Dame blanche (légende)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dame blanche.
Dame blanche au sommet d'une tour. Gravure de Léon Benett parue dans le roman Le Château des Carpathes de Jules Verne en 1892.

L’appellation dame blanche est donnée à des mythes ou à des apparitions de natures diverses. Il peut s’agir soit d’entités surnaturelles tenant les rôles de fées, de sorcières, de lavandières de la nuit ou d’annonciatrices de mort prochaine, soit de fantômes de femmes décédées lorsqu’il s’agit de spectres hantant des châteaux ou d’auto-stoppeuses fantômes.

Quelles que soient leurs formes, les légendes des dames blanches se retrouvent un peu partout en Europe et aux États-Unis.

Typologie[modifier | modifier le code]

Fées[modifier | modifier le code]

Mélusine découverte par Raymond de Lusignan, 1870, gravure anonyme.

Dans le folklore ancien, il s'agit de fées, moitié déesses, moitié sorcières, que l’on rencontre dans tous les pays du monde. Elles ont une parenté évidente avec la reine Guenièvre[N 1] de la légende arthurienne et la fée Mélusine. Elles habitent les nuits des landes et les forêts et s’attaquent parfois aux rares passants[1]. Pour le savant jésuite Martín Antonio Delrío : « Il y a une sorte de spectres peu dangereux qui apparaissent en femmes toutes blanches dans les bois et dans les prairies ; parfois on les voit dans les écuries, tenant des chandelles allumées dont elles laissent tomber des gouttes sur le toupet et les crins des chevaux, qu’elles peignent et qu’elle tressent ensuite fort proprement[2]. »

Elles sont encore connues dans les sites suivants : la chute Montmorency (Québec), Tonneville (France, Manche), le lac de Paladru (France, Isère) et de nombreux lieux dans les Pyrénées (daunas blancas, damas blancas), notamment des grottes ayant constitué des habitats préhistoriques. En Comminges, les Aubegas, en Barousse, les Blanquetas[3].

Dans le légendaire pyrénéen, on trouve des dames blanches, assimilables à des personnes de sang royal ou princier (ou à leurs spectres), qui jouent un rôle protecteur. C’est le cas en Andorre, où une dame blanche apparaissait près de la cascade d’Auvinyà. Elle habitait une tour voisine et est apparue à plusieurs reprises pour défendre le territoire andorran contre les visées d’un évêque d’Urgel, puis contre les attaques d’un loup monstrueux qui n’était autre que cet évêque métamorphosé[4].

En Ariège, une dame blanche, princesse aragonaise, vivait au château de Puivert, au pied d’un lac. En 1289, une violente crue de l'Hers provoqua la rupture du verrou du lac de Puivert. Les eaux se répandirent dans la vallée, détruisant l’ancienne ville de Mirepoix. La catastrophe fut imputée à l'intervention de la dame blanche[5].

Lavandières de nuit[modifier | modifier le code]

Yan' Dargent, Les Lavandières de la nuit, 1861, huile sur toile, 75 × 150 cm

Une variété de dame blanche est constituée par les lavandières de nuit. C’est un mythe présent dans de nombreuses régions d’Europe, sous des noms divers : Kannerez-noz, Night washerwoman, Bean nighe, Lavandeira Da Noite, Lamina, Bugadiero, Gollières à nozetc.

« On appelle lavandière de nuit des femmes blanches qui lavent leur linge en chantant, au clair de lune, dans les fontaines écartées ; elles réclament l’aide des passants pour tordre leur linge et cassent les bras à qui les aide de mauvaise grâce. »[6]

Messagères[modifier | modifier le code]

Apparition de la Dame blanche dans l'opéra-comique de Boieldieu.

La dame blanche annonciatrice d’une mort prochaine est la transposition continentale de l’ancien mythe irlandais de la banshee, repris dans la légende de la fée Mélusine au XIVe siècle[7] : attachée à la puissante lignée des Lusignan, son apparition sur une des tours du château de Lusignan, accompagnée de hurlements lugubres et de sifflements, annonçait la mort d’un membre de la famille dans les trois jours[8].

Selon Érasme : « Un des faits les plus connus demeure l’apparition de la dame blanche aux familles princières. »[9] Au début du XVIe siècle de nombreuses grandes familles aristocratiques européennes avaient leur dame blanche attitrée. Plus stylées que leurs ancêtres, elles ne hurlent pas et peuvent même parfois se montrer protectrices, telle la « dame blanche de Krumlov », attachée à la puissante famille Rožmberk (Rosenberg) de Bohème qui apparut plusieurs fois en 1539 auprès de l’héritier nouveau-né[10]. La dame blanche attachée à la maison germanique des Neuhaus est ambivalente, elle annonce une mort si elle porte des gants noirs, mais aussi un heureux présage si ses gants sont blancs. On trouve des dames blanches attachées aux Habsbourg, aux Hohenzollern, aux Brunswick, aux Brandebourg, aux Bade, aux Pernstein[10],[11]. Une dame blanche serait aussi apparue à l’empereur Charles Quint en 1558, la veille de sa mort, au monastère de Yuste où il s’était retiré. C’est cette dame blanche qui est à l'origine du personnage de la Nonne sanglante[12].

Dame blanche messagère de mort au XIXe siècle.

La double apparition d’une dame blanche au prince Louis-Ferdinand de Prusse, la veille et le jour de sa mort tragique sur le champ de bataille de Saalfeld, eut pour témoin le comte Grégoire Nortiz qui, prussien d’origine, passa en 1813, au service de la Russie et mourut, en 1838, aide-de-camp du Tzar Nicolas. Le comte Nortiz rédigea, quelques heures après l’évènement survenu au château du duc de Schwarzbourg-Rudolstadt le 9 octobre 1806 vers minuit, un récit qui est conservé dans les archives de la Maison des Hohenzollern[12]. En juillet 1832, c'est à l'Aiglon, fils de Napoléon Ier, qu'elle serait apparue la veille de sa mort. En novembre 1835, alors que le prince de Montfort résidait à Stuttgart auprès de son oncle le roi Guillaume Ier de Wurtemberg, une dame blanche serait apparue dans une galerie du vieux château, annonçant par sa présence l'imminence d'un décès. Le présage, rapporté par des sentinelles, aurait été pris au sérieux par le roi, qui s'inquiéta pour sa sœur, la princesse Catherine de Wurtemberg, mère du prince de Montfort. Celle-ci mourut effectivement à Lausanne le 29 novembre 1835. Cette même dame blanche, que la tradition présentait comme le spectre d'une folle infanticide, serait déjà apparue en 1819 à la veille de la mort de Catherine Pavlovna de Russie, seconde épouse du roi Guillaume[13].

En 1889, un domestique aurait vu une dame blanche roder dans le parc de Mayerling la nuit du célèbre drame. Pendant son séjour à Caux, près de Montreux, l'impératrice Sissi prétendit, le 30 août 1898, avoir vu distinctement la dame blanche la nuit, soit 11 jours avant son assassinat à Genève[14]. Une dame blanche semble avoir annoncé la mort prématurée du grand-duc Viatcheslav Constantinovitch de Russie.

Spectres[modifier | modifier le code]

Actuellement, les dames blanches semblent avoir cessé d’annoncer les morts aristocratiques, mais elles restent très présentes en tant que fantômes de lieux (grande hantise), essentiellement dans des châteaux où elles sont fréquemment supposées garder un trésor légendaire :

« En plusieurs endroits se promènent des dames blanches, qui recherchent surtout le voisinage des anciens châteaux. »[15]

Dames vertes[modifier | modifier le code]

Il semble que les dames vertes ne diffèrent des dames blanches, qu’elles soient fées ou spectres, que par la couleur de leur vêtement. Il faut peut-être chercher leur origine dans la tradition du pays de Galles qui veut que les fées soient habillées de vert afin de mieux se cacher dans les feuillages[16]. Il ne s’agit pas d’une variante exceptionnelle, car elles sont signalées dans de nombreux lieux :

Le château du Rocher et son étang au crépuscule

Il existe également des grottes de la Dame Verte en Franche-Comté, telle celle des Nans[17]. La dame verte est aussi présente dans le folklore picard[18].

Auto-stoppeuses fantômes[modifier | modifier le code]

Une évolution récente du mythe de la dame blanche est celui de l’auto-stoppeuse fantôme. Il s’agit presque exclusivement d’apparitions de jeunes femmes, même s’il existe quelques cas d’auto-stoppeurs. Dans le scénario le plus courant, une jeune femme habillée en blanc fait de l’auto-stop la nuit et, après être montée dans un véhicule, disparaît brusquement, soit à l’approche d’un passage dangereux en poussant un cri d’alarme, soit en arrivant à une adresse donnée. Ce phénomène est connu un peu partout dans le monde et est généralement considéré comme appartenant aux légendes urbaines.

Contrairement aux dames blanches « fées » ou « messagères » qui sont des entités[N 2], les auto-stoppeuses fantômes semblent être toujours le fantôme d’une personne contemporaine morte accidentellement.

Reines de France[modifier | modifier le code]

Marie Stuart en deuil blanc, huile sur panneau deFrançois Clouet, vers 1560.

À côté des différentes légendes, une ancienne tradition voulait que les reines de France portent le deuil de leur royal époux dans des vêtements blancs, ce qui leur valait le surnom de « reines blanches » ou de « dames blanches ». Cet usage perdura jusqu’au XVIe siècle, au moins dans leur appellation :

« Brantôme auroit dû ajouter que la Reine Anne fut la première Reine de France, qui après la mort de Charles VIII (1498) changea la couleur de l’habit de deuil porté par ses semblables ; c’étoit le blanc, & elle prit le noir »[19]
« Sous le règne de Henri III (1551-1589), on appelait encore reines blanches les reines veuves de nos rois. « Henri III en arrivant à Paris, alla saluer la reine blanche,» dit l’Estoile : c’était Élisabeth d’Autriche, veuve de Charles IX.  »[20]

Louise de Lorraine, veuve d'Henri III, s’est retirée au château de Chenonceau et a porté des vêtements blancs jusqu’à la fin de sa vie, ce qui lui a valu le surnom de « dame blanche ».

