Hervé Baslé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hervé Baslé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Hervé Baslé né en 1938 à Montfort-sur-Meu, est un réalisateur, auteur et scénariste français, né en 1938.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hervé Baslé a vécu son enfance et sa jeunesse à Saint-Coulomb dans la région de Saint-Malo. Il entame d'abord une carrière au Service maritime des ponts et chaussées. En 1959, il effectue son service militaire en Algérie. À son retour, en 1961, il décide de changer de voie et passe un concours pour entrer à la télévision. Grâce à la formation professionnelle, il entre alors à l'IDHEC suivre des cours de montage et de culture cinématographique. Il collaborera ensuite, en tant que monteur, avec Michel Polac et Jean L'Hôte. Cette association l'incitera à devenir réalisateur. Pour lui, la vie quotidienne des gens est une source d'inspiration pour ses fictions qu'il scénarise en y apportant un effet dramatique plus fort.

C'est en 1972 qu'il signe son premier film, Christophe, l'enfant séparé des siens, dans la série Du côté des enfants produite par Éliane Victor. Un film au sujet simple qui nous montre la vie d'un jeune garçon, Christophe, asthmatique, contraint de passer l'année scolaire loin des siens. Dès ses débuts, le réalisateur adopte une construction dramatique qui laisse découvrir peu à peu aux téléspectateurs le handicap du jeune garçon. Hervé Baslé s'amuse déjà avec le réel et la fiction en mélangeant, dans ce film, des images "vraies" et d'autres fabriquées.

En 1973, il réalise pour Variances un sujet sur le soufisme, et pour Cinéma en herbe une émission sur le jeune cinéma belge. La même année, il signe sa première œuvre dramatique, Les Trois Morts d'Émile Gauthier, avec la collaboration de Jean L'Hôte. Ce film, à la fois documentaire social et illumination romanesque, reçoit le Prix de la critique en 1973.

En 1974, il réalise Les Prétendants de madame Berrou sur un scénario écrit avec Jean L'Hôte. De 1973 à 1974, il participe aux émissions Place au théâtre ou encore Midi trente. En 1975, il coopère aux Visiteurs du vendredi ou à L'Île aux enfants de 1979 à 1982, puis Féminin présent et Nouvelles histoires.

Il travaille beaucoup avec Pierre Dumayet dont il apprécie le sens de la télévision. Pour Histoire des gens en 1975, série qui s'attache à l'analyse d'événements sociaux, il filme Les Danses et les Mothe, sur deux familles du Beauvaisis au XVIIIe siècle, et Magistrats et sorciers.

Dans Quand l'amour vient en 1976, il décrit encore une fois un monde social réel. Le film parle de deux frères agriculteurs, incarnés par Paul Crauchet et Michel Robin, qui cherchent une compagne.

Comme beaucoup d'autres réalisateurs, tels Alain Dhouailly, Jean L'Hôte, Maurice Failevic, Jean-Marie Marcel ou Edmond Tyborowsky, il porte une attention particulière à sa région, la Bretagne. La Souscription en 1977 en est un exemple.

En 1978, le réalisateur collabore à l'émission Lire, c'est vivre imaginée par Pierre Dumayet. Il y réalise plusieurs numéros consacrés à La Métamorphose de Franz Kafka, au Père Goriot d'Honoré de Balzac et à Un cœur simple de Gustave Flaubert. Toujours en 1978, avec Saint Colomban et moi, il évoque la légende bretonne de l'arrivée et du prêche de Saint Colomban. À la même époque, il tourne Ribennes en s'inspirant de deux thèses, l'une de Pierre Lamaison et l'autre d'Élisabeth Claverie, consacrées à un mode de dévolution du patrimoine.

En 1980, Hervé Baslé réalise Ce fut un beau voyage en Espagne, puis en 1981 il se lance dans Les Tribulations de Manuel ou encore L'Armistice de juin 40 pour Les Dossiers de l'écran.

En 1989, il réalise vingt-six émissions consacrées à la chronique Journal de la Révolution sur des dossiers proposés par Michel Vovelle, Christian-Marc Bosséno, Antoine de BaecqueFrançois Hincker et Olivier Coquard.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • En 1990, il obtient le Prix Télévision de la S.A.C.D pour l'ensemble de son œuvre.
  • Chevalier des Arts et des Lettres.
  • Chevalier de l'Ordre national du Mérite.

* 1986, 1995 et 1998. 7 d'Or du meilleur réalisateur de fiction pour :

Aux Champs de Guy de Maupassant.

Les Maîtres du pain

Entre terre et Mer

*1990 Prix Télévision de la SACD

* 1995. 7 d'Or du meilleur film de TV pour les Maîtres du pain

*1998. 7 d'Or du meilleur feuilleton pour Entre terre et mer

* 1995 et 1998. 7 d'Or du meilleur auteur pour :

Les Maîtres du pain

Entre terre et Mer

* 1995. Grand prix du Festival de Saint-Petersbourg pour Les Maîtres du pain

* 1998. Prix des Rencontres internationales de TV de Reims pour Entre Terre et Mer

* 2006. Prix du Roman populaire pour le Cri

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur
Auteur et scénariste
Collaboration à des émissions

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Fils du cordonnier, Jean-Claude Lattès, 1995
  • Entre terre et mer, Jean-Claude Lattès, 1997
  • Le Champ dolent, Jean-Claude Lattès, 2002
  • Le Cri, Jean-Claude Lattès, 2006 Prix du roman populaire.
  • Folies de mai, Jean-Claude Lattès, 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]


Source[modifier | modifier le code]

  • Christian Bosséno, Les 200 téléastes français, 1989.

Liens externes[modifier | modifier le code]