Sainte-Suzanne-et-Chammes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Suzanne.
Sainte-Suzanne-et-Chammes
Vue de Sainte-Suzanne, depuis le Tertre Ganne.
Vue de Sainte-Suzanne, depuis le Tertre Ganne.
Blason de Sainte-Suzanne-et-Chammes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Mayenne
Canton Meslay-du-Maine
Intercommunalité Communauté de communes des Coëvrons
Maire
Mandat
Jean-Pierre Morteveille
2016-2020
Code postal 53270
Code commune 53255
Démographie
Gentilé Arviens(Suzannais et Camélésiens)
Population
municipale
1 333 hab. (2014)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 51″ nord, 0° 21′ 11″ ouest
Altitude Min. 73 m
Max. 220 m
Superficie 44,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de Mayenne
City locator 14.svg
Sainte-Suzanne-et-Chammes

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de Mayenne
City locator 14.svg
Sainte-Suzanne-et-Chammes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Suzanne-et-Chammes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Suzanne-et-Chammes
Liens
Site web www.ste-suzanne.fr

Sainte-Suzanne-et-Chammes est, depuis le , une commune nouvelle française située dans la Mayenne en région Pays de la Loire. Elle est issue du regroupement des deux communes de Sainte-Suzanne et Chammes. Les anciennes communes de Sainte-Suzanne et Chammes sont restées des communes déléguées au sein de la nouvelle commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur les rives de l'Erve et à l'orée de la forêt de la Charnie. Sa situation géographique a longtemps été stratégique au cœur du Maine car elle se situe en lisière des monts des Coëvrons (Alpes mancelles, extrémité sud de la Normandie) et de la plaine d'Anjou, sur laquelle s'ouvre un très vaste panorama. Le point culminant de la commune se situe au Mont-Noir (222 mètres). Plusieurs parties composent la commune de Sainte-Suzanne-et-Chammes : le bourg de Chammes, la Cité médiévale intra-muros, le quartier de la Rivière.

Au nord, on découvre les collines des Coëvrons, depuis la carrière de la Kabylie (Voutré) jusqu'à Bais, par le bois de Crun, le Mont Rochard (350 m) et le Montaigu (291 m). Dans la même direction, les hauteurs du Haut-Rocher (141 m), de Changemer (135 m), puis, à l'ouest, le Montis (130 m) qui séparent le bassin de l'Erve de celui de la Jouanne.

Ces hauteurs, en direction d'Évron, sont séparées de la cité médiévale par une partie basse, une sorte de vaste cuvette qui formait autrefois le Grand étang, aujourd'hui asséché. À l'est, le site du Tertre Ganne, d'où l'on jouit d'un magnifique panorama sur la cité médiévale. Vers Chammes et Vaiges, s'ouvre une immense plaine, au sud vers la Mayenne angevine, à l'ouest vers Laval et les confins de la Bretagne. Au sud, dans la direction de Chammes s'ouvre une immense plaine vers Vaiges et la Mayenne angevine, à l'ouest vers Laval et les confins de la Bretagne. Si l'on regarde vers le sud-est, on découvre la forêt de la Charnie qui sépare Sainte-Suzanne de ses voisines Blandouet, Thorigné-en-Charnie, Saint-Jean-sur-Erve. .

La grande maison de l'Aubépin, quartier de La Rivière à Sainte-Suzanne.

Sainte-Suzanne-et-Chammes appartient au Pays d'art et d'histoire Coëvrons-Mayenne, dont elle abrite le CIAP (Centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine). Sainte-Suzanne est par ailleurs Petite cité de caractère, station verte de vacances, et est classée parmi les Plus beaux villages de France.

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sainte-Suzanne-et-Chammes[1]
Châtres-la-Forêt Évron Voutré
Saint-Léger-en-Charnie Sainte-Suzanne-et-Chammes[1] Torcé-Viviers-en-Charnie
Saint-Jean-sur-Erve Saint-Jean-sur-Erve Blandouet

Les deux bourgs de Sainte-Suzanne et de Chammes sont distants de 2,8 km. Sainte-Suzanne est à 7 km d'Évron, 16 km de Montsûrs, 21 km de Sillé-le-Guillaume, 32 km de Sablé-sur-Sarthe, 35 km de Laval, 48 km du Mans et 88 km d'Angers. Chammes est à 10 km d'Évron, 16 km de Montsûrs, 25 km de Sillé-le-Guillaume, 30 km de Sablé-sur-Sarthe, 33 km de Laval, 55 km du Mans et 85 km d'Angers.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

  • La commune déléguée de Sainte-Suzanne est située sur le flanc nord du synclinal de Laval. Aux schistes précambriens (moulin de La Liaudière) succèdent les poudingues pourprés, base du Cambrien, puis les schistes et calcaires magnésiens (autrefois exploités au Moulin des Erves). Une vaste région schisteuse, également cambrienne, s'étend jusqu'à la crête gréseuse de Sainte-Suzanne. Toute cette partie de la commune, profondément creusée à l'époque éocène, a été remplie par des argiles qui couronnent des grès « à Sabalite » (dont les blocs abondent sur le plateau de La Touche-Piquet).

La crête des grès de Sainte-Suzanne, dans laquelle l'Erve s'est déblayé un étroit et pittoresque passage, traverse la cité de l'est à l'ouest, et, venant du Mont-Noir (222 m), se dirige en s'abaissant graduellement vers la limite occidentale de la commune (121 m).

Le grès rose extrait à Sainte-Suzanne.

Au sud du bourg, sur le flanc méridional de la commune, on retrouve une série identique à celle des Coëvrons (schistes pétrosilicifiés, brèches éruptives et orthophyres), formant une traînée intercalée au milieu des couches cambriennes, et qui s'observe également sur la rive droite de l'Erve, à La Pierre, à Beausoleil et au Coq-hardi. À ces couches succèdent, toujours en suivant la ligne régulière, des grès feldspathiques, et enfin des grès ferrugineux.

  • Au nord-ouest de la commune déléguée de Chammes, brèches pétrosiliceuses cambriennes s'appuyant sur les grès du bois des Montis, qui forment une bande dirigée ouest-est passant à Sainte-Suzanne. À ces brèches succèdent, en se dirigeant vers le sud, des grès feldspathiques, puis des grès ferrugineux en plaquettes (grès de Blandouet) ; ces derniers traversent le bourg de Chammes, près duquel ils affleurent. Ils ont été exploités pour les constructions, auxquelles ils donnaient un aspect particulier du fait de leur couleur brun-rouge.

Plus au sud, on trouve, surmontant les différentes assises cambriennes, le grès armoricain des landes Thébert, puis les schistes ordoviciens des Coulées. Enfin réapparaissent, formant écaille sur ces différents terrains, une nouvelle bande de grès ferrugineux de Blandouet occupant toutes les deux le bois et les landes de Moncor ; la dernière de ces assises forme des rochers pittoresques sur les deux rives de l'Erve, au sud de l'ancienne forge. Au nord de Chammes, du côté des Bruyères et des Aprillés, ainsi que sur la rive gauche de l'Erve, jusqu'aux landes[2] et à la Pierre-à-l'âne[3], épais dépôt quaternaire cachant complètement le sous-sol.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière l'Erve, affluent de la Sarthe.

Climat[modifier | modifier le code]

De type océanique, le climat de la région de Sainte-Suzanne-et-Chammes, au centre-est du département, est proche de celui du reste du département ; la pluviosité et l'ensoleillement ne sont ainsi pas éloignés du climat de la Mayenne et particulièrement de la région de Laval[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Sainte-Suzanne-et-Chammes est principalement traversée par cinq routes départementales :

Par ailleurs, la D 143 relie Sainte-Suzanne à Assé-le-Bérenger, Saint-Georges-sur-Erve et Vimarcé, la D 156 à Saint-Denis-d'Orques et Brûlon (D 49 en Sarthe), la D 560 à Saint-Léger, et la D582 Saint-Jean-sur-Erve à Saint-Léger.

La commune est située à 8 km de la RD 57 (ex-RN 157), Orléans - Rennes, carrefour des Poteaux).

Sainte-Suzanne, dont le site est signalé sur l'autoroute, se trouve à 18 km de l'échangeur 01 (Joué-en-Charnie) et à 13,5 km de l'échangeur 02 (Vaiges) de l'autoroute A81 (E50) (Le Mans - La Gravelle).

Sainte-Suzanne est à 8 km de la gare d'Évron sur la ligne Le Mans - Laval : TER Pays de la Loire.

