Phil Collins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Phil Collins
Description de cette image, également commentée ci-après
Collins en 2007.
Informations générales
Surnom Phil Collins
Nom de naissance Philip David Charles Collins
Naissance (70 ans)
Drapeau du Royaume-Uni Chiswick (Londres, Royaume-Uni)
Activité principale auteur-compositeur-interprète, acteur, producteur musical,
Genre musical Pop, rock progressif, jazz fusion, soul
Instruments batterie, percussions, chant, piano, synthétiseur, guitare rythmique, basse
Années actives 1968-2011
depuis 2015
Labels Virgin Records
Atlantic Records
Influences The Beatles, The Four Tops, Aretha Franklin, Buddy Rich, Bruce Hornsby, Steve Winwood, Led Zeppelin, The Temptations
Site officiel https://philcollins.de/

Philip David Charles Collins, dit Phil Collins, né le à Chiswick dans le borough londonien de Hounslow (Londres), est un auteur-compositeur-interprète, acteur et producteur de disques britannique. Connu en tant que batteur et chanteur du groupe Genesis, il a également une prolifique carrière solo ; il mène ces deux carrières en parallèle de 1981 à 1996.

Bercé par les rythmes soul et pop des années Motown et par les Beatles, Phil Collins commence très jeune une carrière professionnelle de batteur dans la musique. Il commence sa carrière en 1969 en tant que batteur du groupe Flaming Youth qu'il forme avec son ami Ronnie Caryl, Brian Chatton et Gordon Smith. Malgré quelques apparitions télé et des critiques favorables, le groupe se sépare en 1970. Peu de temps après, Phil devient membre de Genesis à partir de 1970, groupe de rock progressif qui a été fondé en 1967. À l'origine uniquement batteur et choriste du groupe, c'est à la suite du départ du chanteur Peter Gabriel en 1975 que Phil Collins devient un peu par défaut, en 1976, la voix de Genesis. Le groupe s'adjoint alors un deuxième batteur pour les tournées (Bill Bruford en 1976, Chester Thompson par la suite), et les duos de batterie avec Collins deviennent des temps forts de leurs concerts : Phil étant gaucher et son compère droitier, les deux batteurs semblent jouer en miroir. À partir de succès tels que Follow You Follow Me en 1978, Genesis connaît sa plus grande période de réussite commerciale, qui dure jusqu'au début des années 1990. Encensé par le triomphe de sa carrière solo, il se détache de son poste au sein du groupe en 1996. Genesis se reforme en 2007 pour une grande tournée mondiale couronnée de succès.

Dans les années 2010, Phil Collins connait des problèmes de santé liés à ses vertèbres qui font qu'il ne peut plus jouer de batterie, il annonce ainsi qu'il prend sa retraite. En 2016, il annonce qu'il sort de sa retraite et de 2017 à 2019 repart en tournée avec son fils Nicholas à la batterie. En 2021, Genesis prévoit son retour avec une nouvelle tournée The Last Domino[1].

Certaines de ses chansons rencontrent un très grand succès, telles que Against All Odds, Another Day in Paradise, Easy Lover, Something Happened on the Way to Heaven, Do You Remember?, Two Hearts, Take Me Home, In the Air Tonight, Sussudio.

Phil est assurément l'un des meilleurs batteurs de rock progressif de sa génération : doté d'une musicalité rare, il est l'un des plus versatiles, notamment dans les albums de Genesis du début des années 1970 et dans ceux de Brand X. Il s'est d'ailleurs toujours considéré comme un batteur avant d'être un chanteur. Et il est aussi un multi-instrumentiste, jouant toutes sortes de percussions, du piano et autres claviers, de la guitare et de la basse, comme sur son album Both Sides sorti en 1993 qu'il a écrit entièrement et enregistré seul sans aucun autre musicien. Il reçoit sept Grammy Awards, un Oscar et deux Golden Globes. Il a son étoile sur le Hollywood Hall of Fame. Il devient ainsi l'un des batteurs les plus prolifiques de sa génération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Phil Collins à Pérouse en 1996.

Phil Collins commence à jouer de la batterie dès l'âge de 5 ans et de là débute une passion inconditionnelle pour tout ce qui est rythmique. Sa mère travaille dans une agence de théâtre, l'école Barbara Speake Stage School, ce qui lui permettra de décrocher de petits rôles dans des pièces de théâtre, des feuilletons ou des publicités[2]. Il a un frère, Clive, qui est illustrateur et une sœur, Carol, qui est patineuse professionnelle.

Phil Collins commence sa carrière très jeune en tant qu'enfant acteur et modèle. À 12 ans, il joue Artful Dodger dans la production Oliver sur scène à Londres. Ensuite, il fait une rapide apparition dans le film de Richard Lester A Hard Day's Night sous les traits d'un jeune fan dans la foule pendant une performance des Beatles, mais la scène n'a pas été retenue dans le montage. Cette expérience sur grand écran sera suivie par une autre tout aussi intéressante à la télévision alors qu'il joue dans la série Calamity the Cow, produite par la Children's Film Foundation. Puis il fait partie des seconds rôles pour le film Chitty Chitty Bang Bang, la scène finale où des enfants courent vers le château mais sera coupée au montage.

Malgré ces rôles, Phil ne s'épanouit pas en tant qu'acteur ; sa passion c'est la musique et ce qu'il veut, c'est être batteur et d'en faire son métier. Plus tard, il se joint à un groupe nommé The Real Thing, avec Philip Gadd à la guitare, son frère Martin Gadd à la basse et Peter Newton au chant, tous des copains de l'école Barbara Speake Stage School. Plus tard, il obtient des engagements avec le groupe Charge avant de former Freehold, formé de John « Fluff » Hunt à la guitare et au chant, Les Mannering à la basse et au chant, Jeff Slater au chant et au tambourin et bien sûr Phil Collins à la batterie et au chant, avec lesquels il écrira sa première chanson Lying, Crying, Dying en 1968.

Il a 18 ans quand, avec son ami et complice le guitariste Ronnie Caryl, il accompagne le chanteur américain John Walker des Walker Brothers en tournée en Grande-Bretagne. Les deux autres musiciens sont Gordon « Flash » Smith à la basse et l'ex-organiste des Warriors — ancien groupe de Jon Anderson —, Brian Chatton. Lorsque la tournée prend fin, les quatre jeunes musiciens décident de rester ensemble et de tenter leur chance en tant que groupe, ils forment donc Hickory et enregistrent un single Green Light/The Key sorti chez CBS Records le . Cette formation deviendra par la suite Flaming Youth, lorsqu'ils rencontrent les auteurs Ken Howard et Alan Blaikley qui leur proposent d'enregistrer un album. Le groupe signe chez Fontana Records et enregistre l'album Ark II en 1969, qui sera classé « Album du mois » par le magazine musical britannique Melody Maker. Il joue au London Planetarium pour le lancement de l'album en 1969. Après avoir donné quelques concerts, le groupe n'arrive plus à susciter d'intérêt tant de la part du public que des médias, et malgré l'ajout d'un nouveau musicien, l'organiste Rod Mayall le frère de John Mayall, Flaming Youth finit par se séparer.

Phil Collins est invité, en 1970, en tant que musicien de session sur l'album de George Harrison, All Things Must Pass sur lequel il joue des congas sur la chanson Art Of Dying. Mais selon l'autobiographie de Phil Collins, Not dead yet, sa performance a finalement été rejetée.

Carrière chez Genesis (années 1970)[modifier | modifier le code]

Au milieu de l'année 1970, le groupe de rock progressif Genesis poste une annonce dans le magazine Melody Maker à la suite des départs de son batteur John Mayhew et de son guitariste Anthony Phillips : « Groupe cherche batteur sensible à la musique acoustique et un guitariste acoustique 12 cordes ».[3],[4] A la suite de la lecture de l'annonce, Phil Collins et Ronnie Carryl se rendent à l'audition qui se déroule chez les parents du chanteur de Genesis Peter Gabriel dans le Surrey. Ils arrivent tôt; Collins part nager dans la piscine tout en mémorisant les morceaux avant son audition[5]. Il se souvient : « Ils ont mis Trespass, et mon impression initiale était d'une musique très douce et ronde, pas énervée, avec des harmonies vocales, et ça me faisait penser à Crosby, Stills et Nash. »[6] Collins réussit son audition et est choisi pour rejoindre le groupe en août 1970. Genesis prend ensuite deux semaines de vacances, durant lesquels Collins gagne de l'argent en tant que décorateur extérieur[7]. Ronnie Caryl, quant à lui, est recalé lors des auditions pour la guitare, n'était pas un bon choix selon le bassiste Mike Rutherford (trouvant son approche trop blues pour le son du groupe), bien qu'il participe au concert avec le groupe à la Grammar School de Aylesbury, le en remplacement de leur guitariste de soutien Mick Barnard. Le groupe engage finalement Steve Hackett en 1971[6].

Dans cette nouvelle formation de Genesis, Phil Collins enregistre quatre albums (Nursery Cryme, Foxtrot, Selling England by the Pound et The Lamb Lies Down on Broadway) en tant que batteur et seconde voix derrière Peter Gabriel sur de nombreux titres, et s'essaye même au chant principal sur For Absent Friends (sur Nursery Cryme)[8] et More Fool Me (sur Selling England by the Pound)[9].

En 1973, Collins et Hackett jouent sur le premier album solo de l'ancien guitariste de Yes Peter Banks. En 1974, durant les sessions d'enregistrement de l'album The Lamb Lies Down on Broadway, Collins joue de la batterie sur le second album de Brian Eno Taking Tiger Mountain (By Strategy) alors que ce dernier avait précédemment contribué aux effets electroniques sur les chansons In the Cage et Grand Parade of Lifeless Packaging[10].

En 1975, Peter Gabriel quitte le groupe à l'issue de la tournée The Lamb Lies Down on Broadway. Dans un premier temps, Genesis porte une annonce dans Melody Makers pour trouver un remplaçant au chant, laquelle aura plus de 400 réponses. Après avoir auditionné sans satisfaction les candidats pour le remplacer, les membres du groupe demandent à Phil Collins de passer au chant mais tout en restant le batteur du groupe comme avant en studio[11]. Phil avait déjà chanté auparavant avec les groupes Freehold et Flaming Youth ainsi qu'avec Genesis : il avait donc une bonne expérience pour ce poste. Par contre, en concert, ils auront besoin d'un deuxième batteur quand Collins chante, ce dernier ne regagnant sa batterie que dans les passages ou titres instrumentaux. Ainsi, le groupe est désormais un quatuor pour l'enregistrement de l'album A Trick of the Tail avec Phil au chant et à la batterie[11].

L'album est une réussite critique et commerciale, se classant en troisième position au Royaume-Uni et est n°31 aux Etats-Unis;[12] Rolling Stone écrit alors que Genesis a réussi à transformer la catastrophe possible du départ de Gabriel en leur premier succès américain à grande échelle.[13] En 1976, pour la tournée qui suit, Collins accepte une offre de l'ancien batteur de Yes et King Crimson Bill Bruford pour jouer de la batterie pendant que le premier est au chant. L'année suivante, Chester Thompson remplace Bruford à la batterie lors des tournées du groupe et devient un des piliers du groupe en tournée ainsi qu'un des principaux musiciens d'accompagnement dans la future carrière solo de Phil Collins.

Mike Rutherford sur sa guitare douze-cordes avec Phil Collins à la batterie lors du concert à Toronto le 3 juin 1977

Wind & Wuthering est le dernier album de Genesis avant le départ de Hackett en 1977. Comme pour le départ de Peter Gabriel, le musicien partant n'est pas remplacé, et c'est le bassiste et guitariste 12 cordes Mike Rutherford qui reprend la guitare solo pour une formation de Genesis en trio, avec Phil Collins et le claviériste Tony Banks. Le guitariste Daryl Stuermer est engagé pour seconder Rutherford à la guitare et à la basse lors de tournées et sera par la suite, lui aussi, l'un des principaux musiciens accompagnant Phil Collins dans sa carrière solo.

À la fin de la décennie, Genesis décide de rendre le rock progressif plus accessible et plus pop. Ainsi, l'album... And Then There Were Three... en 1978 contient leur premier tube classé dans le top 10 anglais Follow You Follow Me[14],[15].

