Nécropole de Banditaccia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nécropoles étrusques de Cerveteri et de Tarquinia *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Parois et piliers sculptés de la Tombe des Chapiteaux.
Parois et piliers sculptés de la Tombe des Chapiteaux.
Coordonnées 42° 00′ 25″ N 12° 06′ 07″ E / 42.006833, 12.10188942° 00′ 25″ Nord 12° 06′ 07″ Est / 42.006833, 12.101889  
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Subdivision Cerveteri, Latium
Type Culturel
Critères (i) (iii) (iv)
Superficie 21 ha
Zone tampon 5 786 ha
Numéro
d’identification
1158
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 2004 (28e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO
La Via degli Inferi, entrée de la nécropole.
Tumulus : la Tomba dei Doli.
Hypogée : entrée de la Tombe des Reliefs.
Alignement de tombes a dado.
Sculptures en bas-relief stuqués de la Tombe des Reliefs.

La nécropole de Banditaccia (en italien : Necropoli della Banditaccia) est une nécropole antique étrusque proche de la ville de Cerveteri en Italie. Elle a été inscrite à la liste du patrimoine mondial de l'humanité établie par l'UNESCO avec celle de Monterozzi en 2004[1]. Le terme Banditaccia dérive de l'italien Bando, terme pour la location déniée aux propriétaires terriens de Cerveteri, en faveur de la population locale.

Elle couvre une surface de 45 ha, dont 10 ha peuvent être visités, pour un total de 1 000 tombes dont un bon nombre sont couvertes du monticule caractéristique des tumuli. C'est une des plus grandes nécropoles antiques dans le secteur méditerranéen. Les tombeaux sont datés de la culture de Villanova du IXe siècle av. J.-C. à la période étrusque tardive du IIIe siècle av. J.-C. Les plus anciennes ont la forme d'un puits, dans lequel les cendres des morts ont été logées (tombe a ziro) ; des niches simples sont également présentes.

Type de tombeaux[modifier | modifier le code]

On y trouve trois type de tombeaux pour la période étrusque (ordre chronologique) :

  • Les tombes, complètement enterrées dite « à hypogée » (Tomba del Pozzo et Tombe des Reliefs).
  • Les tumuli, structures circulaires construites dans le tuf, et leurs intérieurs multiples, creusés directement dans la roche, dans lesquels se trouvent les chambres funéraires (a camera), accessibles par un couloir (dromos), puis distribuées par un vestibule central (atrium).
  • les tombes a dado[2] en « cube », construits en alignement le long de chemins. Le secteur ouvert à la visite contient deux « via », la via dei Monti Ceriti et la via dei Monti della Tolfa (VIe siècle av. J.-C.).

Archéologie[modifier | modifier le code]

Une bonne partie des connaissances actuelles sur cette civilisation nous vient des détails de la décoration de ces tombeaux. La plus célèbre de ces tombes est celle dite dei Rilievi ou « des Reliefs » du IVe siècle av. J.-C., identifiée par une inscription comme étant celle d'un certain Matunas et qui contient une série exceptionnelle de fresques, des bas-reliefs et des sculptures en stuc dépeignant une grande série d'objets de la vie quotidienne chez les Étrusques.

Les tombeaux les plus récents datent du IIIe siècle av. J.-C.. Certains d'entre eux disposent d'un cippe externe, cylindrique pour les hommes, et sous la forme d'une petite cabane pour des femmes.

La plupart des vestiges découverts de la nécropole de Cerveteri sont actuellement exposés au Museo Nazionale Etrusco à Rome ou au Museo Nazionale Archeologico à Cerveteri.

Plusieurs sarcophages étrusques dit du type « Sarcophage des Époux », ont été fabriqués à Caere vers 520 av. J.-C., et découverts vers 1850 sur la nécropole par le marquis Giampietro Campana.

Tombes[modifier | modifier le code]

D'autres tombes ont fait l'objet d'études :

  • Andrea Sartori, Caere, nuovi documenti dalla necropoli della Banditaccia : tombe B25, B26, B36, B69, Studi del Civico Museo archeologico e del Civico Gabinetto numismatico di Milano, 2002

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport de l'UNESCO N° 1158 de 2004 sur l'état des sites de tombes de Monterozzi et de Cerveteri.
  2. (it) Description
  3. a et b p. 97 in Les Étrusques et l'Europe, préfacé par Massimo Pallottino, suite à l'exposition éponyme du Grand-palais, Paris, entre le 15 septembre et le 14 décembre 1992, et à Berlin en 1993

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]