Saint-Pierre-sur-Erve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Pierre-sur-Erve
Saint-Pierre-sur-Erve
Le village de Saint-Pierre-sur-Erve.
Blason de Saint-Pierre-sur-Erve
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Mayenne
Intercommunalité Communauté de communes des Coëvrons
Maire
Mandat
Christian Le Blanc
2020-2026
Code postal 53270
Code commune 53248
Démographie
Gentilé Saint-Pierrois
Population
municipale
141 hab. (2018 en augmentation de 0,71 % par rapport à 2013)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 29″ nord, 0° 23′ 35″ ouest
Altitude Min. 57 m
Max. 116 m
Superficie 9,74 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Meslay-du-Maine
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Pierre-sur-Erve
Géolocalisation sur la carte : Mayenne
Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Saint-Pierre-sur-Erve
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-sur-Erve
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-sur-Erve
Liens
Site web www.saint-pierre-sur-erve.mairie53.fr

Saint-Pierre-sur-Erve est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 141 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

À la limite nord de la commune, schistes et quartzites de la base du Dévonien, auxquels succèdent l'assise des grès à Orthis Monnieri, passant au nord du bourg et supportant les schistes et calcaires dévoniens qui traversent celui-ci. À ces différentes assises succèdent, en allant vers le sud, des schistes et calcaires carbonifères.

Le territoire, situé sur la rive droite de l'Erve, qui forme sa limite Est, est, dans le voisinage de la rivière et spécialement près du bourg, montueux et escarpé, la vallée s'y trouvant assez resserrée. Selon Alphonse-Victor Angot, Pierre-François Davelu[1] écrit qu'on voit au bourg, « très petit, quelques débris d'anciennes fortifications », mais ces traces ne sont pas connues de l'abbé Angot.

La route de Laval au Mans passait par Saint-Pierre-sur-Erve en 1513. Hubert Jaillot l'indique avec pont (qui existe encore) et gué; mais le nouveau tracé par Saint-Jean-sur-Erve est indiqué par Cassini. Les routes actuelles mènent à Thorigné-en-Charnie (3,5 km est), Saulges (3,7 km sud), Vaiges (7,5 km nord-ouest) et Saint-Jean-sur-Erve (3,8 km nord-ouest).

La superficie cadastrée de la commune est de 974 ha[2]

En 1558, on va chercher à Saint-Pierre 3 muids de chaux pour l'église d'Épineux-le-Seguin. Des carrières de castines sont exploitées au XVIIIe siècle par les forges de Moncor. Une ancienne carrière de calcaire est située près de la Saumellière.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[5]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 11,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 741 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Georges-le-Flechard », sur la commune de Saint-Georges-le-Fléchard, mise en service en 1993[9] et qui se trouve à 9 km à vol d'oiseau[10],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,7 °C et la hauteur de précipitations de 798,4 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Le Mans », sur la commune du Mans, dans le département de la Sarthe, mise en service en 1944 et à 44 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 11,6 °C pour la période 1971-2000[13], à 12 °C pour 1981-2010[14], puis à 12,5 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-sur-Erve est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[16],[17],[18]. La commune est en outre hors attraction des villes[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (96,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (96,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (49,8 %), terres arables (38,9 %), zones agricoles hétérogènes (8 %), forêts (3,4 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les grottes ornées et gravées présentes sur le territoire de Saint-Pierre-sur-Erve attestent de la présence de l'homme depuis les temps préhistoriques.

Faits chronologiques[modifier | modifier le code]

  • Sous le règne de Judicaël (632-636), les Bretons, en guerre avec Dagobert Ier roi des Francs, firent des incursions sur les terres des Francs. Sur ce thème, Pierre-Jean Le Corvaisier[33] a brodé le récit d'une bataille sanglante entre Budic, comte de Cornouailles, et le comte de Chartres qui commandait les 6000 hommes de l'armée de Dagobert. Ce comte, amené dans une embûche, après une défense opiniâtre et une lutte corps à corps avec un seigneur breton nommé du Pont-l'Abbé, fut obligé de se rendre prisonnier, et comme le combat avait eu lieu entre Saint-Pierre-sur-Erve et Vaiges, on enterra les morts dans ces deux villages. Mais ceci relève davantage de la légende que de l'histoire.
  • Paroisse mentionnée dès 1226.
  • Fief des templiers.
  • Guerre de Cent Ans : en 1368, on se plaint des « dévastations de la guerre, de la stérilité des biens et fortunes des ennemis ». Un paroissien nommé Jean, emmené prisonnier par les Anglais, « se trouvait réduit à la mendicité ».
  • On a de nouveau interprété dans le sens d'une bataille livrée à Saint-Pierre-sur-Erve le récit de Froissart qui indique seulement le passage en 1380 d'une armée anglaise, partie de Noyen et se rendant en Bretagne, « pendant que la puissance des François était au Mans ». Les Anglais passèrent à Saint-Pierre 4 jours après la mort de Charles V, c'est-à-dire le , et gagnèrent la Mayenne par le chemin Renais pour continuer leur route par Cossé.
  • D'après un auteur régionaliste René de Quatrebarbes, la seigneurie paroissiale, dépendante de la terre de Chantepie, aurait été acquise, le , à titre d'échange, de Jean Possard, sieur de la Sionnière, par Émard de Quatrebarbes.
  • Le mémoire de l'intendant de Tours, en 1696, désigne aussi M. de Quatrebarbes comme seigneur de la paroisse, où il possédait, mais par une alliance du XVIIe siècle avec la famille de Cibel, la terre des Pins.
  • Urbain de Cibel, écuyer, jouissait en 1588 de la « messon seigneuriale de la paroesse d'Erve ».
  • Par ailleurs, Jean de Thévalle, chevalier, est seigneur, en 1434, des féages de Saint-Pierre-d'Arve que possède aussi le seigneur de Thévalle en 1532.
  • Au XVIIIe siècle la famille de Thévalle se dit, sans conteste, fondatrice de Saint-Pierre-sur-Erve.
Panorama depuis la chapelle Saint-Sylvain, vers Sainte-Suzanne.
  • Épidémie en janvier 1637.
  • Par suite du dégel et de l'inondation de 1784, le pont sur l'Erve, très nécessaire, est grandement dégradé.
  • Chouannerie : , désarmement des suspects ; , installation d'un détachement de 25 hommes. Décembre 1797, rassemblement de royalistes sous la conduite de Joseph Deshaies, ex-capitaine de la compagnie d'Épineux, demeurant au Moulin-aux-Moines; il est décrété d'arrestation, ainsi qu'un prêtre réfractaire nommé Jacques, caché à Saint-Pierre. Le 3 vendémiaire an VII, l'arbre de la liberté est abattu. En janvier 1799, la commune est mise en état de siège par suite du meurtre du gendarme Michelet; deux individus, arrêtés comme complices du meurtre, sont tués par les soldats qui les avaient saisis[34]
  • Guerre de 1870 : Le , le lendemain du combat de Saint-Jean-sur-Erve, à 7 h., passage d'un bataillon d'infanterie prussienne, qui prend la route de Vaiges ; à 4h. du soir, arrivée de 3 régiments (dragons, uhlans, fantassins) et de l'artillerie. Les chevaux sont logés dans l'église, dont on viole le tabernacle, dans les maisons, dans les écoles. Il y eut 4000 hommes dans le bourg pendant 8 jours. Une taxe de 10 500 F. réclamée par l'ennemi ne fut pas payée.
  • La paroisse dépendait anciennement de l'archidiaconé de Sablé et du doyenné de Brûlon ; de l'élection de La Flèche, du ressort judiciaire et du grenier à sel de Sainte-Suzanne ; du district d'Évron et du canton de Vaiges en 1790. Par arrêté du , le département supprime la paroisse en l'unissant à Thorigné; par défaut de prêtre constitutionnel, les cloches sont démontées le . La paroisse dépend de la mission d'Évron en 1797; érigée en succursale par décret du 5 nivose an XIII ; à nouveau réunie à Thorigné en 1808 ; de nouveau érigée en paroisse par décret du  ; de l'archiprêtré de l'Église Saint-Vénérand de Laval et du doyenné de Sainte-Suzanne.
  • L'ancien presbytère près de l'église, aliéné pendant la Révolution, reconstruit en 1848 par M. Launay, entrepreneur à Ballée, a été récemment réhabilité par la Commune et transformé en chambre d'hôtes. Le cimetière, primitivement autour de l'église, fut transféré le sur la route de Vaiges, dans une pièce de terre appelée le grand-cimetière, où l'on inhumait autrefois.