En dehors de Genesis, Phil Collins chante et joue de la batterie et du vibraphone sur le premier album solo Voyage of the acolyte de Steve Hackett, le guitariste de Genesis, en 1975 (sur lequel le bassiste de Genesis Mike Rutherford y figure également).[16] Puis il se joint à une liste de musiciens chevronnés pour l'album Peter & The Wolf, d'après l'œuvre de Prokofiev, il est entouré de Jack Lancaster, Robin Lumley, Bill Bruford, Stéphane Grappelli, Cozy Powell, Gary Moore, Manfred Mann, Gary Brooker, Alvin Lee, Brian Eno, entre autres[17]. Collins joue aussi des percussions sur l'album Johnny the Fox du groupe Thin Lizzy.[18] Le 14 septembre 1976, Phil devient papa, car Simon, son premier enfant, vient au monde.

Le batteur participe également aux albums Another Green World, Before and After Science et Music for Films de Brian Eno;[19] et remplace le batteur Phil Spinelli dans le groupe de Jazz fusion Brand X avant l'enregistrement de leur premier album Unorthodox Behaviour en 1976. Il avait déjà participé avec ses nouveaux comparses à l'enregistrement de l'album Marscape de Jack Lancaster quelques mois plus tôt. Le temps qu'il passe avec Brand X donne à Collins sa première occasion d'utiliser une boîte à rythmes et un magnétophone à 8 pistes.[20] Il chante également sur un album solo d'Anthony Phillips (qui était guitariste de Genesis jusqu'en 1970) et le second album de Brand X, Moroccan Roll.[21] Phil indique avoir proposé ses services auprès de Pete Townshend pour remplacer Keith Moon au sein des Who après son décès, mais Townshend lui aurait répondu avoir déjà sollicité Kenney Jones[22].

Premiers albums en solo et consécration mondiale avec Genesis (1978-1984)[modifier | modifier le code]

En décembre 1978, Genesis se met en pause, le temps que Phil se rendent à Vancouver au Canada pour se concentrer sur sa famille, son mariage étant devenu tendu après ses longues tournées.[23] N'ayant pas réussi à sauver la relation, Collins retourne au Royaume-Uni en avril 1979, date à laquelle Banks et Rutherford enregistraient leurs albums solo. Ayant du temps libre avant d'enregistrer un nouvel album Genesis, Collins joue sur l'album Product de Brand X avec qui il part en tournée de promotion du disque, et joue de la batterie sur l'album Grace and Danger de John Martyn. Durant cette période, il commence également à écrire son premier album solo, Face Value, chez lui dans le Surrey.[23] Après cela, le groupe Genesis se retrouve pour l'enregistrement de l'album Duke qui sort en 1980[24].

Face Value sort en février 1981. Il comporte une nouvelle version de Behind the Lines de l'album Duke dans une version plus orientée funk. Collins chante et joue des claviers et de la batterie.[25] Il cite son divorce comme la principale influence sur les paroles et les thèmes de l'album,[26] et déclare : « J'avais une femme, deux enfants, deux chiens et le lendemain je n'avais rien. Donc, beaucoup de ces chansons ont été écrites parce que Je traversais ces changements émotionnels. »[27] Collins produit l'album en collaboration avec Hugh Padgham, avec lequel il avait également travaillé sur le troisième album de Peter Gabriel en 1980[28].

Face Value est un succès international, atteignant le numéro un dans sept pays dans le monde et le numéro sept aux États-Unis, où il se vend à 5 millions d'exemplaires.[12],[29] In the Air Tonight, le premier single de l'album, devient un hit et atteint le numéro deux des charts britanniques.[28] Durant l'enregistrement de la chanson, Phil invente un nouveau son en incorporant à de la batterie traditionnelle des percussions pré-enregistrées (« Drum Machine »). Cette technique sera maintes fois reprise depuis par d’autres musiciens. Puis, il reprend le fameux son gated reverb créé avec Hugh Pagdam : en effet, l'effet de réverbération fermée utilisé sur les tambours de Collins est une technique développée par Padgham quand il avait travaillé comme ingénieur sur la chanson de Gabriel Intruder sur laquelle Collins jouait de la batterie. Le « son Collins » est né et va être une référence mondiale par la suite dans d'innombrables albums studio et sur scène avec des artistes comme Duran Duran, Tears for fears, Daniel Balavoine, Johnny Hallyday, Michel Berger et Renaud Hantson.

Suite à l'invitation du producteur de disques Martin Lewis, Collins se produit en concert en tant qu'artiste solo lors d'une émission-bénéfice d'Amnesty International The Secret Policeman's Other Ball au Theatre de Drury Lane à Londres en septembre 1981, interprétant In the Air Tonight et The Roof Is Leaking.[30] Collins travaille également à nouveau avec John Martyn cette année, produisant son album Glorious Fool.[31]

Phil Collins en concert en 1981.

En septembre 1981, Genesis publie l'album Abacab, avant de partir en tournée jusqu'en 1982. Cette tournée est résumée dans l'album live de Genesis Three Sides Live en 1982.

Au début de 1982, Collins produit et joue sur Something's Going On, le troisième album solo d'Anni-Frid Lyngstad du groupe ABBA,[32] et interprète la plupart des parties de batterie sur Pictures at Eleven, le premier album solo de Robert Plant (ex-Led Zeppelin).[33] La même année, le batteur Gerry Conway quitte Jethro Tull ; le groupe étant invité à jouer au Prince's Trust Concert le , c'est Phil Collins qui le remplace lors de cet événement. En octobre 1982, Collins participe au concert de retrouvailles unique de Genesis Six of the Best au Milton Keynes Bowl dans le Buckinghamshire, qui marque le retour de Gabriel au chant et Hackett à la guitare[34].

Le deuxième album solo, Hello, I Must Be Going, sort en novembre 1982. Ses problèmes conjugaux continuent à inspirer ses chansons, notamment I Don't Care Anymore et Do You Know, Do You Care. L'album est n°2 au Royaume-Uni et n°8 aux États-Unis, où il se vend à 3 millions d'exemplaires.[14],[29] Le second single, la reprise You Can't Hurry Love des Supremes, devient le premier single numéro un britannique de Collins et est n°10 aux États-Unis.[12] Collins soutient l'album avec la tournée Hello, I Must Be Going! en Europe et en Amérique du Nord de novembre 1982 à février 1983. Après la tournée, Collins joue de la batterie sur le deuxième album solo de Robert Plant, The Principle of Moments,[33] et produit et joue sur deux titres de l'album d'Adam Ant Strip (Puss 'n Boots et Strip)[35].

En mai 1983, Collins, Banks et Rutherford enregistrent l'album Genesis. L'album rencontre le succès à sa sortie, porté par les chansons Mama et That's All. La tournée de promotion de l'album se termine par cinq spectacles à Birmingham, en Angleterre, en février 1984. Ces derniers sont filmés et diffusés sous le nom de Genesis Live - The Mama Tour[36].

Apogée commerciale en solo et au sein de Genesis (1984-1991)[modifier | modifier le code]

En février 1984, Collins sort en single Against All Odds, le thème principal du film du même titre. La chanson est produite par Arif Mardin,[37] et est l'une des rares chansons publiées par Collins qu'il n'a pas coproduit lui-même. Le single, plus pop et accessible commercialement que les précédents albums solo de l'artiste, devient son premier single solo en tête du Billboard Hot 100 aux Etats-Unis, et est n°2 au Royaume-Uni. Le titre est récompensé au Grammy Award[15].

En 1984, Collins contribue à la production sur le troisième album solo du chanteur de Earth, Wind & Fire, Philip Bailey intitulé Chinese Wall, qui comprend un duo des deux musiciens, Easy Lover. La chanson arrive en tête des classements au Royaume-Uni l'année suivante.[12],[38] Il produit et joue également de la batterie sur l'album Behind the Sun d'Eric Clapton, paru en mars 1985. En novembre, Collins fait partie du supergroupe caritatif Band Aid pour aider à soulager la famine éthiopienne et joue de la batterie sur son single Do They Know It's Christmas?, qui est enregistré aux Sarm West Studios à Notting Hill, Londres.[39],[40]

Collins adapte son programme de tournée au début de 1985 pour rendre possible son apparition aux Oscars au cas où Against All Odds serait nominé pour la meilleure chanson originale. Ne connaissant pas son importance en tant qu'interprète musical, une note destinée au label de Collins en provenance du co-producteur de la télédiffusion Larry Gelbart explique le manque d'invitations : « Merci pour votre note concernant Phil Cooper [sic]. J'ai peur que les places soient déjà remplies. » Collins regarde plutôt l'actrice et danseuse Ann Reinking interpréter sa chanson.[41] La performance de Reinking est décrite par un critique comme une «  interprétation absurdement inappropriée » de la chanson.[42] Le Los Angeles Times déclare: « Reinking a fait un travail incroyable en détruisant totalement une belle chanson. Le mieux que l'on puisse dire de sa performance est que le décor était beau. »[43] Collins l'introduira lors des concerts suivants en disant : « Je suis désolé que Miss Ann Reinking ne puisse pas être ici ce soir ; je suppose que je dois juste chanter ma propre chanson. »[42]

Collins publie l'album No Jacket Required, en février 1985. Il est en tête des classements à la fois au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.[12] Ce sera l'album le plus vendu de sa carrière. Il contient les tubes One More Night et Sussudio (tous deux n°1) ainsi que Don't Lose My Number et Take Me Home. Lalbum comporte également les contributions de Sting et de Peter Gabriel aux chœurs. Il enregistre également la chanson Separate Lives en duo avec Marilyn Martin pour le film Soleil de nuit.[15] Collins est l'artiste le plus prolifique de l'année en classant trois de ses chansons en tête de classment aux Etats-Unis durant l'année 1985 (Sussudio, One More Night et Separate Lives)[15],[44].

No Jacket Required est critiqué pour être « trop commercial », en dépit d'un accueil critique positif. Sussudio est critiquée car elle est trop similaire à 1999 de Prince, que Collins ne nie pas,[45] et sa composition a été désignée comme la plus détestée de sa carrière.[46] No Jacket Required gagne trois récompenses aux Grammy Award dont l'album de l'année et a valu à Collins les deux premiers de ses six Brit Awards, le prix du meilleur interprète masculin britannique et de l'album britannique.[47]

Le 13 juillet 1985, Phil Collins joue au Live Aid au stade Wembley Stadium (vue d’extérieur) à Londres avant de prendre l’avion pour rejoindre le concert de Philadelphie.

En juillet 1985, Collins participe aux concerts caritatif du Live Aid, dans la continuité de l'effort de collecte de fonds lancé par Band Aid. Collins est le seul artiste à jouer aux deux concerts au Wembley Stadium à Londres et au concert américain au JFK Stadium de Philadelphie le même jour.[48] Après son interprétation réussie à Londres avec Against All Odds, In the Air Tonight et avoir joué aux côtés de Sting, Collins part à Philadelphia en Concorde à ses frais pour rejoindre sa batterie d'abord pour Eric Clapton, puis pour Robert Plant et Jimmy Page qui reforment le groupe Led Zeppelin le temps du concert. Cette dernière performance est mal accueillie et plus tard désavouée par le groupe.[49] Page déclarera que Collins n'avait pas appris ses parties de batterie pour le concert.[50] Collins répondra que le groupe « n'était pas très bon », déstabilisé par le jeu de Jimmy Page, et qu'il a seulement continué de participer au concert plutôt que de quitter la scène afin d'éviter une mauvaise publicité[51].

La presse musicale remarque que le succès astronomique de Collins en solo l'avait rendu plus populaire que Genesis.[52] Avant la sortie de No Jacket Required, Collins insiste sur le fait qu'il ne quittera pas le groupe. « Le prochain à partir mettra fin au groupe » déclare Collins au magazine Rolling Stone en mai 1985. « Je me sens plus heureux de ce que nous faisons maintenant, car je sens que c'est plus proche de moi. Je ne serai pas celui qui y mettra fin au groupe. » Collins ajoute, « Le pauvre vieux Genesis me gêne parfois. Je ne quitterai toujours pas le groupe, mais j'imagine que cela se terminera par consentement mutuel. »[52]

En octobre 1985, Collins retrouve Banks et Rutherford pour enregistrer le prochain album de Genesis, Invisible Touch. Le , on le retrouve à jouer le rôle de Phil Mayhew, un truand dans la série Miami Vice aux côtés de Don Johnson et Philip Michael Thomas, dans l'épisode Phil The Shill.

En mars 1986 a vu la sortie du tube No One Is to Blame de Howard Jones avec Phil Collins à la batterie, aux chœurs et à la co-production (avec Hugh Padgham). Collins apparaît également en tant que producteur, batteur et choriste dans l'album August de son ami Eric Clapton.

Lors de la sortie de l'album en juin 1986, la chanson éponyme parue en single est la première chanson du groupe à arriver en tête de classement aux Etats-Unis. Le groupe reçoit son unique Grammy Award de sa carrière et une nomination pour le MTV Video Music Award for Video of the Year en 1987 pour le single Land of Confusion qui présente des caricatures de marionnettes créées par l'équipe satirique britannique Spitting Image.[53] Le clip est réalisé par Jim Yukich et John Lloyd. Les critiques d'Invisible Touch sont mitigées et de nombreuses comparaisons ont été faites avec le travail solo de Collins, mais J. D. Considine du Rolling Stone salue l'attrait commercial de l'album, déclarant que « chaque morceau est soigneusement taillé afin que chaque fioriture ne livre pas une épiphanie instrumentale mais qu'il soit accrocheur ».[54] C'est le plus gros succès commercial du groupe à ce moment-là avec plus de 10 millions de ventes. Il donne lieu à une grande tournée qui se poursuit jusqu'en  : le plus grand concert se déroule au stade de Wembley le 3 et le .

En 1988, Collins obtient son premier grand rôle dans la comédie romantique policière britannique Buster. Il y joue le rôle de Buster Edwards, un criminel condamné pour son rôle dans l'attaque du train postal Glasgow-Londres en 1963. Sa sœur Carole Collins tient d'ailleurs un petit rôle dans le film, son personnage prénommé Linda étant, selon l'autobiographie Not Dead Yet de Phil Collins, « une voisine bruyante ». Les critiques du film sont mitigées et la controverse s'ensuivit sur son sujet; Le Prince Charles et la Princesse Diana déclinent une invitation à la première du film après qu'il soit accusé de glorifier le crime.[55] Cependant, la performance de Collins face à Julie Walters reçoit de bonnes critiques et il contribue à quatre chansons de la bande originale du film. La reprise en mode ballade de A Groovy Kind of Love est son nouveau n°1. Le film contient également le tube Two Hearts (co-écrit avec Lamont Dozier) récompensée au Golden Globe de la meilleur chanson originale et nominée à l'Oscar. Le critique de cinéma Roger Ebert déclare que le rôle de Buster est « joué avec une efficacité surprenante » par Collins, bien que la bande originale du film se soit avérée plus réussie que le film.[56]

Étoile sur le trottoir du Hollywood Walk of Fame à Los Angeles.

En 1989, il est un des artistes invités pour la tournée des Who, pour jouer le rôle du vicieux Oncle Ernie durant une production de l'opéra rock Tommy.[57] Cette même année vient au monde son deuxième enfant et unique fille Lily. De plus, il apparait en duo de batterie avec Manu Katché sur la chanson Woman In Chain de Tears For Fears dans l'album The Seeds of Love.

D'avril à octobre 1989, Collins enregistre son quatrième album...But Seriously en Angleterre et à Los Angeles, dans lequel il aborde des thèmes sociaux et politiques dans ses paroles. L'album parait en novembre 1989 avec un nouveau succès commercial important dans le monde entier, classé n°1 dans plusieurs pays pendant plusieurs semaines.[14] Il est l'un des albums le plus vendu de l'histoire sur le territoire britannique[58] et le second le plus vendu sur le territoire allemand.[59] La chanson Another Day in Paradise est une chanson évoquant la condition des sans domicile fixe et comporte David Crosby aux choeurs. À sa sortie en octobre 1989, la chanson devient le dernier n°1 des années 1980 aux Etats-Unis. Malgré son succès, la chanson est également fortement critiquée et devient liée à des allégations d'hypocrisie faites contre Collins..[60],[61] Répondant aux critiques de la chanson, Collins déclare : « Quand je conduis dans la rue, je vois les mêmes choses que tout le monde voit. C'est une idée fausse que si vous avez beaucoup d'argent, vous êtes en quelque sorte déconnecté de la réalité. »[62] En 1991, Another Day in Paradise gagne le Grammy Award de l'enregistrement de l'année.[63],[64] D'autres chansons de ...But Seriously sont classées dans le top 5 aux Etats-Unis: Something Happened on the Way to Heaven, Do You Remember? et I Wish It Would Rain Down (avec Eric Clapton à la guitare)[14],[15].

Le 30 juin 1990, Phil Collins se produit à Knebworth dans le cadre d'un concert organisé pour le Nordoff-Robbins Music Therapy Center (musicothérapie au profit des enfants handicapés) et de la BRIT School For Performing Arts and Technology. Il y donne une double prestation : d'abord en solo accompagné par ses musiciens habituels, il interprète 5 titres (In The Air Tonight, Colours, Drum Duet, Another Day In Paradise et Sussudio) ; puis au sein de Genesis, il chante sur 4 titres (Mama, That's All, Throwing It All Away, et le medley Turn It On Again sur lequel apparaissent également ses musiciens). Ses prestations (et celles d'autres artistes comme Dire Straits, Eric Clapon, Tear for Fears, Status Quo, Elton John, Robert Plant, Pink Floyd Paul McCartney, The Shadows) font l'objet d'éditions en CD, K7, VHS et DVD sous le titre Live at Knebworth 1990.

En 1991, il a un petit rôle dans le film Hook ou la Revanche du capitaine Crochet de Steven Spielberg.

Phil Collins quitte ses deux alcolytes de Genesis (Tony Banks et Mike Rutherford) en 1996. Il ne reviendra que pour la tournée de 2007.

En 1991, Collins rejoint à nouveau Banks et Rutherford pour écrire et enregistrer un nouvel album de Genesis, We Can't Dance. Ce dernier devient le cinquième album consécutif n°1 du groupe au Royaume-Uni et atteint le n°4 aux États-Unis. L'album se vend à plus de 10 millions d'exemplaires, dont 4 aux Etats-Unis. Il contient les chansons Jesus He Knows Me, I Can't Dance, No Son of Mine, et Hold on My Heart. Collins participe à la tournée mondiale du groupe en 1992 dont sera tiré l'album The Way We Walk en deux parties. Genesis est récompensé groupe de l'année aux American Music Awards en 1993.[65] Collins co-écrit, chante et joue la chanson Hero de David Crosby[66].

We Can't Dance est le dernier album studio du groupe avec Phil Collins, qui le quittera officiellement en 1996 pour se consacrer pleinement à sa carrière solo. Il expliquera au moment de son départ qu'après avoir été membre du groupe pendant 25 ans, il veut passer à autre chose. Cela devient également trop difficile de concilier ses deux carrières ; en étant en même temps le batteur-chanteur de Genesis et un artiste solo, il a peu de temps à consacrer à sa famille et il a besoin de souffler un peu. Il sera éphémèrement remplacé par Ray Wilson au chant le temps d'un unique album en 1997, avec Nir Zidkyahu et Nick D'Virgilio à la batterie. En plus de Zidkyathu, ce nouveau Genesis recrutera pour la scène un nouveau guitariste-bassiste Anthony Drennan, en remplacement de Daryl Stuermer, retenu par Phil Collins pour ses tournées de 1997 et 1998.

Nouveaux projets en solo (1993-2007)[modifier | modifier le code]

Ses ventes records diminuent cependant considérablement à partir de la sortie du disque Both Sides en 1993, à cause de plusieurs chansons durant de six à sept minutes, difficilement adaptées pour passer en radio. Pour cet album, il écrit et compose entièrement toutes les chansons sur lesquelles il est également le seul musicien : l'album est le plus dépouillé et le plus personnel de tous ses disques. Les sorties suivantes n'atteindront jamais plus les niveaux de vente de ses disques des années 1980. Les ventes totales mondiales des albums de Phil Collins, y compris ceux publiés par Genesis, atteignent approximativement les deux cents millions.

Fin 1993, Phil a un rôle dans le film Les Soldats de l'espérance de Roger Spottiswoode qui traite du sida.

En 1994, Phil Collins est nommé Lieutenant de l'Ordre royal de Victoria (LVO), en reconnaissance pour son travail au nom du Prince's Trust. Et deux ans plus tard, on le retrouve en concert à Montreux avec le big band, dirigé par Quincy Jones avec une apparition de Tony Bennett et Oletta Adams. Ils reprennent des succès solo de Phil ainsi que de Genesis, plus des standards de jazz évidemment, tels que Milestones de Miles Davis et Pick up the pieces du Average White Band. Ce concert est filmé et on peut le revoir sur le DVD Live at Montreux sur le DVD bonus.

En octobre 1996, Collins sort son sixième album solo, Dance into the Light. Il est n°4 au Royaume-Uni et N° 23 aux États-Unis. L'album est reçu négativement par la presse musicale et se vend moins que ses albums précédents. Entertainment Weekly expliqué que «  même Phil Collins doit savoir que nous nous sommes tous fatigués de Phil Collins ».[67] Lalbum contient les chansons Dance into the Light, qui est n°9 au Royaume-Uni, et le beatlesque It's in Your Eyes.[68] L'album est disque d'or aux Etats-Unis. Collins part en tournée de promotion de l'album en 1997, couvrant 82 dates. Il joue Take Me Home au concert de Music for Montserrat à Londres pendant cette période, aux côtés de Paul McCartney, Elton John, Eric Clapton, Mark Knopfler, et Sting[69].

En 1998, Phil Collins est contacté par Disney pour composer la bande originale de Tarzan, il accepte. Après avoir écrit et composé toutes les chansons de Tarzan, avec la collaboration de Mark Mancina, les producteurs de Disney demandent à Phil d'interpréter lui-même ses chansons et Phil relève le défi. Il y chante en cinq langues (anglais, français, espagnol, italien, allemand) et reçoit un Oscar pour la chanson You'll Be in My Heart. La même année, étant un fan inconditionnel des standards de jazz et des big band, il sort l'album A Hot Night in Paris avec un Big Band et quelques musiciens habituels (Daryl Stuermer, Brad Cole), sur lequel on retrouve des titres de son répertoire solo ainsi que de Genesis, en plus d'un titre du saxophoniste Gerald Albright, Chips & Salsa.

En , Phil et son épouse Orianne fondent l'organisme The Little Dreams Foundation (littéralement la fondation des petits rêves), organisme à but non lucratif qui aide les enfants de 4 à 16 ans à réaliser leurs rêves et leurs aspirations tant artistiques que sportives, en fournissant à ces futurs prodiges l'aide matérielle et les conseils d'experts nécessaires à leur ascension. L'idée de fonder cette association lui est venue à la suite de la réception de nombreuses lettres d'enfants et de jeunes lui demandant comment réussir à percer dans l'industrie de la musique. Certains mentors disponibles pour cet organisme incluent Tina Turner et Natalie Cole. En 2013, Collins visite Miami en Floride afin de promouvoir l'expansion de l'organisme.

En 2001, un album hommage à Phil Collins est produit. C'est un album de reprises faites par des artistes R'n'B et hip-hop. L'album s'intitule Urban Renewal et est élu par le magazine Q le troisième des « 50 pires albums de tous les temps ».

En 2002, lors du Jubilé d'or de la reine Élisabeth II, une performance de Black Sabbath réunissant le guitariste Tony Iommi et le chanteur Ozzy Osbourne, aidés par le bassiste Pino Palladino et Phil à la batterie, a lieu au fameux Buckingham Palace. Ils jouent la chanson fétiche de Sabbath, Paranoid. Phil accompagne aussi le groupe Queen pour les chansons Radio GaGa, We Will Rock You et We Are The Champions en plus de la finale réunissant Paul McCartney, Rod Stewart, Joe Cocker, Steve Winwood & Brian May, etc. Ce concert est disponible sur l'album Party At The Palace - The Queen's Concerts, Buckingham Palace en 2002. La même année, il sort son dernier album de chansons originales Testify, qui comporte plusieurs chansons dédiées à Orianne, sa nouvelle femme, et à Nic, son fils d'un an.

En 2003, Disney de nouveau engage Phil pour composer la bande originale d'un autre film d'animation, Frère des ours. Phil ne lit ni n'écrit la musique de façon conventionnelle, mais utilise son propre système de notation. Il reconnait ces dernières années perdre partiellement l'ouïe d'une oreille. Il annonce en 2003 qu'il va donner une tournée d'adieu. Cette même année, il double le personnage de Lucky dans le dessin animé Disney Le Livre de la jungle 2. En 2004, Orianne met au monde leur deuxième fils Matthew, quatrième enfant de Collins. En 2006, il double la voix de son propre personnage dans le jeu vidéo Grand Theft Auto: Vice City Stories.

