San Gimignano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
San Gimignano
Vue des tours de San Gimignano
Vue des tours de San Gimignano
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Tuscany.svg Toscane 
Province Sienne  
Maire Giacomo Bassi (centre-gauche)
2011
Code postal 53037
Code ISTAT 052028
Code cadastral H875
Préfixe tel. 0577
Démographie
Gentilé sangimignanesi
Population 7 806 hab. (31-12-2010[1])
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 00″ N 11° 03′ 00″ E / 43.46667, 11.0543° 28′ 00″ Nord 11° 03′ 00″ Est / 43.46667, 11.05  
Altitude Min. 324 m – Max. 324 m
Superficie 13 800 ha = 138 km2
Divers
Saint patron San Gemignano
Fête patronale 31 janvier
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Toscane

Voir sur la carte administrative de Toscane
City locator 14.svg
San Gimignano

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
San Gimignano

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
San Gimignano
Liens
Site web http://www.comune.sangimignano.si.it/

San Gimignano est une commune de la Province de Sienne en Toscane (Italie).

Géographie[modifier | modifier le code]

San Gimignano est une des villes les plus pittoresques et suggestives de la Toscane.
Elle s'étend, toute embrassée dans sa double enceinte de murailles et parsemée de hautes tours, dans la mer d'oliviers qui recouvrent une colline dominant le Valdelsa.
Elle figure dans la liste du patrimoine mondial en Europe de l'UNESCO.

Histoire[modifier | modifier le code]

San Gimignano, d'origine très ancienne, a reçu son nom de l'évêque de Modène qui a vécu pendant le IVe siècle.

La ville conserve presque intactes ses caractéristiques architecturales des XIIIe et XIVe siècles.

Ancien siège d’un petit village étrusque de la période hellénistique, San Gimignano commence son histoire aux alentours du Xe siècle où elle prend le nom du saint évêque de Modène, saint Gimignano, qui aurait sauvé le bourg des hordes barbares. San Gimignano connaît un grand développement durant le Moyen Âge grâce à la Via Francigena qui la traverse. Y fleurissent nombre d'œuvres d’art qui décorent les églises et les couvents.

En 1199, San Gimignano devient une commune libre, avec son premier podestat après avoir rompu son asservissement aux évêques de Volterra. Elle prend alors le nom de San Gimignano delle belle Torri avec ses 75 maisons-tours mais elle souffre de luttes intestines qui la divisent en deux factions : celle des Ardinghelli (guelfes) et celle des Salvucci (gibelins). Le 8 mai 1300, elle héberge Dante Alighieri, ambassadeur de la ligue guelfe en Toscane.

La terrible peste de 1348 et le dépeuplement qui s'ensuit, jettent San Gimignano dans une crise grave et la petite ville doit se soumettre à Florence en 1353.

Elle subit ensuite autant les influences artistiques florentines, siennoises que pisanes.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville est aujourd'hui un centre de fabrication de meubles et surtout célèbre par son vin le Vernaccia di San Gimignano (1re DOCG dénomination d'origine contrôlée italienne décernée en mars 1966).

Le tourisme est très actif dans ce fleuron de la Toscane, ville médiévale ceinte de murailles (borgo) réputée par ses tours.

Culture[modifier | modifier le code]

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

Panorama depuis la tour du Palazzo del Popolo
Place de la Cisterna
Piazza del Duomo et la Collégiale
Tour

La ville est close de remparts et reste d'une architecture médiévale :

Les monuments les plus intéressants de la ville sont le Dôme, l'hôtel de ville (le palais du peuple) et l'église Sant'Agostino.

Les tours, qui furent à un moment au nombre de 75, passent à 25 à la fin de l'an 1500. Aujourd'hui, 13 demeurent intactes.

  • Sur la Piazza della Cisterna, place triangulaire avec son puits du XIIIe siècle qui lui donne son nom :
    • la Casa Salvestrini du XIIIe siècle,
    • le Palazzo Tortoli-Treccani, de 1300,
    • le Palazzo dei Cortesi avec une tour imposante,
    • le Palazzo Ardinghelli, avec ses deux tours (l'une tronquée) encadrant le bâtiment central.
Article détaillé : Collégiale de San Gimignano.
  • L'église Sant'Agostino (1298) romano-gothique :
    • La chapelle San Bartolo et son autel en marbre de Benedetto da Maiano (1494)
    • Le chœur et son grand retable du Couronnement de la Vierge de Piero del Pollaiolo ; les fresques de Benozzo Gozzoli sur la vie de Sant'Agostino.
  • Les maisons-tours :
    • Torre Rognosa, 52 m
    • Torre Grossa, 54 m
    • Torri dei Salvucci, tours jumelles de 51 m
    • Torri degli Ardinghelli
    • Torre dei Becci
    • Torre Chigi (1280)
    • Torre dei Cugnanesi
    • Torre del Diavolo
    • Torre di palazzo Pellari

La ville est inscrite au patrimoine de l'humanité de l’UNESCO depuis 1990.

Complexe muséal[modifier | modifier le code]

  • Spedale di Santa Fina
    • La Spezieria di Santa Fina,
    • le Museo archeologico,
    • la Galleria d'arte
  • Le musée SanGimignano1300[3] : Situé au cœur de la ville, le musée propose une imposante reproduction en céramique décorée de la ville de San Gimignano telle qu’elle était entre les XIIIe et XIVe siècles. La réplique permet d’observer l’harmonieuse structure urbaine de 72 maisons-tours qui ont symbolisé la puissance de la cité médiévale et comprendre le fonctionnement de la vie à l’intérieur d’une cité médiévale et d’apprécier de plus près ce qui fut préservé durant des siècles d’histoire.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
14 juin 2011 en cours Giacomo Bassi Centre gauche  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Pancole, Badia a elmi, Villa del Monte, Sant'Andrea, Ulignano, Casaglia, San Donato,

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Barberino Val d'Elsa (FI), Certaldo (FI), Colle di Val d'Elsa, Gambassi Terme (FI), Poggibonsi, Volterra (PI)

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Personnalités nées à San Gimignano[modifier | modifier le code]

  • Fina Ciardi (Fina de San Geminiano) (San Gimignano, 1238 - San Gimignano, 1253), sainte catholique, fêtée le 12 mars.
  • Giovanni Antonio Dosio (San Gimignano, 1533 - Rome, v. 1609), architecte et sculpteur
  • Filippo Buonaccorsi (en latin Philippus Callimachus Experiens) (San Gimignano, 1437 - Cracovie, 1496), humaniste italien réfugié en Pologne, historien et écrivain de langue latine, conseiller politique et diplomate

Jumelage[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Cette ville apparaît dans le jeu vidéo Assassin's Creed II, sous sa forme du XVe siècle. Elle apparaît également dans Le paradoxe du menteur, un roman de Martha Grimes.

Le film François et le Chemin du soleil (1972) est partiellement tourné à San Gimignano, cette ville étant censée représenter Assise au XIIIe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. après sa mort accidentelle d'une chute sur le chantier
  3. Site du musée

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]