Gares TGV à Laval (34 km) et au Mans (50 km).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune déléguée de Sainte-Suzanne est couverte par un Plan local d'urbanisme, celle de Chammes par une carte communale. La compétence administrative est exercée depuis 2016 par la Communauté de communes des Coëvrons. Une partie importante de Sainte-Suzanne est par ailleurs couverte depuis 2001 par une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP), référence indispensable au maintien du classement du village parmi les plus beaux villages de France et les petites cités de caractère.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Place de l'Église de Chammes
  • Le château de Sainte-Suzanne, construit sur un promontoire rocheux près d'un bourg dont l'église portait jadis le nom de Saint-Jean de Hautefeuilles, tient son nom, au moment de la christianisation, de sainte Suzanne (Sancta Suzanna, Sanctae Suzannae oppidum), vierge et martyre (fête le 11 août). Des reliques de la sainte auraient été rapportées au Xe siècle. Quand le bourg fut réuni au château, la nouvelle enceinte, comportant château et cité, prit le nom unique de Sainte-Suzanne. Ce fut la première cité de France à prendre ce nom[5].

Selon d'autres hypothèses, d'ailleurs pas nécessairement incompatibles, le nom de « Suzanne » pourrait provenir des origines celtiques de la cité, qui ont laissé leur empreinte à travers un mur vitrifié (env. IXe-Ve siècle avant notre ère). Sans qu'une preuve puisse en être apportée, l'étymologie de Suzanne semble plus naturellement conduire à la source biblique.

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Mont-d'Erve, puis simplement Suzanne. Elle redevient Sainte-Suzanne le 21 prairial an VIII (10 juin 1800)[6]. Le gentilé est : Suzannais.

  • Le village de Chammes serait cité sous la forme villa Calisamen en 840, la forme Chama est attestée en 1125[7]. L'origine de ce toponyme est incertaine. Albert Dauzat émet la possibilité de la racine pré-latine -camm-, renvoyant au pré-celtique -cam-, évoquant une hauteur[7]. Le gentilé des habitants de Chammes est Camélésien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créée par un arrêté préfectoral du 10 octobre 2015 [8], elle est issue du regroupement des communes de Sainte-Suzanne et de Chammes qui sont devenues le 1er janvier 2016 des communes déléguées. Le chef-lieu de la commune nouvelle est fixé au Manoir de la Butte verte, 1 bis rue Jean de Bueil à Sainte-Suzanne.

  • Pour l'histoire des deux communes d'origine, voir les paragraphes "Histoire" de Sainte-Suzanne et de Chammes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Sainte-Suzanne
Blason sainte suzanne mayenne.svg Blason Écartelé, au 1er de France à la bordure de gueules chargée de XVI besants d'argent, au 2e chevronné d'or et de gueules de VIII pièces, au 3e d'hermine à 3 quintefeuilles de gueules brochant, au 4e de gueules au lévrier d'argent colleté de France.
Statut Statut officiel à déterminer…

Politique et administration[modifier | modifier le code]

À l'époque révolutionnaire[9], les deux communes furent déjà gérées par une administration cantonale commune : la Constitution du 5 fructidor an III (22 août 1795) supprime les districts et crée une nouvelle organisation territoriale, la municipalité de canton,avec des représentants des communes. Dans le canton de Sainte-Suzanne, du 1er vendémiaire an VII (22 septembre 1798) au 28 pluviose an VIII (17 février 1800), l'état-civil fut ainsi géré par cette administration cantonale sous la présidence de Julien-François Ollivier (qui deviendra le premier maire de Sainte-Suzanne le 20 messidor an VIII (19 juin 1800). Après 215 ans d'existence et de multiples rapprochements administratifs (SIVOM en 1970, district puis communauté de communes d'Erve et Charnie, Communauté de communes des Coëvrons), les deux communes ont décidé de fusionner dans le cadre de la loi n° 2015-292 du 16 mars 2015 relative à l'amélioration du régime de la commune nouvelle, pour des communes fortes et vivantes.

Après plusieurs mois de travail commun (des maires, des adjoints des conseils municipaux) ponctué de validations techniques intermédiaires et de réunions publiques, la commune nouvelle a été officiellement créée par un arrêté préfectoral du Préfet de la Mayenne du 10 octobre 2015 [10]. La Charte de la commune nouvelle a été validée par les deux conseils municipaux puis officiellement signée par les maires de Sainte-Suzanne et de Chammes à Ernée, également le 10 octobre 2015, lors de l'assemblée générale des maires du département, en présence de Jean-Paul Delevoye, Philippe Vignes, préfet de la Mayenne, Olivier Richefou, président du Conseil départemental, et Alain Dilis, président de l'AMF de la Mayenne. Il s'agissait de la première fusion de communes du département opérée dans le cadre de la loi du 16 mars 2015.

Jusqu'aux prochaines élections municipales de 2020, le conseil municipal de la nouvelle commune a été constitué de l'ensemble des conseillers municipaux des anciennes communes. Le maire de la commune nouvelle, par ailleurs maire de Sainte-Suzanne, a été élu le [11] pour prendre fonction le . Les maires actuels des communes historiques restent maires délégués de chacune des anciennes communes. La commune nouvelle est dotée d'un conseil municipal de 26 membres, chaque commune déléguée conservant jusqu'en 2020 un conseil communal consultatif, correspondant à son ancien conseil municipal. L'administration quotidienne de la commune est assurée par une réunion des maires et un bureau municipal (maires délégués et adjoints).

À l'époque révolutionnaire[9], les deux communes furent déjà gérées par une administration cantonale. La Constitution du 5 fructidor an III (22 août 1795) supprime les districts et crée une nouvelle organisation territoriale, la municipalité de canton,avec des représentants des communes. Dans le canton de Sainte-Suzanne, du 1er vendémiaire an VII (22 septembre 1798) au 28 pluviose an VIII (17 février 1800), l'état-civil fut ainsi géré par cette administration cantonale sous la présidence de Julien-François Ollivier (qui deviendra le premier maire de Sainte-Suzanne le 20 messidor an VIII (19 juin 1800).

Liste des maires[12]
Période Identité Étiquette Qualité
Janvier 2016 en cours Jean-Pierre Morteveille (1948- ) SE Administrateur civil
président de la communauté de communes d'Erve et Charnie (jusqu'en 2012), de l'office de tourisme des Coëvrons et de la communauté de communes des Coëvrons (2012-2014)

Maires délégués 2016-2020 : Chammes : Marc d'Argentré; Sainte-Suzanne : Jean-Pierre Morteveille.

Liste des communes déléguées de Sainte-Suzanne-et-Chammes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Sainte-Suzanne
(siège)
53255 CC des Coëvrons 23,14 1 333 (2014) 58
Chammes 53050 CC des Coëvrons 21,06 347 (2013) 16

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

La population globale des deux communes fusionnées a ainsi évolué :

  • à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle : de 2 296 habitants en 1793, les communes passent à 2 118 habitants en 1896, avec un maximum de 2 794 habitants en 1836.
  • au XXe siècle, les communes comptent ensemble 2 089 habitants en 1901 et 1 348 habitants en 1999. Elles perdent notamment 378 habitants à la suite de la Première Guerre mondiale.
  • au XXIe siècle : Sainte-Suzanne et Chammes comptent ensemble 1 293 habitants en 2006, et 1338 au 1er janvier 2013 [13].

Sainte-Suzanne est le siège de l'office de tourisme des Coëvrons, établissement public industriel et commercial regroupant les cinq offices de tourisme - syndicats d'initiatives d'Évron, Bais, Montsûrs, Saulges et Sainte-Suzanne, qui relève de la communauté de communes des Coëvrons.

La commune est équipée d'une bibliothèque, d'une école publique : Regroupement pédagogique à Chammes et Sainte-Suzanne (Perrine-Dugué), d'une école privée (Sainte-Marie), avec cantine et garderie (en période scolaire), et d'un EHPAD, la Résidence du Petit-Rocher.

L'espace loisirs de la Croix-couverte comprend un village de vacances VVF Villages, la salle des fêtes Fernand-Bourdin, un camping caravaning, un mini-golf, une aire de jeux pour enfants, une piscine Jean-Taris (deux bassins extérieurs, chauffés, toboggan), une salle socio-culturelle Maxime-Létard, un terrain de sports (football, tennis). Chammes dispose par ailleurs d'une salle des fêtes et d'un stade.

La commune est dotée d'un centre de secours, de maisons pluridisciplinaires de santé (maison médicale, pharmacie, cabinet d'infirmières, kinésithérapeute, vente et location de matériel médical), de services tertiaires (La Poste, La Banque postale, distributeur de billets, office notarial).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Jumelage depuis 1967.

Drapeau de l'Allemagne Sulzheim (Allemagne) depuis 1967.

