Brûlon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Sarthe
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Sarthe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Brûlon
La mairie de Brûlon.
La mairie de Brûlon.
Blason de Brûlon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Canton Loué
Intercommunalité Communauté de communes Loué-Brûlon-Noyen
Maire
Mandat
Daniel Coudreuse
2014-2020
Code postal 72350
Code commune 72050
Démographie
Gentilé Brûlonnais
Population
municipale
1 595 hab. (2014)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 58′ 02″ nord, 0° 14′ 01″ ouest
Altitude Min. 47 m – Max. 128 m
Superficie 16,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brûlon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brûlon
Liens
Site web www.mairie-brulon.fr

Brûlon est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, comptant 1 595 habitants en 2012[1] (les Brûlonnais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Brûlon est une commune sarthoise, chef-lieu du canton de Brûlon, située à 35 km à l'ouest du Mans et 17 km au nord de Sablé-sur-Sarthe. Elle est traversée par la route départementale no 4 Sablé-Sillé. Brûlon est située à 4 km de la sortie 1 de l'autoroute A81 qui relie notamment Le Mans à Laval.

Le territoire est bordé par la Vègre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Brûlon
Saint-Denis-d'Orques Joué-en-Charnie
Brûlon Mareil-en-Champagne
Avessé Chevillé Saint-Ouen-en-Champagne

Histoire[modifier | modifier le code]

Claude Chappe réalise sa première expérience publique de communication à distance entre Brûlon et Parcé le 2 mars 1791. L'expérience consista à placer deux cadrans mobiles dotés d'aiguilles et de chiffres, appelés tachygraphe, installés respectivement dans son village natal de Brûlon et le village de Parcé-sur-Sarthe distant de 14 km. L'expérience, qui consistait à envoyer un message dans chaque sens, fut réussie et authentifiée par un compte rendu officiel. Claude Chappe put, avec ces preuves de fonctionnement, se rendre à Paris pour promouvoir son invention.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 Gaston Lecomte    
1977 Alphonse Mayet    
1995 André Mary   Exploitant forestier
2001 Guy Gauthier   Chef d'entreprise
en cours Daniel Coudreuse[2]   Enseignant
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 595 habitants, en augmentation de 4,8 % par rapport à 2009 (Sarthe : 1,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 165 1 310 1 386 1 635 1 526 1 652 1 731 1 796 1 842
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 801 1 792 1 708 1 651 1 715 1 774 1 619 1 551 1 550
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 454 1 369 1 347 1 222 1 254 1 263 1 269 1 227 1 142
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 206 1 171 1 150 1 126 1 296 1 341 1 411 1 522 1 595
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Brûlon est une commune agricole, industrielle et touristique.

83 % de la surface de la commune est utilisée à des fins agricoles. 23 exploitants sont installés sur 17 exploitations dont la superficie moyenne est de 74 hectares. La concentration prévaut sur le nombre d'installations nouvelles. L'agriculture est dominée par l'élevage hors-sol (porcs, volailles dont les volailles de Loué) et les vaches allaitantes.

L'industrie a été favorisée par l'arrivée au début des années 1980 de l'autoroute A81 dont la sortie 1, sur la commune de Joué en Charnie, n'est distante que de 4 km de la commune. Le dynamisme industriel est essentiellement basé sur l'entreprise FPEE (fabrication industrielle de menuiseries alu ou PVC) et ses succursales (Art et fenêtre, Ouverture, Mixal, etc.) FPEE est la première entreprise à s'être installée sur la zone industrielle de Brûlon.

L'économie touristique s'appuie sur de l'hôtellerie de plein air, de l'hôtellerie classique, séjours à thème (Tipis), restaurant, gîtes et chambres d'hôtes. Un syndicat d'initiative est ouvert à l'année. La compétence économique est exercée par la communauté de communes Vègre et Champagne, dont Brûlon, commune-centre et chef-lieu de canton, fait partie.

Patrimoine et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.
La façade de l'église.
  • L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul (XIe siècle, remaniée au XIXe siècle).
  • Le prieuré (XVe et XVIe siècles).
  • La motte féodale.
  • La maison natale de Claude Chappe, inventeur du télégraphe (XVIIe et XVIIIe siècles).
  • Le musée Claude Chappe.
  • La tour du Pissot (XIXe siècle).
  • L'ancienne gare (XIXe siècle).
  • Le château de Vert (XIXe siècle).
  • Le château de Bellevue.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Manifestations passées[modifier | modifier le code]

  • 1996 : Coupe de France de VTT
  • 1997 : Coupe de France de VTT
  • 2002 : Coupe d'Europe de VTT (5e manche)

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Base de loisirs : plan d'eau (baignade et activités), tipis.
  • Base VTT labellisée FFC.
  • Randonnées.
  • Les Tipis du bonheur de vivre.
  • Le club de football de Brûlon, la Patriote Brûlonnaise, présidé par Roger Peslier, comprend aux alentours de 70 licenciés dès 18 ans. L'équipe phare du club évolue au niveau DSR de la ligue.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Brûlon est jumelée comme beaucoup de communes de la Sarthe à une petite ville du Lincolnshire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Claude Chappe (1763 à Brûlon - 1805), physicien, inventeur du télégraphe aérien et des tours de Chappe.
  • Émile Grouard (1840 à Brûlon - 1931), prélat et missionnaire catholique.
  • Paul Cointreau, sabotier et inventeur brûlonnais. Pour la pêche, il invente le bouchon ferré et le cueille fruit. Il a reçu la médaille d'argent au concours Lépine pour sa plus célèbre invention : les crampons moulés des chaussures de football[réf. nécessaire].
  • Jules Delamotte et William Béatrix : résistants brûlonnais de la Seconde Guerre mondiale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, superficie : IGN[7].
  1. Population municipale 2014.
  2. Réélection 2014 : « Les nouveaux maires et adjoints déjà élus en Sarthe », Le Maine libre,‎ (consulté le 30 mars 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Répertoire géographique des communes (http://professionnels.ign.fr/42/produits-gratuits/produits-gratuits-a-telecharger.htm).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :