(87) Sylvia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sylvia.

(87) Sylvia

Description de cette image, également commentée ci-après

Photomontage montrant les positions de Remus et Romulus autour de (87) Sylvia

Caractéristiques orbitales
Époque 18 août 2005 (JJ 2453600,5)
Demi-grand axe (a) 522,135×106 km
(3,490 ua)
Aphélie (Q) 563,729×106 km
(3,768 ua)
Périhélie (q) 480,540×106 km
(3,212 ua)
Excentricité (e) 0,080
Période de révolution (Prév) 2 381,639 j
(6,521 a)
Vitesse orbitale moyenne 15,92 km/s
Inclinaison (i) 10,856°
Nœud ascendant (Ω) 73,330°
Argument du périhélie (ω) 266,048°
Anomalie moyenne (M0) 53,356°
Catégorie Ceinture d'astéroïdes
(Cybèle)
Caractéristiques physiques
Dimensions 384×264×232 km
Masse (m) 1,478×1019 kg
Masse volumique (ρ) 1200 kg/m3
Gravité équatoriale à la surface (g) 0,048 m/s2
Vitesse de libération 0,12 km/s
Période de rotation (Prot) 0,2160 j
(5,184 h)
Classification spectrale X
(Bus & Binzel, 2002)
Magnitude absolue (M) 6,94
Albédo (A) 0,043
Température (T) ~151 K
Découverte
Découvreur Norman Robert Pogson
Date 16 mai 1866
Désignation A909 GA

(87) Sylvia est l'un des plus grands astéroïdes de la ceinture principale et le premier astéroïde découvert à posséder un système composé de deux lunes astéroïdales comme satellites naturels.

Il a été découvert par Norman Robert Pogson le 16 mai 1866.

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

(87) Sylvia est d'une couleur très sombre et a probablement une composition primaire. La découverte de ses satellites a permis des mesures très précises sur sa masse et de sa densité, qui est d'ailleurs extrêmement faible et indique que l'astéroïde est très poreux. Son volume doit être composé d'environ 60 % de vide.

Sa vitesse de rotation sur lui même est très rapide et est de l'ordre de 5,18 heures (ses autres caractéristiques physiques sont détaillés dans le tableau ci-contre).

Nom[modifier | modifier le code]

L'origine de ce nom est l'objet d'une polémique. Deux hypothèses s'affrontent :

Satellites[modifier | modifier le code]

(87) Sylvia est le premier astéroïde connu qui possède au moins deux satellites naturels. Ces derniers furent probablement créés par une collision et il est possible qu'il existe d'autres satellites autour de (87) Sylvia, trop petits pour pouvoir être actuellement détectés.

(87) Sylvia I Romulus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Romulus (lune).

Le premier satellite, Romulus, a été découvert le 18 février 2001 par Michael E. Brown et Jean-Luc Margot grâce au télescope Keck II de l'observatoire du Mauna Kea à Hawaii[1]

Il mesure environ 18±4 km de diamètre, orbite à une distance de 1 356±5 km de (87) Sylvia et effectue une révolution complète en 3,6496±0,0007 jours (87,59 heures).

(87) Sylvia II Rémus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rémus (lune).

Le deuxième satellite, Rémus a été découvert le 9 août 2005 par Franck Marchis (de l'université de Californie à Berkeley) et Pascal Descamps, Daniel Hestroffer et Jérome Berthier (de l'Observatoire de Paris), grâce à un des 4 télescopes de 8,2 mètres du Very Large Telescope (VLT) de l'Observatoire européen austral (ESO)[2]

Il mesure environ 7±2 km de diamètre, orbite à 706±5 km du primaire et effectue une révolution complète en 1,3788±0,000733 jours (33,09 heures).

Occultations[modifier | modifier le code]

Le 6 janvier 2013 Sylvia, ainsi que Romulus, passe devant l'étoile TYC 1856-00745-1. Ce phénomène est observé depuis la France. Il permet de déduire une densité de 1,3 g/cm3 pour cet astéroïde[3],[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. Margot, J. L.; Brown, M. E.; Discovery and characterization of binary asteroids 22 Kalliope and 87 Sylvia, American Astronomical Society, DPS meeting #33, #52.02 (2001)
  2. Marchis, F.; Descamps, P.; Hestroffer, D.; et Berthier, J.; Discovery of the triple asteroidal system 87 Sylvia, Nature, n°436, (2005) pp. 822-824
  3. Occultation of TYC 1856-00745-1 by (87) Sylvia on 2013 Jan 6
  4. Sylvia était au rendez-vous, Ciel & Espace, Mars 2013
  • Marie-Claude Paskoff, « L'affaire SYLVIA », L'Astronomie, vol. 120,‎ janvier 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]