Origines[modifier | modifier le code]

Outre des origines purement imaginaires, certains évènements nocturnes peuvent avoir stimulé, sans nécessairement le créer, le mythe des dames blanches champêtres. Pour les lavandières de la nuit, il s’agit du coassement rythmé de certaines grenouilles reproduisant le bruit des battoirs, la nuit au bord des mares[21]. Une autre explication serait la vision de certains rapaces nocturnes, telle la chouette effraie, dont un des surnoms est précisément « dame blanche ».

« Elle était haute comme un jeune garçon[N 3] avec un plumage blanc dans lequel la lune donnait de tous ses feux. De loin, et mes cheveux s’en sont dressés sur la tête, on aurait dit une dame blanche. Ma terreur ne fit que s’accroître lorsqu’elle poussa un cri semblable à celui d’une femme qu’on égorge… »[22]

Médias[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • La Dame blanche des Habsbourg, roman de Paul Morand
  • La dame blanche était en noir, roman de Michel Brosseau

Musique[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nom Guenièvre vient selon toute vraisemblance du mot gallois Gwenhwyfar signifiant « le blanc fantôme », « la dame blanche » ou « la blanche fée ».
  2. La nature des dames blanches « spectres » est parfois celle d’une entité de type fée, parfois le fantôme d’une personne décédée.
  3. C’est très exagéré, la taille d’une chouette effraie ne dépassant pas 40 cm

Références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Yvanoff, Histoire de revenants, t. 2, JMG,‎ 2007, p. 175–178
  2. Martin Antonio Delrio, Disquisitiones magies, 1599
  3. Olivier de Marliave, Panthéon pyrénéen, Toulouse, Loubatières,‎ 1990, p. 84–86
  4. Jean-Claude Pertuzé, Les Chants de Pyrène, t. III, Toulouse, Loubatières,‎ 1982; d’après une légende andorrane rapportée par Sergi Mas
  5. Jean-Claude Pertuzé, Les Chants de Pyrène, t. II, Toulouse, Loubatières,‎ 1982
  6. Jacques Auguste Simon Collin de Plancy
  7. Collectif, Mémoires de la Société de statistique du département des Deux-Sèvres, Imprimerie Robin, Niort, 1882, 2ème série, Tom XX, pp.|141-282 en ligne
  8. Guide de la France mystérieuse, Tchou, 1964, p. LX
  9. Érasme, Des prodiges, In Dictionnaire du Diable et de la démonologie, Marabout université, 1968, p. 51
  10. a et b Daniel Cohen (trad. Emmanuel Jouanne), Encyclopédie des fantômes, Robert Laffont,‎ 1er octobre 1991, 330 p. (ISBN 2-221-06841-6 et 9782221068410), p. 206–210
  11. Guide de la France mystérieuse, Tchou, 1964, pp. LX-LXII
  12. a et b Ernest Bosc, La doctrine ésotérique à travers les âges, t. 2, Chamuel, Paris, 1899, pp. 94–97.
  13. Charles-Victor Prévost d'Arlincourt, Le Pèlerin, t. 3, Paris, Dumont, 1842, p. 204-214.
  14. Collectif, Revue des questions historiques, T116, Plon, p. 461, (ISSN 20177275) Lien Gallica
  15. Paul Sébillot, Traditions et superstitions de la Haute-Bretagne, Paris, Maisoneuve & Larose,‎ 1880, p. 215
  16. Paul Christian, Histoire de la magie, du monde surnaturel et de la fatalité, Furne Jouvert et Cie, Paris, 1870, p. 419 Lien Gallica
  17. Jura-spéléo Les grottes de la Dame Verte en Franche-Comté
  18. Jean Le Mauve, Les contes de la dame verte et autres contes picards, Éditions de l’Arbre,‎ 2001 (ISBN 978-2852781306)
  19. Collection universelle des Mémoires particuliers relatifs à l’histoire de France, Cuchet, Paris, 1790, Tome LXIII, p. 155
  20. G.F. de Saint Foix, Essais historiques sur Paris et sur les Français, Delagrave, Paris, 1891, p. 305
  21. George Sand, Légendes rustiques (1858), Éditions Verso, Guéret, 1987
  22. Didier Audinot, Les Lieux de l’Au-delà : Guide des fantômes, dames blanches et auto-stoppeuses évanescentes en France, Belgique et Suisse, JMG, coll. « Témoins d’au-delà »,‎ 1999, p. 34

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adolphe de Chesnel, Dictionnaire des superstitions, erreurs, préjugés et traditions populaires, Paris, Abbé Migne,‎ 1856, 680 p. (lire en ligne)
  • Xavier Yvanoff, Histoire de revenants, t. 2, JMG, coll. « Témoins d’au-delà »,‎ 12 juillet 2007, 400 p. (ISBN 2-915164-86-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]