Dysnomie (lune)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dysnomie (homonymie).
Dysnomie
(136108) Éris I
Dysnomia
Image illustrative de l'article Dysnomie (lune)
Éris et sa lune Dysnomie.
Type Satellite naturel
de (136199) Éris
Caractéristiques orbitales
(Époque J2000.0)
Demi-grand axe 30 000 km
Excentricité ?
Période de révolution ~ 14 d
Inclinaison ?°
Caractéristiques physiques
Dimensions 300 à 400 km
Masse ? kg
Masse volumique moyenne ? x103 kg/m³
Gravité à la surface ? m/s2
Période de rotation 203 603 d
(557,4 ans)
Albédo moyen ?
Température de surface K
Caractéristiques de l'atmosphère
Pression atmosphérique ?
Découverte
Découvert par Michael E. Brown
Découverte Septembre 2005
Désignation(s) provisoire(s) S/2005 (2003 UB313) 1

Dysnomie, officiellement désigné comme (136199) Eris I Dysnomia soit (136199) Éris I Dysnomie en français, est un satellite naturel de la planète naine (136199) Éris, le seul connu à ce jour.

Découverte[modifier | modifier le code]

Dysnomie a été découvert en septembre 2005 par le télescope Keck II qui avait effectué des recherches sur les quatre objets de la ceinture de Kuiper les plus brillants : Pluton, Éris, Makémaké et Hauméa. L'annonce en a été faite en octobre 2005.

Il fut d'abord désigné sous le nom provisoire de « S/2005 (2003 UB313) 1 », type de dénomination utilisée pour un satellite. Puis « 2003 UB313 » reçut le nom officieux de « Xéna », du nom d'une guerrière d'une série télévisée. L'équipe décida alors de nommer le satellite « Gabrielle », du nom de la compagne du personnage de la série. Enfin, 2003 UB313 reçut son nom définitif, (136199) Éris, et « S/2005 (2003 UB313) 1 » reçut le nom officiel de « Dysnomie » (officiellement Éris I Dysnomie) en septembre 2006, du nom d'une déesse grecque fille de la déesse Éris. Les noms concurrents étaient : Nox, Éris (finalement attribué à la planète naine) et Boréas[1].

Les noms d'Éris, déesse de la Discorde, et Dysnomie, déesse de l'Anarchie, furent choisis car leur découverte conduisit à la déchéance de Pluton du statut de planète, ainsi qu'au débat sur la définition des corps du Système solaire. Aussi, puisque Dysnomia (l'Anarchie) se traduit en anglais par lawlessness, on aperçoit un clin d'œil au surnom officieux « Xéna », personnage incarné par l'actrice Lucy Lawless.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Sa luminosité est environ 60 fois plus faible que celle d'Éris, et son diamètre est estimé à environ 300 ou 400 km. Ces observations indiquent que Dysnomie orbite à une distance de 37 370 km de sa planète. La combinaison des observations de Hubble et de Keck a été utilisée pour estimer la masse d'Eris.

La masse du système est estimée à 1,27 fois celle de Pluton, pour une période de 14 jours.

Conséquences de la découverte[modifier | modifier le code]

Avec la découverte de Dysnomie, il est désormais établi que trois des quatre plus gros objets de la ceinture de Kuiper possèdent un satellite de taille respectable (c'est le cas d'Éris, d'Hauméa et de Pluton ; seul Makémaké ne semble pas en posséder).

A contrario, seuls 10 % des objets les moins lumineux de la ceinture de Kuiper possèdent un satellite. Ceci pourrait induire que les collisions entre les objets de plus de 1 000 km de diamètre étaient relativement courantes par le passé, les impacts projetant une quantité importante de matériaux qui se seraient agrégés en satellites.

Formation[modifier | modifier le code]

Dans le passé, les collisions entre les objets de Kuiper étaient plus fréquentes. Il est probable que ce satellite ait été créé suite à une collision et qu'il soit un fragment d'Éris. Un mécanisme similaire est considéré comme ayant conduit à la formation de la Lune, lorsque la Terre a été frappée par un planétoïde au début de l'histoire du système solaire.

La famille de Kuiper[modifier | modifier le code]

Famille de Kuiper avec les satellites.

Dysnomie est un des nombreux « satellites de Kuiper » : Orcus et Quaoar en possèdent un chacun, Hauméa en possède deux, ainsi que de nombreux autres corps de la ceinture.

Seuls Dysnomie (satellite d'Éris), Nix, Hydra, Kerbéros et Styx (satellites de Pluton) et Hiʻiaka et Namaka (satellites de Hauméa) font partie des satellites des planètes naines, Charon étant plus le « double » de Pluton qu'un satellite naturel et Makémaké et Cérès n'ayant quant à eux pas de satellites apparents.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ciel et Espace, octobre 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]