Radio BIP

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Radio BIP
Description de l'image Logo Radio BIP 2015.png.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Siège social Besançon
Propriétaire Indépendant.
Slogan « Bisontine, Indépendante et Populaire. »
Langue Français de Franche-Comté
Statut Associatif et d'intérêt général.
Site web http://radiobip.fr
Historique
Création
Dates clés Radio 25 (1977-1978)
Radio BIP (depuis 1981)
Média 25 (depuis 2015)
Diffusion hertzienne
GO  Non
AM  Non
FM  Oui
RDS  Oui
DAB+  Oui
Satellite  Non
Diffusion câble et Internet
ADSL  Oui
Streaming  Oui
Podcasting  Oui

Radio BIP (Bisontine, Indépendante et Populaire) est une radio FM française locale et associative, active à Besançon et en Bourgogne-Franche-Comté. D'abord lancée en tant que radio pirate de 1977 à 1978, elle est refondée en 1981 et devient une radio libre. Après quarante-trois ans d'existence, elle se caractérise toujours par son indépendance, le refus de tout financement publicitaire, et une place importante offerte aux partis politiques ainsi qu'au monde associatif. En complément de ses activités traditionnelles, elle se développe aussi depuis 2015 sur les canaux vidéos et écrits avec l'entité Média 25. C'est par ce biais qu'elle est récemment devenue une référence des mouvements sociaux et alternatifs de la région, alimentant plusieurs dossiers significatifs dans ce registre.

Historique[modifier | modifier le code]

Radio pirate (1977-1978)[modifier | modifier le code]

Radio BIP est lancée en 1977 sous le nom de Radio 25[1],[2],[3], notamment sous l'égide du militant altermondialiste Jean-Jacques Boy[1],[4],[5],[6],[7],[2],[8],[9]. Elle émet alors illégalement en tant que radio pirate[1],[10] depuis la terrasse de l'appartement d'Henri Lombardi, autre fondateur qui demeure dans la cité des 408[1],[4],[11],[12],[2],[3]. Bien que touchant quelques dizaines d'auditeurs à ses débuts, elle s'inscrit alors dans le contexte national et international des années 1970 revendiquant une plus large liberté d'expression et la fin du monopole d’État dans le domaine de la radio et de la télévision[1],[2],[3]. Elle s'impose rapidement comme l'une des fréquences comtoises les plus surveillées par la Préfecture et le renseignement territorial[11], comme le révèlent des notes désormais entreposées aux archives départementales du Doubs[1],[2],[3].

Outre son caractère par essence « subversif », le ton ouvertement hostile au pouvoir et abordant également d'autres thèmes comme les mouvements sociaux, le droit des immigrés, ou l'écologie, inquiètent les autorités[1],[2],[3]. Elle fait alors l'objet d'une écoute quotidienne, d'un fichage rigoureux, mais aussi d'une surveillance physique de la part des agents[1], poussant ses acteurs à émettre de façon mobile dans les collines et les bois notamment aux abords du fort de Chaudanne[2],[3]. Dans une période encore marquée par le symbole Lip et alors que la radio s'implique dans la controverse du projet de grand canal[2], le profil « underground » des bénévoles et sympathisants ainsi que la notoriété grandissante du média conduisent les services de police à l'interrompre définitivement[1],[3]. Plusieurs de ses acteurs sont finalement arrêtés, le matériel saisi, et le projet stoppé, avant même de fêter son premier anniversaire[13],[14],[2],[3], bien que soulevant l'indignation et le soutien d'une part importante de la population[1],[4].

Quatre de ses animateurs, Benoit Roche, vingt-quatre ans, éducateur, Jean-Paul Marthey, trente ans, manutentionnaire, Ghislaine Seguin, vingt-trois ans, éducatrice, et Gérard Pomez, vingt-six ans, agent de service, sont aussi condamnés le , par le tribunal de grande instance de Besançon, à 5 000 francs d'amende avec sursis, pour diffusion clandestine sur les ondes FM, ainsi qu'à un franc symbolique de dommages-intérêts auprès de TéléDiffusion de France en tant que partie civile[15].

Radio libre (depuis 1981)[modifier | modifier le code]

Le noyau qui compose Radio 25 se retrouve en 1981 avec la libéralisation des ondes, et refonde une radio libre le sous le nom de radio BIP[4],[11],[12],[2],[3] (acronyme pour « Bisontine, Indépendante et Populaire »). Elle s'installe dans des locaux situés rue Battant, dans un premier temps, pour emménager en 1983 rue de la Viotte aux Chaprais près de la gare du centre, site qui constitue encore aujourd'hui son siège[3],[1],[4]. L'association compte jusqu'à quatre salariés en 1983, mais rapidement la période est marquée par une instabilité du nombre de volontaires et des difficultés financières[4],[11],[12],[3]. Pourtant le média maintien et ancre ses valeurs initiales d'indépendance et d’impertinence, œuvrant à « donner la parole à ceux qui ne l'ont pas[1],[3]. » Les micros-trottoir, débats politiques et sociétaux, et couverture des manifestations, restent alors privilégiés[1].

Le comédien Jérôme Bertin y fait ses premières armes, animant une émission en 1985[16]. En 1991 l'engagement de Radio BIP est singulièrement salué par le député-maire PS Robert Schwint et le conseil municipal de l'époque, leur octroyant une subvention exceptionnelle[17]. L'association apparaît également parmi les signataires d'un appel à manifester contre le Front National, qui réunira plus de 50 000 personnes le à Strasbourg[18]. Une position toujours assumée en 2022, la rédaction affichant ouvertement son opposition aux idées d'extrême-droite[3]. Christine Relange, présidente de 2000 à 2015, dresse une fresque remarquée sur les anciens ouvriers de la Rhodiacéta[19] et réalise une chronique cinéma fournie[20].

En , radio BIP est restructurée[3]. Claude Melzi, alors président, démissionne de son poste. Une ancienne journaliste, Dominique Goetz, aujourd'hui directrice d'antenne, réorganise l'ensemble. Henri Lombardini, cofondateur, devient président à partir de 2016, à la suite du départ de son prédécesseur nommé par intérim. La nouvelle équipe redynamise ainsi la radio en renforçant l'esprit et le format d'origine[3] ; les classiques demeurent à l'instar de plusieurs programmes historiques et de certains événements chroniques[21], alors que des espaces sont dédiés à l'expression libre notamment de jeunes de quartiers ou de minorités[1].

Évolution récente (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

En 2015 radio BIP évolue en multi-canal[1],[22],[2],[3] : audio avec sa fréquence (96.9FM, Grand Besançon), écrit avec le développement du site dédié aux actualités locales ainsi qu'à la mise à disposition des podcasts et du FM (radiobip.fr), et aussi vidéo sous le nom de Média 25 avec une place prépondérante au direct (direct.m25.fr).

Cette offre correspond par ailleurs à une période de regain et de radicalisation des mouvements sociaux et politiques en France, notamment depuis l'opposition à la loi Travail de 2016. Dans le cadre d'un blocage du conseil d'administration de l'Université de Franche-Comté à Besançon le [23],[24],[25], un premier dossier va permettre la pleine émergence de la radio dans le champ médiatique. La seule prise interne de ces événements, réalisée par la journaliste Emma Audrey, va ainsi être particulièrement visionnée, débattue, et diffusée sur les réseaux sociaux et d'autres médias locaux et régionaux[26].

Cette démarche se poursuit pleinement durant le mouvement des Gilets jaunes à partir du [1],[3], malgré pour la première fois l'agression à connotation raciste d'un photographe bénévole sur le terrain[27],[28],[29]. Les équipes de Radio BIP/Média 25 gagnent toutefois une large confiance qui s'exprime ouvertement dans les cortèges, alors que de nombreux médias sont au même moment vivement critiqués[1],[2].

Dans la nuit du 1er au l'association est la cible d'un cambriolage, l'essentiel du matériel vidéo ayant été dérobé pour un préjudice d'environ 10 000 euros[30],[31],[32],[3]. La veille de la Journée mondiale de la liberté de la presse cet incident est particulièrement mal vécu, puisqu'il suspend tout travail de terrain et impacte lourdement les finances déjà fragiles du média[30],[31],[32]. Il s'inscrit surtout dans un contexte de violences récurrentes visant spécifiquement radio BIP, hostilité que la rédaction attribue à ses positions humanistes en opposition avec l'extrême-droite locale[32],[33],[3].

Affaires et dossiers notables[modifier | modifier le code]

Matraquage d'un manifestant[modifier | modifier le code]

Le à Besançon, entre 500 et 1 000 participants prennent part à « l’acte 20 » des gilets jaunes. Alors que la Préfecture affirme que des éléments séditieux sont présents par « l'infiltration de vingt à trente black-blocs », une charge policière tente de disloquer l'ensemble du cortège au niveau de la City-CLA[34]. La journaliste Emma Audrey tourne et diffuse pendant cette phase le matraquage d'un manifestant de vingt-deux ans apparaissant pourtant pacifique, provoquant une polémique nationale[3],[35],[36],[37],[38]. Le Préfet du Doubs Joël Mathurin réagit en discréditant la lecture évidente des images et évoque selon lui un individu « faisant obstruction aux forces de l'ordre » et « essayant de ramasser une bombe lacrymogène tombée à ses pieds[39]. » Mais il finit par rétro-pédaler en moins de 24h et saisit l'IGPN, alors qu'une plainte est déposée par la victime et que la séquence se révèle accablante pour les autorités[40],[41],[42]. Interrogés sur cette scène un syndicat policier local et le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner maintiendront pourtant la version initiale, en précisant néanmoins que l'acte de violence du fonctionnaire affecté à la BAC n'était pas volontaire[43]. Fin 2019 les procédures sont classées sans suite par le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux qui estime que l'agent « n'avait pas d'intention coupable[44] », issue et termes qui suscitent la colère et le désaveu des institutions[43],[45],[46]. Après un recours sous l'égide de l'avocat Arié Alimi, le fonctionnaire est finalement jugé et condamné le pour « violences volontaires avec arme par dépositaire de l'autorité publique[47],[48]. »

Altercation du quai Veil-Picard[modifier | modifier le code]

Le à Besançon, une altercation éclate en marge de « l’acte 22 » des gilets jaunes. Un collaborateur de Radio BIP/Média 25 est pris à partie quai Veil-Picard par un passant en état d'ébriété qui explique « en avoir marre des manifestations », et le confondant avec un participant le menace puis le frappe à plusieurs reprises[49],[50],[51],[52]. Un mouvement de foule se forme, l'individu ne parvenant pas à être raisonné ou maîtrisé alors que des coups sont échangés[49],[50],[51],[52]. Le , les protagonistes incluant un autre correspondant indépendant de Factuel.info sont convoqués au commissariat et placés en garde à vue pour « violences volontaires en réunion[49],[50],[51],[52]. » Les deux rédactions dénoncent une répression contre leur média, et sont alors soutenues[53],[54],[55] par la profession (SNJ, SNJ-CGT, Edwy Plenel, Hervé Kempf, Denis Robert…), des personnalités intellectuelles et politiques (Anne Vignot, Barbara Romagnan, Marie-Guite Dufay, Jérôme Durain, Gabriel Amard, Michel Antony, Nicolas Bourgoin, Serge Quadruppani, Dominique Vidal, Aurélie Trouvé, Berth, Maxime Renahy…), ou encore des organisations locales et régionales (LDH, FSU, FO, CGT, EÉLV…). Le le procès de première instance se tient[56], reconnaissant l'ensemble des prévenus dont les journalistes coupables avec une peine de deux mois de prison avec sursis pour ces derniers[57]. Un seul a interjeté cette décision et fut rejugé le auprès de la cour d'appel de Besançon, écopant finalement de 150€ d'amende le [58].

Enquêtes sur l'extrême-droite[modifier | modifier le code]

Cet organe de presse se distingue également par ses enquêtes concernant l'extrême-droite locale. Il documente ainsi le cas d'un commando nationaliste, ayant perpétrés des violences contre un groupe féministe le à Dijon[59]. Lors d'une violente agression perpétrée dans la nuit du au à Besançon, Radio BIP/Média 25 permet d'attribuer clairement la connotation raciste en exposant le parcours singulier de l'agresseur[60]. Celui s'avère être un néonazi convaincu passé par divers groupuscules dont le Front comtois, avant d'être incorporé dans le régiment Azov pendant la guerre du Donbass[60]. Jugé en comparution immédiate, la circonstance discriminative aggravante est reconnue portant la condamnation à deux ans de prison[61],[62]. Le durant les manifestations contre le passe sanitaire à Besançon, un des journalistes de la rédaction notamment responsable des thèmes liés à l'extrême-droite est frappé et menacé par un responsable de Terre et Peuple[63],[64],[65]. L'incident, filmé, motivera un dépôt de plainte, et sera dénoncé par le SNJ-CGT[66] et RSF[67]. Le média est, depuis, régulièrement la cible de cette mouvance, relevant des poses d'autocollants et d'inscriptions sur les locaux, ainsi que des vagues de harcèlement et d'insultes en particulier sur les réseaux sociaux[32],[3]. Une réalité régulièrement dénoncée par les syndicats, qui exposent des pressions, dégradations, et autres agressions, s'enchaînant depuis plus d'un an, sans conséquences policières et judiciaires[33].

Autres et divers[modifier | modifier le code]

Le en marge de « l’acte 9 » des gilets jaunes, des échauffourées ont lieu aux abords de la gare Viotte. Un correspondant pour Factuel.info aurait été ciblé par des Flash-Ball, motivant un dépôt de plainte contre les agents de la BAC incriminés[68]. La Préfecture dément fermement l'usage de cette arme, mais Radio BIP recueille des témoignages et documente une blessure grave contraignant les autorités à bien reconnaître des tirs de LBD[69].

Le lors de la fête nationale à Besançon, le défilé militaire et la prise d'arme sont chahutés par un groupe de gilets jaunes au passage des élus. Une quinzaine de manifestants ainsi qu'un collaborateur de Radio BIP pourtant en règle et identifié sont alors exfiltrés de l'événement, arrêtés, et conduits au poste, officiellement pour une vérification d'identité[70].

Le , des gilets jaunes fêtent leur premier anniversaire sur un rond-point de Besançon. Rapidement évacués, un reporter de Radio BIP est alors pris à partie par le nouveau DDSP Mickel Klein qui tente d'obstruer son direct avant d'ordonner son interpellation pour le port d'un masque à gaz[71]. Auditionné au commissariat le lundi suivant, toutes les charges seront abandonnées[71].

Le un rassemblement de soutien à deux gilets jaunes interpellés se déroule aux abords du commissariat de Besançon. Alors que des fonctionnaires décident de disperser la foule, des propos insultants, homophobes, et menaçants, proférés par un policier, sont enregistrés par la journaliste Emma Audrey[3],[72],[73],[74],[75],[76]. Associations et syndicats protestent à l'image de Flag !, la Préfecture saisissant rapidement l'IGPN[72],[73],[74],[76].

Informations légales et identité[modifier | modifier le code]

Statut et organisation[modifier | modifier le code]

Radio BIP est une association loi de 1901[77] reconnue d'intérêt général. Elle est structurée autour de deux salariées à temps plein et en CDI[2], ainsi que d'une trentaine d'adhérents et autant de bénévoles[3],[1],[22]. Ces derniers animent ainsi l'essentiel des activités associatives et radiophoniques, et garantissent par ailleurs une base financière avec leurs cotisations[1]. Les décisions sont prises de façon collégiale, un principe d'horizontalité étant de fait pratiqué entre tous les membres[1]. Refusant le financement publicitaire[3], le budget annuel de 90 000 euros est réparti entre le fonds de soutien à l'expression radiophonique (FSER) du ministère de la culture, fond obligatoire pour les radios FM de catégorie A (associatives), les messages d’intérêt général (MIG) et d'autres apports (moins de deux tiers par les dons des auditeurs et les contributions des adhérents[1],[22],[2]). Cet équilibre précaire, tant en ressources humaines qu'en moyens, forme aussi l'identité et la richesse du média[1].

Licences et diffusion[modifier | modifier le code]

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel reconnaît à Radio BIP la licence d'exploitation de catégorie A, en 2007[78], 2008[79], 2012[80], et 2017[81], ainsi qu'en DAB+ à partir du [82]. Son audience était estimée à 6 000 000 de visites uniques tout canaux confondus en 2018[22], mais les chiffres stricto-sensu des différents rapports Médiamétrie affichent une part d'audience égale ou inférieur à 1% du marché dans l'agglomération[83].

Programmation[modifier | modifier le code]

Anciennes émissions
  • « Des ponts pas des murs », émission du Collectif de Défense des Droits et Libertés des Étrangers (CDDLE) animée par Jean-Jaques Boy ;
  • « Ouvrons la Caverne », émission animée par la philosophe Jeanne Neri et Christiane.
Émissions actuelles

Anciens logos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v Clément Jeannin pour France 3 Franche-Comté, « Feuilleton : la Saga Radio BIP », édition du (consulté le ).
  2. a b c d e f g h i j k l m et n Fred Jimenez pour l'Est républicain, « Radio BIP : l’esprit libre et pirate des débuts », édition du , p. 6-7 (lire en ligne).
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x Sevin Rey-Sahin pour le Monde, « « Je ne vais pas mettre un gilet pare-balles dans le studio quand même » : à Besançon, Radio BIP victime de dégradations », édition du (consulté le ).
  4. a b c d e et f Schoop.fr, « Fiche historique de radio 25/radio BIP » (consulté le ).
  5. Daniel Bordür pour Factuel.info, « Jean-Jacques Boy, disparition d'un juste des temps actuels », édition du (consulté le ).
  6. Isabelle Brunnarius pour France 3 Franche-Comté, « Décès du militant Jean-Jacques Boy : Jean-Jacques, c’est quelqu’un d’inestimable », édition du (consulté le ).
  7. L'Est républicain, « Jean Jacques Boy nous a quittés », édition du (consulté le ).
  8. Besançon Votre ville, numéro 434, avril/mai 2021, page 4 (aperçu).
  9. Le Maitron, « notice Boy Jean-Jacques par Georges Ubbiali », version mise en ligne le (consulté le ).
  10. Daniel Lesueur, Radios pirates - de radio Caroline à la bande FM, Camion blanc, , 400 p. (ISBN 9782357791176).
  11. a b c et d France 3 Franche-Comté, « Radio BIP et radio Sud à Besançon », journal télévisé du (extrait en ligne, d'après les archives de l'INA) (consulté le ).
  12. a b et c Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Petit Futé édition Bourgogne 2018/2019, Éditions le Petit Futé, , (ISBN 979-10-331-9184-1).
  13. Thierry Lefebvre, La Bataille des radios libres : 1977-1981, Nouveau Monde éditions, 2008, 421 p. (ISBN 9782365831154).
  14. Annick Cojean, FM - La folle histoire des radios libres, Éditions Grasset, , 334 p. (ISBN 9782246802525).
  15. Le Monde, « Les poursuites contre les animateurs de radios libres », édition du .
  16. B.L. pour France 3 Franche-Comté, « Jérôme Bertin, ex journaliste de FR3 Bourgogne, quitte la série Plus belle la vie », édition du (consulté le ).
  17. Compte-rendu de Grand Besançon Métropole, « Extrait du registre des délibérations municipales portant sur les subventions à Radio-Bip et à Besançon Basket Comté », séance du (consulté le ).
  18. Topo, « Radio Bip, une histoire de 16 ans », archive de (consulté le ).
  19. Nicolas Mensch, La Rhodiacéta de Besançon : Paroles ouvrières, Éditions L'Harmattan, , 236 pages, (ISBN 9782140097409), page 9.
  20. Jean-Claude Goudot pour Factuel.info, « Disparition de Christine Relange, ancienne directrice de Radio BIP », édition du (consulté le ).
  21. L'Est républicain, Un cycle de conférences autour de la santé », édition du (consulté le ).
  22. a b c et d Compte-rendu de Grand Besançon Métropole, « Extrait du registre des délibérations municipales portant sur les subventions de fonctionnement aux radios associatives locales », séance du (consulté le ).
  23. Sophie Courageot pour France 3 Franche-Comté, « Besançon : des étudiants interrompent le conseil d'administration de l'Université », édition du (consulté le ).
  24. L'Express avec AFP, « Besançon: le conseil d'administration de l'Université de Franche-Comté séquestré », édition du (consulté le ).
  25. Le Figaro Étudiant avec AFP, « Pour protester contre la sélection à la fac, des étudiants «séquestrent» le conseil d’administration », édition du (consulté le ).
  26. Alexane pour MaCommune.info, « Une vidéo de l'évacuation des étudiants du CA de l'Université de Franche-Comté devient virale… », édition du (consulté le ).
  27. Isabelle Brunnarius pour France 3 Franche-Comté, « Gilets jaunes à Besançon : le photographe agressé porte plainte », édition du (consulté le ).
  28. Willy Graff pour L'Est républicain, « Gilets jaunes : enquête ouverte pour l’agression raciste d’un photographe à Besançon », édition du (consulté le ).
  29. L.Be. avec AFP pour 20 Minutes, « #PayeToiUnJournaliste : des reporters dénoncent les violences des gilets jaunes »Médiamétrie, édition du (consulté le ).
  30. a et b Sophie Courageot pour France 3 Franche-Comté, « Besançon : après un cambriolage et le vol de son matériel vidéo, Radio Bip, la radio indépendante lance un appel aux dons », édition du (consulté le ).
  31. a et b Alexane pour MaCommune.info, « Radio Bip cambriolée à Besançon : un appel aux dons pour racheter du matériel », édition du ) (consulté le .
  32. a b c et d Willy Graff pour l'Est républicain, « Cambriolé, le média Radio Bip déplore 10 000€ de vol de matériel », édition du (consulté le ).
  33. a et b SNJ-CGT, communiqué du  : « Soutien à Média 25 / Radio Bip et à tous les journalistes empêchés de faire leur métier » (consulté le ).
  34. Valentin Collin pour l'Est républicain, « Gilets jaunes à Besançon : présence de black blocs, la préfecture ordonne la dislocation de la manifestation », édition du (consulté le ).
  35. Laure Ducos pour Midi libre, « Gilet jaune matraqué et blessé à la tête à Besançon : une enquête ouverte », édition du (consulté le ).
  36. Vincent Gautronneau pour Le Parisien, « Le policier a mis toute sa force, confie le Gilet jaune frappé à Besançon », édition du (consulté le ).
  37. Anne-Charlotte Dusseaulx pour le JDD, « Besançon : le Gilet jaune matraqué a-t-il vraiment fait obstacle de sa personne ? », édition du (consulté le ).
  38. Le HuffPost avec AFP, « Gilets jaunes: l'IGPN saisie après le matraquage d'un manifestant à Besançon », édition du (consulté le ).
  39. Valentin Collin pour l'Est républicain, « Besançon : un gilet jaune matraqué à la tête par un policier » édition du (consulté le ).
  40. Sophie Courageot pour France 3 Franche-Comté, « Besançon : le Préfet du Doubs saisit l'IGPN après un coup de matraque sur un gilet jaune », édition du (consulté le ).
  41. Willy Graff pour l'Est républicain, « Besançon : le gilet jaune matraqué va porter plainte, la préfecture rétropédale », édition du (consulté le ).
  42. Elie Abergel pour France Bleu Besançon, « Une bavure policière à Besançon pendant l'acte 20 des gilets jaunes ? », édition du (consulté le ).
  43. a et b Sophie Courageot pour France 3 Franche-Comté, « Gilet jaune matraqué par un policier à Besançon : la plainte du jeune homme a été classée sans suite », édition du (consulté le ).
  44. Valentin Collin pour l'Est républicain, « Gilet jaune matraqué : la plainte classée sans suite », édition du (consulté le ).
  45. Elise Vincent et Nicolas Chapuis pour le Monde, « Gilets jaunes : deux policiers vont être jugés à Paris pour violences volontaires », édition du (consulté le ).
  46. Laura Martel pour RFI, « Gilets jaunes : polémique autour du premier procès de policier pour violences », édition du (consulté le ).
  47. France Bleu Besançon, « "Gilet jaune" matraqué à Besançon en 2019 : le policier a été reconnu coupable », édition du (consulté le ).
  48. Le Figaro avec AFP, « Besançon : un policier condamné pour avoir frappé un «gilet jaune» », édition du (consulté le ).
  49. a b et c S.C. pour France 3 Franche-Comté, « Besançon : Trois personnes en garde à vue pour violences en réunion pendant une manifestation de gilets jaunes » édition du (consulté le ).
  50. a b et c G.V. pour 20 Minutes avec AFP, « Gilets jaunes à Besançon : Trois personnes, dont deux journalistes, placées en garde à vue après une bagarre en marge de l'acte 22 », édition du (consulté le ).
  51. a b et c Le Parisien avec AFP, « Gilets jaunes : deux journalistes en garde à vue après une bagarre à Besançon », édition du (consulté le ).
  52. a b et c Europe 1 avec AFP, « Gilets jaunes à Besançon : trois personnes, dont deux journalistes, en garde à vue pour une bagarre », édition du (consulté le ).
  53. S.C. pour France 3 Franche-Comté, « Besançon : Edwy Plenel, Marie-Guite Dufay signent une tribune pour défendre deux collaborateurs de presse », édition du (consulté le ).
  54. Maxime C. pour MaCommune.info, « Une pétition contre les poursuites de médias bisontins indépendants », édition du (consulté le ).
  55. Reporterre, « À Besançon, mobilisation pour soutenir deux journalistes injustement accusés », édition du (consulté le ).
  56. Daniel Bordür pour Factuel.info, « Notre correspondant Toufik-de-Planoise dans le collimateur du parquet », édition du (consulté le ).
  57. Emma Audrey pour Radio BIP, « 2 mois de prison avec sursis pour les reporters de Radio BIP et Factuel », édition du (consulté le ).
  58. Daniel Bordür pour Factuel.info, « Toufik de Planoise en appel : la version policière en question » édition du (consulté le ).
  59. Matti Faye pour France 3 Bourgogne, « Dijon : des militants féministes violentés par des identitaires en marge du rassemblement anti PMA », édition du (consulté le ).
  60. a et b Sarah Rebouh pour France 3 Franche-Comté, « Témoignage. "J'ai vu la mort en face et le racisme prêt à tuer" confie Khaled Cid violemment agressé à Besançon », édition du (consulté le ).
  61. Maxime Courché pour l'Est républicain, « Attaque raciste à Besançon : deux ans de prison pour l'agresseur », édition du (consulté le ).
  62. Lucie Soullier pour le Monde, « À Besançon, l’agression raciste parfaite qui a permis que l’auteur soit condamné », édition du (consulté le ).
  63. Radio BIP, « Communiqué : agression d’un reporter de Radio BIP/Média 25 », édition du (consulté le ).
  64. France 3 Franche-Comté, « Besançon : comment l’ultra-droite nationaliste réinvestit la capitale comtoise et le fait savoir », édition du (consulté le ).
  65. Mathilde Goanec pour Mediapart, « Dans un cortège anti-passe sanitaire : « Nous sommes décrits comme un ramassis d’abrutis, c’est insupportable » », édition du (consulté le ).
  66. SNJ-CGT, « Journalistes agressés, liberté de l’information bafouée », édition du (consulté le ).
  67. RSF, « Journalistes agressés et menacés lors des manifestations contre le passe sanitaire dans l’Union européenne : RSF appelle à protéger le droit d’informer », édition du (consulté le ).
  68. Isabelle Brunnarius pour France 3 Franche-Comté, « Besançon : Un correspondant local de presse veut porter plainte contre la police », édition du (consulté le ).
  69. Sarah Rebouh pour France 3 Franche-Comté, « Besançon : le flash-ball a-t-il été utilisé par les forces de l'ordre lors des manifestations des gilets jaunes ? », édition du (consulté le ).
  70. Toufik-de-Planoise pour Factuel.info, « Défilé du 14 juillet : les manifestants et certains médias ciblés », édition du (consulté le ).
  71. a et b Amandine Plougoulm pour France 3 Franche-Comté, « Besançon : un reporter de Radio Bip convoqué au commissariat de police après son interpellation », édition du (consulté le ).
  72. a et b Valentin Collin pour l'Est républicain, « Propos homophobes devant le commissariat : une enquête ouverte », édition du (consulté le ).
  73. a et b S.C. pour France 3 Franche-Comté, « Besançon : un policier a-t-il tenu des propos homophobes face à des manifestants ? », édition du (consulté le ).
  74. a et b Nils Wilcke pour 20 Minutes, « Un policier aurait lancé des insultes homophobes à Besançon : le préfet demande une enquête administrative », édition du (consulté le ).
  75. Marie-Coralie Fournier pour France Bleu Besançon, « Un policier aurait lancé des insultes homophobes à Besançon : le préfet demande une enquête administrative », édition du (consulté le ).
  76. a et b L'Obs, « Un policier semble crier des insultes homophobes sur une vidéo, le préfet du Doubs demande une enquête », édition du (consulté le ).
  77. Société.com, Radio BIP - identité de l'entreprise (consulté le ).
  78. CSA, « Décision 2007-346 du 3 mai 2007 relative à la liste des candidats admis à concourir dans le cadre de l’appel aux candidatures dans les régions Bourgogne et Franche-Comté » (consulté le ).
  79. Légifrance, « Décision n° 2008-40 du 15 janvier 2008 autorisant l'association Radio Bip à exploiter un service de radio de catégorie A par voie hertzienne terrestre en modulation de fréquence intitulé Radio Bip » (consulté le ).
  80. Légifrance, « Décision n° 2012-DI-07 du 25 juin 2012 portant reconduction de l'autorisation délivrée à l'association Radio Bip pour l'exploitation d'un service de radio de catégorie A par voie hertzienne terrestre en modulation de fréquence dénommé Radio Bip » (consulté le ).
  81. Légifrance, « Décision n° 2017-DI-19 du 12 juin 2017 portant reconduction de l'autorisation délivrée à l'association Radio Bip pour l'exploitation d'un service de radio de catégorie A par voie hertzienne terrestre en modulation de fréquence dénommé Radio Bip » (consulté le ).
  82. Dabplus.fr, « Les radios en DAB+ à Besançon » (consulté le ).
  83. Damien Poirier pour MaCommune.info, « Quelles radios sont les plus écoutées sur la région de Besançon ? », édition du (consulté le ).
  84. a b c d e f g h i j et k Schoop.fr, « Logos de radio 25/radio BIP » (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]