Aujourd'hui, Saint-Pierre-sur-Erve fait partie de la paroisse de Saint-Barnabé-en-Charnie ; la commune, quant à elle, appartient au canton de Sainte-Suzanne et à la Communauté de communes d'Erve et Charnie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1959 Isidore Malet    
1959 1965 Auguste Hubert    
1965 1980 Albert Bouteloup    
1980 1983 Norbert Pannetier    
1983 1995 Maurice Leblanc    
1995 mars 2014 Marcel Mottais UDI Directeur commercial retraité
mars 2014[36] En cours François Delatouche   Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[38].

En 2018, la commune comptait 141 habitants[Note 6], en augmentation de 0,71 % par rapport à 2013 (Mayenne : −0,14 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Moyenne des naissances : 13 par an de 1600 à 1610; 14 de 1700 à 1710 ; 75 feux en 1696 ; de 200 à 250 communiants en 1778. On comptait 27 fermes en 1843. En 1902 on comptait 330 habitants, dont 183 agglomérés dans le bourg, et le reste disséminé en 28 hameaux, fermes, closeries ou écarts.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
427375399433464514529480470
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
474447431402414359341347330
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
319307317254239246238240217
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
204173148160129151138137141
2018 - - - - - - - -
141--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[39] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Depuis 1977, la commune est inscrite sur l’inventaire des sites pittoresques du département de la Mayenne, au titre de la Vallée de l’Erve ; elle est titulaire du label Petite cité de caractère.

Installé près d'un gué qui permettait le franchissement de l'Erve, traversé par la voie romaine Corseul-Le Mans, puis par la route Laval-Le Mans au Moyen Âge, Saint-Pierre-sur-Erve constitue un bel ensemble architectural.

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Pont piétons (XIIe et XIIIe siècles), sur l'Erve. Il est bordé par un lavoir du XIXe siècle et du gué correspondant à l'ancienne voie romaine.
  • Château des Auvers : pavillon du XVe siècle flanqué d'une tour, porche ogival.
  • La Cour d'Erve, manoir, groupe de maisons anciennes dominant la vallée[41].
  • Manoir des Pins d'Erve, à 1,2 km au nord-est du bourg : logis XVe - début XVIe siècle, ruines de la chapelle, communs, inscrit au titre des Monuments historiques depuis le [42],[43]
  • Le moulin de Gô : un des cinq anciens moulins de la commune sur le cours de l'Erve. Attesté depuis le XIVe siècle, il est reconstruit au XVIIIe siècle et fonctionne jusqu'en 1964. Rénové depuis 2012 par les amis du Moulin de Gô, il peut produire de la farine depuis 2015[44].

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

  • Église Saint Pierre d'origine romane[45]. On signale un autel de saint Julien du Mans en 1559. À l'entrée du chœur sont actuellement -(soit au temps de l'abbé Angot : début du XXe siècle)- celui de saint Joseph et celui de la Vierge, dont une statue assez bonne, en pierre, était dans le jardin du presbytère en 1888. Au fond du chœur, un groupe du Calvaire et, au-dessous, dans un médaillon, le serpent d'airain, statues en pierre de sainte Catherine XVIe siècle, sainte Marguerite, saint Évroul, qu'on invoque pour les enfants "noués", les rachitiques. À mentionner aussi la tombe d'Huet Courtin (XIVe siècle)[46]; celle de sa femme Alix[47], rapportée de la chapelle Saint-Sylvain; un bénitier portatif en potin, de même genre, mais sans inscription, que ceux de Colombiers et de Hercé, et un plat à quêter en étain, divisé en quatre compartiments, avec statuette au milieu et ornement style Louis XV. Clocher-porche au toit en bâtière, fenestrage gothique.
  • La chapelle Saint-Sylvain, dont la construction est antérieure au XIVe siècle, porte le nom d'un ermite qui se serait réfugié sur ce site au VIe siècle; elle est bâtie au sommet d'une colline abrupte d'où l'on jouit d'un superbe panorama sur la vallée de l'Erve et la cité. Ce petit oratoire, non clos, couronné d'un campanile, avec une fenêtre en plein cintre, était dans un bois dont Jean de Thévalles rendit aveu à La Cropte en 1431, et dont il ne reste plus qu'un petit taillis. En 1748 la possession du fief de Saint-Sylvain fut en litige entre M. de Montfraud, seigneur de la Salle, et Mlle de Charolais, dame de Thévalle et de Saint-Pierre, qui s'appuya sur l'aveu de 1431. En 1658, Jeanne Leduc, femme d'Antoine Aveneau, paracheva la chapelle, où l'on avait placé comme pierre d'autel une belle dalle tumulaire aujourd'hui encastrée dans le mur de la tour de l'église paroissiale.
  • Ancien presbytère du XIXe siècle, restauré en 2002 et aménagé en gîte rural 4 épis.

Grottes dites de Saulges situées sur la commune[modifier | modifier le code]

Mayenne Miniatures[modifier | modifier le code]

Le musée Mayenne Miniatures est ouvert sur rendez-vous et expose une collection privée de plus de 35 maisons de poupées et modèles de taille réduite. Situé au domaine des Hallais un gîte de groupe entre Saint-Pierre et Saulges.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Sulzheim (Allemagne) depuis 1967. Le jumelage du canton de Sainte-Suzanne / communauté de communes d'Erve et Charnie, avec Sulzheim (Rhénanie-Palatinat) a été initié en 1966 par Victor Julien, conseiller général, maire de Thorigné-en-Charnie, et Adam Becker, dans la famille duquel Victor Julien avait été prisonnier de guerre de 1940 à 1945.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Randonnées et promenades dans la vallée de l'Erve.
  • Sur place : escalade sur le site du canyon de Saulges, pêche dans l'Erve.
  • À Saint-Céneré (4 km) : activités nautiques, tennis.
  • À Sainte-Suzanne (11 km) : équitation, tennis, mini-golf, piscine.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fêtes locales : Saint-Sylvain, patron de la paroisse, fêté le 17 février. Le 15 août, à la nuit tombée, s'inspirant de la Fête des Lumières (Lyon), le bourg s'illumine de plusieurs milliers de bougies (6000 en 2017 pour les vingt ans de la manifestation)[48].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Pierre-sur-Erve Blason
D’azur, à une tête de cheval d’argent, accompagnée en chef d’un silex en feuille de laurier du même ; le tout accosté de deux clés affrontées en pal d’or ; au chef ondé du même, chargé d’une roue de moulin accostée de deux annelets, le tout de sable.
Détails
L’azur et l’ondé du chef symbolisent les cours d’eau communaux dont l’Erve est le plus important.

Les clés sont le symbole de Pierre, le saint patron éponyme de la paroisse.

La tête de cheval indique une activité économique développée autour de cet animal.

Le silex taillé en feuille de laurier symbolise les trois grottes du complexe souterrain de Saulges qui se trouvent sur le territoire communal, indiquant par là-même l’ancienneté du peuplement ici.

L’or avec les annelets proviennent des armes de la famille de Thévalle qui fut seigneur du bourg pendant plusieurs siècles. La reprise intégrale des armes de famille étant interdite pour les municipalités, il suffit d’en emprunter un ou plusieurs éléments.

La roue de moulin image la présence de plusieurs de ces bâtiments sur l’Erve et plus particulièrement celui du Gô.

Les ornements sont deux gerbes de blé d’or mises en sautoir par la pointe et liées d’azur afin d’honorer l’agriculture du village.

Le listel d'argent porte le nom de la commune en lettres majuscules de sable.

