Villa romaine du Casale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villa du Casale
Jeu de balle
Jeu de balle
Localisation
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Lieu Près de la ville de Piazza Armerina en Sicile
Type Villa
Coordonnées 37° 21′ 53″ N 14° 20′ 05″ E / 37.364722, 14.33472237° 21′ 53″ Nord 14° 20′ 05″ Est / 37.364722, 14.334722  

Géolocalisation sur la carte : Sicile

(Voir situation sur carte : Sicile)
Villa du Casale
Villa du Casale

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Villa du Casale
Villa du Casale
Époque Construit probablement par Maximien Hercule
Fin du IIIe siècle
Villa romaine du Casale *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Subdivision Province d'Enna, Sicile
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iii)
Superficie 8,92 ha
Zone tampon 10 ha
Numéro
d’identification
832
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1997 (21e session)
Plan de la villa
Plan de la villa
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

La villa romaine du Casale est une villa située près de la ville de Piazza Armerina, au sud de la Sicile. Sa construction a débuté à la fin du IIIe siècle. Elle compte une trentaine de pièces décorées de 3500 m² de mosaïques. Elle fut occupée jusqu'en 1160 lorsqu'elle fut ravagée par un incendie et disparut sous un glissement de terrain.

Une villa du Bas-Empire[modifier | modifier le code]

Longtemps attribuée à Maximien Hercule, collègue de Dioclétien dans la Tétrarchie. Il est aujourd'hui admis que son commanditaire devait être un personnage proche du pouvoir impérial mais son nom reste inconnu.

Le site fut reconnu en 1812 mais il fallut attendre 1929 pour mettre au jour la première mosaïque (Travaux d'Hercule). La fin des restaurations date de 1954.

Thermes[modifier | modifier le code]

Frigidarium

Les thermes étaient chauffés par le système de l'hypocauste et alimentés en eau par un aqueduc. Ils étaient constitués de deux bains chauds (caldarium), un bain à température moyenne (tepidarium), un grand frigidarium de plan circulaire et décoré d'une mosaïque représentant une scène marine, un sauna, une piscine pour la natation et une salle des Onctions : une mosaïque dépeint cette pratique grecque qui utilisait le strigile.

Entrée[modifier | modifier le code]

L'entrée comprend une cour polygonale et un vestibule.

Péristyle[modifier | modifier le code]

Le péristyle est un élément essentiel de l'architecture des villas romaines : à la villa du Casale, ses dimensions sont 38 mètres sur 18 mètres.

Pièces principales de la villa[modifier | modifier le code]

Les mosaïques ornent le sol des différentes salles :

  • Ambulacre de la Grande Chasse avec une mosaïque de 60 mètres de long et de 350 m² de surface
  • Palestre ou Salon du Cirque : les mosaïques représentent le Circus Maximus de Rome.
  • Salle de la Danse
  • Salle des Saisons
  • Salle de la Petite Chasse
  • Salle des enfants pêcheurs
  • Chambre des jeunes filles en bikini
  • Salle du mythe d'Orphée
  • Chambre des enfants vendangeurs
  • Triclinium (salle à manger)
  • Chambre de la maîtresse de maison : mosaïque représentant Arion
  • Atrium ou boudoir

Images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La villa dans la culture[modifier | modifier le code]

Un roman de Viviane Moore, Le sang des ombres, met en scène cette villa, peu avant sa destruction.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. V. Gentili, La Villa Erculia di Piazza Armerina. I mosaici figurati, Rome, 1959.
  • Petra C. Baum-vom Felde, Die geometrischen Mosaiken der Villa bei Piazza Armerina, Hamburg, 2003. (ISBN 3-8300-0940-2)
  • R. J. A. Wilson, Piazza Armerina, Londres, Granada Verlag, 1983. (ISBN 0-246-11396-0)
  • A. Carandini, A. Ricci,M. de Vos, Filosofiana, The villa of Piazza Armerina. The image of a Roman aristocrat at the time of Constantine, Palermo, 1982.
  • S. Settis, « Per l'interpretazione di Piazza Armerina », Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité, 87, 1975, 2, pp. 873-994.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]