Phil n'a pas sorti de nouvel album original depuis son Testify en 2002, qu'il avait accompagné d'une tournée intitulée The First Final Farewell Tour, avant de revenir avec la réunion de Genesis, elle aussi suivie d'une tournée en 2007.Pendant cette dernière, le fait de s’asseoir pour jouer de la batterie causera une dislocation d'une vertèbre cervicale, ainsi que des dégâts neurologiques dans ses mains, le laissant incapable de tenir ses baguettes. Il tentera de continuer en collant les baguettes dans ses mains avec du gaffer (ruban adhésif) mais peine perdue[70]. « Après cette chirurgie cependant, le docteur m'a dit que tous les signes vitaux essentiels étaient là et que si je veux jouer de la batterie à nouveau, tout ce que j'ai à faire c'est de pratiquer. »[71].

Retraite[modifier | modifier le code]

Le , il annonce dans un quotidien allemand avoir perdu toute sensibilité au niveau des doigts à la suite d'une opération de luxation des vertèbres. Cependant, il annonce la sortie de son dernier album studio, un album de reprises intitulé Going Back, prévu pour le , mais arrête sa carrière sur scène[72]. Mais cet album ne contenant aucune nouvelle composition personnelle, Phil prévoit donc un nouvel album ainsi qu'une tournée. Il dit vouloir que ses fils Matthew et Nicholas puissent voir ce que faisait leur père avant que ses problèmes de santé ne viennent le miner. Ces problèmes de santé remontent à l'an 2000 quand il a perdu presque toute l'ouïe à son oreille gauche.

Il vit alors à Féchy, dans le canton de Vaud, en Suisse.

En , il annonce qu'il arrête la batterie, car il a de plus en plus de problèmes de dos, dus selon lui à sa façon de s'être tenu lorsqu'il jouait depuis l'âge de 9 ans[73]. Le , il annonce qu'il met un terme définitif à sa carrière. Ses problèmes de santé seraient en cause, ainsi qu'une lassitude de l'industrie du disque. Par la suite, Phil Collins publie un démenti officiel sur son site concernant les raisons invoquées dans l'arrêt de sa carrière, et déclare vouloir s'arrêter pour se consacrer à plein temps à ses enfants[74].

En novembre 2013, lors d'une interview, il annonce qu'il aimerait revenir sur scène avec Genesis dans lequel il était batteur puis chanteur pendant des décennies pour éventuellement « tourner en Amérique du Sud ou en Australie où nous ne sommes jamais allés »[75].

Retour, tournée mondiale Not Dead Yet[modifier | modifier le code]

Phil Collins en 2017.

Selon un article sur le site internet du magazine Rolling Stone daté du [71], après avoir subi une opération majeure au dos, Phil Collins prévoit un retour à la musique[71]. Ce ne sera pas avant quelques mois toutefois, puisqu'il doit prendre le temps pour sa convalescence : l'opération ayant eu lieu dernièrement, il ressent encore de la douleur mais en suivant les directives des médecins, il devrait aller mieux par la suite[71].

En , Phil Collins signe avec Warner Music Group la remastérisation de ses 8 albums solo et la sortie de musiques inédites déjà enregistrées. Deux de ses albums solos sont ainsi réédités en  : Face Value en version double, avec 12 chansons inédites, puis l'album Both Sides aussi en version double avec 10 chansons inédites. Les titres de chaque album sont remastérisés et des photos récentes sont utilisées pour les pochettes, dans le but de montrer le temps qui passe. Suivent ensuite graduellement, la réédition de tous ses autres disques : chacun d'entre eux contient aussi des chansons et musiques inédites. En , c'est le tour des albums Hello I must be going et Dance into the light d'être réédité en double CD chacun. Phil mentionne vouloir attendre de voir la réception des fans et amateurs de sa musique, et décider de la suite des choses par après. « Je me suis beaucoup impliqué dans ces rééditions, on a même refait les photos des pochettes de chacun des disques, ça c'était mon idée. Si les gens redécouvrent ma musique et démontrent un intérêt, ce serait idiot de ne pas en profiter pour leur offrir de nouvelles musiques. » Toujours selon Rolling Stone[71], la nouvelle d'un retour de Phil Collins à la musique éveille les fans de Genesis qui rêvent encore d'un retour possible du groupe. Mais selon lui, il attend de voir comment iront les choses avec une tournée solo, et ajoute qu'il aime bien les gars de Genesis mais qu'il préfère faire les choses étape après étape et attendre de voir comment tout cela évoluera[71].

Il se remet encore de son opération et réfléchit au style de musique qui l'inspirera, il dit qu'il pourra toujours jouer du piano et chanter et se sent heureux de la tournure des choses[71].

Phil Collins en 2017.

Phil Collins est finalement remonté sur scène après six ans d'absence, pour un concert de charité organisé par son ex-épouse Orianne Cevey, le à Miami. Il a chanté sept titres : Another Day In Paradise, Against All Odds (Take a Look at Me Now), In the Air Tonight, Easy Lover ainsi que Take Me Home. Il a aussi repris My Girl des Temptations et Knockin' on Heaven's Door de Bob Dylan.

Il serait également en train de travailler à son prochain album, le premier depuis Going back en 2010[76].

Le , Phil Collins remonte à nouveau sur scène pour un concert de charité pour sa fondation, Little Dream Foundation[77], à la salle Métropole[78] à Lausanne (Suisse). Durant ce concert plusieurs artistes, soutenus par la fondation, se produisent sur scène. Phil Collins chante 6 titres : Another Day In Paradise, Against All Odds (Take a Look at Me Now), In the Air Tonight, Easy Lover ainsi que Take Me Home. Il repriend aussi Knockin' on Heaven's Door de Bob Dylan. À noter que son fils, Nicolas, l'y accompagne à la batterie[79].

Le , à l'occasion de la soirée d'ouverture de l'Open de tennis 2016, à New York, Phil Collins remonte encore une fois sur scène. Il reprend deux de ses plus grands succès, In the Air Tonight (son premier single solo sorti en 1981) puis Easy Lover (en duo avec Leslie Odom Jr.).

Le , Phil Collins annonce une série de concerts pour 2017 à Liverpool (), Londres (4, 5, 7, 8 et au Royal Albert Hall et à Hyde Park), à Cologne (11, 12, 14, 15 et ), Paris (18, 19, 20, 22 et ) et Dublin (). Il ne joue pas de batterie pendant la tournée mais a engagé son fils Nicholas Collins pour l'accompagner, « un batteur formidable » selon Phil Collins. Le , il annonce qu'il doit annuler plusieurs concerts à la suite d'une chute dans sa chambre d'hôtel où il se blesse à la tête, ses concerts seront reportés pour .

Le , Phil Collins sort son autobiographie intitulée Not Dead Yet, dans laquelle il raconte les grands moments de sa vie, sa carrière avec Genesis ainsi qu'en tant qu'artiste solo.

En 2017, Phil Collins est de retour pour une nouvelle tournée, 12 ans après sa dernière tournée solo, elle débute en juin et s'étend jusqu'en octobre 2019. Elle porte le nom de son livre, Not Dead Yet Tour.

En , il annonce une nouvelle tournée de Genesis qui aura lieu en Angleterre et en Irlande à l'automne. Cependant, en raison de la pandémie de covid-19, elle est reportée, une première fois en avril 2021, puis finalement en septembre de la même année.

Vie privée[modifier | modifier le code]

De ses trois mariages, Phil a eu quatre enfants biologiques et une fille adoptive : Joely Collins, née en 1972, qui est la fille de sa première femme, et est actrice.

Son fils aîné, Simon Collins, qu'il a eu avec sa première femme Andrea, est né en 1976 et est également musicien et chanteur comme son père : il a publié trois albums et également repris une chanson de Genesis (Keep It Dark). Sur son album U-Catastrophy, Simon joue avec son père un duo de batterie sur le titre Big Bang, tandis que Steve Hackett joue de la guitare sur un autre titre, Fast Forward The Future.

Lily Collins, son unique fille biologique, qu'il eut avec sa deuxième femme Jill Tavelman, est née en 1989 et est également actrice.

Phil a aussi deux autres garçons de son union avec sa troisième femme Orianne Cevey : Nicholas, né en 2001, qui est aussi batteur, et Matthew, né en 2004.

Après ses divorces, Phil Collins a été en couple avec la journaliste Dana Tyler (en) pendant près de dix ans.

Phil est gaucher et joue d'ailleurs de la batterie dans le sens d'un gaucher, alors que Ringo Starr par exemple, joue dans le sens d'un droitier alors qu'il est naturellement gaucher. Ringo est par ailleurs l'un des batteurs qui a le plus influencé Phil Collins, spécialement son jeu sur l'album Abbey Road des Beatles. En 1998, Collins reprendra d'ailleurs plusieurs chansons de cet album Golden Slumbers Carry That Weight et The End sur l'album In My Life album hommage de George Martin à son groupe fétiche (album avec pleins d'artistes différents que George Martin avait choisi pour reprendre des chansons des Beatles). Collins a été choisi par Martin pour reprendre cette chanson en trois parties où il doublera même en longueur le solo de batterie que Ringo faisait sur le morceau The End.

Discographie[modifier | modifier le code]

Cette discographie est compilée et inscrite ici en ordre chronologique, en commençant par les tout premiers enregistrements avec les premières formations avec lesquelles il a joué, en incluant Flaming Youth, Genesis puis Brand X, puis sa carrière solo, les musiques de films et les nombreux enregistrements d'autres artistes et groupes auxquels il a participé.

Freehold[modifier | modifier le code]

Avec John « Fluff » Hunt (guitare, chant), Les Mannering (basse, chant), Jeff Slater (chant, tambourin), Phil Collins (batterie, chant)

  • 1968 : Lying, Crying, Dying/The Sandman : single : Phil joue de la batterie et chante sur cette pièce enregistrée au Regent Sounds Studios en 1968, inédit.

Hickory[modifier | modifier le code]

La formation est la même que pour Flaming Youth puisque le groupe s'appelait ainsi avant de changer de nom.

  • Les futurs Flaming Youth enregistrent un single sur CBS Records en 1969.
  • 1969 : Green Light/The Key.

Flaming Youth[modifier | modifier le code]

Avec Brian Chatton (claviers, chant), Ronnie Caryl (guitare, chant), « Flash » Gordon Smith (basse, chant), Phil Collins (batterie, chant)

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1969 : Guide Me Orion/From Now On (Immortal Invisible)
  • 1969 : Man, Woman & Child/Drifting
  • 1969 : From Now On (Immortal Invisible)/Space Child

EP[modifier | modifier le code]

  • 1969 : Guide me Orion/Earthglow/Pulsar/From now on (Immortal Invisible
  • 1970 : If Six Was Nine (Hendrix/Guide Me Orion (Flaming Youth)/Had To Cry Today (Blind Faith)/Saw Mill Gulch Road (J. Mayall)

Album[modifier | modifier le code]

  • 1969 : Ark 2

Genesis[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

En tant que batteur[modifier | modifier le code]
En tant que chanteur et batteur[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Turn It on Again - Best of '81-'83
  • 1998 : Genesis Archive 1967-75 - Boîtier de 4 CD couvrant l'époque Peter Gabriel, contient l'entièreté de Lamb lies down on Broadway enregistré en concert, ainsi que des versions aussi enregistrées en concert, des faces B de singles et des pièces démos du premier album From Genesis to Revelation.
  • 1999 : Turn It On Again: The Hits
  • 1999 : Turn It On Again : The Tour Edition - 2 CD
  • 2000 : Genesis Archive 2: 1976–1992 - Boîtier de 3 CD couvrant la période Phil Collins allant de l'album A trick of the tail jusqu'à We can't dance avec des inédits, des faces B de singles et des versions 12" remix de certains de leurs succès.
  • 2004 : Platinum Collection - 3 CD
  • 2007 : Genesis 1976–1982 - Boîtier de 6 CD + 6 DVD publié le 6 avril 2007 en Europe et le 15 mai 2007 en Amérique. Il contient les albums de la première période Phil Collins allant de A trick of the tail à Abacab + des pièces tirées de singles.
  • 2007 : Genesis 1983–1998 - Boîtier de 5 CD + 6 DVD publié le 1er octobre 2007 en Europe et le 20 novembre 2007 en Amérique. Contient les albums de la deuxième partie de la période Phil Collins + Ray Wilson, de Genesis à Calling all stations + des faces B de singles.
  • 2008 : Genesis 1970–1975 - Boîtier de 7 CD + 6 DVD publié le 10 novembre 2008 en Europe et le 11 novembre 2008 en Amérique et contient les albums de la période Peter Gabriel de Trespass (avec John Mayhew à la batterie) à The Lamb lies down on Broadway avec Phil Collins en tant que batteur + des inédits.
  • 2009 : Genesis Live 1973–2007 - Boîtier 8 CD + 3 DVD. Contient les albums Genesis Live, Seconds Out, Three sides Live, The Way We Walk et Live at The Rainbow.
  • 2014 : R-Kive : 3 CD - Compilation de titres de Genesis (8 avec Gabriel chanteur, 14 avec Collins chanteur), et de ses membres en solos (3 titres de Gabriel, 3 de Hackett, 3 de Banks, 3 de Collins et 3 de Mike & The Mechanics).

