne-Marie du « 2 »[modifier | modifier le code]

« Anne-Marie, wo geht die Reise hin,
Anne-Marie, wo geht die Reise hin,
Sie geht in's Städtelein
Wo die Soldaten sein.
Ei, ei, ei
Junge, junge, junge Anne-Marie. »

« Anne-Marie, heute wollen wir lustig sein,
Anne-Marie, heute wollen wir lustig sein,
Wir wollen tanzen gehen
Und uns im Kreise drehen.
Ei, ei, ei,
Junge, junge, junge Anne-Marie. »

Faits d'armes et inscriptions sur le drapeau[1][modifier | modifier le code]

Drapeau du 2e Étranger
recto du drapeau

Au XIXe siècle, le drapeau du 2e Étranger avait comporté les noms des batailles suivantes, aujourd’hui abandonnés :

Le fait d'armes resté dans les annales du régiment est le deuxième combat d'El-Moungar, le 2 septembre 1903. C'est aujourd'hui la fête du régiment qui rend ainsi hommage à cette date à ses anciens.

Décorations[modifier | modifier le code]

Le régiment a reçu plusieurs décorations :

Le 2e REI est titulaire, pour le régiment de 7 citations (dont 6 à l'ordre de l'armée et 1 à l'ordre du corps d'armée). Les différents bataillons et unités dont le 2e Étranger est l'héritier arborent, quant à eux, 22 citations supplémentaires.

Les personnels du régiment sont autorisés à porter la fourragère aux couleurs de la Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs.

Personnalités ayant servi au 2e Étranger[modifier | modifier le code]

Liste des chefs de corps[modifier | modifier le code]

2e régiment de la Légion étrangère - 1841-1855
Caries de Senilhes 1841-1843 de Mac-Mahon 1843-1844
Caries de Senilhes 1844-1848 Certain Canrobert 1848
de Noue 1848 Carbuccia 1848-1851
Cœur 1851 de Caprez 1851-1855
de Chabrières 1855
2e Régiment étranger - 1856-1862
de Chabrières 1856-1859 Signorino 1859
Butet 1859-1862 Jeanningros 1862
Régiment étranger - 1862-1875
Jeanningros 1862-1866 Guilhem 1866-1867
Deplanque 1867-1870 de Mallaret 1870-1875
Légion étrangère - 1875-1884
de Mallaret 1875-1881 de Négrier 1881-1883
Grisot 1883-1884
2e Régiment étranger - 1885-1922
Hugot 1885-1886 Letellier 1886-1888
Vincent 1888-1889 Gillet 1889-1893
Oudri 1893-1895 Gosse Dubois 1895-1896
Béranger 1896-1900 Bruneau 1900-1902
Desorthes 1902-1906 Schlumberger 1906-1908
Branlière 1908 Alix 1908
Brulard 1908-1911 Passar 1911-1914
Plande 1915 Bourgeois 1914-1915
Arque 1915 Deville 1915-1916
Donneve 1916-1917 Chartier 1917
Arrieu 1917-1918 Hottenger 1918-1920
Martin 1920-1922
1er Régiment de marche du 2e Régiment étranger - 1907-1918
Brulard 1907 Szarvas 1908-1909
Forey 1909-1912 Vandenberg 1912-1913
Girodon 1913-1914 Crobière 1915-1916
Theveney 1916 Tisseyre 1916-1917
2e Régiment de marche du 2e Régiment étranger - 1914-1915
Passard 1914 Lecomte-Denis 1914-1915
de Lavenne de Choulot 1915
2e Régiment étranger d'infanterie - 1922-1943
Martin 1922-1923 Marty 1924-1925
Genmeau 1926-1928 Debas 1928-1930
Richert 1930-1934 Gerard 1934-1938
Girard 1938-1940 Flan 1940-1943
2e Régiment étranger d'infanterie - 1948-1968
Lorillot 1945-1947
René Babonneau (commandant en second) 1946
Courcelle-Labrousse 1947-1948
Nicolas 1948 Doynel de la Sausserie 1949
Thevenot 1949-1950 Pelletrat de Borde 1950-1951
Daigny 1951-1953 Jacquot 1953-1956
Goujon 1956-1958 Thevenon 1958-1959
de Seze 1959-1961 Romet 1961-1963
Le Vert 1963-1965 Kopf 1965-1967
de Monferrand 1967-1968
2e Régiment étranger - 1972-1980
Servanckx 1972-1974 Gilbert 1974-1976
Mougin 1976-1978 Liege 1978-1980
de Montlebert 1980
2e Régiment étranger d'infanterie
de Montlebert 1980-1982 de Lajudie 1982-1984
François 1984-1986 Laffly 1986-1988
Soubirou 1988-1990 Derville 1990-1992
de Richoufftz de Manin 1992-1994 Lecerf 1994-1996
Verna 1996-1998 Bontoux 1998-2000
Bras 2000-2002 Margail 2002-2004
de Reviers de Mauny 2004-2006 Gillet 2006-2008
Durieux 2008-2010 Fouilland 2010-2012
Ozanne 2012-2014 Putz

