(1) Cérès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark gold.png Vous lisez un « article de qualité ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cérès.

(1) Cérès Ceres symbol.svg
(1) Ceres

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Cérès vue depuis le télescope spatial Hubble (ACS). Le contraste a été augmenté afin de révéler les détails de la surface.

Caractéristiques orbitales
Époque 26 novembre 2005
(JJ 2453700.5)[1]

Basé sur ? observations couvrant ?, U = ?
Demi-grand axe (a) 414,703 838×106 km[2]
(2,765 956 424 ua)
Aphélie (Q) 447,838 164×106 km
(2,987 ua)
Périhélie (q) 381,419 582×106 km
(2,544 ua)
Excentricité (e) 0,079 760 17[2]
Période de révolution (Prév) 1 679,819 j
(4,599 a)
Vitesse orbitale moyenne 17,882 km/s
Inclinaison (i) 10,586 712°[2]
Nœud ascendant (Ω) 80,40696°[2]
Argument du périhélie (ω) 73,15073°[2]
Anomalie moyenne (M0) 108,509°
Catégorie Planète naine et astéroïde de la ceinture principale
DMIO terrestre 1,59166 ua
Paramètre de Tisserand (TJup) 3,310
Caractéristiques physiques
Dimensions Rayon volumétrique moyen :
(476,2 ± 1,8) km
Rayon équatorial (Réq) (487,3 ± 1,8) km[3]
Rayon polaire (Rpol) (454,7 ± 1,6) km[3]
Aplatissement 0,067 ± 0,005[4]
Masse (m) (9,46 ± 0,04)×1020 kg[5],[6]
Masse volumique (ρ) (2 077 ± 36) kg/m3[3]
Gravité équatoriale à la surface (g) 0,27 m/s2[7]
Vitesse de libération 0,51 km/s[7]
Période de rotation (Prot) 0,3781 j[8]
(h 4 min 27 s)
Ascension droite du pôle nord (α) 19h 24m = 291°[3]
Déclinaison du pôle nord (δ) 59°[3]
Inclinaison de l'axe ~ 3°[3]
Classification spectrale C[9]
Magnitude absolue (M) 3,36 ± 0,02[10]
Albédo (A) 0,090 ± 0,003 3[10]
Température (T) ~ 167 (moyenne) - ~ 239 (max) K[11]
Atmosphère Voir atmosphère de Cérès :
vapeur d'eau
Découverte
Découvreur Giuseppe Piazzi
Date 1er janvier 1801
Nommé d'après Cérès (déesse romaine)
Désignation A899 OF, 1943 XB

Cérès, officiellement désignée par (1) Cérès (désignation internationale (1) Ceres), est la plus petite planète naine reconnue du Système solaire ainsi que le plus gros astéroïde de la ceinture principale ; c'est d'ailleurs la seule planète naine située dans la ceinture d'astéroïdes. Elle fut découverte le 1er janvier 1801 par Giuseppe Piazzi[12] et porte le nom de la déesse romaine Cérès.

Avec un diamètre d'environ 950 kilomètres, Cérès est le plus grand et le plus massif objet de la ceinture d'astéroïdes située entre les orbites des planètes Mars et Jupiter[6]. Elle contribue pour le tiers de la masse totale de la ceinture[6]. Des observations récentes ont révélé qu'elle possède une forme sphérique, à la différence des corps plus petits qui ont une forme irrégulière[10]. Sa surface est probablement composée d'un mélange de glace d'eau et de divers hydrates minéraux comme les carbonates ou l'argile[9]. Il semble que Cérès possède un noyau rocheux et un manteau de glace[3]. Elle pourrait héberger un océan d'eau liquide, ce qui en fait une piste pour la recherche de vie extraterrestre[13]. Cérès est entourée d'une atmosphère ténue contenant de la vapeur d'eau[14], ce qui a été confirmé le 22 janvier 2014 par l'observatoire Herschel de l'Agence spatiale européenne[15].

La magnitude apparente de Cérès évolue entre 6,7 et 9,3, trop faible pour être visible à l'œil nu[16]. Le 27 septembre 2007, la sonde spatiale Dawn de la NASA a été lancée afin de l'explorer. Elle a d'abord été satellisée autour de l'astéroïde Vesta de juillet 2011 à juillet 2012 puis se dirige désormais vers Cérès où elle doit arriver en février 2015[17].

Cérès dans l'histoire de l'astronomie[modifier | modifier le code]

Découverte[modifier | modifier le code]

Couverture du livre de Piazzi « Della scoperta del nuovo pianeta Cerere Ferdinandea » donnant un aperçu de la découverte de Cérès.

L'idée selon laquelle une planète inconnue puisse exister entre les orbites de Mars et Jupiter fut proposée pour la première fois par Johann Elert Bode en 1768[12]. Ses suggestions étaient basées sur la loi de Titius-Bode, une théorie désormais obsolète proposée par Johann Daniel Titius en 1766[18],[12]. Selon cette loi, le demi-grand axe de cette planète aurait été d'environ 2,8 ua[18]. La découverte d'Uranus par William Herschel en 1781[12] accrut la confiance dans la loi de Titius-Bode et, en 1800, vingt-quatre astronomes expérimentés combinèrent leurs efforts et entreprirent une recherche méthodique de la planète proposée[12],[18]. Le groupe était dirigé par Franz Xaver von Zach. Bien qu'ils ne découvrissent pas Cérès, ils trouvèrent néanmoins plusieurs autres astéroïdes[18].

Cérès fut observé pour la première fois le 1er janvier 1801 par Giuseppe Piazzi, alors directeur de l'observatoire de Palerme en Sicile. Cérès fut découvert par accident. Piazzi cherchait à observer une étoile listée par Francis Wollaston sous le nom de Mayer 87 et qu'il ne trouvait pas à la position indiquée dans le catalogue zodiacal de Mayer (il s'avéra par la suite qu'il s'agissait en fait de Lacaille 87)[12]. À la place, il observa un objet se déplaçant sur la voûte céleste, qu'il prit d'abord pour une comète[19].

Piazzi observa Cérès 24 fois, la dernière fois le 11 février. Le 24 janvier 1801, Piazzi annonça sa découverte par des lettres à plusieurs collègues italiens, parmi lesquels Barnaba Oriani à Milan. Il la décrivit comme une comète, mais remarqua que « puisque son mouvement est lent et uniforme, il m'a semblé à plusieurs reprises qu'il pourrait s'agir de quelque chose de mieux qu'une comète[12]. » En avril, Piazzi envoya ses observations complètes à Oriani, Bode et Lalande à Paris. Elles furent publiées dans l'édition de septembre 1801 du Monatliche Correspondenz[19].

Peu après sa découverte, Cérès s'approcha trop près du Soleil et ne put être observé à nouveau ; les autres astronomes ne purent confirmer les observations de Piazzi avant la fin de l'année. Cependant, après une telle durée, il était difficile de prédire la position exacte de Cérès. Afin de retrouver l'astéroïde, Carl Friedrich Gauss développa une méthode de réduction d'orbite basée sur trois observations[19]. En l'espace de quelques semaines, il prédit celle de Cérès et communiqua ses résultats à Franz Xaver von Zach, éditeur du Monatliche Correspondenz. Le 31 décembre 1801, von Zach et Heinrich Olbers confirmèrent que Cérès avait été retrouvé près de la position prévue, validant ainsi la méthode[19].

Dénomination[modifier | modifier le code]

À l'origine, Piazzi suggéra d'appeler cet objet « Cérès Ferdinandéa » (en italien : Cerere Ferdinandea), d'après la déesse romaine Cérès et le roi Ferdinand III de Sicile[12],[19]. Cérès était la déesse protectrice de la Sicile et Ferdinand III (qui devint Ferdinand Ier des Deux-Siciles en 1816) était son mécène, alors réfugié à Palerme car le royaume de Naples (dont il était également roi) avait été conquis par les armées françaises en 1798. Par la suite, pour des considérations diplomatiques, seule la première partie du nom fut conservée. Cérès fut également appelé Héra en Allemagne pendant une brève période[20]. En Grèce, elle est appelée Δήμητρα (Dêmētra, Déméter), d'après le nom en grec moderne de la déesse grecque équivalente à Cérès. Lorsque le nom « Déméter » fut attribué à son tour à l'astéroïde (1108) Déméter, cela créa un problème dans la langue grecque, qui fut résolu en utilisant le nom en grec ancien pour le nouvel objet : Δήμητηρ (Dêmētēr).

La désignation des astéroïdes implique de donner aux corps dont l'orbite est connue avec certitude un numéro définitif. À Cérès, en tant que premier membre découvert de la ceinture d'astéroïdes, fut rétrospectivement attribué le numéro 1[21]. Sa désignation scientifique officielle complète est donc (1) Cérès[22], ou éventuellement 1 Cérès. Les premiers astéroïdes découverts possèdent un symbole astronomique et celui de Cérès est un arc de cercle avec une croix pointant vers le bas et représentant une faucille Sickle variant symbol of Ceres[19],[23]. En codage informatique des caractères, ce symbole est présent dans la table Symboles divers du standard Unicode au code 26B3 depuis mars 2008 (Unicode 5.1.0).

L'élément chimique cérium (numéro atomique 58) fut découvert en 1803 par Berzelius et Klaproth, travaillant indépendamment. Berzélius lui le nomma d'après l'astéroïde[24]. Le palladium fut également nommé d'après Cérès à l'origine, mais son découvreur changea son nom après que le Cérium eut son nom définitif[25] ; le palladium fait référence à un autre astéroïde, Pallas[26].

Statut[modifier | modifier le code]

Photomontage illustrant les tailles respectives de la Terre (planète, à droite), de la Lune (gros satellite naturel, en haut à gauche) et de Cérès (astéroïde et planète naine, en bas à gauche).

La classification de Cérès a changé plus d'une fois et a été le sujet de controverses. Johann Elert Bode pensait que Cérès était la « planète manquante » dont il avait postulé l'existence entre Mars et Jupiter, à une distance de 2,8 UA du Soleil[12]. Il lui fut attribué un symbole planétaire et Cérès demeura listé comme planète dans les livres et tables d'astronomie (avec Pallas, Junon et Vesta) pendant un demi-siècle jusqu'à ce que d'autres astéroïdes soient découverts[12],[19].

Au fur et à mesure que de nombreux autres objets furent découverts dans la région, les astronomes réalisèrent que Cérès n'était que le premier d'une classe de corps similaires[12]. Ils se révélèrent très petits, ne présentant aucun disque observable, et William Herschel inventa en 1802 le terme d'« astéroïde » (c'est-à-dire « ressemblant à une étoile ») afin de les désigner[27], écrivant qu'« ils ressemblent tellement à de petites étoiles qu'il est difficile de faire la différence, même avec de très bons télescopes »[28]. Cérès étant le premier astéroïde découvert, il fut désigné par (1) Cérès dans le système moderne de numérotation des astéroïdes dans les années 1850[27].

En 2006, le débat concernant le statut de Pluton et la définition du terme planète conduisit à reconsidérer le statut de Cérès[29],[30]. L'une des propositions de définitions présentées devant l'Union astronomique internationale pour la définition d'une planète (un corps en équilibre hydrostatique en orbite autour d'une étoile et n'étant ni une étoile, ni un satellite d'une planète)[31] aurait fait de Cérès la cinquième planète à partir du Soleil[32]. Cette définition ne fut pas adoptée. La définition finale fut annoncée le 24 août 2006, ajoutant qu'une planète devait avoir « nettoyé son voisinage ». Cérès fut alors catégorisé comme planète naine[33].

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Origine et évolution[modifier | modifier le code]

Les observations suggèrent que Cérès est issue d'une protoplanète, un embryon planétaire qui s'est formé il y a 4,57 milliards d'années dans la ceinture d'astéroïdes[34]. Tandis que la majorité des protoplanètes furent éjectées du Système solaire par Jupiter ou rentrèrent en collision entre elles en formant les planètes telluriques[34], Cérès a survécu relativement intact[10]. Dans la ceinture d'astéroïdes, Pallas et Vesta pourraient également être d'anciennes protoplanètes[17] mais ne possèdent pas une forme sphérique — dans le cas de Vesta, cette difformité pourrait être principalement due à un impact majeur après son accrétion[35].

Peu après sa formation, Cérès s'est différencié entre un noyau rocheux et un manteau de glace, en raison de l'échauffement provoqué par l'accrétion et peut-être par la désintégration de radioisotopes disparus depuis lors, comme 26Al[10],[36]. Ce processus provoqua un volcanisme d'eau et une tectonique, qui firent disparaître de nombreuses caractéristiques géologiques. Cependant, Cérès se refroidit par la suite en raison de l'épuisement rapide des sources de chaleur[36]. La glace de la surface s'est graduellement sublimée, laissant derrière elle divers minéraux hydratés : argile et carbonates. Cérès est désormais un corps géologiquement mort dont la surface n'est plus sculptée que par des impacts[10].

L'existence de quantités significatives de glace d'eau dans Cérès[3] a soulevé la possibilité d'une couche d'eau liquide (éventuellement déjà solidifiée)[36]. Cette couche hypothétique, parfois appelée un océan[9], est - ou était - probablement située entre le noyau et le manteau de glace comme sur Europe[36]. L'existence d'un océan est plus probable si de l'ammoniac ou d'autres substances dissoutes (comme des sels) agissant comme antigel, sont présentes dans l'eau. L'existence possible d'eau liquide dans Cérès en fait une cible potentielle des recherches de vie extraterrestre[13].

Orbite[modifier | modifier le code]

Diagramme illustrant les orbites de Cérès (en bleu) et de plusieurs planètes (en blanc et gris). Les segments d'orbite de couleur foncée sont situés en dessous du plan de l'écliptique. Les deux diagrammes du haut sont des vues polaires, celui du bas est une vue en perspective.

Cérès est située sur une orbite héliocentrique entre Mars et Jupiter, au sein de la ceinture d'astéroïdes principale. Sa période est de 4,6 ans. Son orbite est modérément inclinée (10,6° par rapport au plan de l'écliptique, à comparer à 7 ° pour Mercure et 17 ° pour Pluton) et faiblement excentrique (0,08, celle de Mars vaut 0,09)[1]. Les observations effectuées par Hubble en 2003-2004 permirent de déterminer que le pôle Nord de Cérès pointe (à 5 ° près) dans la direction d'ascension droite 19h 41m et de déclinaison +59 °, dans la constellation du Dragon ; l'inclinaison de l'axe de Cérès est très faible (environ 4 ± 5 °)[3],[10].

La distance moyenne au Soleil est de 2,983 unité astronomique.

Par le passé, Cérès était considéré comme membre d'une famille d'astéroïdes[37], un regroupement d'astéroïdes qui partagent des éléments orbitaux similaires et peuvent avoir une origine commune (par exemple, suite à une collision). Cérès possède cependant des propriétés spectrales distinctes des autres membres de cette famille et ce regroupement est désormais appelé famille de Gefion, d'après son membre possédant le numéro le plus petit, (1272) Gefion. Cérès est simplement un intrus dans cette famille, partageant des éléments orbitaux mais pas une origine commune[38].

Masse et dimensions[modifier | modifier le code]

Photomontage permettant de comparer les tailles respectives de Cérès (à gauche) et de la Lune (à droite).

Avec 950 km de diamètre, Cérès est de loin le plus grand objet de la ceinture d'astéroïdes (le plus grand membre de la ceinture après Cérès est Vesta et mesure un peu moins de 600 km dans sa plus grande dimension)[9]. Il ne s'agit pas en revanche du plus grand objet du Système solaire en dehors des planètes et de leurs satellites : la ceinture de Kuiper contient plusieurs objets plus grands, comme Pluton, Quaoar ou Orcus. Le plus grand objet est l'objet épars Éris[39].

La masse de Cérès a été déterminée en analysant son influence sur de petits astéroïdes[6]. Cette valeur diffère cependant suivant les auteurs[40]. La valeur la plus souvent citée est d'environ 9,5×1020 kg[6]. La masse de Cérès forme donc le tiers de la masse totale estimée de tous les astéroïdes du Système solaire (3,0 ± 0,2×1021 kg)[5].

Cérès a une taille et une masse suffisantes pour être proche de l'équilibre hydrostatique et est donc de forme quasi-sphérique[3]. Les autres grands astéroïdes tels que Pallas[41], Junon[42] et Vesta[35] sont nettement plus irréguliers.

La pesanteur à la surface de Cérès est estimée à 3 % de celle de la Terre, soit un accélération de la gravité de 30 cm.s−2 (un corps qui chute à la surface de Cérès accélère de 30 cm.s−1 chaque seconde)[43].

Géologie[modifier | modifier le code]

Pour l'atmosphère en particulier, voir Atmosphère de Cérès.

Photographies de Cérès prises par le télescope spatial Hubble en 2005 avec une résolution d'environ 30 km. La nature du point brillant est incertaine. La première image (en haut à gauche) est séparée de 2 h 20 min de la dernière (en bas à droite) ; Cérès a ainsi effectué un quart de révolution au cours des quatre images.

La composition de la surface de Cérès est largement similaire, mais pas identique, à celle des astéroïdes de type C[9]. Le spectre infrarouge de Cérès fait apparaître des matériaux hydratés qui indiquent la présence de quantités significatives d'eau à l'intérieur de l'objet. Parmi les autres possibles constituants de la surface, il y aurait de l'argile riche en fer (cronstedtite) et des composés carbonatés (dolomite et sidérite), minéraux courants dans les météorites chondrites carbonées[9]. Les caractéristiques spectrales des carbonates et de l'argile sont généralement absentes du spectre des autres astéroïdes de type C[9]. Cérès est parfois classifié comme un astéroïde de type G[44].

La surface de Cérès est relativement chaude. La température diurne maximale fut estimée à 235 K (environ -38 °C) le 5 mai 1991[11]. En tenant compte de la distance de Cérès au Soleil lors de cette mesure, il fut possible d'estimer que la température maximale est d'environ 239 K au périhélie. Quelques indices laissent à penser que Cérès possède une atmosphère ténue et du givre[14]. Des observations dans l'ultraviolet effectuées par le télescope IUE ont détecté de la vapeur d'eau près du pôle nord[14].

Diagramme illustrant la structure géologique de Cérès.

Il existe divers points singuliers de nature incertaine à la surface de Cérès. Les photographies ultraviolettes en haute résolution prises par le télescope spatial Hubble en 1995 montrèrent un point sombre sur sa surface, qui fut surnommé « Piazzi » en l'honneur du découvreur de Cérès[44] et dont on pensait qu'il s'agissait d'un cratère. Des images ultérieures, prises en plus haute résolution par le télescope Keck par optique adaptative sur une rotation complète, ne montrèrent aucun signe de « Piazzi »[45]. Cependant, deux zones sombres semblaient se déplacer avec la rotation de la planète naine, l'une d'entre elles possédant une région centrale brillante. Les scientifiques ont émis l'hypothèse qu'il s'agit également de cratères. Les images les plus récentes, prises par Hubble en lumière visible en 2003 et 2004, mettent en évidence onze points singuliers de nature inconnue à la surface de Cérès[10],[46]. L'une de ces zones correspond à « Piazzi »[10]. Les zones de faible albédo observées par Keck n'ont pas pu être identifiées sur ces images[45].

Peter Thomas de l'Université Cornell a émis l'hypothèse selon laquelle l'intérieur de Cérès est différencié[3]. Son aplatissement semble trop faible pour un corps indifférencié, ce qui indique qu'il est constitué d'un noyau rocheux entouré d'un manteau glacé[3]. Ce manteau, d'une épaisseur de 60 à 120 km, pourrait contenir 200 000 000 km3 d'eau (16 à 26 % de la masse de Cérès), soit plus que la totalité de l'eau douce sur Terre[47].

Observation[modifier | modifier le code]

Lorsque Cérès est en opposition à proximité de son périhélie, il peut atteindre une magnitude apparente de +6,7[16]. On considère généralement que cette valeur est trop faible pour que l'objet soit visible à l'œil nu, mais il est néanmoins possible pour une personne dotée d'une excellente vue et dans des conditions d'observation exceptionnelles de percevoir la planète naine. Les seuls astéroïdes pouvant atteindre une telle magnitude sont Vesta et, pendant de rares oppositions à leur périhélie, Pallas et Iris[48]. Au maximum de sa luminosité, Cérès n'est pas l'astéroïde le plus brillant ; Vesta peut atteindre la magnitude +5,4, la dernière fois en mai et juin 2007[49]. Aux conjonctions, Cérès atteint la magnitude de +9,3, ce qui correspond aux objets les moins lumineux qui puissent être visibles à l'aide de jumelles 10×50. La planète naine peut donc être vue aux jumelles dès qu'elle est au-dessus de l'horizon par une nuit noire. Pallas et Iris sont invisibles aux jumelles par de petites élongations[16].

Le tableau suivant résume les phases d'observabilité de Cérès entre 2006 et 2017.

Début rétrogradation Opposition Fin rétrogradation Conjonction
Date Distance
(UA)
Magnitude
26 juin 2006 12 août 2006 1,983 7,6 27 novembre 2006 22 mars 2007
20 septembre 2007 9 novembre 2007 1,837 7,2 1er janvier 2008 28 juin 2008
17 janvier 2009 24 février 2009 1,585 6,9 16 avril 2009 31 octobre 2009
28 avril 2010 18 juin 2010 1,820 7,0 9 août 2010 30 janvier 2011
31 juillet 2011 16 septembre 2011 1,992 7,7 12 novembre 2011 26 avril 2012
30 octobre 2012 17 décembre 2012 1,688 6,7 4 février 2013 17 août 2013
1er mars 2014 15 avril 2014 1,633 7,0 7 juin 2014 10 décembre 2014
6 juin 2015 25 juillet 2015 1,943 7,5 16 septembre 2015 3 mars 2016
1er septembre 2016 20 octobre 2016 1,908 7,4 15 décembre 2016 5 juin 2017

Les événements suivants figurent parmi les principales observations de Cérès :

Exploration[modifier | modifier le code]

Vue d'artiste de la mission spatiale Dawn destinée à visiter Vesta (à gauche) et Cérès (à droite).

À ce jour, Cérès n'a jamais été visité par une sonde spatiale. Cependant, Cérès constitue l'un des deux objectifs de la sonde Dawn (avec Vesta) ; lancée en septembre 2007, elle doit atteindre la planète naine en février 2015[17].

Selon la définition de la mission Dawn, la sonde doit s'insérer en orbite autour de Cérès à une altitude de 5 900 km. Après cinq mois d'études, la sonde réduira sa distance orbitale à 1 300 km, puis à 700 km pendant encore cinq mois[52]. Parmi les instruments, la sonde compte une caméra, un spectromètre infrarouge et dans le visible, ainsi qu'un détecteur de rayons gamma et de neutrons. Ils serviront à examiner la forme de Cérès et l'abondance de ses éléments[17].

Des signaux radios de sondes en orbite autour de Mars ou sur sa surface ont été utilisés pour estimer la masse de Cérès à partir de perturbations du mouvement de Mars[5].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ted Bowell, Bruce V., « Asteroid Observing Services », Lowell Observatory,‎ 2 janvier 2003 (consulté le 2007-01-17)
  2. a, b, c, d et e D. K. Yeomans, « 1 Ceres », JPL Small-Body Database Browser,‎ 5 juillet 2007 (consulté le 8 novembre 2003)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l P.C Thomas, J.Wm. Parker, L.A. McFadden et al, « Differentiation of the asteroid Ceres as revealed by its shape », Nature, vol. 437,‎ 2005, p. 224-226 (DOI 10.1038/nature03938, lire en ligne)
  4. Calculé à partir des dimensions connues.
  5. a, b et c (en) E. V. Pitjeva, « High-Precision Ephemerides of Planets — EPM and Determination of Some Astronomical Constants », Solar System Research, vol. 39, no 3,‎ 2005, p. 176 (DOI 10.1007/s11208-005-0033-2) Résumé disponible sur ADS : 2005SoSyR..39..176P
  6. a, b, c, d et e G. Michalak, « Determination of asteroid masses », Astronomy and Astrophysics, vol. 360,‎ août 2002, p. 363-374. Résumé disponible sur ADS : 2000A&A...360..363M
  7. a et b Données calculées à partir des paramètres connus.
  8. (en) Matthew A. Chamberlain, Mark V. Sykes et Gilbert A. Esquerdo, « Ceres lightcurve analysis—Period determination », Icarus, vol. 188,‎ 2007, p. 451-456 (DOI 10.1016/j.icarus.2006.11.025). Résumé disponible sur ADS : 2007Icar..188..451C
  9. a, b, c, d, e, f et g (en) A. S. Rivkin, E. L. Volquardsen, B. E. Clark, « The surface composition of Ceres:Discovery of carbonates and iron-rich clays », Icarus, vol. 185,‎ 12/2006, p. 563-567 (DOI 10.1016/j.icarus.2006.08.022, résumé)
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) J.-Y. Li, L. A. McFadden, J. W. Parker, « Photometric analysis of 1 Ceres and surface mapping from HST observations », Icarus, vol. 182,‎ 052006, p. 143-160 (DOI 10.1016/j.icarus.2005.12.012, résumé)
  11. a et b (en) O. Saint-Pé, N. Combes et F. Rigaut, « Ceres surface properties by high-resolution imaging from Earth », Icarus, vol. 105, no 2,‎ octobre 1993, p. 271-281 (DOI 10.1006/icar.1993.1125). Résumé disponible sur ADS : 1993Icar..105..271S
  12. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k M. Hoskin, « Bodes' Law and the Discovery of Ceres », Observatorio Astronomico di Palermo "Giuseppe S. Vaiana",‎ 26 juin 1992 (consulté le 11 novembre 2007)
  13. a et b B. Moomaw, « Ceres As An Abode Of Life », spaceblooger.com,‎ 2 juillet 2007 (consulté le 11 novembre 2007)
  14. a, b et c (en) A'Hearn, Michael F.; Feldman, Paul D., « Water vaporization on Ceres », Icarus, vol. 98, no 1,‎ 07/1992, p. 54-60 (DOI 10.1016/0019-1035(92)90206-M, résumé)
  15. « Herschel discovers water vapour arund dwarf planet Ceres », esa.int,‎ 22 janvier 2013 (consulté le 22 janvier 2013)
  16. a, b et c D. H. Menzel, J. M. Pasachoff, A Field Guide to the Stars and Planets, Boston, MA, Houghton Mifflin,‎ 1983, 391 p. (ISBN 0-395-34835-8)
  17. a, b, c et d (en) C. T. Russel, F. Capaccioni, A. Coradini et al., « Dawn Discovery mission to Vesta and Ceres: Present status », Advances in Space Research, vol. 38,‎ 2006, p. 2043-2048 (DOI 10.1016/j.asr.2004.12.041, résumé)
  18. a, b, c et d (en) H. S. Hogg, « The Titius-Bode Law and the Discovery of Ceres », Journal of the Royal Astronomical Society of Canada, vol. 242,‎ 10/1948, p. 241-246 (résumé)
  19. a, b, c, d, e, f et g (en) E. G. Forbes, « Gauss and the Discovery of Ceres », Journal for the History of Astronomy, vol. 2,‎ 1971, p. 195-199 (résumé)
  20. G. Foderà Serio, A. Manara, P. Sicoli, Asteroids III, Tucson, Arizona, University of Arizona Press,‎ 2002, 17-24 p. (lire en ligne), « Giuseppe Piazzi and the Discovery of Ceres »
  21. J. L. Hilton, « Discovery of the Asteroids », U.S. Naval Observatory (consulté le 7 novembre 2007)
  22. « (1) Ceres », Minor Planet Center (consulté le 7 novembre 2007)
  23. (en) B. A. Gould, « On the symbolic notation of the asteroids », The Astronomical Journal, vol. 2, no 34,‎ 01/1852, p. 80 (DOI 10.1086/100212, résumé)
  24. « Cerium: historical information », Adaptive Optics (consulté le 11 novembre 2007)
  25. « History of palladium, palladiumcoins.org »
  26. « Palladium: historical information », Adaptive Optics (consulté le 11 novembre 2007)
  27. a et b J. L. Hilton, « When Did the Asteroids Become Minor Planets? »,‎ 17 septembre 2001 (consulté le 11 novembre 2007)
  28. Traduction libre de : they resemble small stars so much as hardly to be distinguished from them, even by very good telescopes. (en) W. Herschel, « Observations on the two lately discovered celestial Bodies », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, vol. 92,‎ 06/05/1802, p. 213-232 (résumé, lire en ligne)
  29. S. Battersby, « Planet debate: Proposed new definitions », New Scientist,‎ 16 août 2006 (consulté le 11 novembre 2007)
  30. S. Connor, « Solarsystem to welcome three new planets », The New Zealand Herald,‎ 16 août 2006 (consulté le 11 novembre 2007)
  31. Traduction libre de : a celestial body that (a) has sufficient mass for its self-gravity to overcome rigid body forces so that it assumes a hydrostatic equilibrium (nearly round) shape, and (b) is in orbit around a star, and is neither a star nor a satellite of a planet. O. Gingerich et al., « The IAU draft definition of "Planet" and "Plutons" », Union astronomique internationale,‎ 16 août 2006 (consulté le 11 novembre 2007)
  32. « The IAU Draft Definition Of Planets And Plutons », Space Daily,‎ 16 août 2006 (consulté le 11 novembre 2007)
  33. R. Binzel et al., « IAU 2006 General Assembly: Result of the IAU resolution votes », Union astronomique internationale,‎ 24 août 2006 (consulté le 11 novembre 2007)
  34. a et b (en) J.-M. Petit, A. Morbidelli, « The Primordial Excitation and Clearing of the Asteroid Belt », Icarus, vol. 153,‎ 2001, p. 338-347 (DOI 10.1006/icar.2001.6702, résumé)
  35. a et b (en) P. C. Thomas, R. P. Binzel, M. J. Gaffey et al., « Impact Excavation on Asteroid 4 Vesta: Hubble Space Telescope Results », Science, vol. 277,‎ 09/1997, p. 1492-1495 (DOI 10.1126/science.277.5331.1492, résumé)
  36. a, b, c et d (en) J.C. Castillo-Rogez, T. B. McCord, A.G. Davis, « Ceres: evolution and present state », Lunar and Planetary Science, vol. XXXVIII,‎ 03/2007, p. 2006-2007 (résumé, lire en ligne)
  37. A. Cellino et al. "Spectroscopic Properties of Asteroid Families", in Asteroids III, p. 633-643, University of Arizona Press (2002). (le tableau page 636, en particulier).
  38. (en) M. S. Kelley, M. J. Gaffey, « A Genetic Study of the Ceres (Williams #67) Asteroid Family », Bulletin of the American Astronomical Society, vol. 28,‎ 09/1996, p. 1097 (résumé)
  39. J. Stansberry, W. Grundy, M. Brown et al., 2007, « Physical Properties of Kuiper Belt and Centaur Objects: Constraints from Spitzer Space Telescope », 2.
  40. (en) A. Kovacevic, M. Kuzmanoski, M., « A New Determination of the Mass of (1) Ceres », Earth, Moon, and Planets, vol. 100, no 1-2,‎ 04/2007, p. 117-123 (DOI 10.1007/s11038-006-9124-4, résumé)
  41. (en) B. Carry, M. Kaasalainen, C. Dumas et al., « Asteroid 2 Pallas Physical Properties from Near-Infrared High-Angular Resolution Imagery », American Astronomical Society, DPS meeting, vol. 39,‎ 10/2007, — (résumé)
  42. (en) M. Kaasalainen, J. Torppa, J. Piironen, « Models of Twenty Asteroids from Photometric Data », Icarus, vol. 159,‎ 10/2002, p. 369-395 (DOI 10.1006/icar.2002.6907, résumé)
  43. Encyclopédie - Système solaire en chiffres - « LES OBJETS LES PLUS LOURDS DU SYSTÈME SOLAIRE », consulté le 13/07/2008.
  44. a, b et c (en) J. W. Parker, A. S. Stern, P. C. Thomas et al., « Analysis of the first disk-resolved images of Ceres from ultraviolet observations with the Hubble Space Telescope », The Astrophysical Journal, vol. 123,‎ 01/2002, p. 549-557 (DOI 10.1086/338093, résumé)
  45. a, b et c « Keck Adaptive Optics Images the Dwarf Planet Ceres », Adaptive Optics,‎ 11 octobre 2006 (consulté le 11 novembre 2007)
  46. a et b « Largest Asteroid May Be 'Mini Planet' with Water Ice », HubbleSite,‎ 7 septembre 2005 (consulté le 9 novembre 2007)
  47. B. Carey, « Largest Asteroid Might Contain More Fresh Water than Earth », space.com,‎ 7/09/2005 (consulté le 10 novembre 2007)
  48. P. Martinez, The Observer's Guide to Astronomy, Cambridge University Press,‎ 1994, 298 p.
  49. G. Bryant, « See Vesta at Its Brightest! », Sky & Telescope,‎ 2 mai 2007 (consulté le 11 novembre 2007)
  50. (en) L. R. Millis, L. H. Wasserman, O. Z. Franz et al., « The size, shape, density, and albedo of Ceres from its occultation of BD+8 deg 471 », Icarus, vol. 72,‎ 12/1987, p. 507-518 (DOI 10.1016/0019-1035(87)90048-0, résumé)
  51. « Observations reveal curiosities on the surface of asteroid Ceres » (consulté le 11 novembre 2007)
  52. M. Rayman, « Dawn: mission description », UCLA — IGPP Space Physics Center,‎ 13 juillet 2006 (consulté le 11 novembre 2007)

Éphémérides[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 25 janvier 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.