Jean de Lancastre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Jean de Lancastre
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean de Lancastre prie devant Saint Georges, détail d'une miniature du Livre des Heures de Bedford, vers 1423.

Titre

Duc de Bedford

1414

Prédécesseur Charge créée
Successeur George Neville
Biographie
Naissance
Décès
Rouen
Père Henri IV d'Angleterre
Mère Marie de Bohun
Conjoint Anne de Bourgogne
Jacquette de Luxembourg
Enfants Marie de Bedford
Description de l'image Arms of John of Lancaster, 1st Duke of Bedford.svg.

Jean de Lancastre (, Rouen), 1er duc de Bedford, est un membre de la famille royale d’Angleterre. Troisième fils d'Henri IV et de Marie de Bohun, il est le frère puîné du roi Henri V. À la mort de ce dernier, il devient régent du royaume de France du fait de la minorité de son neveu Henri VI, roi de France et d'Angleterre en application du traité de Troyes.

Carrière[modifier | modifier le code]

La tour de Babel,
Heures du duc de Bedford,
Maître de Bedford

Il est nommé connétable d’Angleterre par son père (1403), duc de Bedford et de Candale et comte de Richmond par son frère Henri V (1414) et enfin lieutenant général du royaume pendant les campagnes de ce dernier en France.

Il aide puissamment son frère à conquérir le royaume de France et est nommé régent de ce royaume à la mort du monarque, dont il proclame le fils Henri VI, à la fois roi de France et d’Angleterre (1422). Capitaine général en Normandie (1422-1435) et capitaine de Paris (1423-1429), il se fait également nommer duc d'Anjou et comte du Maine par un acte daté du et confirmé à Rouen par le jeune roi Henri VI d'Angleterre le [1] mais ne parvient pas à profiter de ces territoires.

Il remporte la bataille de Cravant (1423) et la bataille de Verneuil (1424), et est un moment maître de presque tout le royaume, mais la délivrance d'Orléans par Jeanne d'Arc (1429), puis le renversement d’alliance du duc de Bourgogne Philippe le Bon, au profit de Charles VII (1434) mettent un terme à ses succès, et il se voit bientôt enlever la plus grande partie de ses conquêtes.

Son échec final vient du fait qu’il ne peut réduire les résistances qui ne cessent de se manifester au nord de la Loire tout en ne parvenant pas à prendre pied au sud. Constamment sur la défensive, le maintien de ses troupes entraîne de lourdes charges financières. Il doit faire appel au Trésor anglais tout en alourdissant la fiscalité en France, ce qui lui vaut l’impopularité des deux côtés de la Manche. Au fil des revers anglais, il se replie peu à peu vers la Normandie. Il est le fondateur de l’Université de Caen (1432).

Miniature représentant Anne, duchesse de Bedford, priant devant sainte Anne (Heures de Bedford, British Library, Add MS 18850, fo 257vo ).

Le à Troyes[2], il épouse Anne de Bourgogne (1404-, Paris) fille de Jean sans Peur, duc de Bourgogne et de Marguerite de Bavière.

Veuf, il se remarie à Thérouanne, le , avec Jacquette de Luxembourg (1416?-), fille de Pierre Ier de Luxembourg et de Marguerite des Baux. Il n’a aucune postérité de ses deux unions.

Il eut une fille illégitime, Marie de Bedford, qui se maria avec Pierre de Montferrand (décapité en 1463), seigneur de Lesparre, et fils du seigneur de Langoiran, Bertrand III de Montferrand.

Il meurt subitement le à Rouen et est enterré dans la cathédrale Notre-Dame de la ville, son tombeau de marbre noir sera détruit en 1562 par les calvinistes, lors des guerres de religions. À cet emplacement, au pied du gisant d'Henri le Jeune, une plaque a été scellée.

Amateur d’art et de livres[modifier | modifier le code]

Marque de propriété aux armes de Bedford dans un manuscrit contenant des œuvres de Geoffroi de Charny (BNF, Manuscrit français 25447, fol. 3 (détail)

