(54509) YORP

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

(54509) YORP

Description de cette image, également commentée ci-après

Image radar et modélisation 3D

Caractéristiques orbitales
Époque 14 mai 2008 (JJ 2454600.5)[1]
Demi-grand axe (a) 1,50405×108 km[1]
(1,00538 ua)
Aphélie (Q) 1,85007×108 km[1]
(1,23667 ua)
Périhélie (q) 1,15804×108 km[1]
(0,77411 ua)
Excentricité (e) 0,23004[1]
Période de révolution (Prév) 368,213 j[1]
(1,01 a)
Inclinaison (i) 1,60064°[1]
Nœud ascendant (Ω) 278,391°[1]
Argument du périhélie (ω) 278,609°[1]
Anomalie moyenne (M0) 358,462°[1]
Catégorie astéroïde Apollon
Caractéristiques physiques
Dimensions 114 m[2]
Période de rotation (Prot) 0,00845 j[3]
(12' 10,2")
Magnitude absolue (M) 22,562[1]
Découverte
Découvreur LINEAR
Date 3 août 2000
Désignation 2000 PH5

(54509) YORP, anciennement dénommé 2000 PH5, est un astéroïde Apollon découvert par le projet LINEAR le 3 août 2000. L'analyse de la rotation de l'objet a permis pour la première fois de mettre en évidence l'effet YORP.

Passages à proximité de la Terre[modifier | modifier le code]

(54509) YORP est un objet géocroiseur ayant une période orbitale très proche d'une année, il décrit relativement à la Terre une orbite en fer à cheval. Il s'approche donc de part et d'autre de la Terre environ tous les 100 ans. Il fit huit passages proches de 1999 à 2006 à chaque fois vers fin juillet, au plus près à 4,5 distances Terre-Lune en 2002. Il ne présente pas de risque de collision pour les 2000 prochaines années[4].

Ses caractéristiques orbitales font penser qu'il fut à l'origine un objet éjecté du système Terre-Lune[5].

Effet YORP[modifier | modifier le code]

En 2002, D. Vokrouhlický suggéra qu'avec une mesure de rotation précise à 10-5, il serait possible de mettre en évidence l'effet YORP sur cet astéroïde. Les données d'observations de cette année étaient légèrement différentes de celles de 2001 et confortèrent cette hypothèse.

En 2007, à l'issue de 4 années d'observations menées par Stephen Lowry et Alan Fitzsimmons et impliquant des télescopes optiques du monde entier, on estima que l'accélération de la période de rotation était d'environ 1 ms/an[2].

Une campagne d'observations radar fut programmée pour 2003 au radiotélescope d'Arecibo mais ne put avoir lieu à cause d'une panne[5], elle dut être reportée à 2004 et permit alors d'avoir un modèle en 3D de l'astéroïde. Ce modèle permit de confirmer par simulation informatique que cette accélération était conforme avec l'effet théoriquement prévu[6] et que les forces de marée subies lors du passage à proximité de la Terre ne pouvaient pas en être la cause[7].

D'autres simulations informatiques prédirent que l'astéroïde conservera une orbite héliocentrique stable pendant encore 35 millions d'années au terme desquelles sa période de rotation sera descendue à 20 s[2], il aura entretemps changé de morphologie ou été disloqué en un système binaire.

L'effet Yarkovsky, dont dérive l'effet YORP et qui affecte l'orbite des astéroïdes, avait déjà été mis en évidence avec (6489) Golevka[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « 54509 YORP (2000 PH5) », JPL Small-Body Database Browser (consulté le 2008-07-11)
  2. a, b et c (en) « The YORP Effect Detected on Near-Earth Asteroid 2000 PH5 », Isaac Newton Group of Telescopes,‎ 2007 (consulté le 2008-07-11)
  3. (en) P.A. Taylor, J.L. Margot et al., The Increasing Spin Rate of Asteroid (54509) 2000 PH5: A Result of the YORP Effect, 38th Lunar and Planetary Science Conference, Lunar and Planetary Institute,‎ mars 2007 (lire en ligne), p. 2229
    contribution n°1338
  4. (en) Don Yeomans, « Asteroid 2000 PH5: Earth's Annual Visitor », JPL,‎ 2002 (consulté le 2008-07-11)
  5. a et b (en) « 2000 PH5 », Université Cornell,‎ 2003 (consulté le 2008-07-11)
  6. (en) « Solar Power at Play - Observing the Spin-Up of an Asteroid », ESO,‎ 2007 (consulté le 2008-07-11)
  7. (en) « Asteroids spin at YORP speed, thanks to the effects of sunlight, Cornell and Belfast astronomers discover », Université Cornell,‎ 2007 (consulté le 2008-07-11)
  8. (en) « NASA Scientists Use Radar to Detect Asteroid Force », JPL,‎ 2003 (consulté le 2008-07-12)

Liens externes[modifier | modifier le code]