Conle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Conle (ou Condle) apparaît dans le récit « Echtra Conle » (Les Aventures de Conle). Dans la mythologie celtique irlandaise, il est représentatif de ces héros qui se rendent dans le Sidh, l’Autre Monde, sur invitation d'une Bansidh. Le Sidh est le séjour des dieux des Tuatha Dé Danann.

Conle, surnommé « le Beau » ou « le Rouge », est le fils du roi d’Irlande Conn Cetchathach, le guerrier « aux Cent Batailles ». Alors qu’il se promène avec son père sur la colline d’Uisnech, il rencontre une femme magnifique, qui lui déclare son amour, et lui demande de la suivre dans un pays merveilleux, où règne la félicité. Son père a entendu les propos de la jeune femme sans la voir, il demande au druide Corann d’user de sa magie, pour le retenir. Le druide prononce des incantations qui couvrent la voix de la Bansidh ; elle doit partir, mais offre une pomme (symbole du Savoir et de la Magie) à Conle, dont il se nourrit exclusivement pendant un mois, sans qu’elle change d’aspect. La femme revient, et cette fois, Conle part avec elle dans une barque de cristal. La magie des Bansidh est plus puissante que celle des druides en matière d'amour.

Ce genre de voyage vers le sidh, est réservé aux guerriers choisis par ces femmes. Les séjours dans l’Autre Monde sont généralement fatals car le temps n'y est pas le même. Croyant y passer quelques heures ou quelques jours, on y reste des siècles. Le retour dans le monde des humains est désormais impossible.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot,‎ février 1993, 169 p. (ISBN 2-228-88621-1)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux PUF. Paul-Marie Duval distingue la mythologie gauloise celtique du syncrétisme dû à la civilisation gallo-romaine.
  • Albert Grenier, Les Gaulois, Paris, Petite bibliothèque Payot,‎ août 1994, 365 p. (ISBN 2-228-88838-9)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Albert Grenier précise l’origine indo-européenne, décrit leur organisation sociale, leur culture et leur religion en faisant le lien avec les Celtes insulaires.
  • Christian-J. Guyonvarc'h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997 (ISBN 2-228-89112-6).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux :
    • Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9) ;
    • La Civilisation celtique, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990 (ISBN 2-7373-0297-8) ;
    • Les Fêtes celtiques, Rennes, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire »,‎ avril 1995, 216 p. (ISBN 9782737313158)
      Ouvrage consacré aux quatre grandes fêtes religieuses : Samain, Imbolc, Beltaine, Lugnasad.
  • Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, Yoran embanner, Fouesnant, 2007 (ISBN 9782914855372).
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000 (ISBN 2-7028-6261-6).
  • Claude Sterckx, Mythologie du monde celte, Paris, Marabout,‎ octobre 2009, 470 p. (ISBN 978-2-501-05410-2).
  • Consulter aussi la bibliographie sur la mythologie celtique et la bibliographie sur la civilisation celtique.