Le duc de Bedford commandita plusieurs manuscrits enluminés[3]. Son nom est resté attaché à plusieurs célèbres manuscrits du XVe siècle, dont le Bréviaire de Salisbury réalisé par un enlumineur anonyme surnommé le Maître de Bedford, mais aussi le Psautier et livre d'heures de Bedford, ainsi que les Heures de Bedford, que sa première épouse, Anne de Bourgogne avait reçues de son père Jean sans Peur comme cadeau de mariage[4].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Contamine, « Yolande d'Aragon et Jeanne d'Arc : l'improbable rencontre de deux parcours politiques », dans Éric Bousmar, Jonathan Dumont, Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb (dir.), Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance, Bruxelles, De Boeck, coll. « Bibliothèque du Moyen Âge », , 656 p. (ISBN 978-2-8041-6553-6), p. 17-18.
  2. Il avait déjà épousé Anne de Bourgogne par procuration le 13 ou le 17 avril précédent. Le 14 juin, il est présent en personne.
  3. Un manuscrit du XVè vendu 2M d'€, Le Figaro, 27 avril 2012.
  4. Showcases :: The Bedford Hours

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  • Charles Arthur John Armstrong, « La double monarchie France-Angleterre et la Maison de Bourgogne, 1420-1435 : le déclin d’une alliance », Annales de Bourgogne, t. XXXVII, no 146,‎ , p. 81-112 (lire en ligne).
  • Charles de Beaurepaire, « Fondations pieuses du duc de Bedford à Rouen », Bibliothèque de l'école des chartes, Paris, Librairie d'Alphonse Picard, t. XXXIV,‎ , p. 343-386 (lire en ligne).
  • Anne Curry, « John, duke of Bedford’s arrangements for the defence of Normandy in October 1434 : College of Arms MS Arundel 48, folios 274r-276v », Annales de Normandie, no 2,‎ , p. 235-251 (ISSN 0003-4134, lire en ligne).
  • Jean Favier, La Guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, , 678 p. (ISBN 2-213-00898-1, présentation en ligne).
  • Jean-Philippe Genet, « Le roi de France anglais et la nation française au XVe siècle », dans Rainer Babel et Jean-Marie Moeglin (dir.), Identité régionale et conscience régionale en France et en Allemagne du Moyen Age à l'époque moderne : actes du colloque / organisé par l'Université Paris XII-Val de Marne, l'Institut universitaire de France et l'Institut historique allemand à l'Université Paris XII et à le Fondation Singer-Polignac, les 6, 7 et 8 octobre 1993, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, coll. « Beheifte der Francia » (no 39), , 466 p. (ISBN 3-7995-7340-2, lire en ligne), p. 39-58.
  • Ralph A. Griffiths, « The minority of Henry VI, king of England and of France », dans Charles Beem (dir.), The Royal Minorities of Medieval and Early Modern England, New York, Palgrave Macmillan, , XII-260 p. (ISBN 9780230608665), p. 161-193.
  • Anne Grondeux, « La présence anglaise en France : les Anglais dans la vallée de la Seine sous la régence du duc de Bedford (1422-1435) », Journal des savants, Paris, de Boccard,‎ , p. 89-109 (ISSN 0021-8103, lire en ligne).
  • (en) Richard Ager Newhall, « The War Finances of Henry V and the Duke of Bedford », The English Historical Review, vol. 36, no 142,‎ , p. 172-198 (lire en ligne).
  • (en) Richard Ager Newhall, « Bedford's Ordinance on the Watch of September 1428 », The English Historical Review, vol. 50, no 197,‎ , p. 36-60 (lire en ligne).
  • (en) Benedicta J. H. Rowe, « Discipline in the Norman Garrisons under Bedford, 1422–1435 », The English Historical Review, vol. 46, no 182,‎ , p. 194-208 (lire en ligne).
  • (en) Benedicta J. H. Rowe, « The Estates of Normandy under the Duke of Bedford, 1422-35 », The English Historical Review, vol. 46, no 184,‎ , p. 551-578 (lire en ligne).
  • (en) Benedicta J. H. Rowe, « John Duke of Bedford and the Norman "Brigands" », The English Historical Review, vol. 47, no 188,‎ , p. 583-600 (lire en ligne).
  • (en) Benedicta J. H. Rowe, « John, duke of Bedford, in "The Mirror for Magistrates" Tragedy 30 », Notes and queries, vol. 22, no 7,‎ , p. 296-300 (lire en ligne).
  • (en) Mark Warner, « The Anglo-French dual monarchy and the house of Burgundy, 1420-1435 : the survival of an alliance », French History, Oxford, Oxford University Press, vol. 11, no 2,‎ , p. 103-130 (lire en ligne).
  • (en) Ethel Carleton Williams, My Lord of Bedford, 1389-1435, being a life of John of Lancaster, first duke of Bedford, brother of Henry V and regent of France, Londres, Longmans, Green and C°, , 300 p.