Rose de Viterbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sainte Rose de Viterbe
Image illustrative de l'article Rose de Viterbe
Sainte Rose de Viterbe
Vierge du Tiers Ordre de St-François
Naissance 1235
Viterbe
Décès 1252  (à 18 ans)
Viterbe
Nationalité Flag of Italy.svg Italienne
Vénéré à Viterbe
Canonisation 1457
par Calixte III
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 6 mars
Saint patron des exilés et de la ville de Viterbe

Sainte Rose de Viterbe - (1235 - 1252) est une sainte de l'Église catholique romaine qui appartenait au Tiers Ordre franciscain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît dans une famille très pauvre, à l'époque ou Frédéric II est en conflit avec l'Église et veut s'emparer des États pontificaux.

Article détaillé : Guelfes et Gibelins.

Très pieuse depuis sa petite enfance, elle se rend tous les jours à l'église, et distribue son pain aux mendiants. Sa légende raconte qu'elle ressuscita sa tante, qu'on emmenait au cimetière.

Soucieuse de vivre une vie de pauvreté et d'identification au Christ, elle entre dans le Tiers-Ordre de Saint François, afin de réaliser son idéal religieux.

Obéissant à sa vocation, elle exhorte les foules à la pénitence et à la soumission au Pape. Elle parcourt les rues de Viterbe, en habit de pénitente, pieds nus, un crucifix à la main. Des miracles sont observés sur son passage.

Blason de la Viterbe

Le gouverneur impérial de Viterbe, irrité par l'influence de Rose, la fait comparaître à son tribunal. Elle lui répondit : « Je parle sur l'ordre d'un Maître plus puissant que vous, je mourrai plutôt que de Lui désobéir». Elle finit par être chassée de Viterbe avec toute sa famille et part pour Soriano nel Cimino.

Sainte Rose, peu de temps après, annonce la mort de Frédéric II qui, effectivement, succomba. Les habitants de Viterbe rappellent Rose, et la reçoivent triomphalement. Le Pape Innocent IV, exilé d'abord à Gênes puis à Lyon, peut alors revenir à Rome

Ne pouvant pas entrer au couvent de Sainte-Marie-des-Roses, parce qu'elle était trop pauvre pour apporter une dot suffisante, elle vit dans la maison de ses parents, se vouant à la contemplation et à la pénitence. Plusieurs autres jeunes filles la rejoignent.

Elle meurt le 6 mars 1252. Au moment de rendre l'âme, elle dit à ses parents : « Je meurs avec joie, puisque je vais être unie à mon Dieu. Il ne faut pas avoir peur de la mort, elle n'est pas effrayante, mais douce et précieuse ». Son corps, six mois après son décès, est transporté au couvent de Viterbe, sur l'ordre du Pape Alexandre IV. Sa dépouille est en parfait état de conservation. De nombreux miracles eurent lieu sur son tombeau.

Le martyrologe romain la fête le 6 mars[1]. Le 4 septembre, une grande fête se tient tous les ans à Viterbe en son honneur : la statue de la sainte est portée en procession à travers la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « Rose de Viterbe », dans Catholic Encyclopedia, 1913 ;
  • BEAUFAYS, P. Ignace (O.F.M). Sante Rose de Viterbe: Propagandiste de L’A.C.. Bruxelles, Ed, du Chant D’Oiseau, 1937;
  • Les petits bollandistes : vies des saints. Tome deuxième / d'après les bollandistes, le père Giry, Surius,... ; par Mgr Paul Guérin, 1873 ;
  • Clarisse del Monastero di Santa Rosa. Santuario di Santa Rosa. Viterbo, s.d.
  • L. DE KERVAL, Ste Rose de Viterbe, sa vie et son temps. Vanves, Imp. Franciscaine Missionnaire, 1896;

Liens externes[modifier | modifier le code]


-