Vidéos[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Genesis: In Concert
  • 1982 : Three Sides Live
  • 1985 : The Mama Tour
  • 2002 : The Way We Walk – Live in Concert
  • 2003 : Genesis Live at Wembley Stadium
  • 2004 : The Video Show
  • 2008 : When in Rome 2007
  • 2009 : Genesis The Movie Box
  • 2014 : Sum of the parts

EPs[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Spot the Pigeon (maxi 45T - 3 titres : Match Of The Day, Pigeons et Inside & Out) (Banks, Rutherford, Hackett, Collins) Ce serait le dernier enregistrement de Hackett avec Genesis avant son départ.
  • 1982 : 3x3 (maxi single - 3 titres : Paperlate, You Might Recall et Me & Virgil) La pochette de ce EP est inspiré de la photo de la pochette de l'album Twist and Shout des Beatles sorti en 1963 aux États-Unis.

Brand X[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1976 : Unorthodox Behaviour
  • 1977 : Moroccan Roll
  • 1979 : Product
  • 1980 : Do They Hurt ?
  • 1982 : Is There Anything About?

Albums live[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Livestock : Phil joue sur 3 titres. Les autres sont jouées par Kenwood Dennard.
  • 1995 : Live at the Roxy - L.A.
  • 1999 : The X-Files
  • 2015 : Live from Ronnie Scotts - EP trois titres avec Phil à la batterie.

Albums compilations[modifier | modifier le code]

  • 1986 : Xtrax
  • 1992 : The Plot Thins - A History Of Brand X
  • 1996 : Brand X Featuring Phil Collins - Why Should I Lend You Mine
  • 1997 : A History 1976 - 1980
  • 1997 : Missing Period
  • 1998 : The X-Files: A 20 Year Retrospective - Album Double.
  • 2003 : Trilogy (Boîtier 3 CD)
  • 2003 : Macrocosm : Introducing Brand X
  • 2014 : Nuclear Burn (Boîtier 4 CD)

Carrière solo[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums en concert[modifier | modifier le code]

Musique de films et séries télévisées[modifier | modifier le code]

  • 1984 : Against All Odds - B O du film du même nom sur lequel on retrouve aussi une pièce de Peter Gabriel Walk Through The Fire et une de Mike Rutherford Making A Big Mistake.
  • 1985 : White nights - Artistes variés - Phil Collins chante avec Marilyn Martin Separate Lives.
  • 1985 : Porky's Revenge! - Phil à la batterie sur Philadelphia Baby avec The Crawling King Snakes, Robert Plant, Dave Edmunds, etc.
  • 1986 : Playing For Keeps - Artistes variés - Comédie de Bob et Harvey Weinstein. Phil Collins prête une de ses chansons, We Said Hello, Goodbye (Don't Look Back) dans une version différente de celle que l'on retrouve sur l'album No Jacket Required
  • 1988 : Buster - Artistes variés - Phil Collins chante trois pièces, Two Hearts, Big Noise et Groovy Kind Of Love.
  • 1999 : Tarzan - Avec Mark Mancina, B O du film de Walt Disney. NB : L'album est sorti en cinq langues : anglais, français, allemand, espagnol et italien. Toutes les versions furent chantées par Phil Collins.
  • 2000 : American Psycho - Les chansons In too deep de Genesis et Sussudio de Phil Collins sont entendues dans ce film avec Christian Bale dans le rôle du psychopathe Patrick Bateman.
  • 2001 : La légende de Tarzan et Jane : Phil Collins a composé et chanté des chansons pour le film.
  • 2003 : Frère des ours - Avec Mark Mancina et The Blind Boys Of Alabama, B O du film de Walt Disney - Pour cet album qui est aussi sorti en cinq langues, Phil Collins reprend le même concept que sur l'album Tarzan et il chante lui-même sur les cinq albums.
  • 2005 : Tarzan II - Avec Mark Mancina - Phil Collins a écrit et chante les pièces Who Am I et Leaving Home (Find My Way)
  • 2005 : Arktos: The Internal Journey of Mike Horn En français, Arktos: Le voyage intérieur de Mike Horn - Phil Collins a composé et interprété la bande sonore de ce documentaire suisse réalisé par Raphaël Blanc sur cet explorateur qu'est Mike Horn. Arktos est l'histoire étonnante de Mike Horn qui est allé au cercle polaire arctique seul pendant 27 mois sur 20,000 kilomètres sans utiliser de transport motorisé.
  • 2006 : Disney Presents Tarzan (The Broadway Musical) - Phil Collins avec Robbie Macintosh et Trevor Barry, ainsi qu'une vingtaine de musiciens pour cet album sur la performance de Tarzan à Broadway. Disponible sur Walt Disney Records.
  • 2007 : Aqua Teen Hunger Force Colon Movie Film for Theatres : Phil Collins a écrit la musique pour le film.
  • 2016 : The Hangover : Very Bad Trip : la chanson In the air tonight, interprétée par One Man Wolf Pack, fait partie de la bande sonore.
  • 2016 : Coronation Street : épisode no 1.8976, 26 août 2016 : série télé : la chanson In the air tonight peut être entendue durant l'émission.

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1987 : 12"ers (Album de remixes et de versions rallongées)
  • 1998 : Hits
  • 2004 : The Platinum Collection - Boîtier trois CD réunissant ses trois premiers albums solo.
  • 2004 : Love Songs: A Compilation… Old and New - Double album
  • 2016 : The Singles - Disponible en trois versions, deux CD, trois CD et quatre albums vinyles.
  • 2016 : Take A Look At Me Now... (The Complete Albums Box) - Coffret réunissant tous les albums solo studio de Phil Collins.
  • 2018 : Plays Well With Others : Compilation sur quatre CD des chansons d'autres artistes et groupes avec lesquels Phil Collins a joué à travers le temps.
  • 2019 : Other Sides (Compilation de 18 titres inclus faces B enregistrées entre 1981 et 2003 + démos)
  • 2019 : Remixed Sides (Compilation de 18 titres remixés)

Participations[modifier | modifier le code]

Au cours de sa longue carrière comme batteur et percussionniste, Phil Collins a été très demandé. Il a eu alors l'occasion de jouer avec d'innombrables artistes et groupes différents, en voici la liste.

1970-1980[modifier | modifier le code]

  • 1970 : All Things Must Pass de George Harrison - Selon l'autobiographie de Phil Collins Not dead yet, sa performance n'aurait pas été retenue.
  • 1971 : Colin Scot de Colin Scot - Avec Peter Gabriel, Jon Anderson, Rick Wakeman, Peter Hammill, Dave Jackson, etc
  • 1973 : Two sides of Peter Banks de Peter Banks - Avec Steve Hackett, Jan Akkerman, John Wetton, Mike Hough, etc
  • 1974 : Book Of Fools de Eugene Wallace - Phil joue de la batterie, Ronnie Caryl ex-Flaming Youth est à la guitare.
  • 1974 : Taking Tiger Mountains By Strategy de Brian Eno - Phil est à la batterie sur Mother Whale Eyeless.
  • 1975 : Dangerous de Eugene Wallace - Phil joue de la batterie.
  • 1975 : Voyage Of The Acolyte de Steve Hackett - Phil joue de la batterie, des vibes, des percussions sur tout l'album et chante sur Star of Sirius
  • 1975 : Peter & The Wolf - Artistes variés - Avec Jack Lancaster, Brian Eno, Bill Bruford, Stéphane Grapelli, etc
  • 1975 : The Gramophone Record de Eddie Howell - Phil joue de la batterie sur cet album en compagnie de Percy Jones, Robin Lumley, John Goodsall, futurs Brand X. On y retrouve aussi Jack Lancaster.
  • 1975 : Another Green World de Brian Eno - Phil est à la batterie et aux percussions.
  • 1975 : Teaser de Tommy Bolin - Phil est aux percussions sur la pièce Savannah Woman
  • 1975 : Counterpoints du groupe Argent - Phil est à la batterie et aux percussions.
  • 1975 : Gig Meg Et Hus de Tobben & Ero - Phil joue de la batterie sur la pièce Skammens Terskel Note : titre enregistré à Oslo en février 1975 lors du Lamb Tour ; alors que Phil visitait les studios Polygram, le duo qui finissait son album lui a proposé de jouer sur ce titre.
  • 1975 : Helen Of Troy de John Cale - Phil est à la batterie.
  • 1975 : Startling Music de David Hentschel - Phil joue de la batterie et des percussions. Avec Ronnie Caryl à la guitare
  • 1975 : Empire - Mark 1 du groupe Empire avec Peter Banks, ex-Yes. Phil est à la batterie et aux chœurs sur la pièce Out Of Our Hands.
  • 1976 : Johnny The Fox de Thin Lizzy
  • 1976 : Marscape de Jack Lancaster & Robin Lumley - Avec les musiciens de Brand X
  • 1976 : Vimana du groupe italien Nova. Phil aux percussions et Percy Jones de Brand X à la basse.
  • 1976 : Solo Casting de William Lyall - Phil à la batterie et aux percussions sur 7 des 10 titres.
  • 1977 : The Squeeze de David Hentschel - Phil joue de la batterie sur cette B O du film du même nom en compagnie de Percy Jones et Morris Pert de Brand X.
  • 1977 : The Geese And The Ghost de Anthony Phillips - Phil chante sur Which Way the Wind Blows et God If I Saw Her Now
  • 1977 : Guts de John Cale - Phil est à la batterie sur Helen Of Troy.
  • 1977 : Just A Story From America de Elliott Murphy - Phil joue de la batterie.
  • 1977 : Round The Back de Café Jacques - Phil aux percussions sur quatre pièces.
  • 1977 : Before & After Science de Brian Eno - Phil est à la batterie sur deux pièces.
  • 1978 : Music For Films de Brian Eno - Phil aux percussions sur trois pièces.
  • 1978 : Variations de Andrew Lloyd Weber - Phil joue de la batterie.
  • 1978 : Moving Home de Rod Argent - Phil est à la batterie. Aussi présents sur cet album ; Alphonso Johnson, Gary Moore, Morris Pert, Robin Lumley, Jack Lancaster.
  • 1978 : Pleasure Signals du groupe Wilding/Bonus - Phil à la batterie sur trois chansons.
  • 1978 : Café Jacques International de Café Jacques - Phil est aux percussions.
  • 1979 : I Can See Your House From Here de Camel - Phil est aux percussions sur le titre Hymn To Her.
  • 1979 : Pentateuch Of The Cosmogony de Dave Greenslade / Patrick Woodroffe - Phil aux percussions sur 6 titres.
  • 1979 : Exposure de Robert Fripp - Joue de la batterie sur Disengage et North Star - Avec Peter Gabriel, Peter Hammill, Daryl Hall, etc
  • 1980 : Peter Gabriel dit Melt de Peter Gabriel - Phil joue de la batterie, de la caisse claire et du surdo. Phil est aussi sur la version allemande Ein Deutsches Album.
  • 1980 : The Awakening de Raphael Rudd/Pete Townshend - Phil est à la batterie. John Giblin et Annie Haslam sont aussi présents sur ce disque.
  • 1980 : Orleans du groupe Orleans - Phil aux chœurs sur la pièce Wind.
  • 1980 : Sacred Songs de Daryl Hall - Phil joue de la batterie sur North Star.
  • 1980 : Red Cab To Manhattan de Stephen Bishop - Phil à la batterie sur 2 titres.
  • 1980 : Skinningrove Bay de Jack Lancaster - Phil au chant. Sera réédité sous le titre Wild Connections.
  • 1980 : Grace and danger de John Martyn - Phil joue de la batterie et assure les chœurs.
  • 1980 : QE2 de Mike Oldfield - Phil à la batterie sur Taurus 1 et Sheba.