Le jumelage du canton de Sainte-Suzanne / communauté de communes d'Erve et Charnie, avec Sulzheim (Rhénanie-Palatinat) a été initié en 1966 par Victor Julien, conseiller général, maire de Thorigné-en-Charnie, et Adam Becker, dans la famille duquel Victor Julien avait été prisonnier de guerre de 1940 à 1945. Le premier groupe de jeunes Allemands fut reçu à Sainte-Suzanne et à Chammes du 15 juillet au , et l'acte officiel de jumelage fut signé à Sulzheim le . Près de cinquante échanges et manifestations officielles (municipalités, groupes de jeunes, de clubs du troisième âge, gendarmes, pompiers, chorales, musiques municipales…) ont eu lieu depuis. Ce fut le premier jumelage franco-allemand en Mayenne ; son quarantième anniversaire a été célébré à Sainte-Suzanne en avril 2007 et à Sulzheim le 10 mai 2008. À cette occasion, l'harmonie de Sainte-Suzanne a joué conjointement avec celle de Sulzheim. Le Comité d'échanges Sulzheim-Erve et Charnie a été renouvelé en 2009. En 2013, l'Harmonie de Sainte-Suzanne a participé à un concert international à Wörrstadt avec les communes jumelées de la Verbandsgemeinde Wörrstadt (VGW), à l'occasion du 40e anniversaire de cette communauté de communes.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Sainte-Suzanne-et-Chammes est située dans une région d'élevage, essentiellement bovin, et compte une quinzaine de grandes exploitations. C'est la race Rouge des prés qui est la plus présente ; le lait est traité essentiellement (fabrication du Babybel) par une fromagerie du Groupe Bel située à Évron, distante de 8 km. Les volailles fermières Label rouge sont élevées selon un cahier des charges officiel homologué dans le cadre de l'Indication géographique protégée des volailles de Loué.

La commune ne comporte pas d'industrie mais plusieurs artisans travaillent dans le domaine du bâtiment et les domaines connexes (construction, électricien, maçon, carreleur, plâtrier, restauration vieilles demeures. De nombreux actifs résidant à Sainte-Suzanne-et-Chammes travaillent quotidiennement à Évron dans l'agroalimentaire, particulièrement dans les usines Bel et Socopa, ou à Laval (dans l'industrie ou les services).

Les services représentent à Sainte-Suzanne l'essentiel de l'activité économique avec des commerces traditionnels (marché; boulangerie-pâtisserie ; supérette, traiteur, coiffeur mixte), un soldeur, une société de services de transports (ambulances, taxis, VSL, minibus)... Chammes dispose d'un commerce d'alimentation- bar-journaux.

Le tourisme constitue la principale activité de la partie cité médiévale de la commune : Sainte-Suzanne est classée parmi les plus beaux villages de France, labellisée Commune touristique, Petite cité de caractère, village fleuri ** (deux fleurs obtenues en 2010 et 2014, prix régional du patrimoine 2011) et station verte de vacances. Elle appartient au Pays d'art et d'histoire Coëvrons-Mayenne dont elle constitue le pôle majeur avec le Centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine (CIAP). Plusieurs activités sont directement liées au patrimoine touristique : Centre d'interprétation de l'Architecture et du Patrimoine de la Mayenne, visite de plusieurs monuments historiques donjon, logis, dolmen des Erves, Camp des anglais, visite de deux musées : le musée de l'auditoire et le Grand-moulin (seul moulin de France qui produit avec le même mécanisme de la farine, du papier et de l'électricité). Village de vacances VVF Villages ***, Hôtel-restaurant ** Logis ** , plusieurs gîtes **** et chambres d'hôtes, camping, piscine et aire de campings-cars, restaurants, café, brasserie, supérette, bar-tabac, bouquiniste, boutiques d'artisanat-souvenirs, galerie, antiquaire, brocanteur.

Les indications économiques chiffrées les plus récentes sont consultables via l'INSEE (annexes [14] et [15]).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'ancienne place du Pilori, emplacement des anciennes halles, la mairie (1884) et l'entrée du manoir de la Butte-Verte.
Le château de Sainte-Suzanne.
Le musée de Sainte-Suzanne.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Sainte-Suzanne-et-Chammes, comme les communes environnantes, appartient aujourd'hui à la communauté paroissiale de Saint-Barnabé-en-Charnie. L'église de Sainte-Suzanne et l'église Saint-Pierre de Chammes sont de culte catholique. Croix-Boissée et chapelle de la Madeleine au cimetière ; chapelle Saint-Eutrope à la Croix-couverte (restaurée en 2016); statue de la Vierge de Beausoleil dite « la Vierge des bois » en forêt de Charnie, chapelles à Chammes.

L'église de Chammes

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Le château avec son donjon, son pont-levis, ses remparts et son logis XVIIe, propose un parcours complet sur le patrimoine local et mayennais (Centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine).
  • Le musée de l'auditoire : mille ans de l'histoire de Sainte-Suzanne et du Pays d'Erve et Charnie, avec exposition de la plus ancienne armure de France (1410-1420).
  • Le Grand-moulin : seul moulin de France produisant à partir de la même roue de la farine, du papier et de l'électricité.
  • Nombreuses animations culturelles : théâtre (les Nuits de la Mayenne), fêtes et spectacles médiévaux, concerts, journée des peintres et arts de la rue…

Patrimoine historique[modifier | modifier le code]

Vestiges celtes et romains
La cité de Sainte-Suzanne

L'ancien statut de ville royale de Sainte-Suzanne se remarque encore de nos jours par la présence de bâtisses de caractère dans la partie intra-muros de la cité (ancienne résidence des Procureurs du Roi début XVIe siècle, grenier à sel XVIIIe siècle, ancienne carterie (fabrique de cartes à jouer), ancien auditoire de Justice (façade XVIIIe siècle), deux manoirs et nombreuses maisons anciennes du XVe siècle au XIXe siècle).

Le logis est un château du XVIIe siècle, monument historique. Il a été construit entre 1608 et 1610-1613 par Guillaume Fouquet de la Varenne. Il est aujourd'hui la propriété du conseil général de la Mayenne. Le château possède des fenêtres à meneaux, des frontons, une superposition des ordres (dorique en bas, ionique au premier étage, corinthien en haut) ; son style annonce le classicisme : sobriété du décor, atténuée par un perron en loggia menant à l'escalier intérieur. Le château contient une ancienne boulangerie et une ancienne écurie, devenue ensuite bergerie.

Les autres monuments et sites
  • La mairie de Sainte-Suzanne (1884), est bâtie là où s'élevaient les anciennes halles (mentionnées en 1528), dont l'emplacement est matérialisé au sol place Hubert II. De même que les combles des halles abritèrent l'auditoire de justice, le premier étage de la mairie abritait le juge de paix et la salle du tribunal. Des éléments de la charpente des halles ont été réutilisés pour construire celle de la mairie actuelle. La cloche qui surmonte le toit porte l'inscription : « L'oreille est attentive / À ma voix claire et nette / En dépit des bourdons / Qui m'appellent clochette ».
  • Le site du Tertre Ganne (accès par le CD 9, route de Torcé-Viviers-en-Charnie), offre des traces de retranchements anciens (siège du XVe siècle) et une vision panoramique sur la cité et le château.
  • Nombreux anciens moulins sur l'Erve : à blé, à foulon, à papier, à tan. Faubourg de La Rivière.
Article détaillé : Papeteries de Sainte-Suzanne.

La promenade de la Poterne offre un panorama sur les Coëvrons, la vallée de l'Erve, la forêt de la Charnie et, vers Chammes, la plaine d'Anjou.

Chammes

L'église de Chammes n'était pas comprise dans l'acte de restauration de l'abbaye d'Évron, mais Hildebert la mentionne avec son vocable dans la confirmation des possessions de l'abbaye en 1125.

« L'armée angloise » soldée par les protestants français était à Chammes le .

Épidémies en 1784-1786. Tempêtes les 12 et 19 novembre 1810, qui endommagent le presbytère, situé au bord de l'Erve, en « bon état » en 1802 (selon Pierre-François Davelu).

  • La seigneurie de Chammes était vassale de Sainte-Suzanne. Après avoir appartenu aux Feschal (René de Feschal, XVe siècle ; la dame de Poligné, 1469), elle passa aux seigneurs de La Chapelle-Rainsouin. En 1562, Nicolas de Champagne l'engagea avec la seigneurie dite de Vaiges, les métairies de l'Hommois, de Bonnefontaine, de la Messuardière, à sire Olivier Ferré et à Julienne, sa femme, sieur et dame de La Motte. René Labitte, juge ordinaire au duché de Mayenne, l'eut du chef de Renée Ferré, sa femme. Elle est peut-être passée par acquisition sans doute aux Le Doux, seigneurs de la Panneterie, et leur resta jusqu'à la Révolution. Ils laissaient même souvent leur nom patronymique pour prendre celui de Chammes : Louise-Françoise-Gabrielle Le Doux de Chammes, dame de Ruigné (Sainte-Colombe), se fit représenter à l'assemblée de la noblesse d'Anjou en 1789.

