(50000) Quaoar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

(50000) Quaoar

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Vue d'artiste de Quaoar et de sa lune Weywot.

Caractéristiques orbitales
Époque 14 juillet 2004 (JJ 2453200,5)
Basé sur ? observations couvrant ?, U = ?
Demi-grand axe (a) 6,489054×109 km
(43,377 ua)
Aphélie (Q) 6,711620×109 km
(44,864 ua)
Périhélie (q) 6,266487×109 km
(41,889 ua)
Excentricité (e) 0,034
Période de révolution (Prév) 104 347,575 j
(285,69 a)
Vitesse orbitale moyenne 4,52 km/s
Inclinaison (i) 7,984°
Nœud ascendant (Ω) 188,799°
Argument du périhélie (ω) 155,925°
Anomalie moyenne (M0) 272,304°
Catégorie Objet massif de la ceinture de Kuiper, cubewano
Caractéristiques physiques
Dimensions ~1170 km
Masse (m) ~1,0×1021 kg
Masse volumique (ρ) ~1 000 kg/m3
Gravité équatoriale à la surface (g) 0,17 m/s2
Période de rotation (Prot) 0,736617 j
Classification spectrale ?
Magnitude absolue (M) 2,6
Albédo (A) 0,07 ?
Température (T) ~59 K
Découverte
Découvreur Chadwick Trujillo et
Michael E. Brown
Date 4 juin 2002
Nommé d'après Quaoar
Désignation 2002 LM60

(50000) Quaoar est un objet massif de la ceinture de Kuiper découvert en 2002 par les astronomes Chadwick (Chad) A. Trujillo et Michael (Mike) E. Brown de l'Institut de technologie de Californie, localisé à Pasadena. Sa désignation temporaire fut 2002 LM60.

Son diamètre estimé est de 1 280 kilomètres, ce qui faisait de lui, lors de sa découverte, le plus grand planétoïde du Système solaire.

C'est également un astéroïde hadéocroiseur (croise l'orbite de Pluton).

Sa découverte fut un argument de plus pour les opposants au statut de planète de Pluton. Ils estimaient à juste titre que la ceinture de Kuiper pourrait contenir plus d'une dizaine d'objets de la taille de Quaoar.

Depuis, des objets encore plus grands ont été découverts : (90482) Orcus, (90377) Sedna et enfin (136199) Éris en 2005.

Quaoar est probablement composé d'un agrégat de roches et de glace, celle-ci ayant probablement disparu de la surface comme l'indique son albédo de 0,07.

Nom et numérotation[modifier | modifier le code]

Quaoar.jpg

Son nom provient d'une divinité amérindienne, l'esprit créateur en mythologie du peuple Tongva (San Gabrielino), et suit la tradition de nommer ces objets lointains de façon à évoquer les origines ultimes ou le froid[1].

Le fait que cet astéroïde ait un numéro rond n'est pas une coïncidence. Le MPC (Minor Planet Center) est l'organisme mondial chargé de compiler les orbites de tous les astres errants tels les astéroïdes et les comètes. Il accorde une numérotation à un astéroïde lorsque son orbite est suffisamment bien connue pour qu'il ne puisse plus être perdu. Les numérotations sont faites par blocs lors de l'inclusion dans le catalogue officiel, ils peuvent donc donner des numéros ronds aux objets remarquables.

Image de (50000) Quaoar

Cryovolcanisme[modifier | modifier le code]

En 2004, les scientifiques ont été surpris de trouver des signes de glace cristalline sur Quaoar, ce qui indique que sa température s'est élevée au-dessus de -160 ° C (110 K ou -260 ° F) à un moment donné il y a moins de dix millions d'années[2].

De nombreuses spéculations circulent quant à ce qui aurait pu causer le réchauffement de Quaoar de sa température naturelle de -220 ° C (55 K, soit -360 ° F). Certains ont émis l'hypothèse qu'un amas de mini-météorites aurait pu augmenter la température.

La théorie la plus discutée propose qu'un cryovolcanisme peut être stimulé par la désintégration d'éléments radioactifs au sein de Quaoar[3]. De la glace d'eau cristalline a également été trouvée sur Hauméa, mais en plus grande quantité, ce qui est sans doute la cause de l'albédo très élevé de cet objet (0,7)[4].

Des observations plus précises du spectre proche infrarouge effectuées en 2007 ont indiqué la présence de 5 % de méthane et d'éthane qui sont volatils.

Les deux modèles et les observations donnent à penser que seuls quelques corps plus vastes (Pluton, Eris, Makemake) peuvent retenir les glaces volatiles tandis que la population dominante des objets de la ceinture de Kuiper les a perdus. Quaoar, avec seulement de petites quantités de méthane, semble être dans une catégorie intermédiaire[5].

Orbite[modifier | modifier le code]

Orbite de (50000) Quaoar

Quaoar suit une orbite presque circulaire, peu inclinée, bien plus planétaire que Pluton comme illustré par la vue polaire. Les sphères montrent les positions des objets en avril 2006, leurs tailles et leurs couleurs relatives. Les périhélies et les aphélies sont marqués avec les dates des passages.

Quaoar est classé comme un objet transneptunien classique, son orbite toutefois est exceptionnelle parmi les grands cubewanos qui suivent typiquement des orbites plus inclinées et plus excentriques (voir cubewanos pour la comparaison des orbites). À 43 ua et sur une orbite presque circulaire, Quaoar est à l'abri des perturbations causées par Neptune, contrairement à Pluton qui doit la stabilité de son orbite à la résonance orbitale.

Quaoar et Pluton - vue polaire.
Quaoar et Pluton - vue de l'écliptique.

Taille[modifier | modifier le code]

En 2004, le diamètre de Quaoar a été estimé à 1 260 km[6]. Au moment de sa découverte en 2002, il s'agissait du plus gros objet trouvé dans le Système solaire depuis la découverte de Pluton. Il représente environ un dixième du diamètre de la Terre, un tiers du diamètre de la Lune ou la moitié de la taille de Pluton.

Quaoar a ensuite été largement dépassé par Eris, Sedna, Hauméa, et Makémaké. En outre, Orcus fut aussi découvert avec un diamètre certainement plus important que celui de Quaoar.

Quaoar est le premier corps trans-neptunien à être étudié directement à partir du télescope spatial Hubble. En comparant attentivement cette image avec les images des étoiles en arrière-plan et en utilisant un modèle sophistiqué de l'optique TVH, Brown et Trujillo ont pu trouver un meilleur ajustement de la taille du disque. Cette méthode a été appliquée également pour mesurer la taille d'Éris.

Les relevés de ce satellite suggèrent un diamètre inférieur à 1 100 km[7].

Satellite[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Weywot.
Vue d'artiste du satellite de Quaoar.

La découverte d'un satellite de Quaoar a été annoncée dans IAUC 8812 le 22 février 2007. L'orbite de ce satellite doit encore être calculée. Le satellite a été trouvé à 0,35 arcsec de Quaoar avec la différence de magnitude de 5,6. Assumant un albédo semblable à celui du principal, la magnitude suggère un diamètre de 100 km.
Michael E. Brown a proposé que le nom de Weywot[8] qui a été officialisé le 12 novembre 2009. Il s'agit, dans la mythologie du peuple Tongva, du fils de Quaoar.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=50000 Fiche de la NASA
  2. ncbi.nlm.nih.gov
  3. « ifa.hawaii.edu » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  4. The Surface of 2003 EL61 in the Near Infrared. The Astrophysical Journal, 655 (Feb. 2007), p. 1172-1178
  5. arxiv.org
  6. dx.doi.org
  7. adsabs.harvard.edu
  8. « searchmagazine.org » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael E. Brown and Chadwick A. Trujillo Direct Measurement of the Size of the Large Kuiper Belt Object (50000) Quaoar The Astronomical Journal, 127 (2004), pages 2413–2417 Reprint
  • (en) Jewitt DC, Luu J Crystalline water ice on the Kuiper belt object (50000) Quaoar. Nature, 432 (2004), p. 731. « Reprint » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site de Jewitt (pdf)

Annexes[modifier | modifier le code]

Lecture approfondie[modifier | modifier le code]

  • Alain Doressoundiram et Emmanuel Lellouch, Aux Confins du Système solaire,‎ 2008 [détail des éditions]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]