1981-1990[modifier | modifier le code]

  • 1981 : The Secret Policeman's Other Ball - Artistes variés - Phil chante The Roof Is Leaking et In The Air Tonight
  • 1981 : Immunity de Rupert Hine - Phil est aux percussions sur deux pièces. Marianne Faithfull, Phil Palmer et Geoffrey Richardson sont aussi présents sur cet album.
  • 1981 : Playing for time de Brian Chatton - Phil est à la batterie sur cet album de l'ex-Flaming Youth.
  • 1981 : Glorious fool de John Martyn - Phil produit et joue du piano, de la batterie, du vocoder et participe aux voix
  • 1982 : Water Of Dreams de Ralph McTell - Phil est à la batterie sur deux pièces.
  • 1982 : Waving Not Drowning de Rupert Hine - Phil aux marimbas, timbales et Toms sur Innocents In Paradise.
  • 1982 : Lead Me To The Water de Gary Brooker - Phil est à la batterie.
  • 1982 : Pictures at eleven de Robert Plant - Phil joue de la batterie sauf sur 2 titres joués par Cozy Powell.
  • 1982 : Something's going on de Frida - Phil produit l'album et joue de la batterie, des percussions, du Prophet 5 et les fait partie des chœurs.
  • 1983 : Scenario (en) de Al Di Meola - Phil est à la batterie sur Island Dreamer. Jouent aussi sur l'album, Tony Levin, Bill Bruford et Jan Hammer.
  • 1983 : The Principle of moments de Robert Plant - Phil joue de la batterie sauf sur 2 titres joués par Barriemore Barlow. Note : Phil est à la batterie également sur les titres bonus de la réédition de 2007 (In The Mood (live), Thru' With The Two Step (live), Lively Up Yourself (live), Turnaround)
  • 1983 : I'm Not That Kind Of Girl de Marty Webb - Phil est à la batterie. - Avec John Giblin de Brand X et David Hentschel.
  • 1983 : Strip de Adam Ant - Phil produit et joue sur deux chansons, la pièce-titre et Puss n' boots
  • 1984 : Chinese Wall de Phillip Bailey - Phil chante et joue de la batterie, des percussions sur cet album duquel est tiré le succès Easy Lover
  • 1984 : Banded Together de Lee Ritenour - Phil à la batterie sur Amaretto.
  • 1984 : Do They Know It's Christmas de Bob Geldolf & Artistes variés - Band Aid - Phil est à la batterie puis s'est joint aux chœurs du refrain.
  • 1985 : Behind The Sun d'Eric Clapton - Phil produit et joue de la batterie, des percussions, du synthétiseur et de l'orgue Hammond et chante dans les chœurs.
  • 1985 : Sleeping with girls de Stephen Bishop - Phil à la batterie sur Sleeping With Girls et Leaving The Hall Light On, cette dernière avec Eric Clapton & Sting.
  • 1985 : Mike & The Mechanics de Mike & The Mechanics - Phil a participé à la composition et l'écriture de la chanson A Call To Arms avec Mike Rutherford et Tony Banks.
  • 1985 : Miami Vice - Original TV Soundtrack - Phil prête son classique In The Air Tonight.
  • 1986 : Inside Out de Philip Bailey - Phil est à la batterie sur 2 pièces et aux percussions sur 1 pièce. Aussi présents sur l'album, Jeff Beck, George Duke, Nathan East, Darryl Jones, Omar Hakim, Nile Rodgers, etc.
  • 1986 : No One Is To Blame de Howard Jones - Single produit par Phil Collins et Hugh Padgham - Phil joue de la batterie et fait les chœurs.
  • 1986 : When the wind blows - Artistes variés - Genesis prête la pièce The Brazilian pour ce film d'animation.
  • 1986 : Network de Robert Fripp - Phil est à la batterie sur North Star pour cet EP.
  • 1986 : Destiny de Chaka Khan - Phil à la batterie et aux chœurs sur Watching The World.
  • 1986 : Press To Play de Paul McCartney - Phil à la batterie et aux percussions sur Angry.
  • 1986 : Break Every Rule de Tina Turner - Phil à la batterie sur 2 titres, Typical Male et Girls.
  • 1986 : Miami Vice - Original TV Soundtrack - Phil prête son classique Take Me Home.
  • 1987 : Wild Connection avec Jack Lancaster & Gary Moore. - Réédition de Skinningrove bay parut en 1980.
  • 1987 : Prince's Trust 10th Anniversary Brithday Party - Artistes variés - Phil joue In The Air Tonight.
  • 1987 : We Got The Magic du groupe Boys Don't Cry - Phil est à la batterie sur ce single du groupe de l'ex-Flaming Youth Brian Chatton.
  • 1987 : Loco In Acapulco des Four Tops - Phil fait la production, co-écriture et les chœurs.
  • 1987 : August d'Eric Clapton - Phil joue de la batterie et produit
  • 1988 : Indestructible des Four Tops - Phil produit.
  • 1988 : The Prince's Trust Rock Concert 1988 - Phil chante You Can't Hurry Love et Peter Gabriel est aussi présent sur Sledgehammer.
  • 1988 : The Aims Gala - Royal Albert Hall - London. Phil est présent sur six titres.
  • 1989 : Journeyman de Eric Clapton - Phil est à la batterie sur le titre Bad Love.
  • 1989 : Bowling in Paris de Stephen Bishop - Phil coproduit et joue sur 4 chansons sur cet album avec entre autres Ronnie Caryl, ex-Flaming Youth.
  • 1989 : Prince's Trust - The Royal Concert - Artistes variés - Phil chante et joue de la batterie sur In The Air Tonight et You've Lost That Loving Feeling et le medley.
  • 1989 : The Seeds Of Love de Tears For Fears - Phil est à la batterie sur la chanson Women In Chains
  • 1990 : Knebworth - The Album - Artistes variés - Phil chante In The Air Tonight et Sussudio. Il est aussi avec Genesis pour Mama, Throwing It All Away plus le medley Turn It On Again qui réunit son groupe solo plus Genesis sur scène.
  • 1990 : Passing through air de Kate Bush - Phil joue de la batterie sur The Wedding List en compagnie de Peter Townshend à la guitare. David Gilmour est aussi présent sur la pièce-titre.

1991-2000[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Two Rooms - Artistes variés - Phil chante et joue de la batterie sur la pièce Burning down the mission sur cet album hommage à Elton John et Bernie Taupin
  • 1991 : Inside Seduction de Lamont Dozier - Phil est à la batterie, chante et produit le single The Quiet's Too Loud.
  • 1991 : 24 Nights d'Eric Clapton - Phil au tambourin sur Sunshine Of Your Love.
  • 1992 : Diamonds By The Yard d'Elliott Murphy - Phil est à la batterie.
  • 1992 : Couldn't Love You More de John Martyn - Phil fait les chœurs sur la pièce Sweet Little Misery.
  • 1993 : Harbour Lights de Bruce Hornsby - Phil est aux percussions diverses sur 4 titres.
  • 1993 : No Little Boy de John Martyn - Phil est au chant sur 3 titres.
  • 1993 : Ways to cry de John Martyn - Phil participe à cette chanson de John Martyn
  • 1993 : Hero de David Crosby - Phil participe à l'écriture, chante et joue de la batterie sur cette chanson de l'album Thousand roads
  • 1994 : Leave A Light On de Ronnie Caryl - Phil joue de la batterie sur 4 titres pour cet album solo de l'ex-guitariste de Flaming Youth.
  • 1994 : In The House Of Stone & Light de Martin Page - Phil joue de la batterie sur 3 titres.
  • 1994 : Grammy's Greatest Moments Volume One - Artistes variés - Phil chante sa pièce Another day in paradise en compagnie de David Crosby
  • 1994 : A Tribute To Curtis Mayfield - Artistes variés - Phil chante et joue de tous les instruments sur la pièce 'I've been trying
  • 1995 : Q's Jook Joint - Artistes variés - Phil joue et chante sur la pièce Do Nothin' Till You Hear From Me sur cet album hommage à Quincy Jones
  • 1995 : Tonin de Manhattan Transfer - Phil chante et joue sur la pièce Too Busy Thinking About My Baby
  • 1995 : Elixir de Fourplay - Phil chante sa propre chanson Why Can't it Wait 'Til Morning
  • 1996 : The Songs Of West Side Story - Artistes variés - Phil chante ce classique Somewhere
  • 1996 : And de John Martyn - Phil joue de la batterie et fait les chœurs sur tout l'album.
  • 1996 : The Awakening de Raphael Rudd & Peter Townshend - Phil joue de la batterie sur 4 pièces. Avec aussi Annie Haslam.
  • 1997 : The Best Of Fourplay de Fourplay - Why Can't it Wait 'Til Morning
  • 1998 : Live And Learn de Daryl Stuermer - Phil fait les chœurs sur Long Distance Love.
  • 1998 : In My Life de George Martin - Phil chante et joue de la batterie sur ce medley tiré de l'album Abbey Road des Beatles, Golden Slumbers/Carry That Weight/The End
  • 1999 : L.A. Jazz Syndicate Volume 2 de L.A. Jazz Syndicate - Phil est choriste sur 4 pièces, L.A. Smooth, Nocturnal Mood, Time To Say Goodbye, et une reprise de sa chanson Another day in paradise
  • 1999 : First Things 1st de Ricky Lawson - Phil aux percussions et participe à la composition de la pièce Sweet Love avec le bassiste Nathan East.

Années 2001-2020[modifier | modifier le code]

  • 2002 : One Step At A Time de Ronnie Caryl - Phil fait les chœurs sur How Can It Be Right ?.
  • 2002 : Party at the Palace : The Queens’s Concerts, Buckingham Palace - Artistes variés : Phil Collins chante You Can't Hurry Love puis il accompagne d'autres artistes dont Ozzy Osbourne et Tony Iommi sur Paranoid ainsi que Queen sur Radio GaGa, We Will Rock You et We Are The Champions pour ce concert en l'honneur de la reine Élisabeth II.
  • 2003 : Teach Me Tonight de Sylvano Basan Trio - Phil est choriste sur la chanson I Wish I Knew
  • 2003 : Circa 1990 d'Arnold McCuller - Phil à la batterie.
  • 2006 : Tarzan - The Broadway Musical - Artistes variés - Phil a écrit et réalisé la musique de ce spectacle sur Broadway, en plus d'écrire cinq nouvelles chansons qui n'étaient pas dans le film de 1999, il y interprète aussi la dernière chanson de l'album Everything That I Am.
  • 2006 : Nine Lives de Robert Plant - Coffret de 9 CD
  • 2008 : U Catastrophy de Simon Collins - Phil joue un duo de batterie avec son fils Simon Collins sur la pièce Big Bang, aussi présent sur ce disque Steve Hackett sur la pièce Fast Forward The Future
  • 2010 : Live at Knebworth Deluxe Edition - (2010) - Réédition - Boîtier 2 CD + 2 DVD. - Inclut le concert complet avec Phil Collins & The Serious Band avec Genesis & The Phœnix Horns, pour le Medley Turn it on again : Turn It On Again, Everybody Needs Somebody To Love, Reach Out I'll Be There, Pinball Wizard, In The Midnight Hour & Turn it on again Reprise.
  • 2013 : Under The Influence de Straight No Chaser - Phil est choriste sur une de ses compositions Against All Odds (Take A Look At Me Now)
  • 2013 : Golden Slumbers: A Father's Love - Artistes variés - Phil sur You Touch My Heart.
  • 2017 : Reverence de Nathan East - Avec Philip Bailey au chant, Eric Clapton à la guitare et Phil Collins à la batterie sur la chanson Serpentine Fire, on y retrouve aussi Chick Corea et Gerald Albright.

Album hommage[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Urban Renewal - Artistes Variés - Sampling de la chanson In The Air Tonight, ici rebaptisé In The Air Tonite avec Lil' Kim pour cet album hommage, qui a été élu par le magazine Q, comme étant le numéro 3 des « 50 pires albums de tous les temps ». À l'exception du sample de la chanson In The Air Tonight, Phil n'est pas présent sur cet album, il ne peut donc pas être classé dans sa discographie, il s'agit simplement d'un album hommage.

Instruments et musiciens[modifier | modifier le code]

Sur ses albums, Phil Collins en plus de chanter joue des instruments suivants : batterie, percussions, piano, synthétiseurs, boîte à rythmes (1981, 1984, 1993), batterie électronique (1984), vocodeur (1981, 1985), pédale basse (1982), guitare (1993, 1996, 2010), basse (1985, 1993, 2010), kalimba (1985, 1996), cornemuse (1996), glockenspiel (2010), harpe (2010).

Phil Collins a employé ou invité de nombreux musiciens sur ses albums, dont les plus réguliers ou les plus célèbres sont : Chester Thompson (batteur de Genesis en concert), Daryl Stuermer (guitariste et bassiste de Genesis en concert), Leland Sklar (basse), Brad Cole (claviers), The Phenix Horns et The Vine Street Horns (cuivres), Arnold McCuller et Ami Keys (chœurs), Eric Clapton (guitare), Sting (chant), Peter Gabriel (1er chanteur de Genesis), David Crosby (chant) et Steve Winwood (claviers).