Le régiment aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Missions[modifier | modifier le code]

Le régiment est à même de mener les missions dévolues aux unités d'infanterie, que ce soit lors d'engagement à « haute intensité » (réduction, assaut, défense, etc.) ou à « faible intensité » (contrôle de zone, de foule, maintien de l'ordre, etc.)

Par ailleurs, le régiment expérimente maintenant la numérisation de l'espace de bataille (NEB) avec l'équipement des véhicules de commandement, comme des chefs à pied, de terminaux informatiques permettant une aide à la décision.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le 2e régiment étranger d'infanterie, avec ses 10 compagnies et 1230 hommes est en 2009 le plus gros des régiments d'infanterie de l'armée française. En 2010, il achève sa quaternisation qui modifie l'organisation précédente ci dessous :

  • La CCL, ou compagnie de commandement et de logistique, regroupe tous les services projetables nécessaires au commandement du régiment en opérations (transmissions, bureau opération, infirmiers, section transport, maintenance, etc.).
  • La CAS ou compagnie d'administration et de soutien. Dissoute le 12 octobre 2011. Ses effectifs ont rejoint la CCL.
  • 4 compagnies de combat[5] constituées chacune d'une section commandement, d'une section appuis (mortiers de 81 mm - LLR et missiles antichars Milan) et de 3 sections de combat.
  • La 8e compagnie (Unité d'intervention de réserve) composée d'une section de commandement et de 2 sections de combat.
  • La CEA ou compagnie d'éclairage et d'appuis. Elle est constituée d'une section commandement, d'une section de reconnaissance régimentaire (4 patrouilles de 2 VBL), d'une section antichars équipée de missiles Milan, et d'une section de tireurs d'élite (équipée de fusils PGM en calibre 12,7 mm binomés avec des tireurs FRF2).
  • La CAC, ou compagnie d'appuis antichars, a été mise en sommeil le 6 mai 2010. Elle était l'une des deux compagnies de ce type dans l'armée française. Elle était composée de 4 sections de 4 VAB HOT (missiles antichars de 4 000 m de portée) qui ont été versés dans l'Arme blindée et cavalerie[6].

Matériels[modifier | modifier le code]

Les matériels majeurs du régiment en 2012 sont ceux d'une unité d'infanterie numérisée :

  • Fantassin à équipements et liaisons intégrés : Le système FELIN
  • VAB : véhicules de l'avant blindé
  • VBL : véhicules blindés légers
  • missiles Milan : missiles anti-chars de 2 000 m de portée
  • mortiers de 81 mm LLR (de 5 000 m de portée)
  • missiles Eryx : missiles d'une portée de 50 à 600 m permettant notamment le tir en espace confiné

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  2. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie
  3. "Édition Chronologique n° 45 du 29 octobre 2010".Le Ministère de la Défense instruction n°1515/DEF/EMA/OL/2 du 23 septembre 1983, modifiée, sur les filiations et l'héritage des traditions des unités; décision n°010318/DEF/CAB/SDBG/CPAG du 15 juillet 2008 portant création d'une commission des emblèmes. Art 1er. L'incription "Koweït 1990-1991" est attribuée aux drapeaux et étendards des formations des armées énumérées ci-dessous. 2e R.E.I, 1er R.E.C, 6e R.E.G, 3e R.I.Ma, 1er R.P.I.Ma, 11e R.A.Ma, 4e Régiment de dragon, 1er Régiment de Spahis, 6e Régiment de Commandement et de Soutien, 1er R.H.C, 3e R.H.C, puis les formations de l'Armée de l'Air les 5e, 7e, 11e escadre de chasse, la 33e escadre de reconnaissance et les 61e et 64e escadre de transport. Le présent arrêté sera publié au bulletin officiel des armées, Hervé Morin.
  4. article sur le site de la Légion étrangère
  5. Article du magazine [Képi blanc (magazine)|Képi blanc] n°768 de août 2014
  6. (fr) Le 2e REI n'a plus de CAC, 14 mai 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Drapeau du 2e Étranger sur les murs de Maison Carrée

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources
  • Service d'Information et de Relations Publique de l'Armée de Terre (SIRPA Terre)
  • Division communication et information de la Légion étrangère

Liens externes[modifier | modifier le code]