Bernardin de Sienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bernardin de Sienne par Le Greco
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernardin.

Bernardin de Sienne (né à Massa Maritima en 1380 - mort dans les Abruzzes le ) est un orateur franciscain. Saint catholique, il est fêté le 20 mai après avoir été canonisé six ans après sa mort par le pape Nicolas V.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernardin, issu de la famille illustre de Sienne des Albizzeschi, se consacra au service des malades pendant la peste de Sienne en 1400. Il entra chez les franciscains de l'Étroite-Observance, devint vicaire général de cet ordre, et y porta la réforme.

Il fut également un grand orateur.

Il prit en quelque sorte la relève du dominicain Vincent Ferrier comme prédicateur populaire.

En raison de la rivalité entre les franciscains immaculistes et les dominicains maculistes, Bernardin fut accusé par les seconds de dérives doctrinales[1], car ceux-ci, jaloux de ses succès publics, souhaitaient son élimination. Les accusations furent portées devant le Pape Martin V, Eugène IV et le Concile de Bâle, mais il fut acquitté dans tous ces procès.

Il refusa plusieurs évêchés notamment celui de Sienne ; Bernardin prêchait en montrant aux foules un panneau portant le monogramme du Christ IHS peint en lettres (gothiques) d'or dans un soleil symbolique. La tradition populaire du Moyen Âge lui attribue plus de 2 000 guérisons miraculeuses[2].

Lors des sermons qu’il prononça hors des églises, il inaugura les bûchers des vanités, bien avant Savonarole. Il est connu pour avoir prêché contre les Juifs, les homosexuels, les « sorcières » et les « hérétiques ». Certains de ces accusés périrent sur le bûcher[3]. Il fut l'ami et le maître de Jean de Capistran (surnommé le « Fléau des Hébreux »[4]) et de Jacques de la Marche.

Il a laissé des œuvres imprimées à Venise, en 1591, et à Paris en 1636, 5 volumes in-folio. Son Traité sur les contrats et sur l'usure en fait l'un des grands économiste du Moyen Âge.

Il fut canonisé six années seulement après sa mort, le 20 mai 1444[5].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Saint Bernardin et le monogramme.

Il est souvent représenté portant ou présentant le monogramme du Christ IHS peint sur un disque.

Différents peintres ont rapporté les épisodes de sa vie :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Jansen Philippe. Un exemple de sainteté thaumaturgique à la fin du Moyen Âge : les miracles de saint Bernardin de Sienne. In Mélanges de l'École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes T. 96, N°1. 1984. p. 129-151. [2]
  3. Cf. l'ouvrage de Franco Mormando cité en bibliographie.
  4. Cf. Bernard Lazare, L'Antisémitisme, son histoire et ses causes, 1894.
  5. Daniel Arasse, Art, dévotion et société autour de la glorification de Saint Bernardin de Sienne, 1977

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]