Su Nuraxi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Su Nuraxi de Barumini *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Site de l'ancienne forteresse.
Site de l'ancienne forteresse.
Coordonnées 39° 42′ 21″ N 8° 59′ 26″ E / 39.705833, 8.99055639° 42′ 21″ Nord 8° 59′ 26″ Est / 39.705833, 8.990556  
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Subdivision Barumini, Medio Campidano, Sardaigne
Type Culturel
Critères (i) (iii) (iv)
Superficie 2,33 ha
Zone tampon 3,92 ha
Numéro
d’identification
833
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1997 (21e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Su Nuraxi est un site archéologique sur lequel se trouvent les vestiges d'un ensemble de constructions défensives préhistoriques, situé à l'ouest de Barumini dans la province du Medio Campidano en Sardaigne.

Perché à une altitude de 238 m, il constitue un des sites monumentaux mégalithiques le mieux conservé que l'on puisse trouver en Europe.

Considéré unanimement comme le symbole le plus connu de la Sardaigne, ce type de construction cyclopéenne appelé nuraghe est caractérisé par l'érection de tour conique tronquée formée de mégalithes.

Il révèle aussi les débuts précoces d'un développement urbain ainsi que l'inventivité et le savoir-faire d'une communauté insulaire préhistorique méditerranéenne.

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une cité nuragique qui se développe autour d'une grande forteresse entre le XIIIe et VIe siècles av. J.-C. La structure de su Nuraxi est constituée par une tour centrale à trois étages d'une hauteur de 18,60 m aux salles voûtées en encorbellement, édifiée vers -1100 -1050, et d'un complexe quadrilobé avec tours, cours et une épaisse muraille entourant le quadrilatère (postérieur de 300 années). Dans la seconde moitié du VIIe siècle av. J.-C., les amples bastions défensifs qui relaient les tours furent ultérieurement renforcés. À l'extérieur des murs d'enceinte s'étendait un village composé d'une cinquantaine de cabanes, édifiées à plan circulaire au moyen de gros murs en pierre sèche, aux toits généralement recouverts de branchages. Durant les siècles suivants, le site subit des destructions à l'époque carthaginoise pour être reconstruit différemment avant la conquête de l'île par les Romains, avant d'être délaissé au IIe siècle av. J.-C..

Le site archéologique fut entièrement fouillé — entre 1949 et 1956 — sous la direction de l'archéologue Giovanni Lilliu. Les fouilles ont permis de reconstituer les diverses phases de sa construction ainsi que celles du village mitoyen, confirmant la continuité de vie de l'entier complexe jusqu'au Ier siècle av. J.-C., à l'époque romaine.

Le site est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité établie par l'Unesco en 1996.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]