Chammes constitua un foyer de résistance aux idées révolutionnaires par une démonstration des paysans contre le district, dès le . Les habitants avaient nommé maire, le , Jean-Baptiste Cœur, connu pour son attachement à la religion et à la royauté. L'élection ayant été annulée, ils refusent le , de choisir une autre municipalité. Le 12 février, Olivier Provost du Bourrion, délégué par le district, vient à la tête des gardes nationales d'Évron, de Vaiges et de Villaines procéder à une nouvelle élection. Les électeurs, qui ont annoncé qu'« ils ne viendraient pas les mains ballantes » commencent par nommer le curé président et le vicaire secrétaire du scrutin ; tous deux refusent le serment qu'on veut leur faire prêter. Le curé, Michel Barrabé, s'adresse à ses paroissiens pour leur demander leur sentiment ; la plupart déclarent qu'ils ne veulent pas d'autre président. Le commissaire s'esquive avec sa troupe ; l'élection de Jean-Baptiste Cœur est confirmée, et notification formelle en est faite au district. Le maire fut condamné à deux ans de « gêne » et quatre heures d'exposition en place publique de Sainte-Suzanne ; le curé et le vicaire, à la dégradation civique et deux heures d'exposition à Laval. Les esprits n'en furent pas pour autant ralliés, ni apaisés. Le , l'huissier venu d'Évron pour publier l'arrêté contre les prêtres insermentés, se trouva en face de 300 hommes armés qui ne le laissèrent pas même commencer sa lecture. Ces mêmes hommes rejoignaient le lendemain Rochambeau dans la prairie de Montecler et marchaient avec sa troupe sur Évron.

Le , les hussards prussiens qui occupaient Blandouet, se portèrent sur Chammes, où ils se cantonnèrent jusqu'à l'armistice. Le 26, ils rencontrèrent sur la route de Saint-Léger un parti de francs-tireurs, mais ils furent ramenés jusqu'à Chammes par les Chasseurs d'Afrique qui leur firent deux prisonniers. Le 29 au soir, quelques francs-tireurs se laissèrent prendre près du bourg. la commune paya une contribution de 1 000 frs.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Sainte-Suzanne-et-Chammes est occupée par les troupes allemandes dès le . Elle est libérée par l'armée américaine le après un combat qui fait de nombreux morts.

Personnages liés à la commune[modifier | modifier le code]

Vue panoramique de Sainte-Suzanne, côté nord.

La cité a connu nombre de personnages célèbres parmi les propriétaires successifs du château :

Les deux personnages les plus célèbres de Sainte-Suzanne sont Hubert II de Beaumont qui résista victorieusement à Guillaume le Conquérant, et Guillaume Fouquet de la Varenne constructeur du château actuel, mais d'autres personnages ont aussi marqué l'histoire de Sainte-Suzanne-et-Chammes :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

La liste ci-dessous constitue la bibliographie exhaustive des ouvrages et articles de qualité parus sur Sainte-Suzanne, à partir desquels cet article a été rédigé ; il faut y ajouter les registres d'état civil et du conseil municipal des communes histyoriques, consultables dans les mairies annexes et aux archives départementales, de même que les articles de presse . Il n'est pas apparu pertinent de rappeler la référence et la pagination concernée plusieurs fois par ligne : toutes les données sont vérifiables dans les ouvrages ci-dessous, la plupart étant consultables au musée de l'auditoire à Sainte-Suzanne.

  • Nombreux articles de Gérard Morteveille et Anthony Robert dans la revue Maine découvertes (le magazine Sarthe-Mayenne, éditions de la Reinette, Le Mans).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Chammes, Sainte-Suzanne (Mayenne), Armorial de Sainte-Suzanne, Camp de Beugy, Château de Sainte-Suzanne (Mayenne), Dolmen des Erves, Donjon de Sainte-Suzanne (Mayenne), Perrine Dugué, Église de Sainte-Suzanne (Mayenne), Erve, Forêt de Charnie, Forges de Moncor, Histoire de Sainte-Suzanne (Mayenne), Liste des seigneurs de Sainte-Suzanne, Musée de l'auditoire, Papeteries de Sainte-Suzanne (Mayenne), Sulzheim (Rhénanie-Palatinat), Tertre Ganne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une voie antique de Montsûrs, une autre de Sablé par Thorigné, sont toujours apparentes. La carte de Jaillot indique les chemins de Sillé, Le Mans, Sablé, Saulges, Évron ; la carte de Cassini, ceux du Mans, Sablé, Laval, Évron (source : Abbé Angot, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne).
  2. « L'enceinte de la ville », nous dit l'Abbé Angot, « formant avec celle du château un triangle dont la base est au nord-ouest, et qui est peut-être construite sur d'anciennes fondations, date du XIVe siècle et du XVe siècle. Elle avait 800 m de circonférence et comprenait trois portes : la Porte-murée au midi, la Porte-du-pont (ou du Guichet) au nord, la Porte-de-fer à l'est, de 11 pieds de largeur sur 12 de haut avec pont-levis, herses et barbacanes. Les murs avaient 36 pieds, sans compter les meurtrières et le parapet. Il y avait 7 tours sur le côté nord-ouest, l'une de 40 m de tour à l'angle sud-ouest, l'autre à cinq pans, aussi grosse, au milieu, et les autres de 10 à 12 m de circonférence. En 1772, il ne subsistait plus que six tours dans le reste du circuit (4 carrées et 2 rondes), mais la construction du château neuf et de nombreuses maisons à côté de la Porte-murée et de la Porte-du-pont en avaient fait disparaître plusieurs. À la même date, il n'y avait presque plus trace des meurtrières et des parapets; seule la Porte-de-fer conservait sa herse suspendue. Entre la ville et le château, le mur de clôture était protégé par le donjon et appuyé de 5 tours, mais la partie voisine du château était de construction moderne et les tours avaient été supprimées. Vers 1830, on a pratiqué dans le côté nord-ouest de l'enceinte de la ville une ouverture de 40 m pour l'accès en ville des routes diverses. La ville murée, outre l'église et les halles, ne renfermait qu'une soixantaine de maisons des moins confortables, et était traversée, de la Porte-murée à la Porte-du-pont, par de misérables ruelles. Le surplus de la population se groupait au faubourg de la Taconnière et au village de la Rivière. »
  3. Le comté de Richmond se trouve dans le nord du Yorkshire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. Lieu-dit autrefois nommé Les landes de Blandouet, près du chêne des Évêts. Voir Perrine Dugué
  3. Actuellement La grosse pierre.
  4. « Météo-France : région de Sainte-Suzanne », sur www.meteofrance.com (consulté le 14 novembre 2015)
  5. R. de Sancta Suzanna, 1076 (Cartulaire de la Couture p. 26), 1080 (cartulaire de Saint-Vincent ch. 827) ; Furnum Sancte Suzanne, 1109 (Archives de la Sarthe, fonds d'Étival-en-Charnie) ; Decanus de Sancta Suzanna, env. 1120 (Hist. de la Mayenne, pr. VII) ; Castrum quod Sancta Suzanna vocatur, XIIe siècle (Orderic Vital, Hist. eccl., t. III p. 200) ; Senescallus de Sancta Suzanna, XIIe siècle (cartulaire de Perseigne p. 164) ; Vicecomes Sancte Suzanne, 1208 (cartulaire de Vivoin p. 225) ; Turris in castro Sanctæ Suzannæ, 1218 (cartulaire d'Évron) ; Vigeria Sancte Susanne, XIIIe siècle (rev. du Maine, t. XLVII p. 170) ; Sainte Suzenne, 1312 Bibl. nat., fr. 8736) ; Castrum et fortalicium Sancte Suzanne 1396 (Arch. nat. X/1a 43, f.197) ; Ès mètes de nostre chastellenie et terre de Sainte Susenne 1431 (P. de Cagny, p. 181).
  6. Gérard et Jean-Pierre Morteveille, Sainte-Suzaznne au XXe siècle tome 3, page 22. Imp. Jouve, mayenne 2015 ISBN?978-2-9543103-2-9.
  7. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  8. « Arrêté préfectoral du 10 octobre 2015 portant création de la commune nouvelle de Sainte-Suzanne-et-Chammes », Recueil des actes administratifs de la Mayenne,‎ (lire en ligne [PDF]).
  9. a et b cf. Gérard et Jean-Pierre Morteveille, Sainte-Suzanne au XXe siècle tome 3, p. 19 (Imp. Jouve Mayenne 2015 (ISBN 978-2-9543103-2-9)).
  10. http://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2015/10/10/INTB1525673A/jo/texte
  11. « Jean-Pierre Morteveille élu à la tête de la commune nouvelle », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 9 mai 2016)
  12. Source : registres du conseil municipal de Sainte-Suzanne
  13. http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/recensement/populations-legales/pages2015/pdf/dep53.pdf
  14. http://www.insee.fr/fr/methodes/nomenclatures/cog/fichecommunale.asp?codedep=53&codecom=255
  15. http://www.insee.fr/fr/methodes/nomenclatures/cog/fichecommunale.asp?codedep=53&codecom=050