Concerts[modifier | modifier le code]

En dehors de Genesis, Phil Collins se produit en concert aux cours de différentes tournées qui font essentiellement suite à la sortie d'un album, excepté après la sortie de Face Value qui ne donne lieu qu'à une demi-douzaine de mini-concerts où Phil interprète In The Air Tonight , parfois complété par The Roof is Leaking[80]. Entre 2017 et 2019 Phil Collins part également en tournée sans qu'aucun nouvel album ne soit enregistré.

En dehors de ces tournées, Phil Collins donne également quelques concerts ou mini-concerts (1 à 10 titres interprétés) dans le cadre d'événements ou d'émissions de télévision : en 1986, 1987, 1988, 1991, 1996, 1999, 2000, 2006, 2008, 2014 et 2016[81].

Titres et dates des tournées[modifier | modifier le code]

  • Hello, I Must Be Going Tour (novembre 1982 à août 1983)
  • No Jacket Required World Tour (février à juin 1985)
  • Seriously, Live! World Tour (février à octobre 1990)
  • Both Sides of the World Tour (février 1994 à mai 1995)
  • Trip into the Light World Tour (février à décembre 1997)
  • Big Band Jazz Tour (octobre à décembre 1998)
  • Testitfy Promotional Tour (octobre 2002 à décembre 2003)
  • First Final Farewell Tour (janvier 2004 à février 2005)
  • Up Close & Personal: Phil Collins Plays 60's Motown & Soul (juin à juillet 2010)
  • Not Dead Yet Tour (mai 2017 à novembre 2018)
  • Still Not Dead Yet Tour (janvier à octobre 2019)

Instruments et musiciens[modifier | modifier le code]

En concert, Phil chante, parfois en s'accompagnant d'un piano, d'un synthétiseur ou d'un tambourin, et joue de la batterie, seul ou accompagné d'un autre batteur, Cependant Phil chante et ne joue de la batterie que quelquefois simultanément, comme dans le final de In The Air Tonight, car selon ses déclarations : «  c'est plutôt ennuyeux pour le public de voir un chanteur à la batterie pendant plus de deux heures. C'est aussi difficile de réellement interpréter une chanson avec conviction quand on joue de la batterie en même temps ». Alors, la plupart du temps c'est pendant de long passages instrumentaux que Phil retrouve sa batterie. Ces derniers étant plus rares en solo que dans Genesis, Phil joue plus de batterie avec le groupe qu'en solo.

Les concerts (autant avec Genesis qu'en solo) incorporent un duo de batterie (sans les autres musiciens) que Phil réalisait déjà dans Genesis, avec Bill Bruford, puis Chester Thompson, lequel participe également à plusieurs tournées de Phil Collins. Le duo se transforme parfois en trio, lorsque le percussionniste Luis Conte fait partie des musiciens.

Sur scène, Phil Collins est accompagné d'un guitariste (dans toutes les tournées Daryl Stuermer, qui accompagne aussi Genesis à la guitare et à la basse), d'un bassiste (Mo Foster, puis Leland Sklar ou Nathan East), d'un batteur (Chester Thompson ou Ricky Lawson, puis son fils Nic Collins), d'un claviériste (Peter Robinson, puis Brad Cole), d'une section de cuivres (The Phenix Horns, puis the Vine Street Horns), puis à partir de 1990 de trois ou quatre choristes (les plus réguliers étant Arnold McCuller et Ami Keys) , et à partir de 1997 du percussioniste Louis Conte et d'un guitariste rythmique, Ronnie Caryl, son ancien compère dans Flaming Youth. On retrouve pratiquement tous ces musiciens sur les albums studio de Phil Collins sauf exception tels que Both sides ou Phil est l'unique musicien.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1964 : A Hard Day's Night, (Quatre garçons dans le vent en français) : Film de Richard Lester : Phil joue un jeune fan dans la foule pendant une performance des Beatles mais la scène n'a finalement pas été retenue.
  • 1967 : Calamity The Cow film de David Eastman : Phil est Mike Lucas.
  • 1968 : Chitty Chitty Bang Bang : film de Walt Disney avec Dick Van Dike, Gert Fröbe et Desmond Llewelyn. Phil avait un petit rôle dans ce film mais la scène a été coupée au montage.
  • 1988 : Buster : film de David Green (en) avec Julie Walters : à propos du vol du train postal de Glasgow-Londres en 1963, Phil tient le rôle de Bruce « Buster » Edwards.
  • 1991 : Hook : Film de Steven Spielberg : Phil apparaît brièvement en tant que l'inspecteur Good après la disparition des enfants.
  • 1993 : Frauds : film de Stephan Elliott : Phil joue le rôle de Roland Copping avec Hugo Weaving dans ce film qui fut en compétition pour la Palme d'or au Festival de Cannes.
  • 1993 : And The Band Played On ou Les Soldats de l'espérance en français : film du journaliste Randy Shilts. Pour ce film à la distribution impressionnante qui traite de la naissance de l'ébola et du sida, Phil joue le personnage de Eddie Papasano, un propriétaire de sauna.
  • 1995 : Balto, Chien-loup, héros des neiges ou L'Histoire d'une légende : Phil prête sa voix aux personnages de Muk et Luk, deux petits ours polaires.
  • 2003 : Le Livre de la jungle 2 : Phil prête sa voix au personnage de Lucky.

Court métrage[modifier | modifier le code]

  • 1994 : Calliope - Court métrage de 15 minutes dans lequel Phil Collins joue Jackson Dover, un auteur de romans noirs qui a créé une femme fatale qu'il nomme Calliope, pour son prochain roman qui doit être adapté pour le cinéma et qui finit par prendre vie dans la réalité. Les autres acteurs sont Martin Jarvis dans le rôle de l'agent littéraire de Dover, Richard E. Grant joue le réalisateur et Michael Winner est le producteur.

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

  • 1965 : R 3 : avec entre autres, l'acteur Oliver Reed. Phil joue Terry dans un épisode en 1965.
  • 1985 : Miami Vice : série de Michael Mann, avec Don Johnson et Philip Michael Thomas. Dans la saison 2 épisode 12 : Phil Collins devient Phil The Shill Mayhew.
  • 1986 : The Two Ronnies : émission humoristique avec, entre autres, des membres du Monty Python Flying Circus. Phil y a fait deux apparitions.
  • 1988 : Mickey's 60th birthday : spécial télé sur Mickey Mouse. Lui-même.
  • 1988 : The return of Bruno : lui-même. Avec Bruce Willis, Jon Bon Jovi, Michael J. Fox, Elton John, Joan Baez, Billy Graham.
  • 1996 : New York Undercover : saison 3 épisode 10 : lui-même
  • 2001 : Brass Eye : Phil joue un bénévole durant une campagne de sensibilisation anti-pédophilie.
  • 2001 : The Kumars at No.42 : saison 0 épisode 4 : lui-même.
  • 2003 : Whoopi : saison 1 épisode 9 : Sticky Fingers, en français : Qui vole un œuf vole un bœuf : lui-même.
  • 2008 : The Naked Brothers Band : Phil fait un rapide caméo.

Téléfilm[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Comic Relief: The Invasion of the Comic Tomatoes Avec entre autres, Michael Caine, John Cleese, Rowan Atkinson en Mr Bean, Kenneth Branagh, Sean Connery, le coureur automobile David Coulthard, etc. Phil Collins joue une nurse dans un épisode de cette série d'humour britannique dans le plus pur style Monty Python's Flying Circus. Puis pour un autre sketch dans lequel il chercher à jouer sa chanson fétiche In the air tonight, son piano s'écroule, puis dans un deuxième sketch alors qu'il chante I can feel it coming in the air tonight, une botte géante tombe sur son piano, détruisant celui-ci. Puis pour la dernière partie du même sketch, alors qu'il commence sa pièce One more night, cette fois c'est une armure qui tombe sur le piano avec le même résultat.

DVD[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Live at Perkins Palace - Une performance de la tournée Hello I Must Be Going
  • 1983 : Video EP
  • 1985 : No Ticket Required - Une performance de la tournée No Jacket Required
  • 1985 : No Ticket Required EP - Vidéo-clips tirés de l'album No Jacket Required
  • 1989 : The Singles Collection - 14 vidéo-clips de Phil
  • 1990 : Seriously Live in Berlin - Une performance de la tournée ... but seriously
  • 1990 : Serious Hits... Live - Un concert à Berlin pour la tournée ...but seriously Coffret 2 DVD
  • 1992 : ...but Seriously The Videos - Collection de vidéos tirés de l'album ... but seriously
  • 1994 : A Closer Look – Both Sides Tour '94 - Documentaire sur la tournée Both Sides
  • 1997 : Live and Loose in Paris - Concert au Théâtre omnisports de Paris
  • 1997 : Music For Montserrat 1997 - Artistes variés - Concert donné au Royal Albert Hall le 15 septembre 1997
  • 1999 : Face Value - The Making of... - Documentaire sur le making of de son premier album solo
  • 1999 : 24 Nights - Eric Clapton Avec Michael Kamen, Greg Phillinganes et Ray Cooper.
  • 2000 : Live and Loose in Paris - Performance enregistrée à Paris en 1997 pour la tournée Trip Into The Light
  • 2000 : Phil Collins Singles Collection - Vidéo-clips
  • 2002 : Party at The Palace - The Queen's Concerts, Buckingham Palace - Concert pour le Jubilé d'Or de la reine Élisabeth II, pour lequel Collins, en plus d'une performance en solo, accompagne à peu près tout le monde, de Black Sabbath à Eric Clapton et Paul McCartney, etc.
  • 2003 : A Life Less Ordinary - Documentaire biographique
  • 2003 : Phil Collins All Live - Concert donné le 29 mai 1985 au Reunion Arena à Dallas, Texas
  • 2003 : Serious Hits... Live - Reportage filmé en 1990 en Allemagne de la tournée ...but seriously
  • 2004 : Finally... The First Farewell Tour - Enregistrement d'un concert à Paris - Boîtier 2 DVD
  • 2004 : Hits Live - 1990 - 1997 - Compilation de concerts. Inclut le CD.
  • 2004 : Salute to Buddy Rich - Featuring Phil Collins, Dennis Chambers, Steve Smith & The Buddy Rich Band
  • 2005 : The Who : Tommy & Quadrophenia Live With Special Guests - Concert des Who avec Phil Collins dans le rôle de l'oncle Ernie pour Tommy. Boîtier 3 DVD
  • 2005 : Live Aid - Coffret quadruple DVD pour le 20e anniversaire de ce concert caritatif, pendant lequel Phil Collins donna une performance à Londres seul au piano et avec Sting, prit le Concorde qu'il paya à ses frais pour aller jouer à Philadelphie avec Eric Clapton et il assista aussi Led Zeppelin en compagnie du batteur Tony Thompson.
  • 2006 : Eric Clapton - Live at Montreux 1986 - Comme le titre l'indique, concert de Clapton à Montreux en 1986 avec Phil comme batteur. Nathan East à la basse et Greg Phillinganes aux claviers sont les autres musiciens accompagnant Clapton.
  • 2007 : The Long Goodnight – A Film About Phil Collins - Film-documentaire du réalisateur Anthony Mathile sur la dernière tournée de Phil Collins avant sa retraite.
  • 2008 : Live at Fukuoka Dome - Concert au Fukuoka Dome au Japon.
  • 2010 : PHIL COLLINS MTV Unplugged 1994 & One Night Only 2010 - DVD double contenant d'abord le concert acoustique MTV UNPLUGGED 08/30/1994 sur le réseau MTV puis le deuxième DVD présente ONE NIGHT ONLY 09/18/2010 pour lequel il joue des pièces de son album Going Back en 2010.
  • 2010 : Going Back – Live at Roseland Ballroom, NYC - Concert après la sortie de l'album Going Back avec The Funk Brothers : Eddie Willis et Ray Monette à la guitare ainsi que Bob Babbitt à la basse, Daryl Stuermer aussi à la guitare et Chester Thompson à la batterie.
  • 2010 : Flaming Youth Ark 2 TV 1970 - Archives européennes télévisées du groupe de Phil Collins avant Genesis
  • 2012 : Phil Collins Live at Montreux 2004 - Concert donné pendant la tournée First Final Farewell Tour de 2004, contient aussi un bonus du concert donné par le Phil Collins Big Band en 1996 à Montreux.

Livres[modifier | modifier le code]

En 2007, une autobiographie de Genesis est publiée : Genesis : Toute L'Aventure[82]. Phil Collins y mêle ses souvenirs de la vie du groupe à ceux des autres membres : Peter Gabriel, Steve Hackett, Michael Rutherford et Anthony Banks. Le document est illustré de plusieurs centaines de photos et retrace les trente années de carrière de ce groupe de rock progressif ponctuées de la sortie des trente albums et de nombreuses tournées mondiales[83].

En 2012, l'ancien chanteur de Genesis fait éditer The Alamo and Beyond: A Collector's Journey[84], un livre agrémenté de photos de Ben Powell, un photographe texan. Cet ouvrage contient aussi des dessins de l'artiste Gary Zaboly, ainsi qu'un essai d'historiens texans, Bruce Winders, Don Frazier, et Stephen Hardin. Collins a toujours été passionné par tout ce qui touche cette portion de l'histoire américaine, fort Alamo en particulier. Les émissions de télévision comme Davy Crockett et King of the Wild Frontier l'attiraient lorsqu'il était jeune. Plus tard, il a reçu en cadeau une selle qui a appartenu à un des défenseurs du fort Alamo. À partir de ce moment il s'est mis à collectionner tout ce qui touchait de près ou de loin à cette partie de l'histoire américaine.

En 2016, Phil Collins sort de sa retraite et publie son autobiographie intitulée Not dead yet[85]. Il y raconte ses succès, avec Genesis et en solo, et décrit les moments difficiles auxquels il a fait face tout au long de sa vie passée : échecs professionnels, alcoolisme, maladie, divorces, etc. Il se livre en révélant certaines conséquences de sa célébrité sur sa vie privée[86],[87].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « Genesis se reforme pour une tournée », sur Le Journal de Montréal (consulté le 5 mars 2020)
  2. Christophe Pirenne, Le rock progressif anglais (1967-1977), Paris, Librairie Honoré Champion, coll. « Musique - Musicologie », , 354 p. (ISBN 978-2-7453-1200-6), p. 246
  3. Coleman, p. 61.
  4. "Genesis" Biography, Billboard. Retrieved 16 January 2006.
  5. Coleman, p. 63.
  6. a et b Banks, Tony; Collins, Phil; Gabriel, Peter; Hackett, Steve; Rutherford, Mike (2007). Dodd, Philipp, ed. Genesis. Chapter and Verse. Weidenfeld & Nicolson.
  7. « Phil Collins Interviews - WEA Promo Interview 1989 » [archive du ], WEA, (consulté le 21 mai 2020)
  8. Will Romano Mountains Come Out of the Sky: The Illustrated History of Prog Rock, Backbeat Books, 2010.
  9. Stephen Thomas Erlewine, « Selling England by the Pound », sur AllMusic (consulté le 27 juillet 2015)
  10. Thompson, 2004. p. 117
  11. a et b « Bio: Phil Collins », MTV Artists (consulté le 30 septembre 2013)
  12. a b c d et e « Phil Collins | full Official Chart History », Official Charts Company (consulté le 23 février 2017)
  13. Nicholson, Kris. [1] A Trick of the Tail review. Rolling Stone. 20 May 1976. Retrieved 10 February 2006.
  14. a b c et d Roberts, David (2006). British Hit Singles & Albums. London: Guinness World Records Ltd.
  15. a b c d et e Whitburn, John. The Billboard Book of Top 40 Hits. Billboard Books, New York. 2000. pp. 143–144. (ISBN 0-8230-7690-3)
  16. (1975). "Voyage of the Acolyte liner notes". In Voyage of the Acolyte [Album cover]. Charisma.
  17. (en) « The Rock Peter and the Wolf », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  18. Ken Brooks, "Phil Lynott & Thin Lizzy: Rockin' Vagabond", Agenda, 2000, pp. 64–68
  19. Alan McGee, « The non-ironic revival of Phil Collins », The Guardian, London,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juillet 2015)
  20. [2] Official Brand X biography « https://web.archive.org/web/20090330131152/http://www.philcollins.co.uk/brandxgigs.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  21. "The Geese and the Ghost". Allmusic. Retrieved 22 December 2017
  22. « Interview de Phil Collins pour Deezer » (consulté le 6 février 2016).
  23. a et b Hugh Fielder, « The return of... Getting it together in the Country », Sounds,‎ (lire en ligne, consulté le 11 octobre 2014)
  24. Starr, Red. "Genesis: Duke". Smash Hits (17–30 April 1980): 30.
  25. Tim Sendra, « AllMusic Review by Tim Sendra », sur AllMusic (consulté le 14 mars 2016)
  26. Bronson, F. The Billboard Book of Number One Hits. Billboard Books, New York. 2003. p. 604. (ISBN 0-8230-7641-5)
  27. Thompson, D. Turn It On Again: Peter Gabriel, Phil Collins and Genesis, Back Beat Books. San Francisco. 2004. p. 181. (ISBN 0-87930-810-9)
  28. a et b David West, « Classic Drum Sounds: 'In The Air Tonight' », MusicRadar (consulté le 14 mars 2016)
  29. a et b « American album certifications – Phil Collins » [archive du ], RIAA (consulté le 17 décembre 2014)
  30. McCall, Douglas (2013). Monty Python: A Chronology, 1969–2012, 2d ed. p. 82. McFarland
  31. Sean Michaels, « John Martyn's final recordings to be released », The Guardian, London,‎ (lire en ligne, consulté le 21 décembre 2016)
  32. « Anni-Frid Lyngstad », sur Billboard (consulté le 27 mars 2015)
  33. a et b Shawn Christ, « Robert Plant Praises Phil Collins For Encouraging His Solo Career After Led Zeppelin's Split », sur Music Times, (consulté le 27 mars 2015)
  34. Paul Strange, « The lamp wakes up », Melody Maker,‎ (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2015)
  35. William Ruhlmann, « Strip – Adam Ant | Songs, Reviews, Credits », sur AllMusic (consulté le 29 octobre 2015)
  36. Bowler, Dave; Dray, Bryan (1992). Genesis – A Biography. pp. 191, 251. Sidgwick & Jackson.
  37. Ed Hogan, « Against All Odds (Take a Look at Me Now) », sur Allmusic (consulté le 3 septembre 2011)
  38. William Ruhlmann, « Chinese Wall – Philip Bailey | Songs, Reviews, Credits », sur AllMusic (consulté le 29 octobre 2015)
  39. mtv, « Looking Back At Live Aid, 25 Years Later », MTV, (consulté le 23 février 2017)
  40. « Band Aid sales top 3m – proceeds set to reach Ethiopia by summer », Spotlight Publications, London,‎ , p. 3
  41. Bronson, p. 586.
  42. a et b Roger Wolmuth, « Short, Pudgy and Bald, All Phil Collins Produces Is Hits », sur People, (consulté le 13 août 2015)
  43. « Down The Academy », Los Angeles Times, Los Angeles,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2015)
  44. « Past Winners: Phil Collins », The GRAMMYs (consulté le 22 septembre 2014)
  45. Bronson, p. 611.
  46. Kevin Courtney, « Love Don't Come Easy: Artists We Love to Hate » [archive du ], sur The Irish Times, (consulté le 24 octobre 2010)
  47. « Brit Awards: Phil Collins » [archive du ], Brit Awards (consulté le 22 septembre 2014)
  48. « How Phil Collins Became Live Aid's Transcontinental MVP », Ultimate Classic Rock,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2020)
  49. « Zeppelin defend Live Aid opt out », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2014)
  50. « Page: 'Collins Was A Disastrous Drummer' », Contactmusic.com,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2014)
  51. John Sellers, « Tough Questions for Phil Collins », sur Spin, (consulté le 23 juillet 2014)
  52. a et b Rob Hoerburger, « Phil Collins Beats the Odds », sur Rolling Stone, (consulté le 6 juillet 2015)
  53. « MTV Video Music Awards », MTV, (consulté le 30 septembre 2013)
  54. « Rolling Stone : Genesis: Invisible Touch : Music Reviews » [archive du ], Archive.is (consulté le 21 janvier 2019)
  55. (9 September 1988). "Prince Charles cancels royal film date". Manila Standard (Manila).
  56. Ebert, Roger, « Buster Movie Review », Chicago Sun-Times,‎ (lire en ligne, consulté le 30 septembre 2013)
  57. David Silverman, « 'Tommy' Comes Home », sur Chicago Tribune, (consulté le 23 juillet 2014)
  58. Rob Copsey, « The UK's 60 official biggest selling albums of all time revealed » [archive du ], Official Charts Company, (consulté le 11 mai 2018)
  59. « Highest Gold Platinum certifications as of 2008 » [archive du ], International Federation of the Phonographic Industry (consulté le 3 juillet 2020)
  60. Colin Larkin, The Encyclopedia of Popular Music: Concise (5th ed.), Omnibus Press, (ISBN 978-1-84609-856-7, lire en ligne)
  61. Hugh Wilson, « Famous men and their misunderstood politics » [archive du ], MSN, (consulté le 9 février 2014)
  62. Stephen Holden, « The Pop Life », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 21 août 2014)
  63. « 1990 Brit Awards », Brit Awards (consulté le 22 septembre 2014)
  64. « Phil Collins », Rockonthenet.com (consulté le 22 septembre 2014)
  65. « 20th American Music Awards », Rockonthenet.com (consulté le 22 septembre 2014)
  66. (en) , Phil Collins sur AllMusic ().
  67. Browne, David, « Dance into the Light Review », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne, consulté le 30 septembre 2013)
  68. « Phil Collins | full Official Chart History », Official Charts Company (consulté le 23 février 2017)
  69. « Billboard 6 September 1997 », (consulté le 22 septembre 2014).
  70. (en) Deborah Solomon, « Take a Look at Him Now », sur nytimes.com, .
  71. a b c d e f et g « Phil Collins sort de sa retraite - Rolling Stone », sur Rolling Stone (consulté le 29 octobre 2015)
  72. « Phil Collins perd l’usage de ses doigts et ne jouera plus jamais ! », RTL Info, 19 octobre 2009 (archive du 27 janvier 2010).
  73. « Souffrant, Phil Collins ne jouera plus de batterie », plurielles.fr.
  74. (en) « BREAKING NEWS - A Message From Phil... », philcollins.co.uk.
  75. (en) Sean Michaels, « Phil Collins considering a return to music? », The Guardian, mis en ligne le 28 novembre 2013, consulté le .
  76. « VIDÉO - Phil Collins est remonté sur scène pour la première fois en 6 ans », sur RTL2.fr (consulté le 17 mars 2016)
  77. « Accueil | Little Dreams Foundation », sur www.ldf.cc (consulté le 6 juin 2016)
  78. « Phil Collins - Gala Fondation Little Dreams - Salle Métropole - Lausanne », sur Salle Métropole - Lausanne (consulté le 6 juin 2016)
  79. « Phil Collins engage son fils », sur L'illustré, (consulté le 6 juin 2016)
  80. « Phil Collins setlist 1981 », sur setlist.fm
  81. « Phil Collins years on tour », sur setlist.fm
  82. Philip Dodd, Phil Collins, Steve Hackett, Peter Gabriel, Mike Rutherford et Anthony Banks, Genesis : Toute l'aventure, Paris, EPA Editions, , 344 p. (ISBN 978-2-85120-667-1 et 2851206672).
  83. Sylvain Cormier, « Biographie rock - Genesis raconte Genesis... avant et après », Le Devoir, (consulté le 13 août 2018).
  84. Phil Collins, Gary S. Zaboly, The Alamo and Beyond: A Collector's Journey, éditions State House Press, , (ISBN 978-1933337500).
  85. Phil Collins, Not dead yet : l'autobiographie, éditions Michel Lafon, (ISBN 978-2749930879), 2016.
  86. « Phil Collins dévoile son autobiographie et rajoute des dates de concert à Paris en 2017 », France-Soir, (consulté le 13 août 2018).
  87. Marie Pujolas, « «Not dead yet » : le grand retour de Phil Collins sur scène et en librairie ! », France Info, (consulté le 13 août 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Turn it on again : Peter Gabriel, Phil Collins & Genesis, Dave Thompson, Éditions Backbeat Books, 2004. (ISBN 0-87930-810-9)
  • Phil Collins, Jean-Pierre Hombach, Éditions First, 2012. (ISBN 9781471629488)
  • Carole Collins - Buster : Not dead yet - L'autobiographie Phil Collins page 418 éd. Michel Lafon.
  • (en) The Alamo and Beyond : A Collector's Journey de Phil Collins & Gary S. Zaboly. Éditions : State House Press, (ISBN 9781933337500) Publié le .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :