Groupe local

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Groupe local
Données d’observation - Époque
Ascension droite
Déclinaison
Coordonnées galactiques
Constellation
Magnitude apparente (V)
Type Groupe de galaxies
Magnitude absolue (V)
Masse M

Le Groupe local est l’ensemble d’une quarantaine de galaxies auquel appartient la Voie lactée. Son diamètre est d’environ 3 millions de parsecs (soit environ 10 millions d'années-lumière). Le Groupe local semble être un représentant typique des groupes de galaxies qui se trouvent dans l’univers. Il possède à peu près tous les types usuels de galaxies, à l’exception des galaxies elliptiques géantes qui ne sont jamais présentes dans des structures aussi petites.

Voici une localisation des principales galaxies du Groupe local :

Sextans B Sextans A Voie lactée Leo I Galaxie naine du Grand Chien Leo II NGC 6822 Phénix (galaxie naine) Toucan (galaxie naine) Galaxie de Wolf-Lundmark-Melotte Baleine (galaxie naine) IC 1613 Sagittaire (galaxie naine irrégulière) Verseau (galaxie naine) Galaxie du Triangle NGC 185 NGC 147 IC 10 Galaxie d'Andromède NGC 205 Leo A NGC 3109 Galaxie naine de la Machine pneumatique Galaxie naine des Poissons Pégase (galaxie naine) Andromeda II Andromeda III Andromeda I
À propos de cette image
Carte interactive du Groupe local. Cliquer sur les galaxies elles-mêmes — et non sur leur libellé — pour accéder à leur page.

Historique[modifier | modifier le code]

D'après l'historien des sciences américain Steven J. Dick (en)[1], l'expression « Groupe local » est due à l'astronome allemand Walter Baade qui l'utilisa, le premier, en 1935, dans une publication relative à l'amas globulaire NGC 2419[2].

L'expression est reprise, dès 1936, par l’astronome américain Edwin Hubble, dans le chapitre VI de son ouvrage The Realm of Nebulae[3]. Hubble recense huit galaxies — la Voie lactée, le Grand Nuage de Magellan (LMC), le Petit Nuage de Magellan (SMC), la galaxie d'Andromède (M31), M32, NGC 205, la galaxie du Triangle (M33), la galaxie de Barnard (NGC 6822) et IC 1613 — et trois membres potentiels — IC 10 ainsi que NGC 6946 et IC 342. Alors que l'appartenance d'IC 10 au Groupe local sera établie en 1996[4], IC 342 en sera exclue en 2000[5].

D'après Dick, c'est Baade qui utilisa, le premier, en 1944, l'expression « Groupe local de galaxies », dans une publication établissant l'appartenance au Groupe local de la galaxie irrégulière NGC 147 et de la galaxie naine sphéroïdale NGC 185[6].

En 1963, Baade porte à dix-huit le nombre de galaxies du Groupe local, en ajoutant à la liste les galaxies du Dragon (Draco), du Fourneau (Fornax), du Lion I (Leo I), du Lion II (Leo II), du Sculpteur (Sculptor) et de la Petite Ourse (Ursa Minor) ainsi que la galaxie IC 5152[7] qui en sera exclue en 1999[8].

Entre 1963 et 2000, la découverte de plusieurs galaxies naines fait passer le nombre à 38, avec un taux de découverte à peu près constant de quatre galaxies par décennie.

Le nombre exact de galaxies du Groupe local est incertain du fait des difficultés de détection de ses membres les moins lumineux, et de l’incertitude sur l’extension physique réelle du Groupe local.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les deux membres principaux de ce groupe sont la galaxie d’Andromède (M31) et notre galaxie, chacune d’elles possédant son propre système de galaxies satellites.

Autour de la Voie lactée, gravitent les deux nuages de Magellan et les galaxies du Grand Chien, du Sagittaire, de la Petite Ourse, du Dragon, de la Carène, du Sextant, du Sculpteur, du Fourneau, du Lion I, du Lion II et du Toucan. La galaxie naine du Grand Chien est la galaxie la plus proche de la nôtre, à environ 25 000 années-lumière de distance.

Le système d’Andromède comprend M32, la M33, M110, NGC 147, NGC 185, Andromeda I, Andromeda II, Andromeda III et Andromeda IV. La galaxie du Triangle (M33), la troisième plus grande galaxie du Groupe local, possède probablement la galaxie naine des Poissons comme satellite.

Les autres membres du Groupe local sont gravitationnellement indépendants de ces larges sous-groupes.

Membres[modifier | modifier le code]

La liste suivante énumère les membres du Groupe local, classés par distance croissante de la Terre :

Galaxie Classe Type Distance Sous-groupe Luminosité
(millions de soleils)[9]
La Voie lactée (notre galaxie) Spirale Sb 0 Voie lactée 8 300
Galaxie naine du Grand Chien Irrégulière Irr environ 7,7 kpc (∼25 100 a.l.) Voie lactée 20
SagDEG Naine elliptique dSph(t) environ 24,4 kpc (∼79 600 a.l.) Voie lactée 18
Grand Nuage de Magellan Irrégulière Irr/SB(s)m environ 48,5 kpc (∼158 000 a.l.) Voie lactée 2 100
Galaxie naine du Bouvier Naine sphéroïde dSph 60±6 kpc (∼196 000 a.l.) Voie lactée ?
Petit Nuage de Magellan Irrégulière SB(s)m pec 61±3 kpc (∼199 000 a.l.) Voie lactée 580
Galaxie naine de la Petite Ourse Naine sphéroïde dE4 environ 63 kpc (∼205 000 a.l.) Voie lactée 0,3
Galaxie naine du Dragon Naine sphéroïde dE0 pec 80±10 kpc (∼261 000 a.l.) Voie lactée 0,3
Galaxie naine du Sextant Naine sphéroïde dE3 86±6 kpc (∼280 000 a.l.) Voie lactée 0,5
Galaxie naine du Sculpteur Naine sphéroïde dE3 environ 87 kpc (∼284 000 a.l.) Voie lactée 2,2
Galaxie naine de la Carène Naine sphéroïde dE3 environ 100 kpc (∼326 000 a.l.) Voie lactée 0,4
Galaxie naine du Fourneau Naine sphéroïde dSph/E2 138±8 kpc (∼450 000 a.l.) Voie lactée 16
Leo II Naine sphéroïde dE0 pec 210±15 kpc (∼685 000 a.l.) Voie lactée 0,6
Leo I Naine sphéroïde dE3 250±25 kpc (∼815 000 a.l.) Voie lactée 4,8
Galaxie naine du Phénix Irrégulière Irr environ 396 kpc (∼1,29 millions d' a.l.) Voie lactée ?
Galaxie de Barnard Naine elliptique IB(s)m IV-V 500±10 kpc (∼1,63 millions d' a.l.) 94
NGC 185 Naine sphéroïde dE3 pec 660±30 kpc (∼2,15 millions d' a.l.) Andromède 130
NGC 147 Naine elliptique dE5 pec 660±30 kpc (∼2,15 millions d' a.l.) Andromède 130
IC 10 Irrégulière dIrr IV/BCD 660±60 kpc (∼2,15 millions d' a.l.) ?
Leo A Irrégulière IBm V 690±60 kpc (∼2,25 millions d' a.l.) Voie lactée
ou NGC 3109
3
Andromeda II Naine sphéroïde dE0 environ 700 kpc (∼2,28 millions d' a.l.) Andromède 2.4
IC 1613 Irrégulière IAB(s)m V 725±35 kpc (∼2,36 millions d' a.l.) Andromède/LC 64
Andromeda III Naine sphéroïde dE2 760±70 kpc (∼2,48 millions d' a.l.) Andromède 1.1
Galaxie naine de Cassiopée Naine sphéroïde dSph 760±70 kpc (∼2,48 millions d' a.l.) Andromède 5.7
M32 Elliptique E2 763±24 kpc (∼2,49 millions d' a.l.) Andromède 380
Galaxie naine des Poissons Irrégulière dIr/dSph 769±25 kpc (∼2,51 millions d' a.l.) Andromède
ou Triangle
1.3
Galaxie naine de la Baleine Naine sphéroïde dSph/E4 775±50 kpc (∼2,53 millions d' a.l.) ?
Galaxie d’Andromède (M31) Spirale SA(s)b I-II 778±17 kpc (∼2,54 millions d' a.l.) Andromède 25 000
Andromeda I Naine sphéroïde dE3 pec? 810±30 kpc (∼2,64 millions d' a.l.) Andromède 4.7
Andromeda V Naine sphéroïde dSph 810±45 kpc (∼2,64 millions d' a.l.) Andromède ?
M110 Elliptique E5 pec 830±35 kpc (∼2,71 millions d' a.l.) Andromède 370
Galaxie du Triangle (M33) Spirale SA(s)cd II-III 847±60 kpc (∼2,76 millions d' a.l.) Andromède
ou Triangle
3 000
Galaxie naine du Toucan Naine sphéroïde dE5 870±60 kpc (∼2,84 millions d' a.l.) ?
Wolf-Lundmark-Melotte Irrégulière Ir+ 930±30 kpc (∼3,03 millions d' a.l.) 500
Andromeda VI Naine sphéroïde dSph environ 955 kpc (∼3,11 millions d' a.l.) Andromède ?
Galaxie naine du Verseau Naine elliptique Im V 1 025±50 kpc (∼3,34 millions d' a.l.) ?
DDO 216
également nommée : Pegasus, PegDIG
Naine irrégulière SB(s)m pec 1,07±0,05 Mpc (∼3,49 millions d' a.l.) Voie lactée 12
SagDIG Irrégulière IB(s)m V environ 1 300 kpc (∼4,24 millions d' a.l.) 6.9

Localisation dans l'univers[modifier | modifier le code]

Le Groupe local forme un ensemble considéré comme typique de quelques dizaines de galaxies. Cet ensemble interagit faiblement avec ses voisins, tels le Groupe IC 342/Maffei, le Filament du Sculpteur ou le Nuage des Chiens de Chasse. Tous sont situés en périphérie d'un amas de galaxies relativement massif, appelé amas de la Vierge (parfois, quoique rarement appelé Amas local). L'Amas de la Vierge est lui-même le centre d'une structure plus vaste appelée Superamas de la Vierge (ou superamas local). L'appartenance au sens strict du Groupe local à l'Amas de la Vierge est ambiguë du fait de sa distance à celui-ci. Le Groupe local s'éloigne aujourd'hui de l'amas de la Vierge (du fait de l'expansion de l'Univers), mais il n'est pas exclu que la masse du Superamas local dans sa totalité et la proximité de ce dernier soient à terme suffisantes pour retenir le Groupe local et le faire tomber sur lui.

Position du Groupe local dans le Superamas de la Vierge.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Steven J. Dick, Discovery and Classification in Astronomy : Controversy and Consensus, New York, Cambridge University Press,‎ 2013 (1re éd.), XVI-458 p. (ISBN 978-1-107-03361-0, OCLC 827197381, notice BnF no FRBNF43871943)
  2. (en) Walter Baade, « The Globular Cluster NGC 2419 », Astrophysical Journal, vol. 82,‎ 1935, p. 396-412 (DOI 10.1086/143687, Bibcode 1935ApJ....82..396B, lire en ligne [gif]) : « galaxy and the nearest extra-galactif systems form what may be termed a local groupe of nebulae ».
    L'article a été réimprimé dans (en) Contributions from the Mount Wilson Observatory / Carnegie Institution of Washington, vol. 529,‎ 1935, 1-17 p. (Bibcode 1935CMWCI.529....1B).
  3. (en) Edwin P. Hubble, The Realm of Nebulae, New Haven, Yale University Press,‎ 1936, XVII-207 p. (ISBN 0-300-02500-9, OCLC 7876375), chap. VI (« The Local Group »), p. 124-151
  4. (en) Christine D. Wilson, Douglas L. Welch, I. Neill Reid, A. Saha et John Hoessel, « The Distance To IC 10 From Near-Infrared Observations of Cepheids », Astrophysical Journal, vol. 111, no 3,‎ mars 1996, p. 1106- (DOI 10.1086/117856, Bibcode 1996AJ....111.1106W, arXiv astro-ph/9510114, lire en ligne [gif])
  5. (en) Igor D. Karachentsev, Margarita E. Sharina et Walter K. Huchtmeier, « A group of galaxies around the giant spiral NGC 6946 », Astronomy and Astrophysics, vol. 362,‎ octobre 2000, p. 544-556 (Bibcode 2000A&A...362..544K, arXiv astro-ph/0010148, lire en ligne [gif])
  6. (en) Walter Baade, « NGC 147 and NGC 185, Two New Members of the Local Group of Galaxies », Astrophysical Journal, vol. 100,‎ septembre 1944, p. 147-150 (DOI 10.1086/144651, Bibcode 1944ApJ...100..147B, lire en ligne [gif])
  7. (en) Walter Baade, Evolution of Stars and Galaxies, Cambridge, Harvard University Press,‎ 1963, XIII-321 p. (OCLC 715285076, Bibcode 1963esag.book.....B), p. 24 lire en ligne [html] (consulté le 31 octobre 2014)
  8. (en) Albert A. Zijlstra et Dante Minniti, « A Dwarf Irregular Galaxy at the Edge of the Local Group : Stellar Populations and Distance of IC 5152 », Astronomical Journal, vol. 117, no 4,‎ avril 1999, p. 1743-1757 (DOI 10.1086/300802, Bibcode 1999AJ....117.1743Z, arXiv arXiv:astro-ph/9812330, lire en ligne)
  9. H. Couper et N. Henbest Encyclopedia of Space Dorling Kindersley, 2011. p. 209

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]