Voutré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Voutré
Voutré
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Mayenne
Canton Évron
Intercommunalité Communauté de communes des Coëvrons
Maire
Mandat
Dominique Richard
2015-2020
Code postal 53600
Code commune 53276
Démographie
Gentilé Voutréen
Population
municipale
913 hab. (2015 en augmentation de 2,82 % par rapport à 2010)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 08′ 11″ nord, 0° 17′ 27″ ouest
Altitude Min. 117 m
Max. 326 m
Superficie 18,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de Mayenne
City locator 14.svg
Voutré

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de Mayenne
City locator 14.svg
Voutré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Voutré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Voutré
Liens
Site web voutre.mon.village.free.fr

Voutré est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 913 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune s'étend au sud des collines des Coëvrons.

Communes limitrophes de Voutré[1]
Assé-le-Bérenger Assé-le-Bérenger Saint-Georges-sur-Erve,
Vimarcé (par un angle)
Évron Voutré[1] Rouessé-Vassé (Sarthe)
Sainte-Suzanne Torcé-Viviers-en-Charnie Torcé-Viviers-en-Charnie

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Vulteriaco en 989[2]. Le toponyme serait issu de l'anthroponyme latin Vulturius[2].

Le gentilé est Voutréen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Voutréens morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale.

En juillet 1878[3], on fit la découverte d'un squelette humain dans une caverne sans issue, une grotte naturelle découverte à l'occasion du creusement d'une cave. Assez profonde et couverte d'eau au niveau du ruisseau Merdereau[4] qui coule à 200 mètres, cette caverne restée longtemps inexplorée contenait ces restes d'un homme de la préhistoire dont la datation devrait être facilitée par la présence au sol de grossières poteries éparses[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1790 28 prairial an II Guillaume Coupard    
28 prairial an II 27 thermidor an VIII Joseph Massot    
27 thermidor an VIII 17 brumaire an XII René Lepine    
18 brumaire an XII 13 décembre 1806 Guillaume Coupard    
13 décembre 1806 28 août 1813 Louis Blanche    
28 août 1813 13 mai 1816 Jean Moquereau Labarie    
13 mai 1816 14 octobre 1830 Jean Duval    
14 octobre 1830 11 mai 1860 René Étienne Pottier    
11 mai 1860 3 mai 1865 Jean-Baptiste Cornuau   Propriétaire
3 mai 1865 28 janvier 1870 François-Grégoire Richard   Propriétaire
28 janvier 1870 13 février 1874 Jacques Moquereau Labarrie   Notaire
13 février 1874 13 janvier 1878 Jean-Michel Maiche   Agriculteur propriétaire
13 janvier 1878 18 novembre 1881 Jacques Moquereau Labarrie   Notaire
18 novembre 1881 2 février 1902 Joseph Léovite Lechat   Instituteur public
9 février 1902 13 décembre 1938 Paul Carel   Directeur usine de carbonisation
12 février 1939 29 octobre 1947 Louis Bidard   Entrepreneur en maçonnerie
29 octobre 1947 21 mars 1965 Angèle Ligère   Institutrice publique
21 mars 1965 26 août 1996 Paul Hainry   Instituteur public
12 septembre 1996 mai 2015[6] Jean-Pierre Bourdin[7] DVG Professeur de collège
juillet 2015[8] en cours Dominique Richard   Agriculteur


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et cinq adjoints[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2015, la commune comptait 913 habitants[Note 2], en augmentation de 2,82 % par rapport à 2010 (Mayenne : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Voutré a compté jusqu'à 1 506 habitants en 1881.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
944 1 004 947 1 095 1 089 1 108 1 201 1 155 1 143
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 178 1 211 1 270 1 304 1 352 1 506 1 349 1 393 1 368
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 409 1 435 1 374 1 199 1 147 1 132 1 202 1 100 1 111
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 093 1 064 980 915 819 821 856 861 915
2015 - - - - - - - -
913 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La carrière de Voutré[modifier | modifier le code]

Sur la commune de Voutré, dans une partie qui s'étend d'Assé-le-Béranger à Sillé-le-Guillaume, il existe une carrière de rhyolites bréchiques et cinérites, qu'aussi longtemps qu'on puisse remonter dans son histoire on appelle la « Kabylie[14] ». La tentation est grande d'expliquer la toponymie du lieu par une main-d'œuvre nord-africaine qui n'est jamais venue travailler en cette contrée mayennaise. Il est beaucoup plus probable qu'on ait voulu souligner ainsi la comparaison assez juste entre certains reliefs algériens et les collines des Coëvrons, à ce détail près que le point culminant de la « Kabylie » voutréenne n'a jamais guère dépassé 360 mètres. La « Kabylie » appartient à la « Société des Carrières de Voutré » qui dépend du groupement SNCO (« Société nouvelle des carrières de l’Ouest ») devenue SCO depuis fin 2006. Le groupe SCO fait lui-même partie du groupe « Basaltes »[15].

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre, du XIXe siècle. Elle abrite deux plaques funéraires du XIVe et du XVIIIe siècle et une statue du XVIe classées à titre d'objet aux Monuments historiques[16].
  • Chapelle des Trois Poiriers, du XVIIIe siècle, près de la limite avec Torcé-Viviers-en-Charnie.
  • Dolmen des Îles, classé au titre des Monuments historiques depuis le 15 février 1978[17].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le Club athlétique voutréen fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Hainry (1920-2007), résistant, syndicaliste, maire et instituteur à Voutré.
  • Mireille Perrier (née en 1959), comédienne, habite dans la maison où est née, en 1893, sa grand-mère paternelle Denise Brossier, épouse de Paul Perrier[19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  3. On trouvera les informations fournies dans ce paragraphe dans Amand Dagnet, professeur de l'enseignement secondaire, officier d'Académie, Histoires des Coëvrons, Laval, Imprimerie-librairie Vve A. Goupil, 2e édition, 1905, 208 pages, pp. 13-17.
  4. Merdereau est un nom appliqué assez souvent aux ruisseaux du Maine, notamment celui qui a été canalisé place des Jacobins au Mans. Ils tirent leur nom des lavoirs construits sur leur bord.
  5. Voir R. Verneau, Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, « Sur la grotte de Voutré (Mayenne) », année 1879, volume 2, numéro 2, pp. 503-516.
  6. « Voutré. Le maire, Jean-Pierre Bourdin, est décédé », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 27 mai 2015)
  7. Réélection 2014 : « Jean-Pierre Bourdin a été réélu maire », sur Ouest-france.fr (consulté le 5 avril 2014)
  8. Le Courrier de la Mayenne, article Internet du 10 juillet 2015.
  9. « Voutré (53600) - Municipales 2014 », sur Ouest-france.fr - Municipales 2014 (consulté le 4 décembre 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. Amand Dagnet, Ibid.
  15. Voir également un très bon article documenté sur l'histoire de la carrière.
  16. « Œuvres mobilières à Voutré », base Palissy, ministère français de la Culture.
  17. « Dolmen dit Dolmen des Iles », notice no PA00109626, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « CA voutréen », sur Site officiel de la Ligue du Maine (consulté le 5 décembre 2014)
  19. https://www.ouest-france.fr/la-comedienne-mireille-perrier-est-de-retour-sur-scene-827161

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :