Résidences de la famille royale de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Résidences des Savoie *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
 
 
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iv) (v)
Superficie 338 ha
Zone tampon 6 519 ha
Numéro
d’identification
823
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1997 (21e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Les résidences de la famille royale de Savoie, ou résidences savoisiennes[1],[2], sont un ensemble de sites et de monuments situés à Turin et dans sa province en Piémont (Italie du Nord).

Ils ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial en 1997.

Histoire et caractéristiques[modifier | modifier le code]

La construction de cet ensemble commence en 1562 quand le duc Emmanuel-Philibert 1re de Savoie, après la Paix de Cateau-Cambrésis, décide de transférer la capitale du Duché de Savoie de Chambery à Turin.

Dès le XVIe siècle siècle, les Ducs de Savoie commencent à financer la rénovation d'anciens châteaux, dont certains remontent à l'époque romaine, et la construction de résidences nouvelles , de pavillons d'agrément ou de chasse et de folies au sein de la ceinture verte qui entourent leur capitale.

Au XVIIIe siècle siècle, lorsque les Ducs de Savoie deviennent Rois de Sardaigne, ils redéfinissent et complètent le réseau des routes et des allées de chasses qui relient leurs différentes résidences et la ville, et ils dotent celle-ci de bâtiments, destinés à héberger les administrations et les fondations de l'état.

La réalisation de cet ensemble fait l'objet d'un projet d'aménagement du territoire qui s'étend sur plusieurs règnes. La monarchie sarde y emploie des architectes prestigieux comme Amédée (it) et Carlo di Castellamonte (it), Filippo Juvarra, Camillo-Guarino Guarini et Pelagio Palagi.

Le programme dote l'état sarde d'un parcours monumental et d'un réseau urbain, qui gravitent autour de la ville de Turin et qui irradient le territoire environnant, pour former un ensemble nommé la « Couronne de délices » (en italien : « Corona di Delizie »), qui célébrent la puissance de l'état, les plaisirs et la chasse, et qui ont inséré dans les paysages de la métropole piémontaise une empreinte baroque unique[2].

Monuments inscrits au patrimoine mondial de l'humanité[modifier | modifier le code]

À Turin[modifier | modifier le code]

En Piémont, autour de Turin[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le duché de Savoie et le Royaume de Sardaigne sont des états dont les administrations utilisaient plusieurs langues. Le Français et l'Italien étaient les principales langues écrites que les fonctionnaires de ces principautés utilisaient. Quasiment tous les termes italiens possèdent en Piémont une traduction en Français qui est parfois marquée par l'usage régional piémontais, valdôtain, savoyard ou niçois. « Résidences savoisiennes » est la traduction que l'administration des biens culturels de la région piémont utilise pour « Residenze sabaude » qui est leur nom officiel en italien. Il ne s'agit pas d'une mauvaise traduction, mais d'un usage régional du français, même si cette région est située en Italie.
  2. a et b (it) « Sites du Piémont inscrits dans la liste du patrimoine mondial de l'humanité, Les Résidences savoisiennes », sur Directions régionales du patrimoine culturel et paysager du Piémont (consulté le 2 août 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]