Planète chthonienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue d'artiste de CoRoT-7 b.
Vue d'artiste de HD 209458 b transitant devant son étoile.

Une planète chthonienne (ou chtonienne) est une géante gazeuse dont l'atmosphère d'hélium et d'hydrogène s'est évaporée du fait de sa proximité avec son étoile. L'astre résultant n'est plus qu'un noyau rocheux ou métallique ressemblant à une planète tellurique sous bien des aspects[1].

Cette catégorie de planètes a été proposée après la découverte d'HD 209458 b (alias Osiris) dont l'atmosphère est en cours d'évaporation, même si elle ne devrait pas devenir une telle planète dans un proche avenir.

CoRoT-7 b pourrait être la première planète chthonienne découverte[2],[3].

Certains scientifiques ont suggéré que Mercure pourrait être une planète chthonienne, mais cette position n'est guère acceptée. Aujourd'hui aucune planète de ce type n'est connue de façon certaine et cette classe reste un concept théorique.

En analysant les données du satellite Kepler de la NASA sur les pulsations de l'étoile KIC 05807616, une équipe d'astrophysiciens a publié dans la revue Nature du 22 décembre 2011 (édition papier) la possible découverte de telles planètes[4],[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hébrard G., Lecavelier Des Étangs A., Vidal-Madjar A., Désert J.-M., Ferlet R. (2003), Evaporation Rate of Hot Jupiters and Formation of Chthonian Planets, Extrasolar Planets: Today and Tomorrow, ASP Conference Proceedings, Vol. 321, held 30 June - 4 July 2003, Institut d'astrophysique de Paris, France. Edited by Jean-Philippe Beaulieu, Alain Lecavelier des Étangs and Caroline Terquem.
  2. (en) « Exoplanets Exposed to the Core », AstroBiology Magazine,‎ 2009-04-25 (consulté le 2009-07-13)
  3. (en) « Super-Earth 'began as gas giant' », BBC News,‎ 10 January 2010 (consulté le 2010-01-10)
  4. (en) « A compact system of small planets around a former red-giant star », sur Nature (revue),‎ 21 décembre 2011 (consulté le 24 mars 2013)
  5. « Les exoplanètes de tous les records », sur INSU,‎ 21 décembre 2011 (consulté le 24 mars 2013)