La couronne de tours dit que l’écu est celui d’une commune ; elle n’a rien à voir avec des fortifications.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Supérieur des prêtres de la Mission du Mans de 1766 à 1775
  2. « Fond ingrat de 360 arpens, sçavoir : 200 en terres labourables, 50 en préz, 170 en bois et landes; 8 métairies » (Miroménil, 1696).«  Le sol », écrit André René Le Paige en 1777, « produit du seigle, du froment et de l'avoine ».
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Saint-Georges-le-Flechard - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Saint-Pierre-sur-Erve et Saint-Georges-le-Fléchard », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Saint-Georges-le-Flechard - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Saint-Pierre-sur-Erve et Le Mans », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Le Mans - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Le Mans - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Le Mans - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. Cartulaire d'Évron.
  24. Histoire des Courtin, p. 294.
  25. Ibid., p. 299.
  26. Histoire des Courtin, p. 303.
  27. Puillé
  28. Histoire des Courtin, p. 306.
  29. Registre paroissial
  30. Histoire des Courtin, p. 309.
  31. Carte Cénom., Hubert Jaillot
  32. Carte de Cassini
  33. p. 233.
  34. François Midy, juge au tribunal criminel de Laval, se plaignit de ce procédé ; Le juge de paix ne rédigea pas de procès-verbal parce que, expliqua-t-il, « cela lui semblait dangereux de verbaliser contre un officier », et qu'« il croyait qu'il y avait des ordres d'agir ainsi ». Le procès-verbal rédigé après coup ne servira à rien parce que le général prendra l'affaire sur lui et couvrira ses soldats. (Bull., t. XXIV, p. 24-26).
  35. Sur sa pierre tombale, qui servit plus tard de piédestal au crieur public, on lit : Jamais pour les trésors son cœur n'eut de penchants,
    L'heureuse éternité fixa ses sentiments,
    Pasteur zèlé, parent sans égal et vrai père,
    Son objet le plus cher fut à son Dieu de plaire.
  36. « François Delatouche est le nouveau maire de la commune », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  41. Le fief et seigneurie de la Cour d'Erve, 1560. Ce groupe de maisons anciennes est posté dans une situation escarpée au-dessus de la rivière. D'une fuye ancienne, il reste un pan de mur tout percé de trous pour les pigeons. Ont été sieurs de la Cour-d'Erve : le seigneur de Thévalle 1550 ; n.h. Jean de Frézeville, qui y demeurait avec sa femme Louise Rochereau, 1565; René Heurtebise, mari de Françoise Gaudin, 1672, (abbé Angot)
  42. « Manoir des Pins », notice no PA53000014, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. Fief mouvant de la châtellenie de Thorigné. Mentions en 1413, 1543, 1610, Hubert Jaillot, Carte de Cassini.
  44. « Les Amis du Moulin de Gô », (consulté le ).
  45. L'église comprend une nef romane, avec tour de même époque au pignon occidental, remarquablement forte et terminée par un toit en bâtière. Le chœur est éclairé au levant par une fenêtre ogivale, à meneau et tympan inscrivant un quatrefeuille. À l'intrados de l'arc triomphal était peint un zodiaque du XIIIe siècle dont l'abbé Angot a vu quelques fragments. Il poursuit par ailleurs : « On a découvert plus complètement en 1894, tout autour du chœur, des peintures murtales plus récentes, où l'on distinguait à côté de l'évangile le couronnement d'épines, de grandes dimensions ; en face, des niches avec personnages, d'autres scènes indéchiffrables et un appareil dont chaque moellon avait dans les angles intérieurs un petit remplissage cintré avec deux boules. Tout cela caché sous le badigeon n'a revu la lumière quelques semaines que pour être anéanti sans retour par un nouvel enduit ».
  46. Sur sa pierre tombale, Huet Courtin est représenté avec l'habit religieux et la tonsure monacale dans un encadrement finement gravé autour duquel on lit : « † ci gist M Huet Cortin qui trepassa en l'an de graice mil trois ccc trente Dieu vueille avoir lame en son paradis. Amen ». Les insignes religieux qu'il porte ne sont probablement que l'attestation d'un vœu in extremis du défunt, et l'on peut croire qu'il fut le mari d'Alix, dont la tombe était près de la sienne avec cette inscription : « † Ci gist Alis fame feu Huet Cortin laquelle trespassa [le jour de Pent]ecouste en l'an de graysse mil CCC quarante e trais ».
  47. On y voit un écusson losangé et on lit autour, en caractères gothiques : ...fame feu Huet Courtin laquelle trespassa [le jour de pent]ecouste en l'an de graysse mil CCC quarente e trais qui de....
  48. « Les peintres dans la rue pour la fête des Lumières », Ouest France,‎ (lire en ligne, consulté le ).